THE WALL STREET JOURNAL CONFIRMS THE BRUTALITY OF THE ASSAULT OF PING’S HQ. LE WALL STREET JOURNAL CONFIRME LA BRUTALITE DE L’ASSAUT DONNE AU QG DE PING.






To read the English version click here




Version française

LIBREVILLE, la garde présidentielle du Gabon a attaqué le quartier général du parti de l'opposition durant la nuit, tuant une personne et en blessant au moins 20, ont déclaré des représentants de l'opposition jeudi, suite à des protestations contre la réélection du président de ce pays d'Afrique centrale.

Le président Ali Bongo Ondimba a battu le candidat de l'opposition Jean Ping par une marge infime, ce qui a occasionné des troubles.

Autour d’une heure du matin ce jeudi, des soldats en bérets verts de la garde présidentielle ont tiré à balles réelles lors d'une attaque contre le quartier général de M. Ping, blessant au moins 20 personnes, selon Paul Marie Gondjout, un représentant de l’opposition qu’y était sur les lieux.

Le directeur de campagne de M. Ping, René Ndemezo'o Obiang, a déclaré qu’une personne a été tuée. M. Ping n'était pas dans l’édifice.

Un résident a dit que les forces gouvernementales ont également attaqué la station de radio et de télévision d'opposition RTN.

La télévision d'Etat a rapporté que les ministres de M. Bongo se réuniront jeudi matin.

Avant l'attaque contre le quartier général de l'opposition, la police a tiré des gaz lacrymogènes sur des centaines de manifestants de l'opposition dans la capitale, Libreville, qui ont répliqué en mettant le feu à des voitures et des débris devant l'Assemblée nationale. Des flammes et de la fumée étaient visibles dans le ciel nocturne.

Selon des témoins, les manifestants dans plusieurs autres quartiers ont vandalisé un centre commercial, ont pillé une banque et ont brûlé des bâtiments, dont un appartenant au vice-premier ministre.

Des pillages et affrontements ont également suivi la précédente victoire électorale de M. Bongo en 2009, quand il arriva au pouvoir après la mort de son père, le dirigeant de longue date Omar Bongo.

M. Bongo a remporté la dernière élection avec 49,8% des voix, tandis que M. Ping a eu 48,23%. La Cour constitutionnelle doit finaliser ces résultats provisoires, qui ont été annoncés un jour plus tard que prévu.

Les observateurs de l'Union Européenne ont critiqué ce qu'ils ont appelé un «manque de transparence», et l'UE a appelé les agents électoraux de publier les résultats de tous les bureaux de vote.

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté les dirigeants politiques et leurs partisans "à ne pas entreprendre d'autres actes qui pourraient porter atteinte à la paix et à la stabilité du pays." Il a également appelé les forces de sécurité à faire preuve de retenue.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE