DO ALI BONGO’S MINISTERS KNOW WHAT A CODE OF CONDUCT IS? LES MINISTRES D’ALI BONGO SAVENT-ILS CE QU’EST UN CODE DE CONDUITE ?






English version

In a previous post, we demonstrated that many Gabonese politicians were cruelly lacking in any sense of honor. But now one of them adds water to our mill by behaving publicly through his reactions on social networks, in the most vulgar way possible. The question arises as to whether the members of the Ali Bongo’s regime know that their duties impose a certain code of conduct on them.

In normally constituted and governed countries, ministers are chosen on the basis of an exclusive criterion, that of competence in their field. Their function is regal and therefore imposes a code of conduct that guarantees collegiality, solidarity and respect for the people.

Ministers are primarily public servants. They cannot show an arrogance towards the people who pay their emoluments, and that they are supposed to serve, and continually have the air of provocateurs and initiators of conflicts towards these people.

If Gabon would like to boast of aligning its "public life" at the level of the best international standards, the minister who insulted the Gabonese people on social networks, should simply resign.

In the great democracies, the conduct of a minister reflects the government to which they belong. In France, Bernard Tapie was relieved of his ministerial duties for repeated misconduct which ultimately led him to prison. More recently at the IMF, Dominique Strauss-Kahn was stripped of his title of director for his involvement in a morality casein New York.

But for the members of the Ali Bongo’s regime, who benefit from the generosity of the Republic at the expense of the taxpayers, the Gabonese people have only deserve their contempt and insults.

We will not give up!




Version française

Dans un précédent billet, nous démontrions que beaucoup de politiciens Gabonais manquaient cruellement de tout sens de l’honneur. Mais voici que l’un deux vient rajouter de l’eau à notre moulin en se comportant publiquement par ses réactions sur les réseaux sociaux, de la manière la plus vulgaire possible. On en est à se demander si les membres du régime Ali Bongo savent que les fonctions qu’ils occupent leur imposent un certain code de conduite.

Dans les pays normalement constitués et dirigés, les ministres sont choisis sur un critère exclusif, celui de la compétence dans leur domaine. Leur fonction est régalienne et par conséquent, leur impose un code de conduite qui garantit la collégialité, la solidarité et le respect du peuple.

Les ministres sont avant tout des agents du service public. Ils ne peuvent pas exhiber une arrogance envers le peuple qui paie leurs émoluments, et qu’ils sont sensés servir, et continuellement avoir des airs de provocateurs et d’initiateurs de conflits envers ce peuple.

Si le Gabon voudrait se targuer d’aligner sa « vie publique » au niveau des meilleurs standards internationaux, l’énergumène de ministre qui insulte les gabonais sur les réseaux sociaux, devrait simplement rendre son tablier.

Dans les grandes démocraties, la conduite d’un ministre reflète le gouvernement auquel il appartient. En France, on avait vu Bernard Tapie être relevé de ses fonctions ministérielles pour écarts de conduite à répétition qui le conduisirent ultimement en prison. Plus récemment au FMI, on a vu Dominique Strauss-Kahn être dépouillé de son titre de directeur pour son implication dans une affaire de mœurs à New-York.

Mais pour les membres du régime d’Ali Bongo, qui profitent des générosités de la République au frais du contribuable, le peuple Gabonais n’a droit qu’au mépris et au injures.

Nous ne lâcherons rien !

Comments

Popular posts from this blog

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)

FRANCE USES LA LETTRE DU CONTINENT TO PLAY THE CLOCK ABOUT ALI BONGO’S HEALTH. LA FRANCE SE SERT DE LA LETTRE DU CONTINENT POUR GAGNER DU TEMPS AU SUJET DE L’ÉTAT DE SANTÉ D’ALI BONGO

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL