TO NOT SHOW SATISFACTION BEFORE OTHERS MISFORTUNE IS VERY PRUDENT AND VERY WISE. NE PAS SE RÉJOUIR DU MALHEUR DES AUTRES EST TRÈS PRUDENT ET TRÈS SAGE








English version

Dear readers, our publications on the physical, financial and even certainly psychological predicaments of Hervé Ndong, have caused an abundant mail. Most of the messages criticized the call for compassion that we made. Because of this, it seems to us useful to clarify a number of things that seem to escape some of our readership.

Dear readers, having compassion for Hervé Ndong who has just been amputated of a foot, does not mean forgiving Hervé Ndong for his crimes and misconduct towards the Gabonese people. Having compassion for someone who suffers simply means that you remain human, even before the greatest criminals.

If you oppose this regime, it is because you are human and you know that it does not serve the interests of the majority of Gabonese. If you are human, you cannot be quick to rejoice in the misfortune of others, for this feeling will destroy you and turn you into some Hervé Ndong who provoke destruction and bring misfortune around them and then rejoice to see the result.

Destroy others, we cannot accept this philosophy if we want our country to move forward. The Bongos and their friends destroy, of their own free will, lives, hearts, families, without any scruples or remorse. They then watch their victims sink, without reacting and without helping them. Obviously, their ultimate goal is to see us all sink and disappear. We cannot resemble them, for our own survival, not theirs.

Having compassion for Hervé Ndong is not essential for Hervé Ndong who already carries his cross, but rather for us, for we must remain whole; this is also the resistance! That's what differentiates us from the Bongos.

Indeed, true power and true strength lies in doing good to others. Let us not give to our executioners what they want, that is to say that we react like them, by insulting them in a foolish and unthinking way.

Martin Luther King did not rejoice at the misfortune of his enemies because he was too focused on wanting to liberate his people. Mandela wanted the fall of apartheid and not specifically on that of a particular person. The Bongo regime must fall; Hervé Ndong was only an unfortunate patsy as there are unfortunately hundreds of them, even today.

We will not give up!





Version française

Chers lecteurs, nos publications sur le supplice physique, financier et même certainement psychologique d’Hervé Ndong, ont suscité un abondant courrier. La plupart des intervenants nous ont reproché l’appel à la compassion que nous avons formulé. Face à cela, il nous semble utile de clarifier un certain nombre de choses qui semblent échapper à certains dans notre lectorat.

Chers lecteurs, avoir de la compassion pour Hervé Ndong qui vient de se faire amputer un pied, ne signifie pas pardonner à Hervé Ndong ses crimes et écarts de conduite envers le peuple Gabonais. Avoir de la compassion pour quelqu’un qui souffre signifie simplement que vous restez humains, même devant les plus grands criminels.

Si vous vous opposez à ce régime, c’est parce que vous êtes humains et vous savez qu’il ne sert pas les intérêts de la majorité des Gabonais. Si vous êtes humains, vous ne pouvez donc pas être prompts à vous réjouir du malheur des autres, car ce sentiment vous détruira et fera de vous des Hervé Ndong qui provoquent la destruction et amènent le malheur autour d'eux, puis se réjouissent de voir le résultat.

Détruire l'autre, nous ne pouvons accepter cette philosophie si nous voulons que notre pays avance. Les Bongo et leurs amis détruisent de leur propre gré, des vies, des cœurs, des familles, sans aucun scrupules, ni remords. Ils regardent ensuite leurs victimes s'enfoncer, sans réagir et sans leur venir en aide. Bien évidemment, leur but ultime est de nous voir tous couler et sombrer. Nous ne pouvons leur ressembler, pour notre propre survie, et non la leur.

Avoir de la compassion pour Hervé Ndong n’est pas essentiel pour Hervé Ndong qui porte déjà sa croix, mais plutôt pour nous, car nous devons rester entiers ; c’est cela aussi la résistance ! C’est cela qui nous différentie des Bongo.

En effet, la vraie puissance et la véritable force réside dans le fait de faire du bien à autrui. Ne donnons pas à nos bourreaux ce qu'ils désirent, c'est-à-dire de nous voir réagir comme eux, en les insultants de manière épidermique et irréfléchie.

Martin Luther King ne se réjouissait pas du malheur de ses ennemis car il était trop concentré à vouloir libérer son peuple. Mandela voulait la chute de l’apartheid et non spécifiquement celle de telle ou telle personne. C’est le régime Bongo qui doit tomber ; Hervé Ndong n’en a été qu’un malheureux lampiste comme il y en a malheureusement des centaines, encore aujourd’hui.

On ne lâche rien !

Comments

  1. Pas de regrets ni de compassion à avoir. Avec toutes les personnes qui ont assistés de près ou de loin au massacre des innocents. Les bongo sont un régime avec tous ceux qui le constituent. On reste humains mais aucune pitié pour qui que ce soit.

    ReplyDelete
  2. Attention, la compassion et la pitié sont deux sentiments différents. Ici on parle de compassion et non de pitié.

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT