WHAT IS A POLICE STATE? QU’EST QU’UN ETAT POLICIER ?









English version

The dictionary tells us that a police state is one in which the authorities rely on law enforcement to maintain and implement the prerogatives of the political power in place, by monitoring the population and potential opponents.

Gabon is a police state because:

1. It is run by a president criminal in more ways than one: he steals the votes of the people; and he kills them if they show their discontent, thus stifling the legitimate aspiration of a young nation for freedom.
2. The regime seeks stability using intimidation of the population, to maintain its shaky authority, which is at the outskirts of legitimacy, and would collapse without the actions of the police.
3. The system uses the public force to silence the conscientious objectors who are tired of living under a state of generally failing bureaucracy; as we have just seen with the recent floods.
4. The regime uses the police to prevent the voices of the Gabonese who are against the evidence of a draft State, to be heard, where no law is respected, no rule followed; and where power is so personalized that the resolution of problems is blocked without the direct intervention of Ali Bongo. That we need the intervention of the President to address a problem of land surveying may seem a caricature; and yet this is what happens every day in Gabon.
5. The regime is actually an oligarchic system to which Ali Bongo is the referee. The members of this oligarchy must have in common their unwavering loyalty to Ali Bongo.
6. The regime builds up its "opposition" and beats up the on that resists.
7. The regime is refractory to education because it fears an educated people.
8. The regime fights the freedom of thought, of expression and communication, as we have just seen with the raid of Echos du Nord employees.
9. The regime fills prisons with those who would prevent it from doing as it pleases.


Dear readers, here we are!




Version française

Le dictionnaire nous dit qu’un Etat policier en est un dont les autorités s'appuient sur les forces de l’ordre pour maintenir et faire respecter les prérogatives du pouvoir politique en place, en surveillant la population et les éventuels opposants.

Le Gabon est un Etat policier car :

1. Il est dirigé par un président criminel à plus d’un titre : il vole les suffrages des populations ; et il les tue si celles-ci manifestent leur mécontentement, étouffant donc l’aspiration légitime d’une jeune nation à la liberté.
2. Le régime cherche la stabilité en utilisant l’intimidation des populations, pour maintenir son autorité branlante, aux périphéries de la légitimité, qui s’écroulerait sans les actions de cette force publique.
3. Le régime utilise la force publique pour faire taire les objecteurs de conscience qui n’en peuvent plus de vivre sous un appareil étatique et administratif globalement défaillant ; comme on vient encore de le voir avec les récentes inondations.
4. Le régime utilise la force publique pour éviter que les voix des Gabonais s’élèvent contre les évidences d’un État brouillon, dans lequel aucune loi n’est appliquée, aucune règle respectée ; et où le pouvoir est si personnalisé que le règlement de tout problème est bloqué sans l’intervention directe d’Ali Bongo. Dire qu’il faut l’intervention du président pour régler un problème de viabilisation d’un terrain, paraîtrait peut-être caricatural ; et pourtant, c’est cela qui se produit tous les jours au Gabon.
5. Le régime est en fait un système oligarchique dont Ali Bongo est l’arbitre. Les membres de cette oligarchie se doivent d’avoir en commun leur indéfectible loyauté envers Ali Bongo.
6. Le régime fabrique son « opposition » dite responsable et matraque celle qui résiste.
7. Le régime est réfractaire à l’éducation car il craint un peuple scolarisé.
8. Le régime combat la liberté de penser, de l’exprimer, et de le communiquer, comme nous venons encore de le voir avec la razzia des employés d’Echos du Nord.
9. Le régime rempli les prisons de ceux qui voudraient l’empêcher de tourner en rond.


Chers lecteurs, nous y sommes !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE