MR. MIKE JOCKTANE OPENING STATEMENT IN PORT-GENTIL. LE PROPOS LIMINAIRE DE M. MIKE JOCKTANE A PORT-GENTIL

Mike Jocktane (photo: JP Rougou)


English Version


Ladies and Gentlemen of the Press


I would like first to thank you for responding spontaneously and favorably to the invitation that was sent to you for this press conference. I know the difficulties of your respective newsrooms and the choices you often have to make according to your means. Having you here before me is a mark of esteem that goes straight to my heart. I thank you so wholeheartedly.


Of the politicians who have made the news , sometimes in spite of themselves , I am one of those who have the least spoken. Because my nature of a man is that despite my spiritual duties , and even because of them , I know how to measure the weight of words, and especially all the advantages I can gain from silence. Because my status of very close collaborator to André MBA OBAME often does not allow me to speak when it is up to him to do so. Today, the country's political situation , the physical repeated physical aggressions I am the victim of, I have decided to no longer remain silent, while remaining faithful to the line of attitude that I have just defined. I can tell you that I have had the support of André MBA OBAME to reveal to the world, to the Gabonese people, to each of you who are present here , to those who will read you or listen to you , the facts I 'll reveal. Because of being a companion of the first hour, because of being an actor and privileged witness to his struggle since its origins, in addition to living in the flesh and in the spirit of all the ups and downs that you know, it is my great honor to speak to you in his name and mine.


On his health first - Because I'm one of the last few to have met him and to have remained for a long time at his side in Tunis, I can tell you frankly that he is fighting to recover his health. I have rarely seen such determination. I have rarely seen a man give all of himself to achieve the policy objective he has set. André MBA OBAME is being treated. The illness unfortunately never leaves as quickly as it came. Let's put everything to God, however, have faith in Him, keep hope and above all, pray.


The question, the true one, the good one is: How did we get here? ANDRE MBA OBAME, LIKE ME, HAS BEEN POISONED. For some time indeed, I also suffer from a condition that reduces my motor skills. The diagnosis by specialists is this: a SLOW POISONING which dates from the same period as What Mba Obame suffered.


This first question leads to another: Who could have caused an act so heinous and cowardly? To whom does it benefit? The answer to this question is simple and clear: the usurper regime currently in place in Gabon.


A regime for which the signs of the end of its reign are more than obvious. The list of campaign promises by Ali Bongo who stole the victory to André OBAME MBA in 2009 by force of arms, with the complicity of a partisan administration with the interested help of his stepmother, is perfectly aligned with all the same promises he did not keep and it will never keep. The only accomplishments he now claims authorship today, are the exact ones left starts by his predecessor. Need I remind you that the southern route on which he went to brag with an Aston Martin, is a project initiated and funded under Omar Bongo Ondimba, who had at that time a Minister of Planning called Casimir Oye Mba? Need I remind you that the construction of bridges in Nzeng Ayong, IAI and Charbonnages were launched by Jean EYEGHE NDONG, then Prime Minister? Need I remind you that the construction of the Stade de l'Amitié Sino-Gabonese planned for the CAN 2012, the one of CHU of Agondjé, of Libreville and of Owendo, are old projects that were already funded and budgeted by the State, before 2009? Here is a regime saying that it is emerging but fails to realize its true single project namely the Special Economic Zone of Nkok, yet inaugurated by night at the cost of billions of CFA francs, but still a wasteland four years after. It can therefore see its internal popularity burst the floor, with the certainty that if democratic election were held, it has no chance to stay at the head of the country.


But as despite all this, Ali Bongo wants to stay at any cost the President of the Republic, he finds himself faced with a choice. Or take the risk of a new coup as in 2009 and set the country ablaze. Because the people will never accept from him a new felony. Because the international community who knows the conditions of his coming to power, will not hesitate to show him the way to the International Criminal Court in the event of recurrence and fatal troubles caused deliberately. He and his entourage choose the most cowardly and most Machiavellian way: gently eliminate all those who are able to impose to him, at the polls, a political change which he does not want; to kill them by poisoning. This is what happened to Andre MBA OBAME and in turn to me. This is what might happen to all others who take the road to replace the head of state. I mean ALL.


In fact, the practice of physical elimination of opponents is not new in Gabon. Let us remember in regards specifically to Ogooué-Maritime of Pierre-Louis Agondjo Okawé, imprisoned for his political beliefs and the quest for real democracy in Gabon. He came out with serious sequelae. Let us remember Joseph Rendjambe Issani cowardly murdered for saying no to the regime. Two fathers, sons, brothers, cousins, friends taken from our family affection because of their struggle for a better Gabon, and to that, the same regime which wants to add more today: Jean Ping whom the daily L’Union no longer even bother to hide from publicly threatening his physical integrity, and I Mike Jocktane who has been poisoned to have freely chosen to support and strengthen the way chosen by Andre Mba Obame. I do not forget the many victims of the riots of 2009 and even all those before thet, when the courageous people of Port-Gentil rose each time to say no to deceit, to demand the legitimate respect of the ballot. Is it because we know to say no in this province that the PDG regime hates us so much, resents us so much, to the point of wanting to kill us? What is this regime that wants to rule over corpses and programmed murders?


Ladies and Gentlemen the journalists


I think enough is enough and that this must end. No threats, no intimidation, no assassination attempt and even poisoning will reduce me to silence. More than ever, I will bring to light all the ignominies of this dictatorship that governs us, either they target me or are targeted toward any other Gabonese. Just as I solemnly reaffirms that all threats of the world, that all police and judicial harassment of the world, that all attacks of the world, will never be enough to break and divert me from my loyalty toward André MBA OBAME.


I also take this opportunity to express my feelings about the political developments in the country at the moment. I welcome with great joy my seniors who left the rank of the PDG and its satellites to join us in our hard fight for a Gabon that belongs to the Gabonese people, not to a family which considers it a paternal gift, not to an organized mafia which plunders its resources, not to a corrupt clique that robs and blatantly makes fun of the people to the point of offering them insulting and disrespectful shows like the clowning double laying of the foundation stone for the same chemical fertilizer plant here in Port-Gentil. Once it was with the Singaporian group Olam and without anyone knowing why, the same ceremony was held with the King of Morocco a few months later.


I especially want to point out that the basis of the strongest fight against the regime shamelessly called Emergent remains to this day the Union Nationale which scares to the highest point the PDG because it has won at the polls every election in which it participated as political party or with its members participating individually. That explains its ridiculous administrative setbacks. Just as it would be accurate to claim them Andre Mba Obame is and remains the engine of this political party, and even on a larger scale, all the current opposition. I mean in clearer terms that no arrangement, no compromise, no take over can be done in this Union Nationale in the back of André MBA OBAME. It would never be an acceptable viewpoint. The Union Nationale is not for sell as an electoral base, it will never be the object of small accomplice arrangements and André MBA OBAME will never become the forgotten politician of any current or future dealings.


That ladies and gentlemen journalists the topics I wanted to discuss with you today. I am at your disposal to answer your questions.




Version française


Mesdames et Messieurs de la Presse


Je voudrais d’abord vous remercier d’avoir répondu de manière spontanée et aussi favorablement à l’invitation qui vous a été adressée pour cette conférence de presse. Je sais les difficultés que rencontrent vos rédactions respectives et les choix que vous devez souvent faire en fonction de vos moyens. Vous retrouver ici, devant moi est une marque d’estime qui me va droit au cœur. Je vous en remercie très vivement.


Des hommes politiques qui ont fait l’actualité, parfois malgré eux, je reste l’un de ceux qui ont le moins parlé. Parce que ma nature d’Homme fait qu’en dépit de mes fonctions spirituelles, et même à cause d’elles, je sais mesurer le poids des paroles, et surtout tous les avantages que je peux tirer du silence. Parce que mon statut de très proche collaborateur d’André MBA OBAME ne me permet pas souvent de prendre la parole quand c’est à lui qu’il revient de le faire. Aujourd’hui, la situation politique du pays, les agressions physiques à répétition que je subis font que j’aie décidé de ne plus me taire, tout en restant fidèle à la ligne d’attitude que je viens de définir. Je puis vous dire que j’ai eu le soutien d’André MBA OBAME pour dévoiler au monde entier, aux Gabonais, à chacun de vous qui êtes présents ici, à ceux qui vous liront ou vous écouteront, les faits que je vais révéler. Parce que compagnon de lutte de la première heure, parce que acteur et témoin privilégié de son combat depuis ses origines, en plus de vivre dans la chair et dans l’esprit toutes les péripéties que vous connaissez, il me revient le grand honneur de m’adresser à vous en son nom et au mien.


Sur son état de santé d’abord - Parce que je suis l’un des rares derniers à l’avoir rencontré et à être longuement resté à ses cotés à Tunis, je puis vous affirmer, en toute franchise qu’il se bat très fort pour recouvrer sa santé. J’ai rarement vu pareille détermination. J’ai rarement vu un homme autant donner de lui-même pour atteindre l’objectif politique qu’il s’est fixé. André MBA OBAME se soigne. Le mal ne part malheureusement jamais aussi vite qu’il est venu. Remettons cependant tout à Dieu, ayons foi en Lui, gardons l’espoir et surtout, prions.


La question, la vraie, la bonne est : Comment en est-on arrivé là ? ANDRE MBA OBAME, TOUT COMME MOI, A ETE EMPOISONNE. Depuis un certain temps en effet, moi aussi je souffre d’une affection qui réduit mes capacités motrices. Le diagnostic posé par les spécialistes est celui-là : UN EMPOISONNEMENT LENT qui date de la même période que celui qu’a subi Mba Obame.


Cette première question en entraîne une autre : Qui a bien pu poser un acte si odieux et si lâche ? A qui profite donc le crime ? La réponse à cette interrogation est simple et claire : le pouvoir usurpateur actuellement en place au Gabon.


Un pouvoir dont les signes d’une fin de règne sont plus que patents. La liste des promesses de campagne d’Ali BONGO qui a volé la victoire d’André MBA OBAME en 2009 par la force des armes, par la complicité d’une administration aux ordres avec l’aide familiale et donc intéressée de sa belle-mère, est juxtaposable à l’exact avec toutes les mêmes promesses qu’il n’a pas tenues et qu’il ne tiendra jamais. Les seules réalisations dont il se revendique aujourd’hui la paternité sont à l’exact celles laissées en chantier par son prédécesseur. Dois-je rappeler que la route du Sud sur laquelle il est parti fanfaronner avec une Aston Martin est un projet lancé et financé sous Omar Bongo Ondimba qui avait à l’époque un ministre de la Planification appelé Casimir Oyé Mba ? Dois-je rappeler que les travaux de construction des ponts de Nzeng Ayong, d’IAI et des Charbonnages ont été lancés par Jean EYEGHE NDONG alors Premier Ministre ? Dois-je rappeler que la construction du Stade de l’Amitié Sino-Gabonaise prévue pour la Can 2012, que celle des CHU d’Agondjé, de Libreville et d’Owendo sont de vieux projets qui étaient déjà financés et prévus au budget de l’Etat avant 2009 ? Voilà un pouvoir qui se dit émergent mais qui n’arrive pas à concrétiser son seul et unique vrai projet à savoir la Zone Economique Spéciale de Nkok, pourtant inauguré de nuit à coup de milliards de francs, mais qui reste un terrain vague quatre ans après. Ce pouvoir voit par conséquent sa côte de popularité interne crever le plancher, avec la certitude qu’en cas d’élection démocratique, il n’a aucune chance de rester à la tête du pays.


Mais comme malgré tout cela, Ali BONGO veut rester coûte que coûte le président de la République, il se retrouve devant une alternative. Ou prendre le risque d’un nouveau coup de force comme en 2009 et mettre le pays à feu et à sang. Parce que le peuple n’acceptera jamais de lui une nouvelle forfaiture. Parce que la communauté internationale qui sait les conditions de son arrivée au pouvoir n’hésitera pas à lui montrer le chemin de la Cour Pénale Internationale en cas de récidive et de troubles mortels volontairement provoqués. Lui et son entourage choisissent la voie la plus lâche et la plus machiavélique : éliminer en douceur tous ceux qui sont capables de lui imposer par les urnes une alternance politique dont il ne veut absolument pas, les tuer par empoisonnement. C’est ce qui est arrivé à André MBA OBAME et par ricochet à moi. C’est ce qui risque d’arriver à tous les autres qui prennent la voie de le remplacer à la tête de l’Etat. Je dis bien à TOUS.


En réalité, la pratique de l’élimination physique des opposants n’est pas nouvelle au Gabon. Souvenons-nous en ce qui concerne précisément l’Ogooué-Maritime de Pierre-Louis Agondjo Okawé, emprisonné pour ses convictions politiques et pour la quête d’une réelle démocratie au Gabon. Il en est sorti avec de graves séquelles. Souvenons-nous de Joseph Rendjambé Issani, lâchement assassiné pour avoir dit non au régime. Deux pères, fils, frères, cousins, amis arrachés à notre affection familiale à cause de leur combat pour un Gabon meilleur, et auxquels le même pouvoir veut ajouter aujourd’hui deux autres : Jean Ping que le quotidien l’Union ne se gêne même plus de menacer publiquement dans son intégrité physique, et moi Mike JOCKTANE qui ai été empoisonné pour avoir choisi librement de soutenir et de renforcer la voie tracée par André Mba Obame. Je n’oublie pas non plus les nombreuses victimes des émeutes de 2009 et même de toutes celles d’avant, quand le courageux peuple de Port-Gentil s’est levé à chaque fois pour dire non à l’imposture, pour exiger le légitime respect de son bulletin de vote. Est-ce parce que nous savons dire non dans cette province que le pouvoir PDG nous hait autant, nous en veut autant, au point de vouloir nous tuer ? C’est quoi ce pouvoir qui veut régner sur des cadavres et par les assassinats programmés ?


Mesdames et Messieurs les journalistes


J’estime que trop c’est trop et que ça suffit comme ça. Aucune menace, aucune intimidation, aucune tentative d’assassinat et même d’empoisonnement ne me réduira au silence. Plus que jamais, je vais étaler au grand jour toutes les ignominies de cette dictature qui nous gouverne, qu’elles me visent ou qu’elles visent n’importe quel autre Gabonais. Tout comme je réaffirme solennellement que toutes les menaces du monde, que toutes les tracasseries policières et judiciaires du monde, que toutes les agressions du monde, ne suffiront jamais à briser et à me détourner de ma fidélité envers André MBA OBAME.


Je saisis d’ailleurs cette occasion pour donner mon sentiment sur l’évolution politique en cours dans le pays. J’accueille avec une grande joie mes aînés qui ont quitté le rang du PDG et de ses satellites pour nous rejoindre dans le dur combat que nous menons pour un Gabon qui appartient aux Gabonais, pas à une famille qui le considère comme un leg paternel, pas à une mafia organisée qui en pille les ressources, pas à une clique de véreux qui le spolie de manière éhontée et se moquent des populations au point de leur offrir des spectacles insultants et irrespectueux comme la clownerie d’une double pose de première pierre d’une même usine d’engrais chimique ici à Port-Gentil. Une fois, elle l’a été avec les Singapouriens du groupe Olam et sans qu’on ne sache pourquoi, la même cérémonie a été organisée avec le Roi du Maroc quelques mois plus tard.


Je tiens surtout à préciser que la base du combat la plus solide contre le pouvoir éhontément qualifié d’Emergent reste à ce jour l’Union Nationale qui effraie au plus haut point le PDG pour avoir gagné dans les urnes toutes les élections auxquelles elle a participé comme formation politique ou par ses membres de manière individuelle. Ce qu’expliquent d’ailleurs ses déboires administrativement ridicules. Tout comme il est plus qu’aisé de clamer qu’André Mba Obame est et demeure le moteur de ce parti politique, et même sur une plus grande échelle, de toute l’opposition actuelle. Je veux dire en termes plus clairs qu’aucun arrangement, qu’aucun compromis, qu’aucune OPA ne saurait se faire dans cette Union Nationale dans le dos de cet André MBA OBAME. Ce ne serait en aucun point de vue acceptable. L’Union Nationale n’est pas à céder en tant que socle électoral, il ne sera jamais l’objet de petits arrangements complices, et André MBA OBAME ne sera jamais le grand oublié d’aucune tractation politicienne actuelle ou à venir.


Voilà Mesdames et Messieurs les journalistes les sujets que je souhaitais aborder avec vous aujourd’hui. Je me mets à votre disposition pour répondre à vos questions.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>