THE BLIND ARROGANCE OF THE COMIC-EPERA MONARCHS! L’ARROGANCE AVEUGLE DES MONARQUES D’OPÉRETTE !

 



 

 

English version

 

History teaches us that even real empires such as England, France, Holland, Portugal, and Spain, in the end, were not able to be held together in the face of local people refusal to be rules by them. However, what made these empires momentarily successful was that they were able to subjugate people into making them believe that being rules by distant imperials was the best thing for them. When the people discovered that it was not, the game was over for the empires. Dear readers, if these great empires did crumble, what chance do the tin pot dictatorships such as the one ruling Gabon, have?

 

For a while this worked, a people can be made to believe -- mistakenly -- that cooperating with the imposter authorities is the only way. But because inevitably, the dialectic between the monarchical and dictatorial perspective and that of the people, is adversarial and impermanent; at some point the conflict between would be imperial rulers and the ruled becomes uncontainable and has to break out into open conflict as it has done elsewhere. We are not at all a long way from that moment in Gabon, as the Bongos rule over the Gabonese people, over half a century, has run its course and can no longer be tolerated.

 

The reality is that since 1967, the Bongos interests in Gabon have been, first and foremost, to ensure their own enrichment, second, to guarantee at enormous cost to the country, their domination of over the Gabonese people so their rule will be perpetual.

 

Every dictatorship tells itself the lie that it is unlike all other dictatorships. That its mission is not to plunder and control the people, but to educate them and improve the country. These conclusions are by no means shared by the people who inhabit that dictatorship; and that is the case in Gabon.

 

After 54 years in power, the Bongos have become sufficiently blind that when a Gabonese citizen emerges whom the people might think could lead the country, the Bongos consider him a mortal enemy, because in their mind only they should rule Gabon. The Bongos are extremely unpopular in Gabon, because most Gabonese regard them as having served France. first, not Gabon. The resistance to the Bongos is real and ever increasing. Their fall is inevitable.

 

The Gabonese people can no longer be denied their right to self-determination because they are considered by the Bongo and from France, as incapable of logically select their own legitimate leaders. The Bongos have only produced misery in Gabon. But so accustomed have they become to their own ignorance and the blandishments of comic-opera imperial certitudes, that they don’t even consider that the Gabonese people are capable of rebellion. What the Bongos refuse to see and acknowledge clearly, they can hardly hope to remedy.

 

The majority of the Gabonese people want their voice to count. They want to abolish the Bongos considerable power and transform the country into a functional democracy. The Bongos fantasy monarchy must be stopped here and now.

  

 

 

Version française

 

L’histoire nous enseigne que même les vrais empires tels que ceux d’Angleterre, de France, de Hollande, du Portugal et d’Espagne, en fin de compte, n’ont pas pu se maintenir face au refus des populations locales d’être gouvernées par eux. Cependant, ce qui a fait le succès momentané de ces empires, est qu’ils ont été capables de subjuguer les gens en leur faisant croire qu’être gouvernés par des impériaux lointains était la meilleure des choses pour eux. Quand les gens ont découvert que ce n’était pas le cas, les jeux étaient faits pour ces empires. Chers lecteurs, si ces grands empires se sont effondrés, quelle chance ont les dictatures d’opérette comme celle au pouvoir au Gabon ?

 

Pendant un certain temps, cela a fonctionné, on peut faire croire à un peuple - à tort - que coopérer avec les autorités en impostures soit le seul moyen de survie. Mais parce qu’inévitablement, la dialectique entre la perspective monarchique et dictatoriale et celle du peuple, est contradictoire et impermanente ; à un moment donné, le conflit entre les dirigeants impériaux et les gouvernés, devient incontrôlable et doit inévitablement éclater en conflit ouvert comme cela s’est vu ailleurs. Nous ne sommes pas du tout loin de ce cas de figure au Gabon, car le règne des Bongos sur le peuple Gabonais, de plus d’un demi-siècle, a fait son temps et ne peut plus être toléré.

 

La réalité est que depuis 1967, les intérêts des Bongos au Gabon ont été, d’abord et avant tout, d’assurer leur propre enrichissement, et en second de garantir à un coût énorme pour le pays, leur domination sur le peuple Gabonais afin que leur pouvoir soit perpétuelle.

 

Chaque dictature se persuade du mensonge selon lequel elle soit différente de toutes les autres dictatures. Que sa mission n’est pas de piller et de subjuguer le peuple, mais de l’éduquer et d’améliorer le pays. Ces conclusions ne sont en aucun cas partagées par les gens qui vivent sous la dictature; et c’est le cas au Gabon.

 

Après 54 ans au pouvoir, les Bongos sont devenus suffisamment aveugles pour que lorsqu’émerge un citoyen gabonais dont le peuple pourrait penser qu’il soit en mesure de diriger le pays, les Bongos le considèrent comme un ennemi mortel, car dans leur esprit, ils sont les seuls à pouvoir gouverner le Gabon. Les Bongos sont extrêmement impopulaires au Gabon, car la plupart des Gabonais les considèrent comme ayant servi la France d’abord, pas le Gabon. La résistance aux Bongos est réelle et ne cesse de croître. Leur chute est inévitable.

 

Le peuple Gabonais ne peut plus être privé de son droit à l’autodétermination parce qu’il est considéré par les Bongo et par la France, comme incapable de choisir logiquement ses propres dirigeants légitimes. Les Bongos n’ont produit que misère au Gabon. Mais ils sont devenus tellement habitués à leur propre ignorance et aux fadaises des certitudes impériales de leur monarchie d’opérette, qu’ils ne considèrent même pas que le peuple gabonais soit capable de rébellion. Ce que les Bongos refusent de voir et de reconnaître clairement, ils peuvent difficilement espérer y remédier.

 

La majorité des Gabonais veulent que leur voix compte. Ils veulent abolir le pouvoir considérable des Bongos et transformer le pays en une démocratie fonctionnelle. La monarchie fantaisiste des Bongos doit être arrêtée ici et maintenant.

Comments

Popular posts from this blog

NOUREDDIN BONGO-VALENTIN MINIONS HAVE GABON’S OIL IN THEIR HANDS! LES OBLIGÉS DE NOUREDDIN BONGO-VALENTIN ONT EN MAIN LE PÉTROLE GABONAIS !

GABON SHOULD BE CALLED ALI & SYLVIA BONGO INC! LE GABON DEVRAIT S’APPELER ALI & SYLVIA BONGO INC.!