OBAMA DANS L’AMBARRAS A INTERDIT LA PRÉSENCE DES CAMÉRAS DE TÉLÉVISION LORS DE SON AUDIENCE AVEC ALI BONGO. SEULS QUELQUES PHOTOS ONT ÉTÉ CÉDÉES Á LA PRESSE PAR LA MAISON BLANCHE







Chers lecteurs, l’audience qu’Obama a accordé à Ali Bongo ce jour, continue de faire des vagues. Très préoccupé par l’impact négatif que cette audience pourrait avoir sur Obama, l’administration américaine a pris la mesure extraordinaire d’interdire toute caméra de télévision autour des deux hommes. Il ne fallait absolument pas pour Obama de laisser des traces qui pourraient être utilisées pour des spots télévisuels électoraux. En plus, la Maison Blanche a interdit la présence de journalistes qui voulaient, après l’entretient entre les deux hommes qui n’aurait duré finalement que 15 minutes, leur poser des questions comme il est de coutume sur le perron de la Maison Blanche. Excédés, les journalistes américains ont interrogés le porte parole de la Maison Blanche pour qu’il s’explique encore une fois sur la présence d’Ali Bongo à la Maison Blanche et sur les raisons qui ont poussé Obama à ne pas vouloir être filmé et interrogé en compagnie de son encombrant invité. Ci-dessous, nous vous offrons en image la conférence de presse du porte parole de la Maison Blanche. La partie concernant la visite d’Ali Bongo commence à la 12ième minute et s’achève à 14:20 minutes. En dessous, nous vous proposons la traduction en français de cet échange entre la journaliste excédée et Jay Carney, le porte parole de la Maison Blanche, à propos de l’audience en question.





Question : Jay, aujourd'hui le président reçoit Ali Bongo, comment Ali Bongo a t-il obtenu cette audience? A t-il fait la demande ou a-t-il été invité par la Maison Blanche?

Jay Carney: Je ne suis pas sûr, je dois vérifier-je vais revenir là-dessus prochainement. Je pense que nous avons discuté hier sur les raisons de cette rencontre, et pourquoi il était reçu.

Question : je sais que vous en avons parlé hier, mais juste - je veux dire, compte tenu du contexte de cette audience avec le président d’une nation très pauvre qui est gouverné par une famille - je veux dire, vous êtes familier de la situation – vous connaissez les accusations de corruption qui pèsent sur cette famille, qui utilise les richesses pétrolières pour financer un mode de vie très luxueux. Considérant cela, pourquoi le président se sent confortable a lui donner une audience?

Jay Carney: Écoutez, je pense que c'est un peu naïf de croire que le président des États-Unis ne devraient pas rencontrer des dirigeants qui ne remplissent pas toutes les normes que nous aurions de la bonne gouvernance, d'accord? Le Gabon a fait des votes très importants à l'ONU qui ont appuyés les objectifs des États-Unis, y compris en ce qui concerne l'Iran, la Libye et la Côte d'Ivoire, mais il y a encore des questions qui ont trait aux droits de l'homme. Ali Bongo a fait un certain nombre de réformes au Gabon, comme je l'ai dit- les droits de l'homme doivent s’améliorer au Gabon, et nous allons continuer à pousser, l’administration et le Président lui-même, de façon à ce que des progrès soient faits sur ces questions. Donc, je pense juste que, étant donné le rôle que le Gabon a joué, compte tenu du fait que c'est maintenant lui qui exerce la présidence du Conseil de sécurité des Nations Unis, cette rencontre est normale.

Question : Pourquoi l’avoir recu dans le bureau ovale?

Jay Carney: Parce que c'est le bureau du Président.

Question : Pourquoi autorisez-vous seulement la photographie et pas la vidéo ni les interviews pour cette audience? Je veux dire, dans le passé, nous avons toujours été en mesure d'aller filmer les audiences et poser des questions?

Jay Carney: Parfois - parfois nous l’avons fait –oui !

Question : vous donner l'impression de ne pas vouloir nous donner la possibilité de poser des questions et d’avoir des images qui puissent passer à la télévision.

Jay Carney: Vous savez que c'est – différent, nous procédons différemment selon les visiteurs. Ce n'est pas la première fois que nous avons eu un visiteur avec photos uniquement. Parfois, nous avons le plein de journalistes et faisons des déclarations et aux questions. Il n'y a donc pas de mystère ici ou d’objectifs cachés, sauf que l’emploi du temps du président Obama très chargé ne permettait pas de procéder autrement.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE