AFP IS CONCERNED ABOUT THE VIABILITY OF THE OYEM STADIUM. L’AFP S’INTERROGE SUR LA VIABILITÉ DU STADE D’OYEM





To read click here
Pour lire cliquer ici



Traduction française


Près d'Oyem, un éléphant blanc dans la forêt tropicale du Gabon?


Construit en forêt tropicale, hors de la quatrième plus grande ville du Gabon choisie comme l'un des sites de la Coupe d'Afrique des Nations, le stade d’Oyem risque de devenir un éléphant blanc après la compétition.

Le Ghana a battu la République Démocratique du Congo sur ce site lors des quarts de finale, le dernier des sept matches qui s’y sont disputés durant la compétition.

Les devinettes sont ouvertes pour savoir quand aura lieu le prochain match dans ce stade. Il y a aussi que les travaux de construction de ce stade ne sont pas vraiment finis, et ne sont pas susceptibles d'être achevés jusqu'en Juin, selon les responsables du site.

Le stade de 20 000 places est impeccable à l'intérieur et répond aux normes de la Confédération Africaine de Football (CAF) et de la FIFA.

Son emplacement est remarquable aussi, mais des travailleurs sont toujours présents en son sein et une centaine de travailleurs de construction chinois mettent encore la dernière touche aux espaces verts, aux parkings et à l'hôtel de 20 chambres prévu, alors que la compétition continue.

"L'objectif du gouvernement sera de faire de ce stade le carrefour économique de la région du Woleu-Ntem", a déclaré à l'AFP Franck Domingo, le responsable de la construction du bâtiment, expliquant que l'idée est de créer 2000 emplois d'ici la fin de 2017.

L'idéal, mis en place par l'ancien ministre du sport Blaise Louembe, lors de la pose de la première pierre en septembre 2015, était certainement ambitieux.

Louembe l'a qualifié de «véritable opportunité de faire de ce lieu le point central d'un projet de développement urbain à partir duquel une ville nouvelle puisse fleurir avec des logements, des commerces, des écoles et autres commodités».

Le stade est à 17 kilomètres d’Oyem, mais Domingo a dit qu’il permettra de "développer les villages environnants".

Pourtant, Pierre Mba, un habitant du village voisin d'Assok-Ngomo, a insisté sur le fait que l'eau courante et l'électricité qui étaient censés arriver avec le stade n'était pas encore apparues.

"Pour moi, la Coupe d'Afrique des Nations, ce stade, sont des choses dont on peut être fiers, non seulement pour Oyem, mais pour mon village", a-t-il dit.

"Mais nous sommes en colère parce rien de ce qu'on nous a promis n'est arrivé."

La question sera résolue dans les trois mois selon les responsables du site.

Pendant ce temps, les habitants locaux se demandent comment ce stade sera utilisé à l'avenir et comment le rendre financièrement viable, il aurait eu un coût de 75 millions d'euros (80 millions de dollars, 40 milliards de francs CFA) selon certaines sources.

Vincent Essono Mengue est le maire indépendant élu, et ancien ministre, qui qualifie le projet de «terrible gaspillage».

"Si nous avions de l'argent à dépenser quelque part, ce ne serait pas sur la Coupe d'Afrique des Nations ; nous avons besoin de plus de routes, nous avons réparé celles qui sont là juste pour que vous les visiteurs ne voyez pas les trous à votre arrivée, a-t-il déclaré à l'AFP.

Remy Ebanega, président du syndicat des joueurs professionnels du Gabon, partage ce point de vue.

Il ne voit pas comment US Oyem, l'équipe locale où il a commencé sa carrière et qui joue maintenant en deuxième division du pays, peut remplir le stade toute l'année.

"Étant donné que déjà pour la Coupe des Nations, personne ne va au stade, imaginez ce que sera un match de la ligue gabonaise", a-t-il déclaré à l'AFP.

Il a raison-pour les trois derniers matchs joués à Oyem pendant la compétition, la foule n'a jamais dépassé 8000. La population de la ville est d'environ 70000 habitants.

Ebanega dit que l'emplacement du stade est un problème.

"Un taxi pour y aller coûtera plus cher que le billet pour le match! Vous avez besoin de beaucoup d'argent juste pour cela, donc même si quelqu'un avait la motivation d’aller au stade, ils ne pourrait pas s’y rendre", a-t-il dit.

Mais cela signifie-t-il qu'il deviendra un éléphant blanc?

Le conseiller municipal, qui se souvient d'un projet similaire pour un "sommet de l'Organisation de l'Unité Africaine", en est convaincu.

"Le président défunt (Omar) Bongo a pensé que c'était une bonne idée de construire un endroit beau, isolé et loin de tout.

"Aujourd'hui, vous pouvez y allez pour chasser les porcs épics et autres bêtes semblables", a-t-il dit, ajoutant qu'il espère être encore en vie dans 10 ans pour voir ce qui adviendra de ce stade.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE