UN PEUPLE DOIT SE FAIRE RESPECTER





Avec Faure Gnassingbé au Togo, Ali Bongo au Gabon et maintenant Ouattara en Côte D'Ivoire, nous notons une résurgence sinon un renforcement du contrôle direct de la France dans son pré-carre africain. Les promesses sont nombreuses et les intentions louables; on nous parle de paix, de prospérité et même d'émergence. Le parrain français renoue cyniquement avec son rôle de "messager de la paix" et de pourvoyeur d'humanisme. La France nous avait déjà fait le coup, car déjà à l'époque de nos grands parents, sous l'ère coloniale, le travail forcé et la chicotte étaient déjà présentés comme les nécessaires attributs de "l'émancipation" des nègres. En d'autres mots, nos parents devaient accepter la chicotte parce que c'était pour leur bien. Aujourd'hui on nous dit qu'Ali Bongo doit obligatoirement être président comme son père et la raison? Ben voyons, l'émergence! Et nous ne disons rien! Pourtant, les Français qui nous gouvernent et nous dictent notre ligne de conduite n'accepteraient jamais, eux-mêmes, de vivre dans les conditions d'humiliation qu'ils nous imposent. Nous allons vous le prouver.

1 Les grands peuples ne tolèrent jamais l'humiliation
Après avoir perdu la première guerre mondiale, l'Allemagne est un pays morose et démoralisé. L'outrage associé à la perte de territoires et le sentiment palpable d'humiliation nationale à la suite du traité de Versailles, deviennent des arguments forts entre les mains d'Hitler, qui promet aux allemands un avenir meilleur. Dans ses discours populaires, Hitler blâme la faiblesse du gouvernement de l'époque qui a asséné, d'après lui, un coup de poignard dans le dos de l'Allemagne en signant ce traité humiliant pour ce peuple. Nous savons tous qu'une fois au pouvoir, Hitler a jure de faire payer aux français cet affront. En effet, la France avait donné au peuple allemand le gout de la revanche, car un grand peuple prend toujours sa revanche et ne se laisse jamais faire. L'humiliation faite le lit de la vengeance. Il le fit en occupant la France, faisant défiler la Wehrmacht sur les champs Elysées et en faisant signer la capitulation aux français, l'armistice de 1940, dans un wagon de Versailles. Sacrés allemands! Personne jusqu'aujourd'hui n'ose leur marcher dessus. Quand un allemand parle, on écoute car le monde entier sait de quoi ils sont capables. Les grands peuples de ce monde ont compris depuis des siècles qu'il ne sert à rien de se faire aimer. Il n'y a que les africains qui veulent qu'on les aime. Les autres exigent qu'on les respecte. Vous pouvez les détester, ils s'en foutent, du moment que vous les respectiez. Vous avez par exemple vu les bidasses français au Gabon. Pensez-vous qu'ils ont de la considération pour nous? Croyez-vous qu'ils perdent leur temps à essayer de se faire aimer de nous? Non, ils font la loi et c'est tout. Ils couchent avec les gamines gabonaises du camp De Gaulle sans égard á la pudeur, un point c'est tout et c'est leur seul contact avec les gabonais.

2 Les grands peuples ont toujours une force de dissuasion comme avis aux amateurs
Nous l'avons vu en Côte d'Ivoire ou la force licorne a installé Ouattara au pouvoir. Nous l'avons vu en Irak et en Afghanistan ou les USA ont installé des régimes fantoches qui leur obéissent au doigt et à l' œil. L'histoire nous montre que le monde est cruel et injuste et que si vous voulez vous faire respecter, il faut être fort militairement. Dépendre de quelqu'un d'autre pour vous sauver est une erreur, comme vient de l'apprendre Gbagbo qui dépendait d'une promesse de soutien de l'Angola. Mais l'Angola n'a pas pu s'opposer au diktat américano-français de destitution de Gbagbo. Si Gbagbo avait sa propre force identique á l'Angola, personne ne l'aurait attaqué. Aujourd'hui Mugabe est toujours au Zimbabwe malgré les menaces de l'occident. Pourquoi? Parce que Mugabe a une bonne armée capable d'infliger des pertes sérieuses á ceux qui l'attaqueront. Les français savaient que l'armée de Gbagbo était sous équipée. Ils savaient qu'ils n'en feraient qu'une bouchée. Les grands pays ont compris comment se faire respecter et dicter leur loi au reste du monde. C'est pourquoi ils se dotent de toutes sortes d'armement. Ils ont: l'arme conventionnelle, l'arme nucléaire, l'arme biologique, l'arme chimique et ils sont les premiers à parler de paix á longueur de journée et accuser ceux qui n'ont aucune arme d'être des dangers á la paix. Les grands de ce monde savent qu'on ne préserve pas son influence avec des vœux pieux sur les droits de l'homme, mais grâce à la menace de la force. De tout temps, les grands se sont servis de la force pour faire plier les petits. A titre d'exemple, le meurtre d’un consul allemand à Pékin en 1900, fut l'excuse qui avait conduit à l’envoi d’un corps expéditionnaire occidental sous commandement allemand jusque dans la capitale de l’Empire du Milieu pour demander réparation. Ces comportements ne datent pas d'aujourd'hui. Mais surtout montrent qu’une nation ne se mesure pas seulement aux valeurs qu’elle s’est forgées au fil du temps, mais particulièrement à son aptitude à les défendre, contre vents et marées et ce, quels que soient le lieu et les responsables.

Les évènements se déroulant en Afrique en général et au Gabon en particulier, sont l'abominable illustration que nous restons des pays sous domination étrangère quasi officielle. Les guerres ne sont que l’écho des rivalités entre nos aspirations et celles des pays dominants. On cherche à obtenir du pétrole et on fait livrer combat par des africains, miséreux mais espérant pouvoir récolter quelques miettes de la table de leur maitre. Les forces spéciales françaises ont mis Ouattara au pouvoir et vont le défendre arme au poing. Mais Là où on fait plus que frôler la schizophrénie, c’est que beaucoup, y compris certains africains, nient cette situation et affirment vigoureusement que l’Afrique est responsable de son sort. Leur explication est que l’Africain ne "s’élance jamais vers l’avenir". Et c’est comme ça sur tout ce continent, dont les riches ressources en matières premières, en énergie et en produits agricoles sont la malédiction. C'est ce qui nous vaut l'éternelle colonisation et quasi esclavage. Dans ces conditions, chers lecteurs, point de RESPECT!

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)