OPEN LETTER OF THE GABONESE CIVIL SOCIETY TO THE FRENCH PRESIDENT. LETTRE OUVERTE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE GABONAISE AU PRÉSIDENT FRANÇAIS







English version

Open Letter of the Gabonese Civil Society to François Holland, President of the French Republic
Elysée Palace
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Your Excellency, the President of the French Republic,

Your election to the French Presidency has been widely welcomed and celebrated by the African people in general and in particular the Gabonese people. Through this exceptional event, we hope for a new partnership between our countries, Gabon and the French government after 52 years of independence, marked by shadowy relations characterized by a seizure of some leaders of the French state on the main instruments of governance in Gabon.

I-Your commitment to democracy

During the presidential campaign that led to your election to the highest state office, you did solemnly pledged to promote and defend democracy. You have publicly proclaimed loudly and clearly your opposition to dictatorial regimes that oppress their people, which are maintained by fraud and rigged elections against the expressed will of the people. And so, Mr. President, you promised to be with the oppressed, to support civil society and democratic oppositions wherever democracy is threatened, and it is the case in Gabon where she is dying!

II-Confiscation of democracy

Mr. President,
If democracy has led a son of Hungarian immigrants to power in France, it is through the sense that the Republic gives its institutions.
To remind you how this desire is a vital expectation for the people of Gabon and elsewhere, the Gabonese residing in France had sent on 12 August 2011 an anathema to the then Prime Minister Francois Fillon on his last visit to Gabon, a visit that was an insult to the Gabonese people who suffer deprivation of their fundamental rights and well-being.
For 44 years our country has faced an archaic political system locked by a clan of incompetents and profiteers who make it impossible for any democratic change through the ballot box.

This system has always operated by fraud, rigged elections, the results of elections are known in advance, the polling list maintained by a partisan administration not to say by a family with orders in favor of the Gabonese Democratic Party (PDG), one-party state, in power for 44 years, one of the last vestiges of monolithic political systems in Africa, and whose policies are responsible for the bankruptcy and ruin of a country with recognized enormous potential.

In this context, and following the directives of the civil society and opposition, the parliamentary elections of December 17, 2011, took place amid general indifference because boycotted by over 90% of the Gabonese population who refused to vote and thus endorse a mock election fomented by the party-state, PDG whose heir is Ali Bongo after 42 years of the reign of his father. The voting centers throughout the country were occupied by the armed forces under the exclusive supervision of representatives of the party-state, the PDG. Of the 120 seats of MPs in the National Assembly of Gabon, 116 MPs are immediately requisitioned by the totalitarian party, the PDG, and four other seats are shared between other four parties, two parties of the Republican majority, which is to say subservient to the party-state PDG, and two minority parties and dissident of the opposition.

This election, Mr. the President of the French Republic, is indicative of an unprecedented decline of democracy in Gabon with a National Assembly of a bygone era, because 99% composed of representatives of one party, the party in power for nearly 44 years. Moreover, it reflects the refusal by the government of Ali Bongo to adopt international standards of electoral transparency that could ensure the reliability of the vote and the legitimacy of the sovereign people in a democratic state. In the same spirit of contempt for the people, the government of Ali Bongo pledged to introduce biometry to the local and Senatorial elections of 2013. This deception is particularly unconscionable because, we find a total opacity and lack of transparency by the government which does not associate any other neutral expertise and even less that of the opposition and civil society in the setting up of this protocol.

The choice of the company GEMALTO charged to implement the biometric device was done in the complete illegality and violation of the law on public procurement which notifies that such a procedure must resort to a tender open internationally.

We note in this illegal transaction, a fraudulent intention, an act of bribery and overcharging against the Gabonese State conducted in collusion with a French company. For all practical purposes in Cameroon, a country of 22 million inhabitants, the introduction of biometry in the electoral process and civil status from an international tender costing about 7,500,000,000 FCFA. In Gabon, a country of 1.500000 inhabitants, a no-bid process came to a total cost of 14 billion CFA francs to achieve the same technology. No need to be an accountant to ask questions about the inconsistency of this operation in comparison!

