THE SHAME THAT ALL TRIBALIST POLITICIANS IN GABON ARE! LA HONTE QUE SONT TOUS LES POLITICIENS TRIBALISTES DU GABON!

 



 To read the article click here

Pour lire l’article cliquer ici

 

  

English version

 

Tribalism and politics are scarcely separable in Gabon. In our country, ideological issues in politics tend to take second place to ethnic and tribal allegiance. Political argument is largely argument between individuals competing for power, or groups of people quarrelling over the best way to share the limited national cake. Sharing that cake has nothing to do with highfalutin ideas, but who manages the cakes and distributes the portions. This is what makes tribalism so fierce. It is not that different ethnic groups dislike each other. The trouble is they are competing for such scarce commodities as scholarships, jobs (in a developing country the State is the biggest employer, and the group which controls the State controls the jobs), industries, amenities, and so on. No wonder therefore that ethnic passions run high in politics and are often threatening to break the country apart.

 

It is because of the impulse for access to national resources, that tribalism is not confined to the illiterate or least educated among us; but to the 'élite' predominantly. Hence the apparent paradox of University professors for example - the last group of people one would expect to be 'tribalistic’, quarrelling bitterly over ethnic issues on the campus. Hence the tragedy of army officers, another group pf people who should embody the national ethos, encouraging promotions into higher positions, exclusively along ethnic lines. These people feel like they have to first look after their own ethnic group, above all else. It is a matter of their survival.

 

The rooting of tribalism in Gabon is very shallow in reality, and opportunistic at best, because the animosity between the various ethnic group is only superficial when one takes the time to do a scientific research on this issue. The reason is that all ethnic groups of Gabon had been living side by side reasonably well, until the recent constitution of Gabon as a nation-state, by the French.

 

Gabonese political nationalism was non existent until the rise of Leon Mba in the 1930s, the first Gabonese leader who could claim to be a national political figure. This towering political figure, who spoke many Gabonese vernacular languages, tried his best to unify Gabon across all ethnic lines. In fact, his fiercest opponent were often people from his own ethnic group, the Fang.

 

Then Albert Bongo came to power and started to use and implement the concept of geopolitics, which was a way to destroy the idea that all Gabonese were equal before the State; and implement the notion that Gabon was a cake to be divided with pre-determined portions among pre-determined ethnic groups and that who controlled the State took the lion’share of the cake for themselves. This was the beginning of State sponsor tribalism!

 

For then on, for all your modernism, patriotism, and skill, you were viewed as first and foremost, a Fang for example; and as such you could have access to this can of jobs and not to other kinds. This became the rule for all ethnic groups.

 

Even with the authorization of the multiparty system, all political parties became ethnic parties. People following the leaders who were from their ethnic group. This was encouraged by the Bongo regime which saw this as a good divide and conquer strategy. Thus, as long as the Gabonese people were fighting among themselves about which ethnic group should or should not do this or that, the regime was certain that the materialization of a critical mass of Gabonese asking for the regime to account would not be a possibility. The longevity of the Bongo regime became synonymous with one thing: keeping the Gabonese people divided; and the tool to use was to become tribalism.

 

The Christians, Catholics and protestants were the first to bring formal western style education to Gabon. Obviously, the first people to benefit from this education were the populations located along the coast, on the Atlantic Ocean. This is why the first educated people in Gabon were the Mpongwe people who were located on the coast of Libreville. Then the Fang started to enter the modern education space. The consequence was that, by independence, the Fang and Mpongwe dominated the Gabonese civil service and thus started off by dominating national politics and the high civil service.

 

The Southerners were the last to rise to the challenge of modern education. With one of them, Albert Bongo ascending to power, they realized as a group, that if they did not wake up and catch up rapidly even artificially by slowing others down, their relative backwardness in education and political sophistication would allow the Northerners to continue to dominate the new country. The remedy was geopolitics which became the justification for appointing anybody at any job just because their ethnic group demanded it.

 

In practice, the system of geopolitics was a disaster for Gabon. With State appointments, came a large bloc of patronage: jobs in the civil service, in industries, the granting of scholarships, the allocation of revenues for amenities. Those ethnic groups who were perceived to have a “natural” advantage over others, felt that they were 'left out' and soon complained, sometimes rightly, that their people were not getting their fair share of the national cake.

 

Dear readers, from that point forward, the various ethnic groups became obstacles to each others. State resources became a way of rewarding one’s ethnic group and not necessary a way of accomplishing the national good.

 

In todays Gabon, this blog believes that tribalism is shamelessly used by people seeking to protect and advance their interest in the current abject political system. These are weak people who cannot compete in an open system were only talent is rewarded. Such weak people would prefer to elevate tribalism in the national discourse, in order to control how people think and react, as well as determine what they oppose or support.

 

Tribalism is promoted by some political figures, who want to use ethnic competition as the only way to think about the country. The Gabonese people must ask: “How did we get here, what and who are responsible’? Why do people present the ethnic diversity of Gabon has a threat rather than a source of national pride, strength and development?”

 

 

 

 

 

Version française

 

Le tribalisme et la politique sont à peine dissociables au Gabon. Dans notre pays, les questions idéologiques en politique ont tendance à passer au second plan, après l’allégeance ethnique et tribale. L’argument politique est en grande partie un argument entre des individus ou des groupes de personnes en compétition pour le pouvoir, qui se disputent sur la meilleure façon de partager le gâteau national qui est limité. Partager ce gâteau n’a rien à voir avec les grandes idées, mais qui gère ce gâteau et distribue les portions. C’est ce qui rend le tribalisme si féroce. Ce n’est pas que les différents groupes ethniques ne s’aiment pas. Le problème est qu’ils sont en concurrence pour des choses devenues aussi rares que les bourses d’étude, les emplois (dans un pays en développement, l’État est le plus grand employeur, et le groupe qui contrôle l’État, contrôle les emplois), les industries, les biens de consommation, etc. Il n’est donc pas étonnant que les passions ethniques soient collées à la politique et menacent souvent de faire éclater le pays.

 

C’est à cause de l’impulsion pour l’accès aux ressources nationales, que le tribalisme ne se limite pas aux analphabètes ou aux moins instruits d’entre nous; mais reste très présent dans « l’élite » principalement. D’où le paradoxe d’observer des professeurs d’université, par exemple - le dernier groupe de personnes dont on s’attendrait à être « tribaliste », se disputant amèrement à propos des questions ethniques sur le campus. D’où la tragédie de voir des officiers de l’armée, un autre groupe de personnes qui devraient incarner l’éthique nationale, encourageant les promotions en grade, exclusivement selon des critères ethniques. Ces personnes ont la conviction qu’elles doivent d’abord s’occuper de leur propre groupe ethnique, par-dessus tout. C’est une question de survie.

 

L’enracinement du tribalisme au Gabon est très léger en réalité, et au mieux opportuniste, car l’animosité entre les différents groupes ethniques n’est que superficielle lorsque l’on prend le temps de faire une recherche scientifique sur cette question. La raison en est que tous les groupes ethniques du Gabon vivaient raisonnablement en paix, côte à côte, jusqu’à la récente constitution du Gabon en tant qu’État-nation, par la France.

 

Le nationalisme politique gabonais était inexistant jusqu’à la montée de Léon Mba dans les années 1930, le premier dirigeant gabonais à pouvoir prétendre être une figure politique nationale. Cette figure politique imposante, qui parlait de nombreuses langues vernaculaires gabonaises, a fait de son mieux pour unifier le Gabon au-delà de tous les clivages ethniques. En fait, ses adversaires les plus féroces étaient souvent des gens de son propre groupe ethnique, les Fang.

 

Puis Albert Bongo est arrivé au pouvoir et a commencé à utiliser et à mettre en œuvre le concept de géopolitique, qui était une façon de détruire l’idée que tous les Gabonais étaient égaux devant l’État; et mettre en œuvre l’idée que le Gabon était un gâteau à diviser avec des portions prédéterminées entre des groupes ethniques prédestinés et que ceux qui contrôlaient l’État gardaient la part du lion du gâteau pour eux-mêmes. Ce fut le début du tribalisme d’État !

 

A partir de cet instant, malgré tout votre modernisme, votre patriotisme et votre talent, vous étiez considéré d’abord et avant tout comme un Fang par exemple ; et en tant que tel, vous pourriez avoir accès à certains points professionnels et non à d’autres. C’est devenu la règle pour tous les groupes ethniques.

 

Même avec l’avènement du multipartisme, tous les partis politiques sont devenus des partis ethniques. Les gens suivaient les dirigeants qui étaient de leur groupe ethnique. Cela a été encouragé par le régime Bongo qui a vu en cela une bonne stratégie de division et de conquête. Ainsi, tant que le peuple gabonais se battait en interne pour savoir quel groupe ethnique devrait ou ne devrait pas faire ceci ou cela, le régime restait certain que la matérialisation d’une masse critique de Gabonais lui demandant des comptes ne serait pas une possibilité. La longévité du régime Bongo est devenue synonyme d’une chose : maintenir le peuple Gabonais divisé ; et l’outil à utiliser à cet effet est le tribalisme.

 

Les chrétiens, catholiques et protestants, ont été les premiers à apporter une éducation formelle de style occidental au Gabon. Évidemment, les premières personnes à bénéficier de cette éducation ont été les populations situées le long de la côte, sur l’océan Atlantique. C’est pourquoi les premières personnes instruites au Gabon étaient les Mpongwe qui étaient situés sur la côte de Libreville. Puis les Fang ont commencé à entrer dans l’espace éducatif moderne. La conséquence fut qu’au moment de l’indépendance, les Fang et les Mpongwe dominaient la fonction publique gabonaise et commencèrent ainsi à dominer la politique nationale et la haute administration.

 

Les populations Sudistes ont été les dernières chronologiquement à relever le défi de l’éducation moderne. Avec un de leurs ressortissants, Albert Bongo, arrivant au pouvoir, la réalisation fut faite par certains, qu’en tant que groupe, s’ils ne se réveillaient pas et ne rattrapaient pas rapidement, même artificiellement en ralentissant les autres, leur retard relatif dans l’éducation et la sophistication politique ; cela permettrait aux habitants au Nord d’eux, de continuer à dominer le nouveau pays. Le remède fut la géopolitique qui est devenue la justification pour nommer n’importe qui à n’importe quel poste simplement parce que le groupe ethnique l’exigeait.

 

Dans la pratique, le système géopolitique a été un désastre pour le Gabon. Avec les nominations aux postes d’Etat qui devinrent de grandes démonstrations de favoritisme: des emplois dans la fonction publique à ceux dans les industries, de l’octroi de bourses à l’allocation des services. Les groupes ethniques perçus comme ayant un avantage « naturel » sur les autres se sentaient « exclus » et se plaignaient bientôt, parfois à juste titre, que leur peuple ne recevait pas sa juste part du gâteau national.

 

Chers lecteurs, à partir de ce moment-là, les différents groupes ethniques sont devenus des obstacles les uns pour les autres. Les ressources de l’État sont devenues un moyen de récompenser son groupe ethnique et pas nécessairement un moyen d’accomplir le progrès national.

 

Dans le Gabon d’aujourd’hui, ce blog croit que le tribalisme est utilisé sans vergogne par des personnes qui cherchent à protéger et à promouvoir leur intérêt dans le système politique abject actuel. Ce sont des gens faibles qui ne peuvent pas compétir dans un système ouvert où seul le talent est récompensé. Ces personnes faibles préféreraient élever le tribalisme dans le discours national, afin de contrôler la façon dont les gens pensent et réagissent, ainsi que de déterminer ce à quoi ils s’opposent ou ce qu’ils soutiennent.

 

Le tribalisme est promu par certaines personnalités politiques qui veulent utiliser la concurrence ethnique comme seule façon de penser le pays. Le peuple Gabonais doit se demander : « Comment en sommes-nous arrivés là, quoi et qui sont responsables de cette situation ? Pourquoi les gens présentent-ils la diversité ethnique du Gabon comme une menace plutôt qu’une source de fierté nationale, de force et de développement ? »

Comments

Popular posts from this blog

NOUREDDIN BONGO-VALENTIN MINIONS HAVE GABON’S OIL IN THEIR HANDS! LES OBLIGÉS DE NOUREDDIN BONGO-VALENTIN ONT EN MAIN LE PÉTROLE GABONAIS !

GABON SHOULD BE CALLED ALI & SYLVIA BONGO INC! LE GABON DEVRAIT S’APPELER ALI & SYLVIA BONGO INC.!