THE SEEG IS IN CRISIS, SHELL IS SELLING ITS ASSETS IN GABON, BNP-PARIBAS IS LEAVING GABON... IN SHORT ALL IS GREAT, THE COURTISANS WILL TELL YOU! LA SEEG EST EN CRISE, SHELL VENT SES ACTIFS AU GABON, LA BNP-PARIBAS QUITTE LE GABON…BREF TOUT BAIGNE VOUS DIRONT LES COURTISANS !






English version

To date, the Gabonese state has accumulated nearly 65 billion CFA francs in unpaid bills to the Gabonese Energy and Water Corporation (SEEG). The general manager of this company asserts that the Gabonese state does not respect the deadlines for payment of this debt.

Despite what the Gabonese oil minister Etienne Ngoubou may well say, Shell is thought to be already in very advanced discussions with prospective buyers of its assets in Gabon. When a major like Shell decides to leave a country, it is never a good sign for its future in the oil business. It would be very surprising if Shell's asset buyers would come to Gabon for the long term; they come to nibble the few crumbs that can still be present.

This year, after 32 years of presence in Gabon, the French banking multinational BNP-PARIBAS has decided to withdraw from the Gabonese market and is also negotiating with potential buyers.

Dear readers, knowing that big companies never leave a promising country that is doing well; we can all conclude that Gabon is going straight to the wall. But shhhh, do not say it so loudly because Ali Bongo offers you in compensation the AFCON 2017 ... The courtisans ask you to be grateful to him, therefore kneel and acclaim your torturer!




Version française

L’Etat Gabonais aurait accumulé à ce jour, près de 65 milliards de francs CFA d’impayés auprès de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Le directeur général de cette société affirme d’ailleurs que l’Etat Gabonais ne respecte nullement les échéanciers de paiement de cette dette.

En dépit de ce que peut bien dire le ministre Gabonais du Pétrole, Etienne Ngoubou, Shell est annoncé comme étant déjà en discussion très avancée avec des repreneurs éventuels de ses actifs au Gabon. Quand une major comme Shell décide de quitter un pays, ce n’est jamais bon signe pour son avenir pétrolier. Il serait très étonnant que les repreneurs des actifs de Shell viennent s’installer au Gabon sur le long terme ; ils viennent grignoter les quelques miettes qui peuvent encore être présentes.

Cette année, après 32 ans de présence au Gabon, la multinationale bancaire française BNP-PARIBAS a décidé de se retirer du marché Gabonais et serait aussi en train de négocier avec des potentiels repreneurs.

Chers lecteurs, sachant que les grandes entreprises ne quittent jamais un pays prometteur qui aille bien, nous pouvons tous conclure que le Gabon va droit au mur. Mais chuut, ne le dites pas si fort car Ali Bongo vous offre en compensation la CAN 2017… Les courtisans vous demandent de lui en être reconnaissant, alors agenouillez-vous et acclamez votre tortionnaire !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE