WHAT CAN THE GABONESE OPPOSITION DO? BY PAULETTE OYANE ONDO. QUE PEUT FAIRE L’OPPOSITION GABONAISE ? DE PAULETTE OYANE ONDO

Paulette Oyane Ondo (photo: Jeune Afrique)



English Version


TRIBUNE OF CDDH-GABON
What can the GABONESE Opposition do?
(What I think)


It is first necessary to recognize that the situation in which we are stuck today is the result of a long process of degeneration of values and principles, a failing mentality cleverly planned by the political system that holds Gabon in Bondage since 1967. The period from 2009 until now is the culmination of this vicious system.


The year 1990, with its famous East wind and other speeches such as the one of La Baule, only brought to Gabon a relative multiparty system and nothing else.


The single-party system, which existed until 1990, was had at least objective in this regards: ideologically, voting meant nothing. Denial of democracy and fundamental freedoms was clearly established. Moreover, in the words of a famous song from the Centreville Entertainment Group: "We will no longer vote in Gabon because the vote is a setback to the progress and development...". This boggles the mind!


This kind of song was rehashed on radio in rural areas and on television in the cities, every day that God made. Every Thursday were devoted exclusively to animation groups. We drank the chalice to the dregs.


The so-called democratic opening of 1990 was what as the popular saying goes: “hell paved with good intentions“, in that it has installed a widespread hypocrisy. The people was made to believe that his voice was now going to count, while since 1990, on the 2555 days in a presidential term, politicians, the ones aspiring to the presidential chair and one who sits on it and who naturally does not want to give it up, only need the people for one day, the day of the presidential election, just to make up the numbers, because our politicians know how things really happen. During the other 2554 days, the Gabonese politicians do not need the people and will therefore turn their backs and think only of themselves, especially as they consider that the people got what it deserves, since it sells its vote against a bottle of beer, a salami sandwich, 2 or 3 rotten turkey wings, and for the luckiest, a 5000 francs bill.


The question that arises seriously is whether in these circumstances, our nation, that accepts to be treated in this way, could in his heart be shocked by the election results, by the consequences that may arise sooner or later because of its own complacency and passivity if not complicity.


Will something radically change in the thinking of our politicians whom the people have given the right to be despised by?


So far, our politicians, all sides taken together, only have one facet, one aspect of the overall decadence. Under their modern clothes, so to speak, lies an archaic psychology dominated by approximate judgments, interested only in what goes in the direction of their personal or partisan interests. They play with concepts without any link on the attitudes, irrelevant to our stage of social evolution. More than a quarter of a century after the advent of multiparty, no alternative to the system that manages the country since 1967 has been formed.


The Opposition in the political, modern and rational sense does not yet exist, it is to be created. And it is not because those in power are wrong, very wrong and utterly wrong that what counts as an opposition is right. If it says the truth in the "trial" of the regime, yet it does nothing tangible to prepare to replace that regime.


The future of Gabon goes through changing the system from top to bottom, but it will not happen without the sanitation of ideas about the foundation, organization and objectives clearly defined by the opposition.


Gabonese politics must be rethought. A politics that is not egocentric i.e. not centered on the leaders; nor allocentric, i.e. obsessively directed toward the power but one that is oriented toward the spirit of reforms, toward the people to teach them the militant engagement and toward the society to engage it in the production of civic ideas and the behavior of citizens. Then only the Gabonese nation could dream of one day winning against a Mameluke who would put his personal shortcomings, his dynasty or his servants above our heads.


In recent months, many political figures have launched laudable initiatives, which also seem to appeal to the population. It would be beneficial that these initiatives be accompanied by practical modalities. History tells us that popular reactions may be an illusion, and it would be foolish to confuse sympathy with deep support of the people, a real in print in the heart of the people, in order to establish ideological bastions. As an illustration, in the last presidential elections in Algeria in April 2014, meetings of the candidate Ali Benflis were full of people, yet he ended with a score of 12%. It is important to be aware of this now, at the risk of falling through and experience the same failures as in the past.


Our country is in danger. It is primarily threatened by the permanent disqualification of an irredentist regime which persists in exciting the causes of popular discontent by the mere fact of clinging to power for 47 years, a power that the people challenge it every day in many ways. But our country is also threatened by the antagonisms of the opposition and civil society, our divergent efforts, our mutual fears, our respective irrationalities, our regular confirmation of our lack of sense of community that is also shared by the people itself which does no longer have a collective frame.


A new Gabon must be built. To this end, the Gabonese opposition must first work to its unity, which is the only voice in the context of an election with one round, in a country like Gabon, with the technostructure as we know it and which is entirely devoted to the perpetuation of the political regime.


The Gabonese opposition must be able to understand that unity does not mean uniformity. This will enable it to solve the ego problems. For it is not because people get together to unite their forces to achieve a goal that they each lose their own substance.


Therefore, it is inappropriate for the opposition, for the moment, to talk about a candidacy, be it unique or not.


Once unity would be completed, the united Gabonese opposition should set specific goals such as the removal of the current system which should be a point of agreement for everybody.


That this occurs in the context of social peace must be the second point of agreement.


After the definition of objectives, the opposition must succeed in agreeing on a public speech, along with an economic program adapted to the urgent problems of the Gabonese people. Such an approach would be the sublime proof that it is able to ensure a peaceful transition to a democratic change. It then would cut the grass under the feet of those in power who have always used an approached akin to a "scorched earth policy" with its systematic use of indiscriminate and wanton violence, accompanied by lethal statements such as "if you try to get me out of power, there would look in vain for Gabon on the world map; if you are not with me, you are against me, etc."


The united Gabonese Opposition must then publish an educational document summarizing in a dozen points, the prominent proposals of its program which it would distribute when the time comes, for free to all the Gabonese population, and would translate it in all languages of Gabon.


The united Gabonese opposition must appear surrounded by a task force composed of leading figures to show that it is surrounded by a team of efficient governance.


The united Gabonese opposition must go to meet the actual real society within the country, in areas of non prosperity and in needy neighborhoods, sit on the ground and, if possible, eat-in banana leaves as the people it visits. No town or village as small as it might be should not be forgotten or overlooked. Macky Sall did it in Senegal. He took over a year to travel around the country. Visiting every nook and corner. Pitching his tent where he could live by himself the realities of deep Senegal.


The opposition only has meaning and impact by having its roots in society and its impact on the ground.


The presidential election will be held in a little less than two years, it is time for the opposition to put in place mechanisms to control all the devices of the electoral process.


To be limited to contest the results after the election without real influence on the effectiveness of the electoral process is an option without a future which even borders to naivety. There is a maxim of common sense that says "there is no impregnable fortresses, just citadels which are badly attacked."


Gabonese reality is that there is a real society and a virtual society. The virtual society, which is composed by the apparatus, the institutions and the people who compose it, is a moribund society.


The real society, all the “have-nots" and the vital forces who love Gabon, is a society that is full of energy. With tremendous resistance potential. But that real society lacks guidance. The future of this society depends primarily on the existence of a true elite and then the ability of that elite to commit to mobilize them effectively . Otherwise, this boundless energy could lead to a spontaneous reaction under the form of popular violence. And under these conditions, the mass demonstrations of people can cause something positive that would lead to the establishment of a democratic transition. We must not lose sight of the fact that the army will fire on the crowd as usual. But times have changed; very few political systems today can fire on their own populations, commit mass murder and crimes against humanity and retain power after such atrocities. And the Gabonese regime is not the Syrian regime.


The Gabonese opposition should take the opportunity to capitalize on the discontent of the real Gabonese society, be the voice and its effective representative.


This is the only way that will impress observers of all stripes and allow it to become a credible alternative.


Well, this is what I think ...
P2O



Version Française


TRIBUNE DU CDDH-GABON
Que peut faire l’Opposition Gabonaise?
(Ce que je crois)


Il convient d’abord de reconnaître que la situation dans laquelle nous sommes englués aujourd’hui résulte d’un long processus de dégénération des valeurs et des principes, d’une déliquescence des mentalités savamment planifiées par le système politique qui tient le Gabon dans un étau depuis 1967. La période de 2009 à maintenant constitue l’apogée de ce système vicieux.


L’année 1990, avec son fameux vent de l’Est et autre discours de la Baule, n’a apporté au Gabon qu’un multipartisme relatif et rien d’autre.


Le système de parti unique, qui a existé jusqu’en 1990, avait au moins ceci d’objectif qu’idéologiquement le vote ne signifiait rien. La dénégation de la démocratie et des libertés fondamentales était clairement établie. D’ailleurs, selon les paroles d’une célèbre chanson du groupe d’animation Centre-Ville : « nous ne ferons plus de vote au Gabon, car le vote constitue un recul pour le progrès et le développement… ». On croit rêver !


Ce genre de chanson était rabâché à la radio en zone rurale et à la télévision dans les villes, tous les jours que Dieu fait. Tous les jeudis étaient au demeurant consacrés exclusivement aux groupes d’animation. On buvait le calice jusqu’à la lie.


L’ouverture dite démocratique de 1990 a été ce que l’adage populaire appelle : « l’enfer pavé de bonnes intentions » en ce qu’elle a installé une hypocrisie généralisée. On a fait croire au peuple que désormais sa voix allait compter, alors que depuis 1990, sur les 2555 jours que compte un mandat présidentiel, les politiciens, aspirants au fauteuil présidentiel et celui qui y est assis et qui naturellement n’entend pas s’y lever, n’ont besoin du peuple que pendant un seul jour, celui de l’élection présidentielle, justement pour faire de la figuration, car tous nos politiciens savent comment les choses se passent réellement. Pendant les 2554 autres jours, les politiciens gabonais n’ont pas besoin du peuple et vont donc lui tourner le dos pour ne penser qu’à eux-mêmes, d’autant qu’ils considèrent que le peuple n’a que ce qu’il mérite, puisqu’il vend son vote contre une bouteille de bière, un sandwich au saucisson à l’ail, 2 ou 3 ailes de dindons pourries et, pour les plus chanceux, un billet de 5000 francs.


La question qui se pose sérieusement est de savoir si dans ces conditions, notre Nation, qui accepte se faire traiter de la sorte, peut en son for intérieur être choquée par les résultats des élections, par les conséquences pouvant découler tôt ou tard de sa propre complaisance et de sa passivité pour ne pas dire complicité.


Quelque chose va-t-il changer radicalement dans le mode de pensée de nos politiciens auxquels le peuple a donné le droit de le mépriser ?


Jusqu’ici, nos politiciens, tous bords confondus, n’ont qu’une facette, qu’un volet de la déliquescence générale. Sous leurs habits modernes, si je puis dire, se cache une psychologie archaïque dominée par des jugements approximatifs, intéressée seulement par ce qui va dans le sens de leurs intérêts personnels ou partisans. Ils s’amusent avec des concepts sans prise sur les mentalités, sans rapport avec notre stade d’évolution sociale. Plus d’un quart de siècle après l’apparition du multipartisme, aucune alternative au système qui gère le pays depuis 1967 n’est formée.


L’Opposition au sens politique, moderne et rationnel n’existe pas encore, elle est à créer. Et ce n’est pas parce que le pouvoir a tort, grandement tort et absolument tort que ce qui tient lieu d’opposition a raison. Si elle dit vrai dans le « procès » du régime, elle ne fait pourtant rien de tangible pour se préparer à le remplacer.


L’avenir du Gabon passe par le changement du système de fond en comble, mais celui-ci n’aura pas lieu sans l’assainissement des idées concernant les fondements, l’organisation et les objectifs clairement définis par l’opposition.


Il faut repenser la vie politique gabonaise. Une vie politique qui ne soit pas égocentrique, c’est à dire centrée sur les leaders, ni allocentrique, c’est à dire obsessionnellement tournée vers le pouvoir, mais orientée vers l’esprit des réformes, vers le peuple pour lui apprendre l’engagement militant et la société pour l’engager dans la production des idées civiques et des comportements citoyens. Alors seulement la nation gabonaise pourra rêver de pouvoir gagner un jour contre un Mameluk qui voudrait placer ses déficiences personnelles, sa dynastie ou ses domestiques au-dessus de nos têtes.


Ces derniers mois, beaucoup de figures politiques ont lancé des initiatives très louables, et qui semblent d’ailleurs plaire à la population. On gagnerait à ce que ces initiatives soient assorties de modalités pratiques. L’histoire nous apprend que les réactions populaires peuvent constituer un leurre, et qu’il serait illusoire de confondre des marques de sympathie avec une adhésion profonde du peuple, un encrage réel dans le cœur des populations, afin d’en établir des bastions idéologiques. A titre d’illustration, aux dernières élections présidentielles d’avril 2014 en Algérie, les meetings du candidat Ali BENFLIS refusaient du monde, pourtant ce dernier a fini avec un score de 12%. Il conviendrait d’en prendre conscience maintenant, au risque de tomber de travers et essuyer les mêmes échecs que dans le passé.


Notre pays est en danger. Il est au premier chef menacé par la disqualification définitive d’un régime irrédentiste qui s’obstine à exciter les causes de mécontentement populaire par le seul fait de s’accrocher au pouvoir depuis 47 ans, un pouvoir que le peuple lui conteste tous les jours par bien des façons. Mais notre pays est aussi menacé par les antagonismes de l’opposition et de la société civile, nos efforts divergents, nos peurs réciproques, nos irrationalités respectives, notre confirmation régulière de notre manque de sens collectif qui est d’ailleurs partagé par le peuple lui même qui n’a pas non plus de sens collectif.


Il faut construire un nouveau Gabon. A cette fin, L’opposition gabonaise doit d’abord travailler à son unité qui est la seule voie possible dans le cadre d’une élection à un tour, dans un pays comme le Gabon, avec la technostructure que l’on connaît et qui est entièrement vouée à la perpétuation du régime politique en place.


L’opposition gabonaise doit être capable de comprendre que l’unité ne signifie pas l’uniformisation. Ce qui lui permettra de régler les problèmes d’égo. Car, ce n’est pas parce que l’on se met ensemble pour fédérer ses forces afin atteindre un objectif que l’on perd chacun sa propre substance.


C’est pourquoi, il est inopportun pour l’opposition, pour l’instant, de parler de candidature qu’elle soit unique ou pas.


Une fois l’unité réalisée, l’opposition gabonaise unie doit se fixer des objectifs précis comme par exemple, l’évacuation du système actuel qui doit être un point d’accord pour le monde.


Qu’il le soit dans paix sociale doit être le deuxième point d’accord.


Apres la définition des objectifs, l’opposition doit réussir à convenir d’un discours de salut public, assorti d’un programme économique adapté aux problèmes urgents des gabonais. Une telle démarche serait la preuve sublime qu’elle est en mesure d’assurer la transition pacifique vers une alternance démocratique. Elle couperait alors l’herbe sous les pieds du pouvoir en place qui nous a habitués depuis toujours à sa démarche qui s’apparente à une « politique de la terre brulée », avec son usage systématique de la violence aveugle et gratuite, assortie de déclarations funestes telles que : « si on essaie de me faire partir du pouvoir, on chercherait en vain le Gabon sur la carte du monde ; si l’on est pas avec moi c’est que l’on est contre moi, etc. »


L’Opposition gabonaise unie doit ensuite éditer un document pédagogique résumant, en une dizaine de points, les propositions saillantes de son programme qu’elle distribuera le moment venu gratuitement à l’ensemble de la population gabonaise, et le traduira dans toutes les langues du Gabon.


L’opposition gabonaise unie doit apparaître entourée d’une task-force constituée de figures marquantes pour montrer qu’elle est entourée d’une équipe de gouvernance performante.


L’opposition gabonaise unie doit obligatoirement aller à la rencontre de la société réelle à l’intérieur du pays, dans les zones de non prospérité et dans les quartiers sous intégrés, s’asseoir par terre et, si possible, manger dans les feuilles de bananiers en faisant comme les populations qu’elle visite. Aucun bourg, ni village aussi petit soit-il ne doit être oublié, ni négligé. Macky Sall l’a fait au Sénégal. Il a pris plus d’un an pour sillonner tout le pays. Visitant le moindre coin et recoin. Plantant sa tente là où il pouvait pour vivre par lui même les réalités du Sénégal profond.


L’opposition n’a de sens et d’impact que par son enracinement dans la société et son impact sur le terrain.


Les élections présidentielles auront lieu dans un peu moins de deux ans, il est temps que l’opposition mette en place des mécanismes de contrôle du dispositif des opérations électorales.


Se limiter à contester les résultats après le scrutin sans avoir d’emprise réelle sur l’effectivité des opérations électorales est une option sans lendemain qui confine même à de la naïveté. Il y a une maxime de bon sens qui dit : « il n’y a pas de citadelles imprenables, juste des citadelles mal attaquées ».


La réalité gabonaise est qu’il existe une société réelle et une société virtuelle. La société virtuelle, qui est composée par les appareils et les institutions ainsi que les personnes qui les composent, est une société moribonde.


La société réelle, tous les « laissés-pour-compte » et les forces vives qui aiment le Gabon, est une société qui déborde d’énergie. Avec un potentiel de contestation immense. Mais cette société réelle manque d’encadrement. L’avenir de cette société dépend d’abord de l’émergence d’une véritable élite et ensuite de la capacité de cette élite à s’engager pour la mobiliser utilement. A défaut, cette énergie débordante peut conduire à une réaction spontanée sous forme de jacquerie violente. Et dans ces conditions, les manifestations massives des populations peuvent entrainer quelque chose de positif qui conduise à la mise en place d’une transition démocratique. Il ne faut pas perdre de vue que l’armée va tirer sur la foule comme à son habitude. Mais les temps ont changé, très peu de régimes politiques aujourd’hui peuvent tirer sur leurs propres populations, commettre des crimes de masse et des crimes contre l’humanité et conserver le pouvoir après de telles atrocités. Et le régime gabonais n’est pas le régime syrien.


L’opposition gabonaise devrait donc en profiter pour capitaliser le mécontentement de la société gabonaise réelle, en être le porte-voix et son représentant effectif.


Ce n’est qu’ainsi qu’elle impressionnera les observateurs de tous bords et se posera en alternative crédible.


Enfin, c’est ce que je crois…
P2O

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI