ALI BONGO USES TAX COLLECTION AS A POLITICAL SWORD OF DAMOCLES. ALI BONGO UTILISE LE FISC COMME ÉPÉE DE DAMOCLÈS POLITIQUE






English version

The interview given by Chantal Myboto-Gondjout to activist compatriots, was enriching in several respects. This blog will not engage in a point-by-point analysis of this interview, knowing that our readers have all the intellectual qualities to do so on their own; but we want to highlight the two points that appeared to us to be the most important: first, the use of taxation as a political weapon, and second, the assertion that if Ali Bongo really wanted to clean up the country’s finances, he had to have the courage to arrest Maixent Accrombessi.

A tax amount is based on taxable income. Ms. Chantal Myboto-Gondjout told us that the Maïsha residence has only 21 rooms. Consequently, for a period of about two years, the Gabonese state claims taxes amounting to 4.2 billion CFA francs, or 2.1 billion CFA francs every 12 months, or a tax of 175 million CFA francs a month.

A commercial establishment cannot be taxed at more than 50%, so if the Maïsha tax is 175 million a month, this would mean that its income is at least 350 million CFA francs. Given that a month has 30 days on average, this would mean that the Gabonese state estimates that the Maïsha takes in 12 million a day. For this, all the 21 rooms should be occupied 24 hours a day, and the Maïsha should make its customers pay 571000 CFA francs per night. Dear readers, you will have understood that the amount inflicted on the Maïsha is purely and simply fanciful.

Concerning the arrests of the unscrupulous managers of the public funds, we became very concerned when Mrs. Chantal Myboto-Gondjout said that Maixent Accrombessi told anyone who wanted to hear him, that he was the real boss of Gabon. This is abominable and unacceptable! Ali Bongo must answer of this before the Gabonese people. People cannot be allowed to despise the Gabonese people like this.

We will not give up!




Version française

L’interview qu’a accordée Chantal Myboto-Gondjout à des compatriotes activistes, aura été enrichissante à plusieurs égards. Ce blog ne se livrera pas à une analyse point par point de cette interview, sachant que nos lecteurs disposent de toutes les qualités intellectuelles pour le faire de leur propre chef ; mais nous voulons ici souligner les deux points qui nous sont apparus comme étant les plus importants : premièrement, l’utilisation de la fiscalité comme arme politique, et deuxièmement, l’assertion que si Ali Bongo voulait vraiment procéder à un nettoyage financier, alors qu’il ait le courage de faire arrêter Maixent Accrombessi.

Un impôt est basé sur le revenu imposable. Madame Chantal Myboto-Gondjout nous a dit que la résidence le Maïsha ne compte que 21 chambres. Par conséquent, pour une période de deux ans environ, l’Etat Gabonais lui réclame des impôts s’élevant à 4,2 milliards de francs CFA, soit 2,1 milliards de francs CFA tous les 12 mois, ou encore un impôt de 175 millions de francs par mois.

On ne peut pas imposer un établissement commercial à plus de 50%, donc si l’impôt du Maïsha est de 175 millions par mois, c’est que ses revenus sont au minimum de 350 millions de francs CFA. Vu qu’un mois a 30 jours en moyenne, cela voudrait dire que l’Etat Gabonais estime que le Maïsha encaisse 12 millions par jour. Pour cela il faudrait que toutes les 21 chambres soient occupées 24 heures sur 24, et que le Maïsha fasse payer à ses clients 571000 francs CFA la nuitée. Chers lecteurs, vous aurez compris que le montant infligé au Maïsha est purement et simplement fantaisiste.

S’agissant des arrestations des gestionnaires indélicats des fonds publics, notre sang n’a fait qu’un tour quand Madame Chantal Myboto-Gondjout a affirmé que Maixent Accrombessi disait à qui voulait l’entendre, qu’il était le véritable patron du Gabon. Voici qui est abominable et inacceptable ! Ali Bongo doit en répondre devant le peuple Gabonais. On ne peut pas permettre à des gens de mépriser les Gabonais à ce point.

On ne lâche rien !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT