WITH JEUNE AFRIQUE, THE TOLERABLE LIMITS ARE EXCEEDED. AVEC JEUNE AFRIQUE, LES LIMITES DU TOLÉRABLE SONT LARGEMENT DÉPASSÉES









English version

In its attack on the African resistance in general, and focusing on the confrontation of Edouard Valentin by the Gabonese resistance, while indexing them, Jeune Afrique has gone beyond the limits of the tolerable in the nonsense and denial of the right Of the Gabonese people to hold those who harmed them accountable.

By way of illustration, in the same edition of Jeune Afrique, there is a depiction of shares of ownership of the insurance company created by Edouard Valentin. It shows that the company is 47% owned by the Gabonese Strategic Investment Fund and 14% by the sovereign fund of the Gabonese Republic, two opaque structures, supposedly belonging to the Gabonese taxpayers, but directed without transparency by Serge Mickoto Ali Bongo’s brother-in-law. The Caisse de Depot et Consignation holds 8%, it is an entity entirely controlled by Ali Bongo and his family; and finally, the Gabonese Insurance Companies, that is to say Edouard Valentin himself, hold the remaining 31%.

Dear readers, you will understand that this company is built on the generous udder of the Gabonese state. It's been 41 years that Edouard Valentin is draining the Gabonese people and his daughter being married to Ali Bongo, the way things are going, it is very likely that this clan wants to see his grandson succeed Ali Bongo. So, we have the right to hold him accountable because he takes advantage of us and imposes upon us a dictatorship that chokes us when it does not kill us.

Jeune Afrique reproaches the Gabonese resistance of having gone after an octogenarian. This journal believes that "it is not heroic or glorious to terrorize an octogenarian-nothing symbolic either, if not your own powerlessness."

Oh really? Even when this octogenarian is the worst of bastards? Of scoundrels?

When France tried and sentenced Maurice Papon to prison in 1998 and imprisoned him in 1999, he was jailed at the age of 89. Jeune Afrique never told France that there was nothing heroic about imprisoning an octogenarian.

In 2009, the ex-Nazi Charles Zentaï was extradited from Australia to Hungary, to answer for crimes against humanity, he was 88 years old. Jeune Afrique never told Australia or Hungary that there was nothing heroic about pursuing an octogenarian.

Augusto Pinochet was arrested in London in 1998 on charges of crimes against humanity. He was 83 years old. Jeune Afrique never wrote that there was nothing heroic for the plaintiffs, to pursue an octogenarian.

No, this garbage journal must stop mocking Africans. We must fight this newspaper that works for the maintain of our slavery.

We will not give up!




Version française

Dans son attaque contre les résistants Africains en général, et en se focalisant sur la confrontation d’Edouard Valentin par des résistants Gabonais, tout en indexant ces derniers, Jeune Afrique a dépassé les limites du tolérable dans le non-sens et le déni du droit des Gabonais à demander des comptes à ceux qui leur ont causé du tort.

A titre d’illustration, dans la même édition de Jeune Afrique, on retrouve les parts d’actionnariat de la société d’assurance créée par Edouard Valentin. On y apprend que cette société est détenue à 47% par le Fond Gabonais d’Investissement Stratégique et à 14% par le Fond Souverain de la République Gabonaise, deux structures opaques, supposées appartenir au contribuable Gabonais, mais dirigées sans transparence aucune par Serge Mickoto le beau-frère d’Ali Bongo. La Caisse de Dépôt et de Consignation y détient 8%, c’est une boite entièrement contrôlée par Ali Bongo et les siens ; et enfin, les Compagnies d’Assurance Gabonaises, c’est-à-dire Edouard Valentin lui-même, détiennent les 31% restant.

Chers lecteurs, vous aurez compris que cette société est bâtie sur la généreuse mamelle de l’Etat Gabonais. Ça fait 41 ans qu’Edouard Valentin ponctionne les Gabonais et sa fille étant mariée à Ali Bongo, au train où vont les choses, il est fort probable que ce clan veuille voir son petit-fils succéder à Ali Bongo. Nous avons donc le droit de lui demander des comptes car il se goinfre à nos dépends, et nous impose une dictature qui nous suffoque quand elle ne nous tue pas.

Jeune Afrique reproche aux résistants Gabonais de s’être prit à un octogénaire. Ce journal estimant que : « il n’a rien d’héroïque ni de glorieux à terroriser un octogénaire-rien de symbolique non plus, si ce n’est de votre propre impuissance ».

Ah bon ? Même quand cet octogénaire est le pire des enfoirés ? des salopards ?

Quand la France jugea et condamna Maurice Papon à la prison en 1998, et l’incarcéra en 1999, ce dernier connu la prison à l’âge de 89 ans. Jeune Afrique n’a jamais dit à la France qu’il n’y avait rien d’héroïque à emprisonner un octogénaire.

En 2009, l'ex-nazi Charles Zentaï a été extradé d’Australie vers la Hongrie, pour y répondre de crimes contre l’humanité, il avait 88 ans. Jeune Afrique n’a jamais dit à l’Australie, ni à la Hongrie, qu’il n’y avait rien d’héroïque à poursuivre un octogénaire.

Augusto Pinochet a été arrêté à Londres en 1998, sous accusation de crimes contre l’humanité. Il avait 83 ans. Jeune Afrique n’a jamais écrit qu’il n’y avait rien d’héroïque pour les plaignants, à poursuivre un octogénaire.

Non il faut que ce journal poubelle arrête de se moquer des Africains. Nous devons combattre ce journal qui travaille à la poursuite de notre esclavage.

Nous ne lâcherons rien !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI