A MUST-READ BOOK! UN LIVRE À LIRE ABSOLUMENT!

 



 English version

 

This book was written in 1933, by Carter Godwin Woodson, a Black American who received a doctorate from Harvard University.

 

 

Preface

 

Herein are recorded not opinions but the reflections of one who for forty years has participated in the education of the Black, brown, yellow and white races in both hemispheres and in tropical and temperate regions. Such experience, too, has been with students in all grades from the kindergarten to the university. The author, moreover, has traveled around the world to observe not only modern school systems in various countries but to study the special systems set up by private agencies and governments to educate the natives in their colonies and dependencies.

 

Some of these observations, too, have been checked against more recent studies on a later tour. Discussing herein the mistakes made in the education of the Negro, the writer frankly admits that he has committed some of these errors himself. In several chapters, moreover, he specifically points out wherein he himself has strayed from the path of wisdom. This book, then, is not intended as a broadside against any particular person or class, but it is given as a corrective for methods which have not produced satisfactory results.

 

The author does not support the once popular views that in matters of education Negroes are rightfully subjected to the will of others on the presumption that these poor people are not large taxpayers and must be content with charitable contributions to their uplift. The author takes the position that the consumer pays the tax, and as such every individual of the social order should be given unlimited opportunity make the most of himself. Such opportunity, too, should not be determined from without by forces set to direct the proscribed element in a way to redound solely to the good of others but should be determined by the make-up of the Negro himself and by what his environment requires of him.

 

This new program of uplift, the author contends, should not be decided upon by the trial and error method in the application of devices used in dealing with others in a different situation and at another epoch. Only by careful study of the Negro himself and the life which he is forced to lead can we arrive at the proper procedure in this crisis. The mere imparting of information is not education. Above all things, the effort must result in making a man think and do for himself just as the Jews have done in spite of universal persecution.

 

In thus estimating the results obtained from the so-called education of the Negro the author does not go to the census figures to show the progress of the race. It may be of no importance to the race to be able to boast today of many times as many "educated" members as it had in 1865. If they are of the wrong kind the increase in numbers will be a disadvantage rather than an advantage. The only question which concerns us here is whether these "educated" persons are actually equipped to face the ordeal before them or unconsciously contribute to their own undoing by perpetuating the regime of the oppressor.

Herein, however, lies no argument for the oft-heard contention that education for the white man should mean one thing and for the Negro a different thing. The element of race does not enter here. It is merely a matter of exercising common sense in approaching people through their environment in order to deal with conditions as they are rather than as you would like to see them or imagine that they are. There may be a difference in method of attack, but the principle remains the same.

 

"Highly educated" Negroes denounce persons who advocate for the Negro a sort of education different in some respects from that now given the white man. Negroes who have been so long inconvenienced and denied opportunities for development are naturally afraid of anything that sounds like discrimination. They are anxious to have everything the white man has even if it is harmful. The possibility of originality in the Negro, therefore, is discounted one hundred per cent to maintain a nominal equality. If the whites decide to take up Mormonism the Negroes must follow their lead. If the whites neglect such a study, then the Negroes must do likewise.

 

The author, however, does not have such an attitude. He considers the educational system as it has developed both in Europe and America an antiquated process which does not hit the mark even in the case of the needs of the white man himself. If the white man wants to hold on to it, let him do so; but the Negro, so far as he is able, should develop and carry out a program of his own.

 

The so-called modern education, with all its defects, however, does others so much more good than it does the Negro, because it has been worked out in conformity to the needs of those who have enslaved and oppressed weaker peoples. For example, the philosophy and ethics resulting from our educational system have justified slavery, peonage, segregation, and lynching. The oppressor has the right to exploit, to handicap, and to kill the oppressed. Negroes daily educated in the tenets of such a religion of the strong have accepted the status of the weak as divinely ordained, and during the last three generations of their nominal freedom they have done practically nothing to change it. Their pouting and resolutions indulged in by a few of the race have been of little avail.

 

No systematic effort toward change has been possible, for, taught the same economics, history, philosophy, literature and religion which have established the present code of morals, the Negro's mind has been brought under the control of his oppressor. The problem of holding the Negro down, therefore, is easily solved. When you control a man's thinking you do not have to worry about his actions. You do not have to tell him not to stand here or go yonder. He will find his "proper place" and will stay in it. You do not need to send him to the back door. He will go without being told. In fact, if there is no back door, he will cut one for his special benefit. His education makes it necessary

 

The same educational process which inspires and stimulates the oppressor with the thought that he is everything and has accomplished everything worthwhile, depresses and crushes at the same time the spark of genius in the Negro by making him feel that his race does not amount to much and never will measure up to the standards of other peoples. The Negro thus educated is a hopeless liability of the race.

 

The difficulty is that the "educated Negro" is compelled to live and move among his own people whom he has been taught to despise. As a rule, therefore, the "educated Negro" prefers to buy his food from a white grocer because he has been taught that the Negro is not clean. It does not matter how often a Negro washes his hands, then, he cannot clean them, and it does not matter how often a white man uses his hands he cannot soil them. The educated Negro, moreover, is disinclined to take part in Negro business, because he has been taught in economics that Negroes cannot operate in this particular sphere. The "educated Negro" gets less and less pleasure out of the Negro church, not on account of its primitiveness and increasing corruption, but because of his preference for the seats of "righteousness" controlled by his oppressor. This has been his education, and nothing else can be expected of him.

 

If the "educated Negro" could go off and be white he might be happy, but only a mulatto now and then can do this. The large majority of this class, then, must go through life denouncing white people because they are trying to run away from the Blacks and decrying the Blacks because they are not white.

 

 

 

 

 

 

Version française

 

Ce livre a été écrit en 1933 par Carter Godwin Woodson, un Noir américain qui avait reçu un doctorat de l’Université Harvard.

 

 

 

Préface

 

Ici sont enregistrées non pas des opinions mais les réflexions de celui qui depuis quarante ans a participé à l’éducation des races noire, brune, jaune et blanche dans les deux hémisphères et dans les régions tropicales et tempérées. Une telle expérience a également été vécue avec des élèves de toutes les classes, de la maternelle à l’université. L’auteur, en outre, a voyagé à travers le monde pour observer non seulement les systèmes scolaires modernes dans divers pays, mais aussi pour étudier les systèmes spéciaux mis en place par des agences privées et des gouvernements pour éduquer les indigènes dans leurs colonies et dépendances.

 

Certaines de ces observations ont également été vérifiées par rapport à des études plus récentes lors d’une tournée ultérieure. Discutant ici des erreurs commises dans l’éducation du Nègre, l’écrivain admet franchement qu’il a lui-même commis certaines de ces erreurs. Dans plusieurs chapitres, d’ailleurs, il souligne spécifiquement où il s’est lui-même écarté du chemin de la sagesse. Ce livre n’est donc pas conçu comme un discours large contre une personne ou une classe particulière, mais il est donné comme un correctif pour des méthodes qui n’ont pas produit de résultats satisfaisants.

 

L’auteur ne soutient pas l’opinion autrefois populaire selon laquelle, en matière d’éducation, les Noirs sont légitimement soumis à la volonté des autres sur la présomption que ces pauvres gens ne sont pas de gros contribuables économiques et doivent se contenter de contributions caritatives pour financer leur élévation. L’auteur est d’avis que tout consommateur paie la taxe et, en tant que tel, chaque individu dans l’ordre social devrait avoir des possibilités illimitées de tirer le meilleur parti de lui-même. Une telle opportunité, elle aussi, ne devrait pas être déterminée de l’extérieur par des forces mises en place pour diriger l’élément proscrit d’une manière à se refaire uniquement selon la volonté des autres, mais devrait être déterminée par les particularités intrinsèques du Nègre lui-même et par ce que son environnement exige de lui.

 

Selon l’auteur, ce nouveau programme d’élévation ne devrait pas être décidé par la méthode d’essais et erreurs du dispositifs utilisés pour traiter d’autres personnes qui étaient dans une situation différente et vivaient à une autre époque. Ce n’est qu’en étudiant attentivement le Nègre lui-même et la vie qu’il est forcé de mener que nous pourrons arriver à la procédure appropriée dans cette crise. Le simple transfert d’informations n’est pas de l’éducation. Par-dessus tout, l’effort doit aboutir à faire en sorte qu’un homme pense et décide pour lui-même, tout comme les Juifs l’ont fait en dépit de la persécution universelle.

 

En estimant ainsi les résultats obtenus à partir de la soi-disant éducation du Nègre, l’auteur ne se tient pas aux chiffres du recensement pour montrer la progression de la race. Il n’est peut-être pas important pour la race de pouvoir se vanter aujourd’hui d’avoir plusieurs fois plus de membres « instruits » qu’elle en avait en 1865. S’ils sont du mauvais type, l’augmentation du nombre d’instruits sera un inconvénient plutôt qu’un avantage. La seule question qui nous préoccupe ici est de savoir si ces personnes « éduquées » sont réellement équipées pour faire face aux épreuves qui les attendent ou contribuent-elles inconsciemment à leur propre défaite en perpétuant le régime de l’oppresseur.

Ici, cependant, il n’y a aucun argument en faveur de l’affirmation souvent entendue selon laquelle l’éducation pour l’homme blanc devrait signifier une chose et pour le Noir quelque chose de différent. L’élément de race n’entre pas en compte ici. Il s’agit simplement de faire preuve de bon sens en prenant les gens en fonction de leur environnement afin de faire face aux conditions telles qu’elles sont plutôt que comme vous aimeriez les voir ou imaginez qu’elles soient. Il peut y avoir une différence dans la méthode d’attaque, mais le principe reste le même.

 

Les Noirs « très instruits » dénoncent les personnes qui préconisent pour le Noir une sorte d’éducation différente à certains égards de celle qui est maintenant donnée à l’homme blanc. Les Noirs qui ont été si longtemps incommodés et privés d’opportunités de développement ont naturellement peur de tout ce qui ressemble à de la discrimination. Ils sont impatients d’avoir tout ce que l’homme blanc a, même si c’est nocif. La possibilité de l’originalité chez le Nègre est donc écartée à cent pour cent pour maintenir une égalité nominale. Si les Blancs décident de s’engager dans le mormonisme, les Noirs doivent suivre leur exemple. Si les Blancs négligent une telle étude, alors les Noirs doivent faire de même.

 

L’auteur, cependant, n’a pas une telle attitude. Il considère le système éducatif tel qu’il s’est développé en Europe et en Amérique comme un processus archaïque qui n’atteint pas ses objectifs, même dans le cas des besoins de l’homme blanc lui-même. Si l’homme blanc veut s’y accrocher, qu’il le fasse ; mais le Nègre, dans la mesure de ses possibilités, devrait développer et mener à bien son propre programme.

 

La soi-disant éducation moderne, avec tous ses défauts, fait cependant beaucoup plus de bien aux autres qu’aux Noirs, parce qu’elle a été élaborée conformément aux besoins de ceux qui ont asservi et opprimé les peuples les plus faibles. Par exemple, la philosophie et l’éthique résultant de notre système éducatif ont justifié l’esclavage, la servitude, la ségrégation et le lynchage. L’oppresseur a le droit d’exploiter, de mutiler et de tuer les opprimés. Les Noirs éduqués quotidiennement dans les principes d’une telle religion des forts ont accepté le statut des faibles comme divinement ordonnés, et au cours des trois dernières générations de leur liberté nominale, ils n’ont pratiquement rien fait pour le changer. Leurs moues et leurs récriminations auxquelles se livrent quelques-uns d’entre eux n’ont guère servi à quoi que ce soit.

 

Aucun effort systématique vers le changement n’a été possible, car, ayant appris les mêmes concepts de l’économie, de l’histoire, de la philosophie, de la littérature et de la religion qui ont établi le code actuel de la morale, l’esprit du Nègre a été placé sous le contrôle de son oppresseur. Le problème du maintien du Nègre au bas de l’échelle est donc facilement résolu. Lorsque vous contrôlez la pensée d’un homme, vous n’avez pas à vous soucier de ses actions. Vous n’avez pas à lui dire de ne pas se placer ici ou d’aller voir ailleurs. Il trouvera lui-même sa « place appropriée » et y restera. Vous n’avez pas besoin de l’envoyer paitre par la porte de service. Il s’y dirigera sans qu’on le lui dise. En fait, s’il n’y a pas de porte de service, il en construira une pour son utilisation spéciale. Son éducation rend cela nécessaire.

 

Le même processus éducatif qui inspire et stimule l’oppresseur de penser qu’il est tout et qu’il a accompli tout ce qui en vaut la peine, déprime et écrase en même temps l’étincelle de génie chez le Nègre en lui faisant sentir que sa race ne représente pas grand-chose et ne sera jamais à la hauteur des normes des autres peuples. Le Nègre ainsi éduqué est un risque désespéré pour sa race.

 

La difficulté est que le « nègre éduqué » est obligé de vivre et de se déplacer parmi son propre peuple qu’on lui a appris à mépriser. En règle générale, par conséquent, le « Noir éduqué » préfère acheter sa nourriture à un épicier blanc parce qu’on lui a appris que le Nègre n’est pas propre. Peu importe combien de fois un Noir se lave les mains, alors, il ne peut jamais les nettoyer, et peu importe combien de fois un homme blanc se sert de ses mains, il ne peut pas les salir. Le Nègre éduqué, en outre, est peu enclin à contribuer aux business des Noirs, parce qu’on lui a enseigné en économie que les Noirs ne peuvent pas opérer dans cette sphère particulière. Le « nègre éduqué » tire de moins en moins de plaisir de l’église noire, non pas à cause de sa primitivité et de sa corruption croissante, mais à cause de sa préférence pour les sièges de la « bonté » contrôlés par son oppresseur. Cela a été son éducation, et rien d’autre ne peut être attendu de lui.

 

Si le « nègre éduqué » pouvait être transformé en blanc, il pourrait être heureux, mais seul un mulâtre de temps en temps peut le faire. La grande majorité de cette classe doit donc passer sa vie a dénoncer les Blancs parce qu’ils essaient de fuir les Noirs et en dénoncer les Noirs parce qu’ils ne sont pas blancs.

Comments

Popular posts from this blog

NOUREDDIN BONGO-VALENTIN MINIONS HAVE GABON’S OIL IN THEIR HANDS! LES OBLIGÉS DE NOUREDDIN BONGO-VALENTIN ONT EN MAIN LE PÉTROLE GABONAIS !

GABON CANNOT HAVE A DIMINISHED PRESIDENT! LE GABON NE SAURAIT AVOIR UN PRÉSIDENT DIMINUÉ!