THE ICC, WHY SO MUCH BAD FEELINGS. LA CPI, POURQUOI TANT DE PRÉJUGÉS








English version

If our mail is an indication, the ill feelings against the International Criminal Court (ICC), whose mission is currently in Gabon, are very widespread among Gabonese and maybe even Africans. This blog's goal is to always base its findings on observed and perceived facts and not on fantasies. Here is why we come with an analysis of the ICC, its history, its actions and its judicial interventions, so that our readers can form a more informed opinion of this organization.

The ICC was established in 1998 with the objective of being a court to try perpetrators of serious violations of human rights, genocide, crimes against humanity and war crimes. Contrary to what many Gabonese think, the ICC is an independent international organization. It therefore does not belong to the United Nations system; which allows any country to join or leave it. Its headquarters are in The Hague, Netherlands.

The establishment of the International Criminal Court in 1998 was the culmination of a process that began after the Second World War with the special courts of Nuremberg and Tokyo, which were the first to judge major war criminals. In the 1990s, the crimes committed in the former Yugoslavia and Rwanda necessitated the establishment by the United Nations, this time, of independent courts that were called international criminal tribunals. These events have contributed to the development of an international criminal justice system under an independent and permanent jurisdiction. On 17 July 1998, the Statute of the International Criminal Court was adopted at a conference; 120 States voted in favor, 7 against and 21 abstained.

Another myth circulating in Gabon is that the ICC cannot judge a head of state. This is false, the ICC is independent of the UN and therefore, the presidential immunity does not apply. In fact, the ICC's mission is to try individuals, including heads of state, who have committed genocide, war crimes or crimes against humanity. The ICC does not judge states, because the judgment of States is the responsibility of the International Court of Justice, which is a UN body and therefore has jurisdiction over all members of the UN. The evidence that the presidential immunity does not apply to the ICC is given by the arrest warrant issued by the ICC in March 2009 against Omar Hassan El Bashir, the President of Sudan, so he can no longer travel outside his country for fear of being arrested in a member country of the ICC. The accused chooses to travel only in countries where the ICC has no jurisdiction. The second example is the appearance of President Kenyan Ohuru Kenyatta before the ICC in the context of the post-electoral violence investigation in that country.

Indeed, on October 8, 2014, the Kenyan President appeared before the ICC, in a personal capacity and not as head of state, to answer charges of crimes against humanity against him. This investigation resulted in a dismissal that exonerated Kenyatta of these charges.

Dear readers, at this moment, despite all the assumptions, the ICC holds in total, only 6 people. They are:

1. Laurent Gbagbo
2. Jean-Pierre Bemba
3. Thomas Lubanga
4. Germain Katanga
5. Mathieu Ngudjolo.
6. Callixthe Mbarushimana

Contrary to a preconceived notion, former Liberian President Charles Taylor is not an inmate of the ICC. He was not tried by the ICC, but by the Special Court for Sierra Leone (SCSL), a court created specifically to try the crimes committed in that country of West Africa at the turn of the 1990s. Established in Freetown, the capital of Sierra Leone, the SCSL relocated Charles Taylor's trial in The Hague for security reasons; as had been done for the accused of the Special Tribunal for the Former Yugoslavia.

Dear readers, we hope that this clarification will help you when it comes to forming your opinion on the ICC. Do not just rely on what people say. Do your own readings to know the real content of these organisms with which we must deal because the world is so organized and we cannot live in seclusion.

We also need to grow intellectually and not just say in a reactive way: "but why does the ICC judge only Africans, and not George Bush?” The answer is very simple, the US is not a signatory to the ICC, it is not a member of the ICC. Like the USA, Israel, Russia, Saudi Arabia, Cuba, Turkey, Indonesia, etc., are not signatories also.

The real question is: it is very easy to say no to the ICC for one reason or another; but do African states have the will and the ability to protect the rights of their peoples and to try those who violate these rights? We all saw how the Tuaregs routed Mali's regular army and imposed Islamist laws in northern Mali in a matter of days and it took France's intervention to "save" the territorial integrity of that country. Without this intervention, Mali would be in what situation today? How many hands would have been amputated for one reason or another in that country?

Dear readers, we like to grumble; but do we have the means to do without international bodies like the ICC? People die every day in the DRC; which African country has sent a single soldier or a lawyer to help these populations? Let's not speak in bad faith and let's be honest first with ourselves. It is too easy to accuse those "westerners who judge us"; but without them, where are our own forces and systems to guarantee us a minimum of justice in our countries?


We will not give up!





Version française

Si notre courrier en est une indication, les préjugés contre la Cour Pénal Internationale (CPI), dont une mission séjourne en ce moment au Gabon, sont très répandus parmi les Gabonais et peut être même les Africains. Ce blog se donne pour mission de toujours baser ses conclusions sur des faits observés et constatés et non sur des fantasmes. Voici pourquoi nous venons ici faire une analyse de la CPI, de son histoire, de ses actions et de ses interventions judiciaires, afin que notre lectorat se fasse une opinion plus instruite de cet organisme.

La CPI a été créée en 1998, avec pour objectif d’être une juridiction chargée de juger les auteurs de violations graves des droits de l’homme, de génocide, de crime contre l’humanité et de crime de guerre. Contrairement à ce que pensent beaucoup de Gabonais, la CPI est une organisation internationale indépendante. Elle n'appartient donc pas au système des Nations Unies ; ce qui permet à n’importe quel pays d’y adhérer ou d’en sortir. Son siège se trouve à La Haye, aux Pays Bas.

La création de la Cour pénale internationale en 1998 fut l’aboutissement d’un processus qui commença après la seconde guerre mondiale avec les tribunaux spéciaux de Nuremberg et de Tokyo qui furent les premiers à juger les grands criminels de guerre. Dans les années 1990, les crimes commis en ex-Yougoslavie et au Rwanda nécessitèrent la mise en place par les Nations-Unis cette fois, de juridictions indépendantes qu’on appela tribunaux pénaux internationaux. Ces événements ont contribué à faire naître l’idée d’une justice pénale internationale placée sous une juridiction indépendante et permanente. Le 17 juillet 1998, le statut de la Cour pénale internationale fut adopté à l'issue d'une conférence ; 120 Etats votèrent pour, 7 contre et 21 se sont abstenus.

Autre mythe entretenu au Gabon est que la CPI ne peut juger un chef d’Etat. C’est faux, la CPI est indépendante de l’ONU et par conséquent, l’immunité présidentielle ne s’y applique pas. En fait, la CPI a pour mission de juger les individus, y compris des chefs d’Etat, ayant commis un génocide, des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité. La CPI ne juge pas les Etats, car le jugement des Etats est du ressort de la Cour Internationale de Justice qui elle est un organisme de l’ONU et a donc compétence sur tous les membres de l'ONU. La preuve que l’immunité présidentielle ne s’applique pas à la CPI est donnée par le mandat d’arrêt que la CPI avait délivré en mars 2009 à l’encontre d’Omar Hassan El Béchir, le Président du Soudan, ce qui fit en sorte que ce dernier ne puisse plus voyager à l’extérieur de son pays pour crainte d’être arrêté dans un pays membre de la CPI. L’accusé choisi ses déplacements uniquement dans les pays où la CPI n’a pas juridiction. Le deuxième exemple est la comparution du président Kenyan Ohuru Kenyatta devant la CPI dans le cadre de l’enquête relative aux violences post-électorales dans ce pays.

En effet le 8 octobre 2014, le président Kenyan comparu devant la CPI, à titre personnel et non comme chef de l’État, pour répondre des accusations de crime contre l’humanité qui pesaient contre lui. Cette enquête déboucha sur un non-lieu qui exonéra Kenyatta de ces accusations.

Chers lecteurs, en ce moment, malgré tous les préjugés, la CPI ne détient en tout et pour tout, que 6 personnes. Il s’agit de :

1. Laurent Gbagbo
2. Jean-Pierre Bemba
3. Thomas Lubanga
4. Germain Katanga
5. Mathieu Ngudjolo.
6. Callixthe Mbarushimana

Contrairement à une autre idée reçue, l’ancien président du Liberia, Charles Taylor, n’est pas un détenu de la CPI. Il n’a pas été jugé par la CPI, mais par le Tribunal Spécial pour la Sierra Leone (TSSL), une juridiction créée spécialement pour juger les crimes commis dans ce pays d’Afrique de l’Ouest au tournant des années 1990. Établi à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, le TSSL a délocalisé le procès de Charles Taylor, à la Haye, pour des raisons de sécurité ; comme cela avait été fait pour les condamnés du Tribunal Spécial pour l’Ex-Yougoslavie.

Chers lecteurs, nous espérons que ces éclaircissements vous seront utiles quand il s’agira de vous faire une opinion sur la CPI. Ne vous contentez plus de vous fier à ce que disent les gens. Faites vos propres lectures pour savoir le contenu réel de ces organismes avec lesquels nous devons composer car le monde est ainsi organisé et nous ne pouvons vivre en autarcie.

Chers lecteurs, il nous faut aussi grandir intellectuellement et ne plus nous contenter de dire de manière épidermique : « mais pourquoi la CPI ne jugent que les Africains, et non George Bush ? » La réponse est très simple, les USA ne sont pas signataires de la CPI, ils n’appartiennent pas aux pays membres de la CPI. Comme les USA, Israël, la Russie, l’Arabie saoudite, Cuba, la Turquie, l’Indonésie, etc., ne sont pas signataires.

La véritable question est la suivante : il est très facile de dire non à la CPI pour une raison ou une autre ; mais les Etats Africains aujourd’hui, ont-ils la volonté et la capacité de protéger les droits de leurs peuples, et de juger les contrevenants à ces droits ? Nous avons tous vu comment les Touareg avaient mis en déroute l’armée régulière du Mali et imposer les lois islamistes dans le Nord du Mali, en quelques jours et il a fallu l’intervention de la France pour « sauver » l’intégrité territoriale de ce pays. Sans cette intervention, le Mali serait dans quelle situation aujourd’hui ? Combien de mains auraient été amputées pour une raison ou une autre dans ce pays ?

Chers lecteurs, nous aimons râler ; mais avons-nous les moyens de nous passer des organismes internationaux comme la CPI ? Les gens meurent tous les jours en RDC ; quel est le pays Africain qui y a envoyé un seul soldat ou un seul juriste pour aider ces populations ? Ne faisons pas dans la mauvaise foi et restons honnêtes d’abord avec nous-mêmes. Il est trop facile d’accuser ces « occidentaux qui nous jugent », mais sans eux, où sont nos propres forces et systèmes pour nous garantir un minimum de justice dans nos pays ?


On ne lâche rien !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI