THE INTERNATIONAL PRESS SPEAKS OF CHILD TRAFFICKING IN GABON. LA PRESSE INTERNATIONALE PARLE DU TRAFFIC D’ENFANTS AU GABON

To read the original in Spanish click here
Pour lire l’original en Espagnol cliquer ici



English version

While the impostors who run Gabon bask at great expense to the Gabonese taxpayers, on the beaches of Marbella in Spain, the largest Spanish daily, "El Pais", publishes an article on child trafficking in Gabon. We translate it below.



Sold children end up in Gabon

Purchased in West Africa, hundreds of minors are sent to Gabon, an oil-rich country that has laws and means to end the networks of traffickers but applies little of them.

When she was 15 years old, the Togolese Adama (a fictitious name) was exploited as a servant in Nigeria before being taken to Gabon, to the home of a woman who sent her to sell food in the street without paying her. Senami (a fictitious name), 13 years old, was bought in Benin. "My father did not want that, but my uncle influenced him and convinced him to sell me to a drug dealer," he says. With a mixture of contained anger and sadness, she recalls her experience as a domestic slave and peanut seller for an "evil" Beninese from Libreville. "I washed his clothes; I did everything (...). But when he saw that 100 CFA francs (0.15 euro cents) were missing, he would beat me with my shoes, "recalls Senami, who slept in the living room on a mat and ate" left overs ".

Nannies, street vendors, night watchmen, guards and even sex slaves: the stories of girls and boys victims of trafficking in Gabon and forced to work without pay are common. They are bought in West Africa and moved to countries like this, which have oil and are relatively rich. Fighting the mafias of traffickers is a daily challenge.

These children arrive from the coasts of other countries along with other clandestine immigrants, most of the time on makeshift vessels. "During the four-day trip, six people died," recalls Senami, who arrived in Gabon early in 2018 and is eager to return to Benin to reunite with her family and work for herself.

Like almost 80 children, Adama and Senami now live in a transit center financed by the Gabonese authorities with the support of Unicef, which does not have a precise and current figure on the number of children in these circumstances. According to the latest statistics held by the project Understanding Children's Work, conducted in collaboration by UNICEF, the World Bank and the International Labor Organization, 22.3% of children between five and 14 years of age, were involved in some economic activity and 23.3% combined work and studies in 2012, date of the most recent data. The kids who now are in the transit centers will be sent to their countries of origin in case their families are found and it is verified that they are not going to get rid of them and will be able to take care of them.

The United States Bureau of International Labor Affairs details on its website that there is limited evidence of child trafficking within Gabon, "although it is a fact that some parents entrust their children to intermediaries who traffic them instead of providing them with opportunities to education and work ". Melanie Mbadinga Matsanga, a member of the National Committee to oversee the fight against child trafficking in Gabon, says that it is a "transnational organized crime, a complete network that starts in West Africa". Sometimes, she explains, the minors are again victims of trafficking after meeting with their relatives.

There is limited information on specific activities carried out by children in the agriculture, industry and services sectors. In particular, the most frequent jobs are fishing and fish smoking, mining, brick making, domestic work, street vending, garbage collection, restaurant service, transportation services and sexual exploitation.

Michel Ikamba, head of the Child Protection Section of this organization in Gabon, says that a small nanny can make to a trafficker between 100,000 CFA francs (about 150 euros) and 150,000 CFA francs (about 230 euros), according to the evidence obtained by Unicef. "The child is not paid, they work for the network and nothing comes to his hometown," he explains.

The network usually includes a person who takes them to the transit country (mainly Nigeria), another that takes them to the destination, the person who receives them and who pays the smugglers and, finally, the person who places the child in the houses in Gabon, explains Ikamba.

When a trafficker is concerned about justice, "you try to corrupt the judges", to those who offer money, says a magistrate who prefers not to reveal his name and who claims to have lived through this situation. "Some judges of instruction make the fight against child trafficking a business," he laments. It also happens that justice considers certain practices as cultural, forgetting that it is a criminal act, "clarifies this same magistrate.

There is the case of child marriage. Niakate Tene, 12 years old and from Mali, was bought for 500,000 CFA francs (760 euros) in 2012 by a "tentacular network" for a Malian resident in Gabon who forced her to marry him. The police found her chained and crying at her husband's house, and released the girl. The man was only a month in prison before being released on bail, explains the magistrate.

According to the magistrate, child trafficking has taken more hidden forms with domestic workers: "I know many people who have children at home and know that it is illegal, but a child is cheaper," says a Cameroonian from Libreville.

A lot to do

In Gabon, the phenomenon has decreased since the beginning of the 2000s thanks to a law of 2004 that criminalizes the trafficking of children, thanks to international ones that had been ratified in the following years and to the sensitization work of different organizations, such as Unicef. "We sent several people and it had a lot of repercussion. People began to become aware, "says Sylvianne Moussavou, a Gabonese police officer specializing in the fight against the exploitation of children. "Now there are many people who look at the age", but many times they have false documents, she laments.

The country also has an Interministerial Committee to Combat Trafficking in Minors that coordinates national efforts against trafficking in children and other forms of child labor. This includes representatives of five ministries and, among its responsibilities, operates a telephone hotline to assist victims of child trafficking, maintains provincial offices and centers for these, provides social services and is in charge of repatriations to the countries of origin of the minors, when it is appropriate. However, in 2016 it became known that the lack of communication between the ministries and budget constraints limited the capacity of this agency, according to the US Department of International Labor. "Research indicates that Committee members occasionally use personal funds to help victims due to lack of resources."

Gabon also has a National Observatory for the Rights of Children and national programs such as a refuge for children in need in Libreville and Port Gentil that in 2016 served 19 victims, or the Decent Work Program, carried out between 2013 and 2016 and with which the promotion of fair working conditions with the focus on creating employment opportunities for young people, were tried.

But much remains to be done. In the concluding observations of the second Gabon report on its application of ratified protocols by the Committee on the Rights of Children in 2016, the expert and co-author of the report, Suzanne Aho Assouma, drew attention to the need to close the existing gap between the laws and their application.

For the United States Office of International Labor Affairs, Gabon has made "minimal progress" in efforts to eliminate the worst forms of child labor exploitation. They value how the Committee to Combat Trafficking in Children established local vigilance committees in the nine regions and initiated eight prosecutions against people for that practice in 2016. "However, children in Gabon perform dangerous tasks in domestic work and the Government has no prohibitions against the use of children in illicit activities and does not criminally prohibit slavery or the use of children for pornographic performances Labor inspectors lack the basic resources needed to conduct investigations, such as transportation, fuel and supplies. In addition, the Government lacks a general policy to address child labor, there are reduced funds to the Interministerial Committee for the Fight against Child Trafficking and reduced financial support for social programs to address child labor”, they conclude.






Version française

Alors que les imposteurs qui dirigent le Gabon se prélassent à grand frais du contribuable Gabonais sur les plages de Marbella en Espagne, le plus grand quotidien espagnole, « El Pais », publie un article sur le trafic d’enfants au Gabon. Nous vous le traduisons ci-dessous.


Les enfants vendus finissent au Gabon

Acheté en Afrique de l'Ouest, des centaines de mineurs sont envoyés au Gabon, un pays riche en pétrole qui a des lois et les moyens de mettre fin aux réseaux de trafiquants mais ne le fait pas.

A l'âge de 15 ans, la Togolaise Adama (nom fictif) a été exploitée comme domestique au Nigeria avant d'être emmenée au Gabon, chez une femme qui l'a envoyée vendre de la nourriture dans la rue sans la payer. Senami (nom fictif), 13 ans, a été acheté au Bénin. "Mon père ne voulait pas, mais mon oncle l'a persuadé et l'a convaincu de me vendre à un trafiquant de drogue", dit-elle. Avec un mélange de colère contenue et de tristesse, elle se souvient de son expérience d’esclave domestique et de vendeuse d'arachides pour un «horrible» béninois de Libreville. "Je lavais ses vêtements, je faisais tout (...). Mais quand il voyait qu'il manquait 100 francs CFA (0,15 centimes d'euro), il me battait avec mes chaussures ", se souvient Senami, qui dormait dans le salon sur un tapis et mangeait" les restes ".

Nounous, vendeurs de rue, veilleurs de nuit, gardes et même esclaves sexuels: les récits de filles et garçons victimes de la traite au Gabon et forcés de travailler sans salaire, sont fréquents. Ils sont achetés en Afrique de l'Ouest et se sont envoyés vers des pays comme celui-ci, pétroliers et relativement riches. Combattre les mafias des trafiquants est un défi quotidien.

Ces enfants arrivent des côtes des pays voisins, avec d'autres immigrants clandestins, la plupart du temps sur des embarcations de fortune. «Au cours de ce voyage de quatre jours, six personnes sont mortes», se souvient Mme Senami, arrivée au Gabon au début de l'année 2018. Elle est impatiente de retourner au Bénin pour retrouver sa famille et travailler pour elle-même.

Comme près de 80 enfants, Adama et Senami vivent désormais dans un centre de transit financé par les autorités gabonaises avec le soutien de l'Unicef, qui ne dispose pas de chiffres précis et actuels sur le nombre d'enfants dans ces circonstances. Selon les dernières statistiques du projet Comprendre le travail des enfants, mené en collaboration par l'UNICEF, la Banque mondiale et l'Organisation internationale du travail, 22,3% des enfants entre cinq et 14 ans sont impliqués dans une activité économique et 23,3% faisait un travail combiné à des études en 2012, date des données les plus récentes. Les enfants qui résident désormais dans les centres de transit, seront envoyés dans leur pays d'origine au cas où leur famille serait retrouvée et il serait vérifié qu'ils ne vont pas s'en débarrasser et seront capables de s'occuper d'eux.

Le Bureau des affaires internationales du travail des Etats-Unis dit sur son site Internet qu'il existe peu de preuves de la traite des enfants au Gabon ", bien que certains parents confient leurs enfants à des intermédiaires qui les exploitent au lieu de leur donner l'opportunité d’une éducation et d’un emploi". Melanie Mbadinga Matsanga, membre du Comité national chargé de superviser la lutte contre la traite des enfants au Gabon, affirme qu'il s'agit d'un «crime organisé transnational, un réseau complet qui commence en Afrique de l'Ouest». Parfois, explique-t-elle, les mineurs sont à nouveau victimes de la traite après avoir retrouvé leurs proches.

Les informations sur les activités spécifiques menées par les enfants dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie et des services, sont limitées. En particulier, les emplois les plus fréquents sont la pêche et le fumage du poisson, l'exploitation minière, la fabrication de briques, le travail domestique, la vente ambulante, la collecte des déchets, la restauration, les services de transport et l'exploitation sexuelle.

Michel Ikamba, chef de la section protection de l'enfance de cette organisation au Gabon, affirme qu'une petite nounou peut rapporter à un trafiquant entre 100 000 francs CFA (environ 150 euros) et 150 000 francs CFA (environ 230 euros), selon les preuves obtenu par Unicef. "L'enfant n'est pas payé, il travaille pour le réseau et rien ne va dans sa ville natale", explique-t-il.

Le réseau comprend généralement une personne qui les emmène dans le pays de transit (principalement le Nigéria), une autre qui les emmène à destination, la personne qui les reçoit et qui paie les passeurs et, finalement, la personne qui place l'enfant dans les maisons au Gabon, explique Ikamba.

Quand un trafiquant est préoccupé par la justice, «vous essayez de corrompre les juges», il y a ceux qui offrent de l'argent, dit un magistrat qui préfère ne pas révéler son nom et qui prétend avoir vécu cette situation. "Certains juges d'instruction font de la lutte contre le trafic d'enfants un business", déplore-t-il. Il arrive aussi que la justice considère certaines pratiques comme étant culturelles, oubliant qu'il s'agit d'un acte criminel », précise ce même magistrat.

Il y a le cas du mariage des enfants. Niakate Tene, 12 ans et originaire du Mali, a été acheté pour 500 000 francs CFA (760 euros) en 2012 par un «réseau tentaculaire» pour un résident malien au Gabon qui l'a forcé à l'épouser. La police l'a trouvée enchaînée et pleurant dans la maison de son mari, et a libéré la fille. L'homme a passé seulement un mois en prison avant d'être libéré sous caution, explique le magistrat.

Selon le magistrat, la traite des enfants présente des formes plus cachées avec les domestiques: «Je connais beaucoup de personnes qui ont des enfants à la maison et savent que c'est illégal, mais un enfant coûte moins cher», explique un camerounais de Libreville.

Beaucoup à faire

Au Gabon, le phénomène a diminué depuis le début des années 2000, grâce à une loi de 2004 qui criminalise la traite des enfants, grâce à des traités internationaux ratifiés au courant des années suivantes et au travail de sensibilisation de différentes organisations, comme l'Unicef. "Nous avons envoyé plusieurs personnes et cela a eu beaucoup de répercussions. Les gens ont commencé à prendre conscience », explique Sylvianne Moussavou, une policière gabonaise spécialisée dans la lutte contre l'exploitation des enfants. "Maintenant, il y a beaucoup de gens qui regardent l'âge", mais dans beaucoup de cas, ils ont de faux documents, déplore-t-il.

Le pays dispose également d'un Comité interministériel de lutte contre la traite des mineurs qui coordonne les efforts nationaux contre la traite des enfants et d'autres formes de travail des enfants. Il comprend des représentants de cinq ministères et, entre autres, une ligne téléphonique pour aider les victimes de la traite des enfants, il gère des bureaux et des centres provinciaux, fournit des services sociaux et s'occupe des rapatriements dans les pays d'origine des mineurs, quand cela est approprié. Cependant, en 2016, il est devenu évident que le manque de communication entre les ministères et les contraintes budgétaires ont limité la capacité de cette agence, selon le département américain du travail international. "La recherche indique que les membres du Comité utilisent parfois des fonds personnels pour aider les victimes en raison du manque de ressources."

Le Gabon dispose également d'un Observatoire national des droits de l'enfant et de programmes nationaux tels qu'un refuge pour les enfants dans le besoin à Libreville et Port Gentil, qui ont servi en 2016, 19 victimes, ou le Programme de travail décent, entre 2013 et 2016 et avec lequel des essais de promotion des conditions de travail équitables en mettant l'accent sur la création de possibilités d'emploi pour les jeunes, ont été faits.

Mais il reste beaucoup à faire. Dans les observations finales du deuxième rapport sur le Gabon à propos de l'application des protocoles ratifiés par le Comité des droits de l'enfant en 2016, l'experte et co-auteure du rapport, Suzanne Aho Assouma, a attiré l'attention sur la nécessité de combler le fossé existant entre les lois et leur application.

Pour le Bureau des affaires internationales du travail des États-Unis, le Gabon a fait peu de progrès dans les efforts visant à éliminer les pires formes d'exploitation du travail des enfants. Ils apprécient la manière dont le Comité de lutte contre la traite des enfants a mis en place des comités locaux de vigilance dans les neuf régions et engagé huit poursuites contre des personnes accusées de cette pratique en 2016. « Cependant, les enfants au Gabon accomplissent des tâches dangereuses dans le travail domestique. Le gouvernement n'interdit pas l'utilisation d'enfants dans des activités illicites et n'interdit pas criminellement l'esclavage ou l'utilisation d'enfants à des fins pornographiques. Les inspecteurs du travail manquent de ressources de base nécessaires pour mener des enquêtes, comme le transport, le carburant et les fournitures. En outre, le gouvernement n'a pas de politique générale pour lutter contre le travail des enfants, les fonds alloués au Comité interministériel de lutte contre la traite des enfants sont réduits et le soutien financier aux programmes sociaux pour lutter contre le travail des enfants est aussi réduit», concluent-ils.

Comments

Popular posts from this blog

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)

FRANCE USES LA LETTRE DU CONTINENT TO PLAY THE CLOCK ABOUT ALI BONGO’S HEALTH. LA FRANCE SE SERT DE LA LETTRE DU CONTINENT POUR GAGNER DU TEMPS AU SUJET DE L’ÉTAT DE SANTÉ D’ALI BONGO

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL