JEAN PING’S LAWYER HAS TAKEN UP THE ARREST OF DR. SYLVIE NKOGHE-MBOT. L’AVOCAT DE JEAN PING SE SAISI DE L’ARRESTATION DU DR. SYLVIE NKOGHE-MBOT

Sylvie Nkoghe-Mbot





English version


Doctor who reported on Gabon post-electoral violence arrested


LIBREVILLE - A Gabonese doctor who compiled a "damning report" on the post-electoral violence has been arrested, a civil society group said on Sunday.

Sylvie Nkoghe-Mbot, 56, a paediatrician and the head of an NGO named Hippocrate, was arrested at the end of last week, the Dynamique Unitaire civil society group said.

Violence erupted in Gabon after President Ali Bongo was declared the winner with a wafer-thin majority in the 27 August vote.

Defeated presidential candidate Jean Ping filed a legal challenge but the country's top court dismissed opposition claims of vote fraud and upheld Bongo's win.

Opposition figures say more than 50 people were killed in the violence but the government has given a toll of three dead.

Ping's French lawyer, Eric Moutet, said he had taken up the case of Nkoghe-Mbot, who he said was the "co-author of a damning report on the victims of the exactions of the presidential guard".

"I will take up the issue with Canadian authorities tomorrow as her children are Canadian nationals," he told AFP in a text message.

About 1,000 people had been arrested following the post-poll violence and around 70 of them are still in detention, a judicial source told AFP.

The chief prosecutor of the International Criminal Court based in The Hague has said she is opening an initial probe into the unrest.

AFP





Version française


Gabon: arrestation d'une femme médecin auteure d'un rapport sur les violences


Une femme médecin, auteure selon son avocat d'un rapport sur les violences post-électorale a été arrêtée au Gabon, a annoncé dimanche le mouvement Dynamique unitaire, alors qu'un syndicaliste a été libéré.

Sylvie Nkoghe-Mbot, 56 ans, pédiatre et présidente de l'ONG Hippocrate, a été arrêtée en fin de semaine, ont indiqué à l'AFP la vice-présidente et le secrétaire général du mouvement phare de la société civile gabonaise Dynamique unitaire, Chantale Matkosso et Louis-Patrick Mombo.

Selon une information circulant sur un groupe Whatsapp proche de l'opposant Jean Ping, Mme Nkoghe-Bot a "un rapport" sur les violences post-électorales qui ont secoué le Gabon après l'annonce de la réélection d'Ali Bongo le 31 août. Bilan: trois morts selon la version officielle, des dizaines selon Jean Ping.

"Je viens d'être désigné (ndr: avocat) par la famille de Sylvie Mbot, co-auteur d'un rapport accablant sur les victimes des exactions de la Garde républicaine (GR)", a également déclaré l'avocat français Eric Moutet, déjà défenseur de Jean Ping.

"Je vais intervenir demain (lundi) auprès des autorités canadiennes car ses enfants sont de nationalité canadienne", ajoute Me Moutet, dans un SMS à l'AFP.

Dynamique unitaire a par ailleurs annoncé la libération jeudi d'un de ses membres, Jean-Rémy Yama.

Président du Syndicat national des enseignants chercheurs, M. Yama avait été arrêté le 9 juillet à Libreville en marge d'un rassemblement des partisans du président Ali Bongo Ondimba, qui venait de déposer son dossier de candidature à l'élection du 27 août.

M. Yama était accusé de trouble à l'ordre public, d'incitation à la violence et de destruction des biens publics et privés. "Ils n'ont apporté aucune preuve", selon M. Mombo.

Deux autres syndicalistes arrêtés le même jour, Roger Ondo Abessolo et Koumba Mba Essiane, sont toujours en détention, d'après Dynamique unitaire.

Un millier de personnes avaient été arrêtées dans les violences post-électorales début septembre. Environ 70 personnes, dont plusieurs figures de l'opposition, étaient toujours détenues fin septembre, avait indiqué une source judiciaire à l'AFP.

Son avocat -Me Moutet- et ses proches s'inquiètent par ailleurs des conditions de détention d'un ancien député du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Bertrand Zibi Abéghé, qui avait démissionné fin juillet en défiant en public le président Bongo dans un discours.

"J'interviens également demain lundi par écrit auprès du président du congrès américain pour Bertrand Zibi Abéghé puisque nous avons obtenu plusieurs centaines de signatures sur la pétition demandant sa libération", a indiqué Me Moutet, selon qui l'ex-député a la double nationalité américaine.

L'ex-patron du renseignement, Léon-Paul Ngoulakia, cousin du président passé à l'opposition, a bénéficié d'une liberté provisoire. Il reste cependant mis en examen pour "incitation à la révolte" et "détention (...) de tracts de nature à troubler la paix publique".

AFP


Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE