ANALYSIS OF THE JEUNE AFRIQUE DOSSIER ABOUT THE FANG, CONTINUED AND END. ANALYSE DU DOSSIER DE JEUNE AFRIQUE SUR LES FANG, SUITE ET FIN





English version




The end: The hypocrisy of the regime’s reaction




On Friday, 25 May 2012, Alain Claude Bilie-Bi-Nze, the spokesperson of the Gabonese presidential palace, during a press conference, appeared hypocritically indignant about the Jeune Afrique’s article. The reason this blog thinks that Bilie-Bi-Nze was hypocritical is that he pretended to be surprised that a journal like Jeune Afrique would print such an article about an African ethnic group giving the volatility of ethnic issues in Africa. This blog would like to remind Bilie-Bi-Nze of the following:



1. In 2010, in an article entitled « Les Fangs, une ethnie majoritaire au pouvoir » was published by Jeune Afrique and written by the same author as the dossier recently published. Yet, the Gabonese presidential palace said nothing about that article, why? Well because the article was saying what the regime wanted people to believe, that the Fang were given considerable power by Ali Bongo. If Bilie-Bi-Nze is sincere about his outrage regarding the sensitive issue of ethnic references in Africa, he should ask his boss Laure Gondjout, the Secretary General of the Gabonese presidential palace why she ordered that article from Jeune Afrique in 2010 as part of an infomercial serving Ali Bongo?



2. In 2009, on all public television channels of Gabon, RTG-1 and 2, and on the channel owned by the Bongo family, Teleafrica, a document of more than 10 min showing a fake interview of the journalist Francis Sallah-Ngouah-Beaud, was shown continuously hours after hours. What was the message of this document? That the Fang were going to destabilize Gabon with the help of Equatorial-Guinea and accessorily of Cameroun. Sallah-Ngouah-Beaud even said that it saw Guinean mercenaries taking positions in Port-Gentil to kill the Gabonese people. Today, everybody knows that this testimony was a pure fabrication. However, during that time who was Minister of Communication? None other than Laure Gondjout; who today is Secretary General of the Gabonese presidential palace; and who was Director of RTG-1? None other than David Ella-Mintsa, who is also Ali Bongo’s brother in law. So, could Bilie-Bi-Nze tell us why the falsehoods orchestrated by Ali Bongo, using Sallah-Ngouah-Beaud, did not generate any outrage?



There are other examples but dear readers, we prefer to stop there because we know you understand that Bilie-Bi-Nze is using the technique of selective display of outrage to further the goal of those for whom he speaks. That goal is to continue to drive a wedge between the Fang and the other Gabonese communities. They know that their survival in power depends on the fear by many Gabonese of any change in the political leadership of Gabon bringing to power somebody who may be of a different origin that what has been the case for the last 44 years. Bilie-Bi-Nze was complaining that Jeune Afrique only presented people from Woleu-Ntem in their article. However, when a newspaper belonging to the Gabonese presidential palace called La Griffe, printed a ridiculously false story about a coup d’état that was allegedly plotted by Paulette Oyane-Ondo, Marc Ona-Essangui and Andre Mba-Obame, all of them from Woleu-Ntem, Bilie-Bi-Nze was nowhere to be seen complaining about his bosses printing a false story castigating people of Woleu-Ntem as engaging in plotting a coup d’état. Once again, selective outrage!



Dear readers, in conclusion we can say with certainty that since 2009, there is a clear thread developing from the Bongo regime as it tries to deal with reinforcing its confiscation the Gabonese presidency. The first act was for the regime to scare the Gabonese people by saying that the Fang people were going to engage in the destabilization of Gabon via Equatorial-Guinea. The objective was to create a us and them situation that would consolidate the non-Fang in the camp of the regime and therefore isolate the Fang people. Then the regime decided to try to split the Fang among their various provincial origins. This is why it was decided to name Raymond Ndong-Sima as Prime Minister; when this nomination failed to generate a popularity dividend for Ali Bongo in Woleu-Ntem, then the regime when to phase 3 that was to ask a friendly magazine, Jeune Afrique, to write an article that seems to present the Fang in a favorable light; allowing the regime to use that article to say to the rest of the Gabonese people: “see, here is the danger; the Fang want to dominate you, especially those from Woleu-Ntem”. Dear readers, as this blog has been saying all along, keep your eyes wide open. This regime is not going to get away with their attempt at manipulating the ethnic sentiment in Gabon. We see clearly through people like Bilie-Bi-Nze crocodile tears.






Version française




Suite et fin: L'hypocrisie de la réaction du régime




Le vendredi 25 mai 2012, Alain Claude Bilié-Bi-Nze, le porte-parole du palais présidentiel du Gabon, au cours d'une conférence de presse, s’est hypocritement indigné de l'article de Jeune Afrique. La raison pour laquelle ce blog pense que Bilié-Bi-Nze a été hypocrite, est due au fait qu’il fit semblant d'être surpris qu'un journal comme Jeune Afrique publie un tel article sur un groupe ethnique africain, vu la volatilité des questions ethniques en Afrique. Ce blog souhaite rappeler à Bilié-Bi-Nze ce qui suit:



1. En 2010, un article intitulé «Les Fangs, une ethnie majoritaire au pouvoir» a été publié par le même Jeune Afrique et il était écrit par le même auteur que le dossier publié récemment. Pourtant, le palais présidentiel du Gabon n’avait rien dit au sujet de cet article, pourquoi? Eh bien parce que l'article disait ce que le régime voulait que les gens pensent, c'est-à-dire que les Fang avait reçu des parcelles de pouvoir considérables d’Ali Bongo. Si Bilié-Bi-Nze est sincère concernant son indignation au sujet de la question sensible des références ethniques en Afrique, il devrait demander à sa patronne Laure Gondjout, le Secrétaire Général de la Présidence gabonaise, pourquoi elle a ordonné que l'article de Jeune Afrique soit publié en 2010 dans le cadre d’un publi-reportage commandité par Ali Bongo?



2. En 2009, sur toutes les chaînes de télévision publiques du Gabon, RTG-1 et 2, et sur celle appartenant à la famille Bongo, Télé-Africa, un document de plus de 10 min montrant une fausse interview du journaliste Francis Sallah-Ngouah-Beaud, a été diffusée en boucle, heures après heures. Quel était le message de ce document? Que les Fang allaient déstabiliser le Gabon avec l'aide de la Guinée-Equatoriale et accessoirement du Cameroun. Sallah-Ngouah-Beaud a même dit avoir vu des mercenaires Equato-Guinéens prenant positions à Port-Gentil pour tuer le peuple gabonais. Aujourd'hui, tout le monde sait que ce témoignage était une pure invention. Toutefois, en ce temps qui était ministre de la Communication? Nul autre que Laure Gondjout; qui est aujourd'hui Secrétaire Général de la Présidence ; et qui était Directeur General de la RTG-1? Nul autre que David Ella-Mintsa, qui est aussi le beau-frère d'Ali Bongo. Ainsi, pourrait Bilié-Bi-Nze nous dire pourquoi les mensonges orchestrés par Ali Bongo, à l'aide de Sallah-Ngouah-Beaud, n’ont généré aucun outrage venant de qui que soit côté régime?



Il y a d'autres exemples, mais chers lecteurs, nous préférons en rester là parce que nous savons que vous comprenez que Bilié-Bi-Nze a voulu utiliser la technique de l'indignation sélective, pour promouvoir les objectifs de ceux au nom desquels il s’exprime. L’objectif en chef étant de continuer à créer une séparation entre les Fang et les autres communautés gabonaises. Ils savent que leur survie au pouvoir dépend de la crainte que pourraient avoir de nombreux gabonais envers tout changement de leadership politique qui porterait au pouvoir quelqu'un d'une origine différente de ce dont a été le cas pendant les 44 dernières années. Bilié-Bi-Nze s’est plaint que Jeune Afrique a seulement présenté des gens du Woleu-Ntem dans leur article. Cependant, quand un journal appartenant au palais présidentiel du Gabon, appelé La Griffe, a publié un article ridiculement faux, au sujet d'un coup d'État supposément fomenté par Paulette Oyane-Ondo, Marc Ona Essangui et André Mba-Obame, tous du Woleu-Ntem, Bilié-Bi-Nze n’a été ni vu, ni entendu nulle part, se plaignant que ses patrons utilisaient le mensonge pour délibérément fustiger les gens de Woleu-Ntem, en les présentant comme se livrant à des complots visant à la déstabilisation du régime. Encore une fois, outrage sélectif!



Chers lecteurs, en conclusion, nous pouvons dire avec certitude que depuis 2009, il y a un fil conducteur clair de l’attitude du régime Bongo dans son effort de renforcer sa confiscation de la présidence gabonaise. Le premier acte était pour le régime d'effrayer le peuple gabonais en disant que les Fang allaient s'engager dans la déstabilisation du Gabon via la Guinée-Equatoriale. L'objectif était de créer une situation de « nous et eux » qui viendrait consolider les communautés non-Fang dans le camp du régime et donc isoler les Fang. Ensuite, le régime a décidé d'essayer de diviser les Fang eux-mêmes suivant leurs diverses origines provinciales. C'est pourquoi il a été décidé de nommer Raymond Ndong-Sima Premier Ministre ; quand cette nomination n'a pas pu générer un dividende de popularité pour Ali Bongo dans le Woleu-Ntem, le régime est passé à la phase 3 qui consistait à demander à un magazine « ami », Jeune Afrique, de publier un dossier semblant présenter le Fang sous un jour favorable; permettant ainsi au régime d’utiliser cet article pour dire au reste du peuple gabonais: «vous voyez, voici la menace; les Fang tiennent à vous dominer, particulièrement ceux du Woleu-Ntem" . Chers lecteurs, comme ce blog vous l’a toujours dit, gardez les yeux grands ouverts. Ce régime ne va pas s'en tirer à si bon compte dans ses tentatives de manipulation du sentiment ethnique au Gabon. Nous voyons clairement au travers des larmes de crocodile des gens comme Bilié-Bi-Nze.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)