IT’S NORMAL, IN A COUNTRY WITHOUT REAL DEMOCRACY, DEMOCRACY REGULATORY BODIES ARE EMPTY SHELLS. C’EST NORMAL, DANS UN PAYS SANS VÉRITABLE DÉMOCRATIE, LES ORGANES DE RÉGULATION DE LA DÉMOCRATIE SONT DES COQUILLES VIDES








English version

How can you expect that in a dictatorship, a National Council of Democracy would be a robust structure? This is contradictory.

What is the use of a National Council of Democracy in a country where a small college of individuals designates without any suspense, the president?

What is the purpose of a National Council of Democracy in a country where:

1. The separation of powers does not exist, that is to say where the one who decides the laws (legislative power or parliament) cannot be the one who proposes them and then applies them (executive power or government); a third separate body is necessary to judge the proper application of the laws (judicial power)

2. The diversion of the consultation of the people is regular and the results are repetitive.






Version française

Comment voulez-vous que dans une dictature, un Conseil National de la Démocratie soit une structure robuste ? Cela est contradictoire.

A quoi sert un Conseil National de la Démocratie dans un pays où un petit collège d’individus désigne sans suspense aucun, le président ?

A quoi sert un Conseil National de la Démocratie dans un pays où :

1. La séparation des pouvoirs n’existe pas, c’est-à-dire où celui qui décide des lois (pouvoir législatif ou parlement) ne peut pas être celui qui les propose, puis les applique (pouvoir exécutif ou gouvernement); une troisième instance séparée étant nécessaire pour juger de la bonne application des lois (pouvoir judiciaire)

2. Le détournement de la consultation du peuple est régulier et les ses résultats sont répétitifs.

Comments

Popular posts from this blog

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL

THE PARIS CLUB IS PURPORTED TO HAVE ISSUED A PAYMENT ULTIMATUM TO ALI BONGO, THUS THE IMF RECENT VISIT TO GABON. LE CLUB DE PARIS AURAIT LANCÉ UN ULTIMATUM DE PAIEMENT À ALI BONGO, D’OÙ LA RÉCENTE VISITE DU FMI AU GABON