THE PRESIDENT OF THE ESTUARY FOOTBALL LEAGUE IS ALSO ACCUSED OF RAPING CHILDREN! LE PRÉSIDENT DE LA LIGUE DE FOOTBALL DE L’ESTUAIRE EST AUSSI ACCUSÉ D’AVOIR VIOLÉ DES ENFANTS!

 



 

To read click here

Pour lire cliquer ici

  

Traduction française

 

Le président d’une ligue gabonaise est accusé d’abus sexuels sur de jeunes footballeurs

 

         Officiel présumé avoir exigé des relations sexuelles pour que les joueurs soient sélectionnés

·       Serge Mombo dit que les accusateurs « mentent pour salir mon image »

 

Serge Mombo, un haut responsable du football gabonais, a été accusé d’avoir abusé sexuellement de jeunes joueurs et d’avoir exigé des relations sexuelles comme condition pour qu’ils obtiennent des places dans les équipes nationales.

 

Mombo a été réélu président de la Ligue de l’Estuaire, la ligue de football senior du Gabon, en juin 2021. Il devrait également servir de responsable des équipements pour l’équipe masculine senior du Gabon lors de la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun, qui commence dimanche. Mombo, un ancien policier, a nié les allégations d’abus, faites au Guardian par des victimes présumées et des témoins.

 

Il a également nié les allégations selon lesquelles il aurait fourni à un entraîneur de football gabonais, Patrick Assoumou Eyi, connu sous le nom de « Capello », des garçons à abuser sexuellement. Eyi, comme Mombo, un haut responsable de la fédération gabonaise de football Fegafoot, fait face à des accusations de viol sur mineurs et d’agression sexuelle après que des allégations de victimes présumées aient été rapportées par le Guardian. Deux autres entraîneurs au Gabon font également face à des accusations.

 

Mombo a déclaré que ses accusateurs " mentaient pour essayer de salir mon image ».

 

Une victime présumée a déclaré avoir été abusée par Mombo et Capello en 2014 à l’hôtel Heliconia de Libreville, la capitale du Gabon, lors d’un camp d’entraînement. « Il était là, choisissant des garçons. Nous ne comprenions pas vraiment pourquoi il était si puissant. Certains joueurs devait l’appeler coach mais c’était un responsable des équipements. C’était très bizarre. Il a fait son sale jeu avec Capello. »

 

La victime présumée a déclaré que Mombo donnait les trois premiers morceaux de pastèque à trois garçons qu’ils inviteraient ensuite dans une pièce pour être abusés. « La même nuit, Mombo est venu dans ma chambre et m’a dit d’aller dans la chambre de Capello. Il n’en a pas dit plus et ne m’a pas donné le choix. Il était presque 10 heures du soir. Capello m’attendait sans T-shirt. Il m’a dit que j’avais du talent mais que pour supporter la pression, j’aurais besoin de la présence d’esprit. »

 

Il a ajouté: « Capello et Mombo ont travaillé ensemble sur ce sujet. Mombo est venu avec nous lors des voyages à l’étranger, dans le même avion. Il est venu nous voir, a dit qu’il pouvait nous aider. Je me souviens qu’après un match à domicile, il m’a dit : « Si tu veux jouer, tu devras me donner ce que je veux. Je peux orchestrer ta carrière, même avec l’équipe nationale senior. »

 

« Je venais d’une famille pauvre, j’y pensais. J’en ai honte mais c’était ma seule façon d’aider ma famille, vous savez, alors j’ai accepté sa première offre. J’ai été sélectionné la fois suivante mais je me sentais tellement mal. Physiquement, émotionnellement, ils m’ont abîmé. Quand j’ai refusé d’aller plus loin, je n’ai plus été sélectionné avec l’équipe nationale. »

 

Un autre ancien joueur qui a affirmé avoir été abusé par Eyi et Mombo lorsqu’il avait représenté les moins de 17 ans du Gabon en 2017, a déclaré que l’officiel avait tenté de lui proposer une place de titulaire dans l’équipe.

 

« En équipe nationale, Serge Mombo était un prédateur », a-t-il déclaré. « Il nous faisait des propositions sexuelles en échange d’une place dans l’équipe à l’avenir. Ils nous ont choisis, ils nous ont donné quelques avantages : de l’argent, des cadeaux et aussi le privilège de jouer pour notre pays.

 

« Quand vous commencez à aimer ça, à rêver, ils demandaient du sexe. En gros, il m’a dit : « Si tu veux rester avec nous, tu devras me donner quelque chose. » J’ai demandé quoi et il m’a répondu : « Ton cul. » Il m’a même offert de l’argent si je voulais... Je suis victime des deux.

 

Ces deux victimes présumées ont déclaré que Mombo travaillait également comme chargé des équipements pour toutes les équipes nationales de jeunes du Gabon. Ceci est nié par Mombo.

 

Mombo a nié les allégations d’abus sexuels et a déclaré qu’il n’avait « jamais travaillé avec ce Capello dans une équipe nationale. Je l’ai rencontré en tant que DTP [directeur technique provincial] lorsque j’ai été élu à la ligue ». « Jamais et jamais », a-t-il ajouté. « Bien sûr, ils mentent pour essayer de salir mon image. »

 

L’ancien international gabonais Brice Makaya a été l’assistant d’Eyi avec les moins de 17 ans en 2014 et a déclaré au Guardian que Mombo voyageait régulièrement avec l’équipe et le président de la Fegafoot, Pierre-Alain Mounguengui, dans les tournois.

 

« Mombo était l’homme tout-puissant des équipements de la fédération gabonaise de football. Il a géré les équipements pour les managers de tous les groupes d’âge des sélections nationales. Chez les moins de 17 ans, quand nous avions des voyages, il voyageait avec Mounguengui et agissait en tant que responsable, et parfois il était le décideur.

 

Makaya a affirmé que lors d’un voyage en Éthiopie, il a informé Mounguengui de ses soupçons selon lesquels Eyi avait abusé des joueurs, mais il lui repondit « vous n’avez pas de preuves ». « Quand il m’a dit de me calmer et qu’il ne ferait rien, j’ai compris que c’était un système », a-t-il déclaré.

 

Mounguengui n’a pas répondu aux demandes de commentaires du Guardian.

 

Un autre témoin présumé a affirmé avoir entendu Mombo demander à un jeune garçon d’effectuer un acte sexuel sur lui s’il voulait être sélectionné en équipe nationale. « Mombo était au téléphone et j’étais à 10 mètres », a-t-il dit.

 

Le témoin présumé a également affirmé que Mombo avait confisqué les passeports des joueuses de l’équipe féminine des moins de 20 ans du Gabon après qu’elles eurent signalé des accusations de viol, d’abus et de harcèlement sexuel. « Il les a menacés si elles voulaient parler d’abus sexuels », a-t-il ajouté.

 

Mombo n’a pas répondu directement à la question de savoir s’il avait confisqué les passeports des joueuses. Mais il a ajouté: « Je vous promets que si j’ai des informations sur les différents prédateurs qui ont tué la vie et la carrière de certains, je vous les communiquerai; ensemble, nous devons sauver notre football. Surtout les jeunes. Je fais aussi des enquêtes à mon niveau. Si j’ai des nouvelles, je les partagerais avec vous un certainement. »

Comments

Popular posts from this blog

NOUREDDIN BONGO-VALENTIN MINIONS HAVE GABON’S OIL IN THEIR HANDS! LES OBLIGÉS DE NOUREDDIN BONGO-VALENTIN ONT EN MAIN LE PÉTROLE GABONAIS !

GABON CANNOT HAVE A DIMINISHED PRESIDENT! LE GABON NE SAURAIT AVOIR UN PRÉSIDENT DIMINUÉ!