Given the involvement of a French company in a case as doubtful, the Gabonese civil society demands that the French Government opens a judicial inquiry to identify the contours of this detrimental scandal.

III-The antidemocratic reforms:

Since the usurpation of power by Mr. Ali BONGO, son of Omar Bongo in 2009, he has demonstrated a solitary exercise of power whose characteristics are:

The reform of the Constitution of 2010 that deprived the Fundamental Law of all her substance and allowed the Chief Executive to concentrate all powers, to exert an hyper precedence over other constitutional institutions to the point that he alone holds the ability to appoint members of these institutions. Moreover, this reform offers no possibility of change and presidential term limits, imaging without surprise, the type of governance of his late father during 42 years of undivided rule or alternative power. It provides even less judicial independence and democratic control of defense and security forces. To this end, the President of the Republic, without going through Parliament may decree a state of siege or state of emergency when it wants to muzzle any attempt to express or assert a fundamental right.

Certainly, the current Constitution of Gabon has been imposed on the people in violation of the principles and objectives of the African Charter on Democracy, Elections and Governance which Gabon had signed on February 2, 2010 and the International Covenant on Civil and Political Rights, ratified by Gabon in 1983. The regime BONGO in Gabon, for more than 44 years has often sprained any form of mechanism trying to render to the institutions their strength which guarantees the rule of law and democracy.

IV-The establishment of a repressive regime

In addition to this anti-democratic reform, Ali Bongo comes off worse by instituting a reign of terror, the violations of human rights and fundamental freedoms, namely:
• The destruction of the homes of low-income populations in Libreville since December 2011;
• The grabbing of the people’s land in rural areas and the planned destruction of hundreds of thousands of hectares of virgin forests for the benefit of Asian companies including the infamous Singaporean company OLAM for the creation of rubber plantations, in violation of international commitments of Gabon in the preservation of environment;
• Torture, arbitrary arrests and degrading treatment in detention facilities and detention centers across the country;
• The brutal police repression and the continuing violence against students;
• The restriction of freedom of expression characterized by numerous bans of media outlets critical of the regime such as “Echos du Nord”, Ezombolo, TV +. Some journalists are victims of lawsuits based on fabricated evidence, this is the case of Mr. Désiré ENAME who had to flee and take refuge in Cameroon;
• The restriction of the action of organizations of civil society and free trade unions who see their activities constantly hampered by the Government: Trade Unionists have seen their salaries suspended in 2011 for calling for best working conditions;
• The dissolution of a national political party of the opposition, the “National Union” for having legitimately and vehemently challenged the 2009 election of Ali Bongo and arbitrary prosecutions against many executives and supporters of that party.

V-Your commitment against Françafrique

During your televised debate with Nicolas Sarkozy and during your first speech to the French people as president elect, we noticed three values: justice, youth and respect for law.
So Mr. President, how would you explain the relationships that would inevitably develop between your democratic institutions and those of a country where leaders do not have your legitimacy?
For the values you defend to be meaningful, such as the strength of institutions and the freedom of citizens, must not first be that those who claim to promote them, the leaders, is credible by showing exemplary conduct as you told your opponent during the debate?
But given the adversarial relationship that the Gabonese regime has towards the institutions of its country and the Gabonese people, what could justify your tolerance to such ignominy as the Bongo dictatorship in Gabon?
The Bongo regime from father to son has used all the presidents of French elected before you to clear itself of crimes, of moral, political, institutional and social debts, and suddenly they (the French leaders) are all presumed or established as guilty or complicit of the pathetic situation that Gabon finds itself in.
Knowing your exemplary morality, Mr. President, were you going to extend the list with your name in the inhuman register of French leaders that protect dictatorships in Africa?
So you committed to ending the Françafrique, this system of shadowy relations, corruption, briefcases which allows some leaders of France to continue to ensure control of its former colonies, to maintain and install in power incompetent and dictatorial regimes under its benevolent protection.
Yes, Mr. President of the French Republic this nebula must be eradicated immediately; the African people expect from you a strong signal, acts of irreversible rupture. On this aspect, you must resolutely refused to endorse unconstitutional changes, marked by manipulation of the fundamental laws for the benefit of African dictators, the presidencies for life, hereditary successions, topical in Gabon, because of falsification of the constitution and the electoral code which lead to the truncated elections which schedule in advance the victory of the one people disavow, in this case Mr. Ali Bongo.
France must defend and promote its core values in the world, and democracy is one of them, to see it finally establish in Gabon.
The position of France should not vary. The same requirements that are imposed on Syria should be consistent in echoing the regime of Ali Bongo who, long before that of Syria, already saw his father Omar Bongo ruled for 42 years by opposing the introduction of the rule of law and inalienable rights.
If the long-awaited change has taken place democratically in France as we, Francophile Africans, had hoped, it is because the wheel of history does not stop. The field of struggle for freedom is gradually expanding in the world, time of change and renewal must be applied to the policy full of paradoxes that France leads in Africa and particularly in Gabon.

VI-Support for civil society and democratic forces

Mr. President of the French Republic, the Gabonese civil society wishes for the establishment of a new alliance with Gabon based on a mutually beneficial strategic partnership between our two peoples linked by a history ancient of two centuries. This collaboration that we want strengthened, to be effective must necessarily take into account the imperatives of democracy, civil liberties, human rights, transparency, in short, good governance.
You said you were committed to supporting and backing the work of civil societies, we sincerely hope that France is more attentive and more active in its support for the Movement "Ça Suffit Comme Ça” whose role as a counter power is vital to democracy in Gabon against an oligarchic, corrupt and authoritarian regime.

VII-The fight against the ill-gotten gains

Mr. President of the French Republic the fight against corruption including international financial crime is at the forefront of your concerns, we want to see France, under your authority, act with vigor and rigor against the ill-gotten gains purchased by Africans Heads of State at the expense of the development of basic infrastructure in their country with the complicity of certain French banks. France must give no protection to African financial criminals and members of their families holding stolen assets in French banks. As such, current and futures judicial proceedings must go to completion independently.
As we pointed out during the visit to Gabon of the former French Prime Minister Francois Fillon, at the end of last year, Gabon is in disrepair for generalized infrastructure (roads, schools, hospitals, housing). The state administration is riddled with corruption. The government contracts are given to members of the presidential family, supporters of the regime and contractors of dubious moral standing. Notwithstanding the foregoing, France should no longer hesitate and compromise with a corrupt regime, therefore, the choice of France must be unequivocal.
If intelligence is still a character that allows humans to prevent violence in advance and use other solutions, then we could avoid that episode for the Gabonese people.
That, Mr. Speaker, is the urgency to be dealt with in Gabon, and not vague notion of co-development often enunciated with "political correctness" by your predecessor after taking office in 2007. It should be rather strong institutions in Gabon than cynical defense agreements with France.
We believe that our two countries will have more to gain if the minds of both sides became devoid of fantasies of neo-colonialism on the one hand, and the other from the syndrome or victimization of Africans blaming France.

Hoping that this call would finally found an ear, we wish you with all our heart, Mr. President, a good five-year period that will see France regain its dignity as a country of noble values, human rights, and consistent with its conception of democracy and the rule of law beyond its borders.

Good luck Mr. President, and long live France in its new projections of the Franco-Gabonese relations!

Done in Libreville, June 4, 2012

For the Gabonese Civil Society:
-Mpaga George, Chairman of the Board of Directors Network of Free Civil Society for Good Governance in Gabon (ROLBG), the first spokesman of the Movement That's enough (241) 07 51 993 2: gmpaga@yahoo.fr
-Marc Ona Essangui, President of Brainforest Coordinator National Coalition International Publish What You Pay (241) 07 29 41 40: ona_essangui@yahoo.com
-Dieudonne MINLAMA MINTOGO, President of the National Observatory of Democracy, second spokesman of the Movement That's enough: (241) 07948719 minlamadd@yahoo.fr
-Alain MOUPOPA, President of African NGO Horizons of Human Rights: afrique.horizons @ gmail.com, moupopa.alain @ gmail.com (241) 06 12 93 78






Version française



Lettre Ouverte de la Société Civile Gabonaise
A
Monsieur François HOLLANDE, Président de la République Française

Palais de l'Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Excellence, Monsieur le Président de la République Française,

Votre élection à la présidence française a été largement saluée et célébrée par les populations africaines en général et gabonaises en particulier. A travers cet évènement exceptionnel, nous fondons l’espoir d’un nouveau partenariat entre notre pays le Gabon et l’Etat Français après 52 ans d’indépendance, marquées par des relations occultes caractérisées, par une mainmise de certains dirigeants de l ‘état français sur les instruments essentiels de la gouvernance au Gabon.

I-Votre engagement en faveur de la démocratie

Durant la campagne présidentielle qui vous a fait élire à plus haute fonction de l’état, vous vous êtes solennellement engagé à promouvoir et à défendre la démocratie. Vous avez publiquement clamé haut et fort votre opposition aux régimes dictatoriaux qui oppriment leurs peuples, qui se maintiennent par la fraude et les élections truquées contre la volonté exprimée par la population. Et donc, Monsieur le Président, vous avez promis être aux côtés des opprimés, de soutenir la société civile et les oppositions démocratiques partout où la démocratie était menacée, et c’est le cas au Gabon où elle est à l’agonie !

II- La confiscation de la démocratie

Monsieur le Président,
Si la démocratie a conduit un fils d’immigrés hongrois au pouvoir en France, c’est grâce au sens que la république donne à ses institutions.
Pour vous rappeler à quel point ce désir est une attente vitale pour le peuple gabonais, et d’ailleurs les gabonais de France avaient adressé le 12 aout 2011 un anathème à François Fillon alors Premier Ministre lors de sa dernière visite au Gabon, une visite qui était une insulte envers les gabonais qui souffrent de privation de leurs droits fondamentaux et de leur bien-être.
En effet, depuis 44 ans notre pays est confronté à un système politique archaïque et verrouillé par un clan d’incompétents et de profiteurs qui rendent impossible toute alternance démocratique par les urnes.
Ce système a toujours opéré par des moyens frauduleux, des élections truquées, les résultats des consultations électorales sont connus d’avance, la liste électorale tenue par une administration partisane pour ne pas dire familiale aux ordres et au profit du Parti Démocratique Gabonais (PDG), un parti-Etat, au pouvoir depuis 44 ans, un des derniers vestiges du monolithisme politique en Afrique, et dont la politique est responsable de la faillite et de la ruine d’un pays aux potentialités énormes et reconnues.
Dans ce contexte, et suite aux mots d’ordre de la société civile et de l ‘opposition, les élections législatives du 17 décembre 2011, se sont déroulées dans l’indifférence générale car boycottées par plus de 90 % de la population gabonaise qui ont refusé d’aller voter et de cautionner une parodie d’élection fomentée par le parti-état PDG dont l’héritier est Ali Ben Bongo après 42 ans du règne de son père. Les centres de vote dans tout le pays étaient occupés par les forces armées sous la supervision exclusive des représentants du parti-état, le PDG. Sur les 120 sièges de députés que compte l’Assemblée nationale gabonaise, 116 députés sont d’emblée réquisitionnés par le parti totalitaire, le PDG, et les 4 autres sièges sont partagés entre 4 autres partis dont deux partis de la majorité républicaine, c’est-à-dire inféodés au part-état PDG, et deux partis minoritaires et dissident de l’opposition.
Cette élection, Monsieur le Président de la République Française, est révélatrice d’un recule démocratique sans précédent au Gabon avec une assemblée Nationale d’une époque révolue parce que composée à 99% des représentants d’un seul parti, le parti au pouvoir depuis près de 44 ans. Elle traduit davantage le refus catégorique par le Gouvernement d’Ali BONGO d’adopter les standards internationaux de transparence électorale qui pourrait assurer la fiabilité du vote et la légitimité du peuple souverain dans un état démocratique. Dans le même esprit de dédain envers le peuple, le Gouvernement d’Ali BONGO s’est engagé à introduire la biométrie aux élections locales et sénatoriales de 2013. Cette supercherie est d’autant inique qu’à ce jour, nous constatons une totale opacité et un manque de transparence du Gouvernement qui n’associe aucune autre expertise neutre et encore moins celle de l’opposition et de la société civile dans la mise en place de ce protocole.
Le choix de la compagnie GEMALTO Chargée de mettre en œuvre le dispositif biométrique s’est opéré dans l’illégalité la plus totale et en violation de la loi sur les marchés publics qui notifie qu’une telle procédure doit recourir à un appel d’offre international ouvert.
Nous constatons dans cette opération illicite, une volonté frauduleuse, un acte de corruption aggravée et de surfacturation à l’encontre de l’Etat Gabonais menée en complicité avec une société française. A toutes fins utiles au Cameroun, un pays de 22 millions d’habitants, l’introduction de la biométrie dans le processus électoral et l’état civil à partir d’un appel d’offre international est revenue à 7.500.000.000 FCFA. Au Gabon, pays de 1.500000 habitants, sans appel d’offre on parle d’un coût global de 14.000.000.000 FCFA pour réaliser la même technologie. On n’a pas besoin d’être un expert-comptable pour se poser la question de l’incohérence en comparaison de cette opération !
Compte tenu de l’implication d’une société française dans une affaire aussi douteuse, la société civile gabonaise exige que le Gouvernement Français puisse diligenter une enquête judiciaire afin de cerner les contours de ce scandale absolument préjudiciable.
III- Les reformes anti-démocratiques :
Depuis l’usurpation du pouvoir par Monsieur Ali BONGO fils d’Omar BONGO en 2009, ce dernier s’est illustré par un exercice solitaire du pouvoir dont les caractéristiques sont :
La réforme de la Constitution de 2010 qui a vidé la Loi Fondamentale de toute sa subsistance et qui a permis au Chef de l’Exécutif de s’arroger tous les pouvoirs, d’exercer une hyper prépondérance sur les autres institutions constitutionnelles au point qu’il détient à lui seul la capacité de nomination des membres desdites institutions.
Par ailleurs, cette réforme n’offre aucune possibilité d’alternance et de limitation du mandat présidentiel, rappelant sans étonnement le type de gouvernance de son feu père pendant 42ans sans partage ni alternance. Elle assure encore moins l’indépendance de la justice et le contrôle démocratique des forces de défense de sécurité. A cet effet, le Président de la République, sans passer par le Parlement peut décréter, l’état de siège ou l’état d’urgence dès lors qu’il veut bâillonner toute volonté d’exprimer ou de revendiquer un moindre droit fondamental.
Assurément, la Constitution actuelle du Gabon a été imposée au peuple en violation des principes et des objectifs de la Charte Africaine de la Démocratie, des élections et de la Gouvernance dont le Gabon était signataire le 02 février 2010 et du Pacte International sur les Droits Civils et Politiques ratifié par le Gabon en 1983. Le pouvoir des BONGO au Gabon, et ce, depuis plus de 44ans a souvent fait entorse à toute forme de mécanisme de fonctionnement qui tenterait de rendre aux institutions leur force garante de l’état de droit et de la démocratie.
IV- L’instauration d’un régime répressif
Outre cette réforme anti démocratique, Ali BONGO se distingue négativement par l’instauration d’un régime de terreur, des violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales à savoir :
• La destruction des logements des populations économiquement faibles à Libreville depuis le mois de décembre 2011 ;
• L’accaparement des terres des populations en zones rurales et la destruction programmée de plusieurs centaines de milliers d’hectares de forêts vierges au profit des industriels asiatiques dont la tristement célèbre société Singapourienne OLAM en vue de la création des plantations d’hévéa, en violation des propres engagements internationaux du Gabon en matière de préservation de l’environnement ;
• La torture, des arrestations arbitraires et les traitements dégradants dans les lieux de détention et les centres pénitenciers de tout le pays ;
• La répression policière brutale, violente et permanente contre les mouvements des étudiants ;
• La restriction de la liberté d’expression marquée de nombreuses interdictions des organes de presse qui critiquent le régime comme Echos du Nord, EZOMBOLO, TV+. Certains journalistes sont victimes de poursuites judiciaires intentées sur des éléments montés de toute pièce, c’est le cas de M. Désiré ENAME qui a dû s’exiler et se réfugier au Cameroun ;
• La restriction de l’action des organisations de la société civile et des syndicats libres qui voient constamment leurs activités entravées par le Gouvernement : des Syndicalistes ont vu leurs salaires suspendus en 2011 pour avoir revendiqué des meilleurs conditions de travail ;
• L’interdiction d’un parti politique de l’opposition et d’envergure nationale, l’Union Nationale, pour avoir légitimement contesté avec véhémence l’élection 2009 d’Ali BONGO ainsi que des poursuites judiciaires arbitraires contre de nombreux cadres et sympathisants de ce parti.

V -Votre engagement contre la Françafrique

Lors de votre tête à tête avec Nicolas Sarkozy, et lors de votre premier discours au peuple français en tant que candidat élu, trois valeurs nous ont marqué : justice, jeunesse et respect du droit.
Alors Monsieur le Président, comment expliqueriez-vous les rapports qui, inévitablement, s’établiront entre vos institutions démocratiques et celles d’un pays où les dirigeants n’ont pas votre légitimité ?
Pour que les valeurs que vous défendez, la force des institutions et la liberté des citoyens, aient un sens, ne faut-il pas d’abord que ceux qui prétendent les promouvoir, les dirigeants, soient crédibles en montrant l’exemplarité telle que vous le rétorquiez à votre adversaire lors du débat ?
Or vu le contentieux que le régime gabonais a vis à vis des institutions de son pays et du peuple gabonais, qu’est-ce qui pourrait justifier votre tendresse à une telle ignominie que celle de la dictature des Bongo au Gabon ?
Le régime des Bongo de père en fils a utilisé tous les chefs d’état français élus avant vous pour se disculper de ses crimes et éponger ses dettes morales, politiques, institutionnelles et sociales, et du coup ils (les dirigeants français) sont tous présumés ou établis coupables ou complices de la situation plus que pathétique du Gabon.
Connaissant votre moralité exemplaire, Monsieur le président, alliez-vous allonger la liste noire avec votre nom dans ce registre inhumain des dirigeants français qui protègent les dictatures en Afrique ?
Vous vous êtes donc engagé à mettre fin à la Françafrique, ce système de relations occultes, de corruption, de mallettes qui permet à certains dirigeants de la France de continuer à assurer le contrôle de ses anciennes colonies, de maintenir et d’installer au pouvoir des régimes incompétents et dictatoriaux sous sa bienveillante protection.
Oui, Monsieur le Président de la République Française, il faut éradiquer cette nébuleuse immédiatement, les peuples africains attendent de vous un signal fort, des actes de rupture irréversibles. Sur cet aspect, vous deviez résolument refuser de cautionner les changements anticonstitutionnels, marqués par des manipulations des lois fondamentales au profit des dictateurs africains, les présidences à vie, tout comme les successions héréditaires d’actualité au Gabon à cause des falsifications de la constitution et du code électoral qui font le lit d’élections tronquées et qui programment à l’avance la victoire de celui que le peuple désavoue, à l’occurrence M. Ali Bongo.
La France doit défendre et promouvoir ses valeurs cardinales dans le reste du monde, et la démocratie en est une pour la voir s’instaurer enfin au Gabon.
Le discours de la France ne doit pas varier. Les mêmes exigences qui s’imposent à la Syrie doivent avoir une cohérence en se répercutant au régime d’Ali BONGO qui, bien avant celui de Syrie, voyait déjà son père Omar BONGO régner depuis 42 ans en s’opposant à l’instauration de l’état de droit et aux Droits inaliénables.
Si le changement tant attendu s’est opéré démocratiquement en France et tel que nous, africains francophiles, le souhaitions, c’est parce que la roue de l'histoire ne s’arrête pas. Le champ de lutte pour les libertés se déploie progressivement dans le reste du monde, l'heure du changement et du renouveau doit être autant pour la politique pleine de paradoxes que la France mène en Afrique et au Gabon en particulier.
VI- Le soutien à la société civile et aux forces démocratiques

Monsieur le Président de la République Française, la société civile Gabonaise souhaite l’établissement d’une nouvelle alliance avec le Gabon basée sur un partenariat stratégique mutuellement profitable entre nos deux peuples liés par une histoire ancienne de deux siècles. Cette collaboration que nous voulons renforcée pour être efficace doit prendre en compte nécessairement les impératifs de la démocratie, les libertés publiques, les droits de l’Homme, la transparence en un mot la bonne gouvernance.

Vous vous êtes engagé à soutenir et à appuyer le travail de la société civile, nous souhaitons vivement que la France soit plus attentive et plus active dans son soutien à l’action du Mouvement « ÇA SUFFIT COMME ÇA » dont le rôle de contre-pouvoir est vital à la démocratie au Gabon face à un pouvoir oligarchique, corrompu et autoritaire.

VII- La lutte contre les biens mal acquis

Monsieur le Président de la République Française, la lutte contre la corruption notamment la criminalité financière internationale figure au premier rang de vos préoccupations, nous souhaitons voir la France, sous votre autorité, agir avec vigueur et rigueur contre les Biens Mal Acquis par les chefs d’Etat Africains au détriment du développement des infrastructures fondamentales dans leurs pays avec la complicité de certaines banques Françaises. La France ne doit accorder aucune protection aux criminels financiers africains et aux membres de leurs familles qui détiennent des avoirs volés dans les banques Françaises. A ce titre, les procédures judiciaires avenirs et en cours doivent aller à leur terme en toute indépendance.

Comme nous l’avons souligné lors du passage de l’ancien Premier Ministre français, François FILLON au Gabon, à la fin de l’année dernière, le Gabon est dans état de délabrement généralisé des infrastructures primordiaux (routes, écoles, hôpitaux, habitat).

L’administration de l’Etat est minée par la corruption. Les marchés de l’Etat sont donnés aux membres de la famille présidentielle, aux partisans du régime et à des entrepreneurs de moralité douteuse.

En dépit de ce qui précède, la France ne doit plus hésiter et se compromettre avec un régime corrompu, c’est pourquoi, le choix de la France doit être sans équivoque.
Si donc, l’intelligence est encore un caractère qui permet à l’être humain de prévenir la violence en anticipant sur d’autres solutions, alors nous pourrons épargner cet épisode au peuple gabonais.
C’est là, Monsieur le Président, l’urgence à traiter au Gabon, et non la notion creuse de co-développement souvent énoncée sur le ton du « politiquement correct » par votre prédécesseur au lendemain de sa prise de fonction en 2007. Il faut plutôt au Gabon des institutions fortes que des accords de défense cyniques avec la France.

Nous pensons que nos deux pays auront mieux à gagner si les intelligences de part et d’autre s’affranchissaient d’une part des fantasmes du néocolonialisme, et d’autre part du syndrome de victimisation ou de l’africain qui renvoie toute responsabilité à la France.
En espérant que cet appel trouvera enfin une oreille, nous vous souhaitons de tout cœur, Monsieur le Président, un bon quinquennat qui verra la France retrouver sa dignité en tant que pays des valeurs nobles, les droits de l’homme, et cohérent avec sa conception de la démocratie et de l’état de droit au-delà de ses frontières.
Bonne chance Monsieur le Président, et que vive la France dans ses nouvelles projections des rapports Franco-gabonais !
Fait Libreville, le 04 juin 2012

Pour la Société Civile Gabonaise:

Georges MPAGA, Président du Conseil d’Administration du Réseau des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance au Gabon (ROLBG), premier porte parole du Mouvement ça Suffit Comme ça (241) 07 51 993 2 : gmpaga@yahoo.fr
- Marc ONA ESSANGUI, Président de Brainforest, Coordonnateur Nationale de Coalition Internationale Publiez Ce Que Vous Payez (241) 07 29 41 40 : ona_essangui@yahoo.com
- Dieudonné MINLAMA MINTOGO, Président de l’Observatoire National de la Démocratie, deuxième porte parole du Mouvement ça Suffit Comme ça : (241) 07948719 minlamadd@yahoo.fr
Alain MOUPOPA, Président d’Afrique Horizons ONG des Droits de l’Homme :afrique.horizons@gmail.com, moupopa.alain@gmail.com (241) 06 12 93 78

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)