A READER IS NOT VERY HAPPY WITH THIS BLOG. UN LECTEUR N'EST PAS TRÈS CONTENT DE CE BLOG







English version

A reader not at all glad we passed on the South African analysis of the Mail & Guardian, about the New York Forum Africa that was recently held in Libreville, straitened us up, reminding us that South Africa also had its poverty, that the press was free in Gabon and especially that even poor Marc Ona was not noble. Our principle on this blog is to avoid lip service and respond to such exacerbated dithyrambic rants with a documented argument and it is what we do here publicly for everyone to read and evaluate.

Below we offer the text that reader sent us via email. We cleaned it up a bit to make it readable for all, without fundamentally changing its contents. Only misspellings have been corrected (where possible). This text is followed by our response to this reader.

Some self-criticism would do you a lot of good Mr. know it all

First just a reminder because you sorely lack objectivity in your blog, you'll say you're from the opposition, living abroad so it is very difficult for you to appreciate that, as you are satisfied with taking articles written by others and you improvise as a great analyst of the situation in Gabon.

Just for your information, if there was not a certain freedom of the press in Gabon you really think that newspapers like Echos du Nord, Nku, or the newspaper La Une, could be freely sold in Gabon? Because I do not think you had the opportunity to read them because they are not kind to the regime; so stop talking nonsense, saying that there is not a free press and do your homework a little instead of constantly saying things that are not true.

For you have only one goal and your blog is doing its job in this sense, it is denigrating Gabon, excuse me, because when a foreign journalist and especially SOUTH African that you appreciate, I find, disparages Gabon, you love that; forgetting that they are doing everything because they want the position at the African Union and as usual you take pleasure in his article. If you were a little objective and you had just traveled to South Africa you would find that South Africa holds great events that are very expensive, despite severe poverty that is only going to grow. Go visit very poor neighborhoods and ask them if they needed the world cup or large forum and listen to them for a bit. Can I quote a lot of South African newspapers criticizing the attitude of the South African government and some cabinet members who they think only want to get rich; be a little bit curious and do an interview with Julius Malema, we will have a good laugh.

So when you play preachy, it would be good for you to do your self-criticism, Marc Ona that you defend so often, just tell us what he did with the funds of the Goldman Prize, 75millions Francs CFA. Did he put it at the disposal of his NGO? I do not think so, he put it in his personal account. So before you do or say anything you should seek a little information because the easier thing is what you do, to be abroad and criticize. Come to Gabon and fight on the ground and then we'll see.
The response of "Annoying Gabon"


1. About the famous freedom of the press in Gabon

The newspapers you mention, dear reader, Echos du Nord, Nku le Messenger and La Une, are still published in Gabon under what circumstances? How many enforcement notices by the National Council of Communication? How many attempts at intimidation and physical threats? The Gabonese press is so free that Désiré Ename, the editor of "Echos du Nord" had to take refuge in Cameroon because his safety was threatened by the regime. Exactly one year ago, in June 2011, the same Désiré Ename was arrested by the Judicial Police, for writing an article that was not to the taste of Ali Bongo. What press freedom are you talking about?

In May 2012, Gabonese NGOs issued a press release asking the Gabonese government to stop its persecution of independent journalists and allow the return of Désiré Ename to Gabon. Maybe these NGOs do not appreciate the freedom of the press you seem to enjoy in Gabon.

According to the organization Reporters Without Borders which has developed an indicator for assessing press freedom worldwide, Gabon, we regret to inform you, would be among the countries where press freedom is absent. But perhaps this organization has a grudge against "emerging" Gabon, you would say, maybe these people do not know what true freedom of the press "made in Gabon" that you appreciate so much, happens to be.

Finally, even the journalist of L'Union, Jonas Moulenda, was visited with deterrent intent, by these guardians of your freedoms that are Ali Bongo's red berets. But what freedom of the press do you pretend to talk about?

So if you think the press is free in Gabon and that the examples given above are only aberrations, we will be happy to receive and publish your illuminating counter expertise. If Gabonese NGOs describe a Gabon that is fictitious and does not correspond to the Gabon where your freedoms are not only respected but also celebrated and encouraged, then our blog is open for you to demonstrate that to all of us.

2. There is poverty in South Africa and yet it organized the World Cup

Dear friend, with such arguments do not be surprised if our readership wonders if you really know what you are talking about. First, if we take the official figures as published by organizations such as UNDP and the World Bank, the annual Gross Domestic Product per capita in Gabon would be 8424 U.S. dollars for 2010. That of South Africa is 7257 dollars. The same documents tell us that, paradoxically, according to international criteria for assessing poverty, 40% of South African population is poor, while in Gabon, the rate is 80%. Worse, the unemployment rate among youth in South Africa is 25% while it was estimated at 60% in Gabon. So with a lower GDP per capita than Gabon, South Africa gets significantly better results than those of Gabon.

Second, South Africa is the continent's largest economy and in economic terms fully recognized as an emerging country; we speak of BRICS (Brazil, Russia, India, China, South Africa). So not comparable to Gabon. According to figures published, verifiable and available, the World Cup cost 4.8 billion U.S. dollars to the South African government, or 3% of its annual budget which is about U.S. $ 170 billion. In contrast, it is impossible to verify how much the African Cup of Nations did cost the state of Gabon, for the people in Gabon are not entitled to such information (is there not press freedom in Gabon?). But the unofficial figures flowing about talk of 400 billion CFA francs, that were spent, or 20% or one fifth of the budget of the state of Gabon. The difference is significant, because as we see, South Africa was better positioned financially to organize the World Cup than Gabon was to organize CAN. It is that obvious.

We understand why the South African analysis has angered those who love the complacent press, the rose colored glasses press. They are not accustomed to read critical reviews, especially when they are factual, well documented and logically presented.




Version française


Un lecteur pas du tout content que nous ayons répercuté l'analyse du Mail & Guardian sud africain à propos du New-York Forum Africa qui s'est récemment tenu à Libreville, est venu nous remonter les bretelles en nous rappelant que l'Afrique du Sud aussi avait sa pauvreté, que la presse était libre au Gabon et surtout que même le pauvre Marc Ona n'était pas aussi noble que ça. Notre principe sur ce blog est d'éviter toute langue de bois et de répondre à ce type de dithyrambisme exacerbé par un contre argument documenté et c'est ce que nous faisons ici publiquement pour que tout le monde le lise et en profite.

Ci-dessous nous vous proposons le texte que nous a envoyé ce lecteur par mèl. Nous l'avons un peu nettoyé de manière à le rendre lisible par tous, sans fondamentalement changer son contenu. Seules les fautes d'orthographes ont été corrigées (autant que possible). Ce texte est suivi de notre réponse à ce lecteur.


Un peu d'autocritique te ferait énormément de bien monsieur je sais tout

D'abord juste un rappel car tu manques cruellement d'objectivité dans ton blog, tu me diras tu es opposant vivant à l'étranger donc il est très difficile pour toi d'apprécier car tu te contentes d'articles écrits par les autres et de cela tu t'improvises grand analyste de la situation au Gabon.

Juste pour ton information si il n'y avait pas une certaine liberté de la presse au Gabon penses tu vraiment que des journaux comme Echos du Nord, le Nku ou encore le journal la Une pourraient être librement vendus au Gabon ? Car je ne pense pas que tu as eu l'occasion de les lires car ils ne sont pas tendre avec le régime en place donc arrête de raconter n'importe quoi en disant qu'il n'y a pas une presse libre et documente toi un peu au lieu de constamment dire des choses qui ne sont pas vraies.

Car tu n'as qu'un seul but et ton blog fait bien son boulot dans ce sens c'est dénigrer le Gabon, car excuse moi quand un journaliste étranger et surtout SUD Africain que tu apprécies j'ai constaté dénigre le Gabon tu aimes en oubliant qu'ils font tout pour le faire car ils veulent le poste de l'Union Africaine et toi comme d'habitude tu te fais un plaisir de publier son article. Si tu étais un tout petit peu objectif et que tu avais un peu voyagé en Afrique du SUD tu constaterais que l'Afrique du Sud organise des grands évènements très couteux malgré une très grande pauvreté et que celle ci ne fait que s'agrandir va un peu visiter les quartier très pauvre et demande leur si ils avaient besoin de la coupe du monde ou de grand forum et écoute les un peu. Je peux te citer pas mal de journaux Sud Africain qui critique l'attitude du gouvernement Sud Africain et de certains de ces membres qui ne pensent qu'à s'enrichir, soit un peu curieux va faire une interview de Julius Malema on va bien rigoler.

Donc quand tu joues le donneur de leçon il serait bon de faire ton autocritique, Marc Ona que tu défends si bien qu'il nous dise un peu ce qu'il a fait des fonds du prix Goldman, 75millions de Francs Cfa l'a t'il mit à la disposition de son ONG ? Je ne pense pas ils sont dans son compte personnel donc avant de faire ou dire n'importe quoi renseigne toi un peu car le plus facile c'est ce que tu fais être à l'étranger et critiquer viens un peu au Gabon et bat toi sur le terrain et après on verra.
La réplique de "Le Gabon Enervant"


1. A propos de la fameuse liberté de presse au Gabon

Les journaux que vous citez, cher(e) lecteur(rice), Echos du Nord, Nku le Messager et la Une, continuent de paraitre au Gabon dans quelles circonstances? Combien de mises en demeure par le Conseil National de la Communication? Combien de tentatives d'intimidation et de menaces physiques? La presse gabonaise est tellement libre que Désiré Ename, le directeur de publication des "Echos du Nord" a du se refugier au Cameroun car sa liberté physique était menacée par le pouvoir. Il y a exactement un an, en Juin 2011, le même Désiré Ename fut interpelé par la Police Judiciaire, pour avoir écrit un article n'étant pas au goût d'Ali Bongo. De quelle liberté de presse vous gargarisez-vous?

En Mai 2012, des ONG Gabonaises ont publié un communiqué de presse demandant au gouvernement gabonais d'arrêter sa persécution des journalistes indépendants et de permettre le retour au Gabon de Désiré Ename. Peut être que ces ONG ne savent pas apprécier la liberté de presse dont vous vous félicitez de bénéficier au Gabon.

Selon l'organisme Reporters Sans Frontières qui a développé un indicateur international d'évaluation de la liberté de la presse dans le monde, le Gabon, nous sommes au regret de vous l'apprendre, ferait partie des pays où cette liberté de presse est absente. Mais peut être que cet organisme a une dent contre le Gabon "émergent", diriez vous; peut être que ces gens ne savent pas ce qu'est la véritable liberté de presse "à la gabonaise" que vous appréciez tant.

Pour finir, même le journaliste de l'Union, Jonas Moulenda, a reçu la visite dissuasive de ces gardiens de vos libertés individuels que sont les bérets rouge d'Ali Bongo. Mais de quelle liberté de la presse voulez vous nous entretenir?

Alors, si vous pensez que la presse est libre au Gabon et que les exemples donnés ci-dessus ne sont que des aberrations, nous serons heureux de recevoir et de publier votre contre expertise éclaircie. Si les ONG gabonaises décrivent un Gabon qui est fiction et ne corresponde pas à votre Gabon où les libertés sont non seulement respectées mais aussi célébrées et encouragées, alors notre tribune vous est ouverte pour nous le démontrer.

2. Il y a de la pauvreté en Afrique du Sud et pourtant elle a organisé le Mondial de football

Cher(e) ami(e), avec de tel arguments ne soyez pas étonné que notre lectorat se demande si vous savez réellement de quoi vous parlez. Premièrement, si on prend les chiffres officiels tels que publiés par des organismes comme le PNUD et la Banque Mondiale, le Produit Intérieur Brut annuel par tête d'habitant au Gabon serait de 8424 dollars américains pour l'année 2010. Celui de l'Afrique du Sud est à 7257 dollars. Les mêmes documents nous disent que paradoxalement, suivant des critères internationaux d'évaluation de la pauvreté, 40% de la population Sud Africaine est pauvre, alors qu'au Gabon, ce taux est de 80%. Pire encore, le taux de chômage chez les jeunes en Afrique du Sud est de 25% alors qu'il a été évalué à 60% au Gabon. Donc avec un PIB par habitant inferieur au Gabon, l'Afrique du Sud obtient des résultats nettement meilleurs que ceux du Gabon.

Deuxièmement, l'Afrique du Sud est la première économie du continent et pleinement reconnue en termes économiques comme étant un pays émergent; on parle de BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Rien à voir donc avec le Gabon. D'après des chiffres publiés, vérifiables et vérifiés, la coupe du monde couta 4,8 milliard de dollars américains au gouvernement Sud Africain, soit 3% de son budget annuel qui est d'environ 170 milliards de dollars américain. Par contraste, il est impossible de vérifier combien la Coupe d'Afrique des Nations a coûté à l'état Gabonais, car au Gabon le peuple n'a pas droit à ce genre d'information (n'est-ce pas que la presse est libre au Gabon?). Mais le chiffre officieux qui circule est qu'environ 400 milliards de francs CFA aient été dépensés, soit 20% ou un cinquième du budget de l'état gabonais. La différence est de taille, car comme on le voit, l'Afrique du Sud est mieux disposée financièrement à organiser la coupe du Monde que le Gabon ne l'est à organiser la CAN. C'est une évidence qui crève les yeux.

3. A propos des 75 millions de francs CFA que Marc Ona aurait reçu pour son prix Goldman

Les prix sont remis soit à des individus ou à des organisations. Quand un prix est remis a un organisme comme ce fut le cas du prix Nobel de la Paix qui fut décerné a part égales à l'ONU et à son Secrétaire General Kofi Annan en 2001, l'organisme entier est le récipiendaire du prix. Dans le cas Marc Ona, c'est à l'individu que le prix est revenu; ce blog ne sait pas comment Marc Ona a disposé de ces fonds, mais ce qui est indiscutable est que cet argent était le sien et donc il pouvait en disposer comme bon lui semblait. C'est clair et pas du tout sujet à controverse.


Nous comprenons que l'analyse Sud Africaine ait irrité les amoureux de la presse de complaisance "rose bonbon" tout dans le sens du poil. Ils ne sont pas habitués à lire la critique, surtout quand elle est factuelle, bien documentée et logiquement présentée.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)