RENÉ NDEMEZO’OBIANG INCOHERENCES. LES INCOHÉRENCES DE RENÉ NDEMEZO’OBIANG







English version

In an interview published by Jeune Afrique, René Ndemezo'Obiang said the following inconsistencies:

"The dialogue is not about getting what you did not get through the ballot box. Jean Ping won the ballot, however, this did not allow him to take power. In my opinion, it is time to put in place impersonal, objective and disconnected reforms away from Ali Bongo Ondimba, which would allow us to move forward. What are the advantages of a five-year or seven-year term? Terms must be limited or not? These are the questions that must prevail. We have to debate by detaching ourselves from the Ali Bongo’s case, otherwise we are going toward revenge and we will not get anything."

"Are we moving toward a government of national unity in Gabon?”

"I think it's the logical sequel to the dialogue. The opposition may not win key ministries, but there may be openings at the Interior and Justice, with portfolios of delegates to monitor the implementation of the dialogue’s decisions. "


Ndemezo acknowledges that Jean Ping won the presidential election, but believes that this must be forgotten because we must not frustrate Ali Bongo. Here is someone who does not care about the suffrages of the people to satisfy a tyrant who will throw back at him, an old bone already eaten away.

Ndemezo's plan to impose the acceptance of Ali Bongo upon us, must be absolutely rejected, because it seeks to belittle the will of the Gabonese electoral body, and to raise that of the fraudter Ali Bongo. That seems unacceptable to us, whatever the price may be.

The establishment of a so-called national unity government, with the distribution of a few positions, seems insignificant in the face of our challenge to ensure respect for the suffrage of the Gabonese people.

The non-election of Ali Bongo is known to all and we must remain focused on the essential and reject the nonsense proposed by René Ndemezo and company.

Do not give up!





Version française

Dans une interview publiée par Jeune Afrique, René Ndemezo’Obiang a prononcé les incohérences qui suivent :

« Le dialogue n’a pas pour objectif d’obtenir ce que l’on n’a pas obtenu par les urnes. Jean Ping a remporté le scrutin, pourtant, cela ne lui a permis de prendre le pouvoir. Selon moi, il est temps de mettre en place des réformes impersonnelles, objectives et déconnectées d’Ali Bongo Ondimba, qui nous permettent d’avancer. Quels sont les avantages d’un quinquennat ou d’un septennat ? De la limitation ou non du nombre de mandats ? Ce sont ces questions qui doivent prévaloir. Nous devons débattre en nous détachant du cas d’Ali Bongo Ondimba, sinon nous allons droit aux règlements de compte et nous n’obtiendrons rien. »

« Va-t-on vers un gouvernement d’union nationale au Gabon ? »

« Je pense effectivement que c’est la suite logique du dialogue. L’opposition ne gagnera peut-être pas des ministères clés, mais il peut y avoir des ouvertures à l’Intérieur et à la Justice, avec des portefeuilles de délégués chargés de suivre la mise en application des décisions du dialogue. »


Ndemezo reconnait que Jean Ping a remporté l’élection présidentielle, mais estime que cela doit être oublié car il ne faut pas frustrer Ali Bongo. Voici quelqu’un qui se fiche des suffrages d’un peuple pour satisfaire un tyran qui lui jettera en retour, un vieil os déjà rongé.

Le dessein de Ndemezo ne nous imposer l’acceptation d’Ali Bongo, doit être absolument rejeté, car il cherche à rabaisser la volonté du corps électoral Gabonais, et élever celle du fraudeur Ali Bongo. Cela nous parait inacceptable, quel que soit le prix à payer.

L’établissement d’un gouvernement dit d’union nationale, avec à la clé, la distribution de quelques postes, nous semble insignifiant devant le défi qui est le nôtre de faire respecter le suffrage du peuple Gabonais.

La non élection d’Ali Bongo est connue de tous et nous devons reste concentrés sur l’essentiel et rejeter les bêtises proposées par René Ndemezo et compagnie.

Ne lâchons surtout rien !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE