THE CANNIBALISM WITHIN THE REGIME DOES NOT IMPRESS US FOR THE PRINCIPAL GUILTY PARTY REMAINS ALI BONGO. LE CANNIBALISME AU SEIN DU RÉGIME NOUS LAISSE DE MARBRE CAR LE PRINCIPAL COUPABLE RESTE ALI BONGO






English version

In order to alleviate the anger and distrust of the Gabonese people, Ali Bongo is indulging in a theatrical performance of a political mountebank, showing ostensibly some culprits carefully chosen, to whom it is suspected a management of public funds that has been inglorious. Ok, but...

Everyone knows that it is Maixent Accrombessi who controlled entirely and exclusively all the financial circuits of the oil sector in Gabon. Everybody knows that this mission had been entrusted to Accrombessi by Ali Bongo; and everyone knows that Accrombessi was only accountable to Ali Bongo.

Everyone knows that it was Accrombessi who put the Ngoubous and Ngambias in their positions, and everyone knows that in return they executed orders from Accrombessi, Ali Bongo's henchman.

Everyone could deduce that if the Ngoubous and Ngambias carried out malpractices, it was with the approval of Accrombessi, who himself had carte blanche from Ali Bongo.

So if the allegations against the Ngoubous and Ngambias are correct, it is that they were sponsored by Accrombessi, who himself would never have acted without Ali Bongo's approval and the operative latitude granted by him.

Dear readers, if Ali Bongo really wants to clean the stables of his regime, he should save everyone time and go surrender as a prisoner to the nearest police station, because the main culprit is him.

For the rest, insipid spectacle that will not stop us from not giving up!




Version française

Ali Bongo, pour atténuer la colère et la défiance des Gabonais, se livre à une représentation théâtrale de saltimbanque politique, en exhibant ostensiblement quelques coupables tirés sur le volet à qui il est reproché une gestion des fonds publics peu glorieuse. On veut bien, mais…

Tout le monde sait que c’est Maixent Accrombessi qui contrôlait entièrement et exclusivement toutes les courroies financières du secteur pétrolier au Gabon. Tout le monde sait que cette mission avait été confiée à Accrombessi par Ali Bongo ; et tout le monde sait qu’Accrombessi n’avait de comptes à rendre qu’à Ali Bongo.

Tout le monde sait que c’est Accrombessi qui a placé les Ngoubou et Ngambia et tout le monde sait qu’en retour, ces derniers exécutaient les ordres venant d’Accrombessi, l’homme de main d’Ali Bongo.

Tout le monde pourrait déduire que si les Ngoubou et Ngambia ont procédé à des malversations, ce fut avec l’approbation d’Accrombessi, qui lui-même avait carte blanche d’Ali Bongo.

Donc si les faits reprochés aux Ngoubou et Ngambia sont exactes, c’est qu’ils ont été commandités par Accrombessi, qui lui-même n’aurait jamais agi sans l’aval d’Ali Bongo et la latitude opératoire que ce dernier lui accordait.

Chers lecteurs, si Ali Bongo veut vraiment nettoyer les écuries de son régime, il devrait faire gagner du temps à tout le monde et aller de ce pas se faire constituer prisonnier au service de police le plus proche, car le principal coupable c’est lui.

Pour le reste, insipide spectacle qui ne nous empêchera pas de ne rien lâcher !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI