L’ÉMERGENCE KARCHÉRISE LES ÉTUDIANTS BOURSIERS GABONAIS





Ce n’est un secret pour personne, être boursier gabonais à domicile ou à l’extérieur, peut se révéler être un exercice à haut risque, tant les calvaires sont nombreux et les caprices du système une menace de tous les instants. De Libreville à Cotonou, de Dakar à Tunis, de Bamako à Paris, de Bruxelles à Québec et de Washington à Brasilia, le parcours de l’étudiant gabonais relève d’une persévérance sisyphienne. Non seulement les problèmes sont toujours les mêmes ; non seulement les mêmes doléances sont déposées chaque année auprès des ambassades de par le monde et auprès du ministère de l’Education Nationale sans obtenir aucune satisfaction, mais cela va de pis en pire. L’injustice dans l’attribution des bourses s’aggrave. Les retards de payement de bourse, les problèmes de logement, de couverture sociale etc. s’accumulent de plus en plus. Mais voici que les étudiants gabonais viennent d’encaisser un véritable coup de grâce « émergent » à la tempe. Depuis la semaine dernière, nous recevons des messages de détresse d’étudiants gabonais nous informant de la suppression de leur bourse, malgré une scolarité sans encoche et des résultats au dessus des conditions requises pour le renouvellement. Cette situation est tout aussi dramatique que ces suppressions interviennent à l’orée des nouvelles rentrées universitaires, et laissent les pauvres étudiants sans marges de manœuvre.



Pourquoi pulvériser l’avenir de nombreux étudiants gabonais ?

«Passer au Karcher » ou karchériser, est une expression que l’ami Nicholas Sarkozy a fait entrer de manière fracassante, dans le lexique du français. Karcher est une marque d'appareil de nettoyage à haute pression, et karchériser veut dire pulvériser, vaporiser, désagréger, annihiler, bref anéantir. C’est littéralement le sentiment qu’on a quand on examine ce qui se passe du côté de la direction générale des bourses et stages (DGBS). Les griefs que nous ont fait parvenir certains étudiants, au sujet de la commission des bourses, sont les suivants :

a. Les étudiants éparpillés dans le monde ne sont pas toujours en mesure de vérifier si leur bourse a été reconduite car l’information n’a pas été diffusée dans un organe de presse facilement accessible. La DGBS a décidé de publier les résultats dans la version imprimée du quotidien bongoïste « Gabon Matin ».

b. « Gabon Matin » a un site internet, mais ce site ne contient pas la liste des étudiants boursiers.

c. La DGBS a un site internet, mais ce site ne contient pas la liste actualisée des étudiants étant passés à la commission.

d. Beaucoup d’étudiants dans l’expectative, vont se retrouver à prendre des engagements financiers auprès de leurs logeurs, de leurs universités etc., pour finalement découvrir qu’ils ne sont plus boursiers et se retrouveront couvert de dettes car dans certains pays, on signe un contrat de logement sur plusieurs mois et une résiliation brutale coute des frais qui peuvent aller jusqu'à perte de sa caution ou alors plusieurs mois de loyer.

e. Les étudiants qui se verront suspendre, contre toute attente, la bourse ; devront faire comment pour se réorienter vers le Gabon ou une autre direction ? Imaginez que vous soyez au Brésil. Comment réagissez-vous ? La DGBS n’a communiqué aux étudiants aucune procédure à suivre et son site internet est totalement inerte.

Chers lecteurs, tout se passe comme si les émergents avaient décidé de mettre au pain sec, et de pousser à l’indigence, un bon nombre de nos jeunes compatriotes. Le plus curieux est le petit jeu de cache cache que joue la DGBS avec le contenu de ses décisions. On a l’impression que la diffusion de cette information est occultée pour éviter le tollé général. Nous sommes quand même en droit de demander que cette liste de renouvellement et d’attribution de bourses soit accessible à tous les étudiants, de manière à ce que chacun se retrouve dans la cacophonie actuelle, où la détresse gagne de nombreux compatriote qui ne savent toujours pas s’ils iront à l’école cette année.

Cher lecteurs, aidez nous à donner aux étudiants gabonais éparpillés dans le monde, la bonne information. A ce sujet, nous vous prions de nous envoyer sur notre boite mail ci-dessous, la liste publiée par la DGBS, si vous y avez accès. Nous la publierons sur notre blog de façon à ce que tous les étudiants puissent la consulter. Nous vous en remercions d’avance. Pour faciliter les choses, faites des photocopies des pages de « Gabon Matin » et expédiez les nous en format PDF et nous nous chargeons du reste

Notre adresse email est la suivante : charliemdem@gmail.com

Comments

Popular posts from this blog

THE BONGOS AND THE KING OF MOROCCO HAVE USED FARGEON TO CLEAN UP THE ROAD FOR NOURREDINE. LES BONGO ET LE ROI DU MAROC ONT UTILISÉ FARGEON POUR DÉBLAYER LA ROUTE À NOURREDINE