NO MRS. CYNTHIA AKUETTEH, THE GABONESE PEOPLE WILL NEVER RECONCILE WITH ALI BONGO. NON MADAME CYNTHIA AKUETTEH, LES GABONAIS NE SE RECONCILIERONT JAMAIS AVEC ALI BONGO

Cynthia Akuetteh (photo: State Department)




English version

In a press release published initially on its Facebook page, then removed but maintained on its website, the US embassy in Gabon asks for the people who are contesting the Constitutional Court decision to give Ali Bongo a second term he has not earned, to refrain from violence, lick their wounds and build trust toward their tormentor. In other words, the US ambassador, Cynthia Akuetteh, is asking us to accept this verdict as fair, and to go with business as usual. No Mrs. Akuetteh, we will not do that!

Mrs. Akuetteh, we are certain that you would not have accepted the notion that, a few centuries ago, some people were asking the people of the then 13 American colonies, to continue to accept the hegemony of the British empire over their thirst for freedom.

Mrs. Akuetteh, we are certain that you would not have accepted the notion that, a few decades and centuries ago, the slaves were asked to accept their subhuman classification as the best they could have.

Mrs. Akuetteh, we are certain that you would not have accepted the notion that, about 60 years ago, your country should have continued with the policy of racial segregation, under the reasoning that everybody needed to stay in their place for the sake of tranquility.

No, Mrs. Akuetteh, against the British, Americans did not need cowardly advice; against the institution of slavery, the victims did not need cowardly advise from those who went to cocktail parties with the slave masters; and against segregation, African Americans did not need cowardly advise by those who were not walking in their shoes.

Mrs. Akuetteh, the troubles in Gabon have not miraculously appeared from thin air. They have come about as a result of the disastrous policies of a 50 year old regime that is only interested in lining its pockets and remaining indefinitely in power; rigging all elections and all. So when you are suggesting that we should stop demonstrating and give this corrupt regime yet another chance to rule us - come on get real!

The Gabonese people are tired of the Bongos. If you cannot help us, please stay out of the way, enjoy our beaches and weather; and please, please, please, do not give us more cowardly advice.

You may be able to persuade political leaders to form a government of national unity with Ali Bongo; but what we feel in our hearts is deep and cannot be change by a few political arrangements. For us, Ali Bongo is a murderer and a thief. He cannot in any way be legitimate despite your insistence. We all saw and understood what happened with the Constitutional Court; you know we may look dumb to you, but we are smarter than our poverty makes us look. We will never, ever reconcile with Ali Bongo!

For a change, why don’t you ask Ali Bongo to respect our vote and step down ?



Version française

Dans un communiqué de presse publié initialement sur sa page Facebook, puis retiré, mais maintenu sur son site Web, l'ambassade des États-Unis au Gabon demande aux personnes qui contestent la décision de la Cour Constitutionnelle d’attribuer à Ali Bongo un second mandat, qu’il n'a pas remporté, de ne pas se livrer à la violence, de lécher leurs blessures et à bâtir une confiance envers leurs bourreaux. En d'autres termes, l'ambassadeur américain, Cynthia Akuetteh, nous demande d'accepter ce verdict comme juste, et de reprendre la vie quotidienne comme d'habitude. Non Mme Akuetteh, nous ne ferons pas cela!

Mme Akuetteh, nous sommes certains que vous n'auriez pas accepté l'idée qu’il y a quelques siècles, certaines personnes demandaient aux habitants des 13 colonies américaines de l’epoque, de continuer à accepter l'hégémonie de l'empire britannique sur leur soif de liberté.

Mme Akuetteh, nous sommes certains que vous n'auriez pas accepté l'idée qu’il y a quelques décennies et siècles, les esclaves aient été invités à accepter leur classification des sous-hommes comme le meilleur s’offrant à eux.

Mme Akuetteh, nous sommes certains que vous n'auriez pas accepté l'idée qu’il y a environ 60 ans, votre pays aurait dû continuer avec la politique de ségrégation raciale, selon le raisonnement voulant que tout le monde devait rester à sa place pour le bien de la tranquillité de la société américaine.

Non, Mme Akuetteh, contre les Britanniques, les Américains n'avaient pas besoin de conseils lâches; contre l'institution de l'esclavage, les victimes n’ont pas eu besoin de conseils lâches venant de ceux qui fréquentaient les soirées cocktails des maîtres esclavagistes; et contre la ségrégation, les Afro-Américains n'ont pas eu besoin des conseils lâches de ceux qui ne se mettaient jamais à leur place.

Mme Akuetteh, les troubles au Gabon ne sont pas miraculeusement apparus de nulle part. Ils sont survenus à la suite des activités désastreuses d'un régime vieux de 50 ans qui est seulement intéressé à se mettre plein les poches et rester indéfiniment au pouvoir; en truquant toutes les élections et consort. Alors, quand vous dites que nous devrions cesser de manifester et donner encore une autre occasion à ce régime corrompu de nous gouverner – voyons donc!

Les Gabonais sont fatigués des Bongo. Si vous ne pouvez pas nous aider, s'il vous plaît mettez-vous de côté, profitez de nos plages et du climat; et s'il vous plaît, s'il vous plaît, s'il vous plaît, ne nous donnez pas de conseils lâches.

Vous pourriez peut être convaincre les leaders politiques pour qu’ils forment un gouvernement d'unité nationale avec Ali Bongo; mais ce que nous ressentons dans nos cœurs est profond et ne peut pas être changé par quelques arrangements politiques. Pour nous, Ali Bongo est un assassin et un voleur. Il ne peut en aucune façon être légitime malgré votre insistance. Nous avons tous vu et compris ce qui s’est passé à la Cour Constitutionnelle; vous savez, nous pouvons vous paraitre stupides, mais nous sommes plus intelligents que notre pauvreté nous fait apparaitre. Nous ne serons jamais, jamais en mesure de nous réconcilier avec Ali Bongo!

Pour changer, pourquoi ne demandez-vous pas à Ali Bongo de respecter notre vote et de quitter le pouvoir?

Comments

  1. Great Article. Keep up the good work.
    Mrs Akuetteh is from Ghana and in Ghana, real democracy is the new order of the day. She better than anyone else would know it for a fact that what happened in Gabon would have never happened in Ghana and I am pretty sure she would have added her voice to condemn it. It's a pity to see her condone the broad day light robbery in Gabon.

    ReplyDelete
  2. Bel article, mais ce serait bien de s'assurer quel le lise en le lui envoyant sur sa page Facebook ou sur le site de l'ambassade

    ReplyDelete
  3. c 'est vraiment dommage de sa part, mais comme tu l'as si bien relaté le Ghana son pays d'origine et les USA son pays d'adoption connaissent bien la démocratie, alors qu'elle ne vienne pas nous demander de faire profil bas alors qu'elle sait pertinemment que le peuple a mis fin au règne de 50 ans pas 50 jours ni 50 semaines encore moins 50 mois. nous sommes emprisonné moralement et physiquement .aux yeux du monde notre victoire a été volé.

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>