AN INTERESTING ARTICLE ABOUR WHAT IS GOING ON IN GABON. UN ARTICLE INTERESSANT SUR CE QUI SE PASSE AU GABON





English version


A Court Ruling to Dismantle Gabon’s Government Is an Unexpected Gift for Bongo

World Politics Review

By Robbie Corey-Boulet | Thursday, May 10, 2018


Last week, a significant number of Gabon’s top politicians suddenly found themselves out of work. On April 30, the country’s Constitutional Court delivered a surprise ruling that dissolved the National Assembly, the lower house of Gabon’s parliament, and called for the government to step down. Prime Minister Emmanuel Issoze-Ngondet complied the next day, issuing a letter of resignation on behalf of himself and his ministers.

At first glance, the ruling appeared to be a straightforward rebuke of the government’s failure to hold legislative elections, which are now nearly 18 months overdue. “It is clear that the government has not been able to fulfill the tasks assigned to it,” Marie-Madeleine Mborantsuo, the president of the Constitutional Court, said in a statement 

But upon closer inspection, the situation becomes murkier, as is often the case in Gabon’s tangled politics.

The most obvious indication that other dynamics might be at play is the fact that the ruling appeared to benefit President Ali Bongo in every way, presenting him with yet another opportunity to try to turn the page on a political crisis that stretches back to his highly dubious re-election two years ago.

In their reactions to the ruling, analysts and government critics were quick to point out Mborantsuo’s close links to the Bongo family. She has served as president of the Constitutional Court since 1991, the same year then-President Omar Bongo, Ali Bongo’s father, oversaw the adoption of a new constitution formalizing multiparty democracy in the small, oil-rich state on Africa’s western coast. Perhaps more to the point, she was also a long-time mistress of Omar Bongo, and the couple had two children. She is often referred to as the belle-mère, or stepmother, of Ali Bongo, who was elected for the first time in 2009 after his father, who was president for four decades, died in office.

This is not the profile of someone likely to take the judiciary in a new, independent direction, especially considering her track record so far. Over the years, her rulings have generally, though not always, been favorable to the government. Most recently, after the 2016 presidential election, which Ali Bongo seems to have stolen by brazenly inflating the vote count in his home province, Mborantsuo ruled in the president’s favor when adjudicating the legal challenge brought by his opponent, Jean Ping.

The legislative elections ostensibly at the heart of Mborantsuo’s ruling on April 30 were supposed to be held by December 2016. They were initially delayed until July 2017, after the government complained of a lack of funds. Mborantsuo then ruled they could be pushed back a second time, until April 2018, to allow for the implementation of reforms, including divisive constitutional revisions stemming from a national dialogue process. Yet as last month’s deadline approached, few in Gabon were under the illusion that the vote would actually happen, as no preparations had been made.

If Mborantsuo’s objective was to hurry along the process of holding a vote, there’s good reason to doubt she’ll succeed. For one thing, while she stipulated that the new government’s principal task would be to oversee the elections, a new deadline has not yet been fixed, raising the possibility of another lengthy delay. Moreover, the new Cabinet, which was sworn in Monday, has many holdovers from the old one. Notably, the government is headed by the same prime minister, Issoze-Ngondet, and retains Lambert Noel Matha as the powerful interior minister.


Bongo’s political opponents contend that he is afraid to hold legislative elections because he fears losing the overwhelming majority he enjoyed before the National Assembly was dissolved. A new vote could also provide an opportunity for the opposition to mobilize en masse against him, further undermining his legitimacy.

Mborantsuo’s ruling potentially solves this problem, because it holds that the National Assembly’s powers should be assumed by the Senate, whose members are also loyal to Bongo and are elected indirectly. This effectively makes it possible for Gabon to function without lawmakers chosen by the people. In this way, Mborantsuo “basically gave Ali a way out of the crisis,” says Gyldas Ofoulhast-Othamot, a Gabonese professor of political science at the University of Tampa.

The opportunity to form a new government, meanwhile, allowed Bongo to further weaken the opposition by co-opting some of its members, a tactic that was perfected by his father. Issoze-Ngondet added three new opposition politicians to his ministerial team, bringing the total number of opposition ministers to seven.

That more and more opposition politicians are aligning themselves with Bongo is acutely demoralizing for the president’s critics, says Mays Mouissi, a Gabonese political and economic analyst. While the president was looking vulnerable in the aftermath the 2016 election, which led to violence that the opposition says killed more than 50 people, these politicians are apparently banking on Bongo’s ability to serve out the rest of his seven-year term.

Having failed to beat him, they’ve decided to join him. “That’s why people are so disappointed,” Mouissi says. “Each time people say they’re going to fight the system from the inside, they are absorbed by the system and don’t fight anything.”

But while it’s true that Bongo’s political enemies don’t have a clear path forward to remove him, the president’s position may not be as stable as it seems. Like other countries that rely on oil and have struggled to diversify economically, Gabon’s economic outlook remains negative. The worse the economy gets, the more likely it is that Bongo’s political allies could turn on him or that public anger could spill over into a popular uprising. The government is already not in a position to hire more civil servants, and current government workers complain of poor and irregular pay, which leads to strikes. “When you are in Gabon you notice that the sense of misery does not stop growing,” Mouissi says.

More broadly, Ofoulhast-Othamot says it’s remarkable that, nearly two years after the 2016 election crisis, Bongo has failed to find a way to defuse lingering tensions. This underscores widespread concerns about the president’s leadership. “Even with all the trouble with Omar, there was a sense that he knew how to run the country. The problem was the people who surrounded him,” Ofoulhast-Othamot says, referring Ali Bongo’s father. “Today, there’s a sense that the country is run badly not just because of the people surrounding the president, but also because of the president himself.”

That’s why, even in a country that’s been run by the same family for more than half a century, it’d be unwise to completely discount the potential for change. “It seems like nothing is happening and that Ali appears to have it all under control,” Ofoulhast-Othamot says. “But under the surface, things are happening.






Version française


Une Décision de la Cour décidant de démanteler le gouvernement du Gabon est un cadeau pour Bongo

World Politics Review

Par Robbie Corey-Boulet | Jeudi 10 mai 2018

La semaine dernière, un nombre important de hauts responsables politiques du Gabon se sont retrouvés soudainement au chômage. Le 30 avril, la Cour constitutionnelle du pays a rendu une décision surprise qui a dissout l'Assemblée nationale, la chambre basse du parlement gabonais, et a appelé le gouvernement à démissionner. Le Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet, s'est plié à cela dès le lendemain en présentant une lettre de démission en son nom et celui de ses ministres.

En surface, la décision semble être une réprimande directe du fait de l'échec du gouvernement à tenir des élections législatives, qui sont maintenant en retard de près de 18 mois, selon le calendrier prevu. "Il est clair que le gouvernement n'a pas été en mesure de remplir les tâches qui lui ont été confiées", a déclaré Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle, dans un communiqué.

Mais en y regardant de plus près, la situation devient plus trouble, comme c'est souvent le cas dans les enchevêtrements politiques au Gabon.

L'indication la plus évidente que d'autres dynamiques pourraient être en jeu, est le fait que de toutes façons, la décision semble bénéficier au Président Ali Bongo ; lui offrant une autre opportunité d'essayer de tourner la page sur une crise politique qui remonte à sa réélection frauduleuse d’il y a deux ans.

Dans leurs réactions à la décision, les analystes et les critiques du gouvernement ont rapidement souligné les liens étroits de Mborantsuo avec la famille Bongo. Elle est Présidente de la Cour constitutionnelle depuis 1991, année durant laquelle le président d'Omar Bongo, le père d'Ali Bongo, promulgua l'adoption d'une nouvelle constitution officialisant la démocratie multipartite dans le petit État pétrolier de la côte ouest africaine. Peut-être plus important, elle était aussi une maîtresse de longue date d'Omar Bongo, et le couple a eu deux enfants. Elle est souvent surnommée la belle-mère, ou mère nourricière, d'Ali Bongo, qui est arrivé au pouvoir en 2009 après que son père, qui fut président pendant quatre décennies, mourut au pouvoir.

Ce n'est pas le profil de quelqu'un susceptible de mener le système judiciaire vers une direction nouvelle et indépendante, surtout compte tenu de ses antécédents jusqu'ici. Au fil des ans, ses décisions ont généralement été favorables au gouvernement. Plus récemment, après l'élection présidentielle de 2016, qu'Ali Bongo semble avoir volée en gonflant effrontément le décompte des voix dans sa province natale, Mborantsuo s'est prononcé en faveur du président lorsqu'elle a statué sur le recours judiciaire de son challenger, Jean Ping.

Les élections législatives ostensiblement au cœur de la décision de Mborantsuo du 30 avril, étaient censées avoir lieu en décembre 2016. Elles ont d'abord été reportées jusqu'en juillet 2017, après que le gouvernement se soit plaint d'un manque de fonds. Mborantsuo a ensuite décidé qu'ils pourraient être repoussés une deuxième fois, jusqu'en avril 2018, pour permettre la mise en œuvre des réformes, y compris les révisions constitutionnelles litigieuses découlant d'un processus de dialogue national. Pourtant, à l'approche de l'échéance du mois dernier, peu de Gabonais avaient l'illusion que le vote aurait réellement lieu, car aucun préparatif n'avait été fait.

Si l'objectif de Mborantsuo était de se dépêcher pour permettre le processus de voter, il y a de bonnes raisons de douter qu'elle réussisse. D'une part, bien qu'elle ait stipulé que la tâche principale du nouveau gouvernement serait de superviser les élections, une nouvelle échéance n'a pas encore été fixée, ce qui soulève la possibilité d'un autre long délai. En outre, le nouveau cabinet, qui a été installé lundi, a beaucoup de rapports avec l'ancien. Notamment, le gouvernement est dirigé par le même Premier ministre, Issoze-Ngondet, et conserve Lambert Noel Matha en tant que puissant Ministre de l'Intérieur.

Les opposants politiques de Bongo soutiennent qu'il a peur d'organiser des élections législatives parce qu'il craint de perdre l'écrasante majorité dont il jouissait avant la dissolution de l'Assemblée nationale. Un nouveau vote pourrait également être l'occasion pour l'opposition de se mobiliser en masse contre lui, sapant encore sa légitimité.

La décision de Mborantsuo résout potentiellement ce problème, car elle stipule que les pouvoirs de l'Assemblée nationale devraient être assumés par le Sénat, dont les membres sont également des fidèles à Bongo et sont élus indirectement. Ceci permet effectivement au Gabon de fonctionner sans les législateurs choisis par le peuple. De cette façon, Mborantsuo «a fondamentalement donné à Ali un moyen de sortir de la crise», explique Gyldas Ofoulhast-Othamot, un professeur Gabonais de science politique à l'Université de Tampa.

La possibilité de former un nouveau gouvernement, entretemps, a permis à Bongo d'affaiblir davantage l'opposition en cooptant certains de ses membres, une tactique qui a été perfectionnée par son père. Issoze-Ngondet a ajouté trois nouveaux politiciens de l'opposition à son équipe ministérielle, ce qui porte le nombre total de ministres de l'opposition à sept.

Le fait que de plus en plus de politiciens de l'opposition s'alignent avec Bongo est extrêmement démoralisant pour les adversaires du président, affirme Mays Mouissi, un analyste politique et économique Gabonais. Alors que le président paraissait vulnérable à la suite des élections de 2016, qui ont fait suite à des violences dont l'opposition a estimé qu'elles avaient fait plus de 50 victimes, ces politiciens semblent miser sur la capacité de Bongo à poursuivre son mandat de sept ans.

N'ayant pas réussi à le faire tomber, ils ont décidé de le rejoindre. "C'est pourquoi les gens sont si déçus", dit Mouissi. "Chaque fois que les gens disent qu'ils vont combattre le système de l'intérieur, ils sont absorbés par le système et ne se battent pas."

Mais s'il est vrai que les ennemis politiques de Bongo n'ont pas de solution claire pour l'évincer, la position du président n'est peut-être pas aussi stable qu'elle ne paraît. Comme les autres pays qui dépendent du pétrole et peinent à se diversifier économiquement, les perspectives économiques du Gabon restent négatives. Plus l'économie est mauvaise, plus les alliés politiques de Bongo risquent de se retourner contre lui ou que la colère publique pourrait déborder sur un soulèvement populaire. Le gouvernement n'est déjà pas en mesure d'embaucher plus de fonctionnaires, et les fonctionnaires actuels se plaignent de salaires maigres et irréguliers, ce qui entraîne des grèves. "Quand vous êtes au Gabon, vous remarquez que le degré de misère ne cesse de grandir", dit Mouissi.

De manière plus générale, M. Ofoulhast-Othamot affirme que presque deux ans après la crise électorale de 2016, Bongo n'a pas réussi à trouver un moyen de désamorcer les tensions persistantes. Cela souligne des préoccupations généralisées concernant le leadership du président. "Même avec tous les problèmes qu’avaient Omar, il y avait un sentiment qu'il savait comment diriger le pays. Le problème, c’étaient les gens qui l'entouraient », dit Ofoulhast-Othamot, se référant au père d'Ali Bongo. "Aujourd'hui, il y a un sentiment que le pays est mal géré non seulement à cause des gens qui entourent le président, mais aussi à cause du président lui-même."

C'est pourquoi, même dans un pays dirigé par la même famille depuis plus d'un demi-siècle, il serait imprudent d'exclure complètement le potentiel de changement. "Il semble que rien ne se passe et qu'Ali semble avoir tout sous contrôle", dit Ofoulhast-Othamot. "Mais sous ces apparences, se passent des choses.

Comments

Popular posts from this blog

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL

THE PARIS CLUB IS PURPORTED TO HAVE ISSUED A PAYMENT ULTIMATUM TO ALI BONGO, THUS THE IMF RECENT VISIT TO GABON. LE CLUB DE PARIS AURAIT LANCÉ UN ULTIMATUM DE PAIEMENT À ALI BONGO, D’OÙ LA RÉCENTE VISITE DU FMI AU GABON