TO REMOVE GABON FROM THE HANDS OF THESE PSYCHOPATHS. ARRACHER LE GABON DES MAINS DE CES PSYCHOPATHES

Ali Bongo (photo: Gabon Presidential Press/Presse Presidentielle du Gabon)



English Version


Imagine a fictional country , straight out of the fertile imagination of a screenwriter , whose leaders at the highest peak of the State have no conscience, no guilt or remorse , and therefore , whatever their actions, are never constrained by concern for the well -being of the majority of the population. Imagine, dear readers, that this fictional country is run by people incapable of feeling shame, people whose whole life is a sham, whose whole life is selfishness, laziness, nuisance and immorality. Think about this country whose concept of responsibility is unknown by its leaders; or when they think about it, they experience that as a burden. Think about this country in which the population is asked to accept everything without asking questions, to behave at all times as gullible fools. Unfortunately, dear readers, this country is and is not fictitious; this country is yours, Gabon; and it is run by psychopaths.


Why do we think that Gabon is led by psychopaths? Allow us to explain. It is assumed that conscience is universal among human beings, that one has virtually no effort to make to have consciousness. That feelings of guilt or shame, or self-questioning are normal reactions to every human being. But in Gabon, within the regime, moral restraint has been completely destroyed so that the regime, boundless, can do exactly what it wants, without crises of conscience. An ideal situation for the regime that wants and can do everything and anything. So if nobody is there to stop them, they can do of Gabon whatever they want. That’s the situation we see today.


Of course, the consequences of this criminality of the psychopathic regime on ordinary citizens are staggering. Unlike normal people who prefer to see others happy and healthy, the psychopath likes to make others suffer. Thus the regime does not hesitate to suspend the salary of unionists who resist them; to suspend the wages of Gabonese who choose the opposition as a political orientation; to dismiss civil servants from entire departments; to beat up students; and eliminate physically the people most likely to threaten their power. In addition to this direct suffering, there is the pernicious torture that the regime imposes on the Gabonese population, consisting of dumbing it down by totally abject television and arts programs and more importantly in subjecting it to a disjointed and unproductive education that treats students as livestock just good for being beaten. The intent of this psychopathic regime in the long run is to cause the Gabonese people to gradually lose sight of the need for profound reflection, the need for introspection, knowledge, culture and understanding the complexity of the laws of existence in a modern state.


For the psychopathic regime that rules Gabon, to tell the truth bother them because it reveals inconvenient facts. It is better to make the Gabonese people think of simpler and more pleasant things: racing boats, motorcycle shows, Brazilian carnivals... In these moments, opportunities to have a logical and rigorous thinking, driven by the necessity to find solutions to difficult societal problems, begins to fade. When the community loses the ability to reason and to have moral criticism, the process of generating evil is amplified at all levels of society, whether individual or collective, we find ourselves in the generalized situation of no one caring, that is currently afflicting Gabon.


Penance, effort and mental activity experienced during difficult times, necessarily lead to a gradual regeneration of healthy values that cause human progress. When, as in Gabon, the people are overwhelmed by evil, it must necessarily collect all its physical and mental strength to fight for its survival and that of reason, morality and decency. The regime in Gabon has erected a system of government in which a small pathological minority has taken control of an entire society. In this system, all important positions should be filled by people with the same psychological makeup. This privileged class of deviants feels permanently threatened by normal Gabonese. Psychopaths are under no illusions about their fate if the country is returned to a leadership of "normal" Gabonese. A normal person will seek to be trained to have an honorable profession for a living, but psychopaths who run Gabon never had specific talent; and their time in power has eliminated any possibility of adaptation to the demands of normal work. As they are unable to do this kind of sacrifice, the survival of a system where they can continually impose their will becomes for them an imperative.


Under such conditions, no area of social life can develop normally, whether the economy, culture, science, technology, administration, etc. Psychopathy progressively paralyzes everything. This is what we are seeing in Gabon. Normal Gabonese must then develop a superhuman ability to remain calm in order to successfully just operate in this society. For example, there are competent people who have patron pathological deviants Gabonese regime; these people mediocre and obtuse, are appointed at the head of departments they are unable to understand, let alone manage; wasting the country time and energy. Economic and social life suffers. Psychopaths gradually interfere in everything and numb everything.


But an interesting phenomenon is beginning to occur in Gabon. Many of those who were initially attracted by the regime now realize that they are in the presence of a monster. The disillusionment experienced by those ancient supporters sometime ideological, is extremely bitter. But the regime is determined to retain power and feels threatened by these former allies, whose criticisms continue to swell. To prepare for any eventuality, the regime is ripening its psychopathy and pathology; an extensive and active indoctrination system is built with posts and emoluments which will be distributed properly as vehicles or Trojan horses designed for maximum pathologizing of the thought processes of individuals and society. The objective is to force the Gabonese minds to accept the rules established by the regime. For example, the organization of fora instead of a true work of experts will be proclaimed by the pathologicals as a mark of progress and salvation for the country.


This situation causes the widespread suppression of intellectual development in the Gabonese people and the minds that are still open and non-psychopathic react as they should by a multiplication of large protests against the "hypocrisy" and a blatant and contemptuous neglect of the citizen. The psychopaths who run Gabon and their minions are unable to understand that the fundamental element that complicates both the achievement of their goal and their project of total monarchisation of Gabon, is in a critical demographic reality in Gabon: normal Gabonese are the majority, and the day these normal Gabonese will be aware of their strength, the entire system of coercion, terror and indoctrination of the regime will be defeated by the people who would have decided that monarchy and psychopathy in Gabon must be stopped. The Gabonese people must obstruct the will of the regime to convince the citizens that the psychopathic form of governance as practiced in Gabon under the Bongos, is "normal." No, that's why Gabon must at all costs to get rid of these psychopaths.



Version française


Imaginez un pays fictif, sorti tout droit de la fertile imagination d’un scénariste, dont les dirigeants au plus haut sommet de l’Etat n’ont aucune conscience, aucun sentiment de culpabilité ou de remords et par conséquent, quels que soient leurs actes, ils ne sont jamais freinés par la préoccupation du bien-être de la majorité de la population. Imaginez chers lecteurs, que ce pays fictif soit dirigé par des gens incapables d’éprouver la honte, des gens dont toute la vie est une imposture, dont toute la vie est faite d’égoïsme, de paresse, de nuisance et d’immoralité. Pensez à ce pays dont la notion de responsabilité est inconnue des dirigeants ; sinon quand ils y pensent, la vivent comme un fardeau. Pensez à ce pays dans lequel on demande à la population de tout accepter sans se poser de questions, de se comporter en tout temps comme des imbéciles crédules. Malheureusement, chers lecteurs, ce pays existe et n’est pas fictif ; ce pays est le vôtre, c’est le Gabon ; et il est dirigé par des psychopathes.


Pourquoi pensons-nous que le Gabon soit dirigé par des psychopathes? Permettez-nous de vous l’expliquer. Il est supposé que la conscience soit universelle chez les êtres humains, qu’on n’ait pratiquement aucun effort à faire pour avoir de la conscience. Que les sentiments de culpabilité ou de honte, ou encore de remise en question soient des réactions normales à tout être humain. Mais au Gabon, au sein du pouvoir, la contrainte morale a été complètement détruite de manière à ce que le régime, sans bornes, fasse exactement ce qui lui passe par la tête, sans crises de conscience. Une situation idéale pour le régime qui veut et peut donc faire tout et n’importe quoi. Donc, si personne n’est là pour les arrêter, ils peuvent faire du Gabon tout ce qu’ils veulent. D’où la situation que nous observons aujourd’hui.


Bien entendu, les conséquences de cette criminalité du régime psychopathique, sur les citoyens ordinaires sont stupéfiantes. Contrairement aux gens normaux qui préfèrent voir les populations heureuses et en bonne santé, le psychopathe aime faire souffrir. C’est ainsi que le régime n’hésite pas à supprimer le salaire des syndicalistes qui lui résistent; supprimer les salaires des Gabonais qui choisissent l’opposition comme orientation politique ; faire licencier des agents de ministères entiers ; faire tabasser les étudiants ; et éliminer physiquement les gens les plus susceptibles de menacer leur pouvoir. En plus de cette souffrance directe, il y a la torture pernicieuse que ce régime inflige à la population Gabonaise, consistant à son abrutissement par des programmes télévisuels et artistiques totalement abjectes et aussi et surtout par une école désarticulée et improductive qui traite les élèves et étudiants comme du bétail juste bon à recevoir des coups. Le but recherché par ce régime psychopathique est qu’à la longue, les Gabonais perdent progressivement de vue la nécessité d’une réflexion profonde, la nécessité d’introspection, de la connaissance, de la culture et d’une compréhension des lois complexes de l’existence dans un Etat moderne.


Pour ce régime psychopathique qui dirige le Gabon, dire la vérité dérange parce qu’elle révèle des faits gênants. Il vaut donc mieux faire penser les Gabonais à des choses plus simples et plus agréables : des courses de bateaux, des motos shows, des carnavals brésiliens... Dans ces moments-là, les possibilités d’avoir une pensée logique et rigoureuse, mue par nécessité de trouver des solutions à des problèmes de société difficiles, commence à s’estomper. Lorsque la communauté perd la capacité de raisonnement et de critique morale, le processus de génération du mal s’amplifient à tous les échelons de la société, qu’ils soient individuels ou collectifs, on se retrouve dans le je m’enfoutisme généralisé qui se vit actuellement au Gabon.


La pénitence, l’effort et l’activité mentale, éprouvés pendant les périodes difficiles, conduisent nécessairement à une régénération progressive des valeurs saines qui entraînent le progrès humain. Lorsque, comme au Gabon, le peuple se retrouve submergé par le mal, il doit nécessairement rassembler toutes ses forces physiques et mentales pour se battre pour sa survie et celle de la raison, de la morale et de la décence. Le régime en place au Gabon a érigé un système de gouvernement dans lequel une petite minorité pathologique a pris le contrôle de toute une société. Dans ce système, tous les postes importants doivent être occupés par des personnes atteintes des mêmes déviations psychologiques. Cette classe privilégiée de déviants se sent menacée en permanence par les Gabonais normaux. Les psychopathes ne se font aucune illusion sur leur destin en cas de retour à un système dirigé par des Gabonais « normaux ». Une personne normale cherchera à se former pour exercer un métier honorable pour gagner sa vie, mais les psychopathes qui dirigent le Gabon n’ont jamais eu de talent concret; et leur temps passé au pouvoir a éliminé toute possibilité d’adaptation aux exigences d’un travail normal. Comme ils sont incapables de faire ce genre de sacrifice, la survie d’un système où ils peuvent perpétuellement s’imposer devient pour eux un impératif.


Dans de telles conditions, aucun domaine de la vie sociale ne peut se développer normalement, que ce soit l’économie, la culture, la science, la technologie, l’administration, etc. La psychopathie paralyse progressivement tout. C’est ce que nous observons au Gabon. Les Gabonais normaux doivent alors développer une capacité surhumaine de garder leur calme pour réussir à simplement fonctionner dans cette société. Par exemple, il y a des Gabonais compétents qui ont pour patron des déviants pathologiques du régime ; ces derniers médiocres et obtus, nommés à la tête de départements qu’ils sont incapables de comprendre et encore moins de gérer, font perdre au pays du temps et de l’énergie. La vie économique et sociale s’en ressent. Les psychopathes s’immiscent progressivement dans tout et engourdissent tout.


Mais un phénomène intéressant commence à se produire au Gabon. Beaucoup de ceux qui furent attirés initialement par le régime, prennent conscience qu’ils sont désormais en présence d’un monstre. La désillusion vécue par ces anciens partisans parfois idéologiques, est extrêmement amère. Mais le régime est déterminé à garder le pouvoir et se sent menacé par ces anciens alliés, dont les critiques ne cessent d’enfler. Pour parer à toute éventualité, le régime fait murir sa psychopathie et sa pathologie ; un système d’endoctrinement vaste et actif est bâti, avec des postes et prébendes convenablement distribués qui en seront les véhicules ou les chevaux de Troie ayant pour but de pathologiser au maximum les processus de pensée des individus et de la société. L’objectif étant de forcer les esprits Gabonais à accepter les règles établies par le régime. Par exemple, l’organisation de fora à la place d’un véritable travail d’experts sera proclamée par les pathologiques comme étant une marque de progrès et de salut pour le pays.


Il résulte de cette situation un étouffement généralisé du développement intellectuel des Gabonais et les esprits encore ouverts et non atteint de psychopathie réagiront comme il se doit par une multiplication de grandes protestations contre une « hypocrisie » et un gâchis éhonté et méprisant du citoyen. Les psychopathes qui dirigent le Gabon et leurs exécutants sont incapables de comprendre que l’élément fondamental qui complique tant la réalisation de leur objectif et de leur projet de monarchisation totale du Gabon, se trouve dans une réalité démographique essentielle au Gabon: les Gabonais normaux sont majoritaires, et le jour où ces Gabonais normaux auront conscience de leur force, l’ensemble du système de coercition, de terreur et d’endoctrinement du régime, sera mis en échec par ce peuple qui aura décidé que la monarchisation et la psychopathie au Gabon doivent être rendues irréalisables. Le peuple Gabonais doit faire échec à la volonté du régime de convaincre les Gabonais que la forme psychopathique de gouvernance qui a cours au Gabon sous les Bongo, est « la normalité ». Non, voilà pourquoi il faille coute que coute se débarrasser de ces psychopathes.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE