A FRENCH-AFRICAN QUARREL WITH THE FORMER COLONISER. UNE QUERELLE FRANÇAFRICAINE AVEC L’ANCIEN COLONISATEUR





English Version

Published by The Economist on 26 January 2016


THE relationship remains healthy, officials were quick to stress. It was a “non-event for us”, French diplomats insisted. France continues to be “extremely attached” to its relationship with Gabon, the foreign ministry made clear. After hurried meetings in Paris and Libreville on January 18th, any “misunderstanding” appears to have been quietly resolved. Nevertheless, the short spat between the central African nation and its former colonial ruler was revealing.

It began with a remark made by the French prime minister, Manuel Valls, during a television interview on the evening of January 16th. Asked whether the president of Gabon, Ali Bongo Ondimba, had been democratically elected in 2009 when he took office, Mr Valls replied, “No, not as I understand it.” The Gabonese government, furious that Mr Valls appeared to be questioning the president’s legitimacy, responded by announcing that the country’s ambassador in Paris, Germain Ngoyo Moussavou, was to be immediately recalled to Libreville, the Gabonese capital.

By now he was used to it. This was the third time Mr Moussavou has been recalled—before being swiftly reinstated—since his appointment by Mr Bongo in 2011. However, at the January 18th meeting in the Hôtel Matignon, the prime minister’s official Paris residence, Mr Moussavou is reported to have tempered his boss’s hotheadedness, telling Mr Valls that he had already been scheduled to return to Gabon anyway. By January 18th the matter seemed to have been forgotten.

Why did Mr Bongo react like this? Mr Valls’s comments, diplomatically tactless as they were, hardly seemed worth the response. They were, one French diplomat suggests, made flippantly and little more than a “joke”. (Mr Valls was, after all, being interviewed by a French comedian.) And few Gabonese would have been watching the interview, anyway, since it was on French national television.

Mr Bongo, however, is nervous. A presidential election in August is fast approaching. The Gabonese political opposition, led by Jean Ping, a former African Union chairman, quickly seized on the French prime minister’s words, reminding citizens that Mr Bongo’s 2009 election victory, in which he succeeded his father, Omar Bongo, Gabon’s president since 1967, had been contentious. Human-rights groups at the time said that the poll had been marred by violence, and allegations of electoral fraud were widespread. Mr Bongo, who was the defence minister in his father’s cabinet for ten years, won less than 42% of the vote.

This time round the president is sensitive to anything that could be seen to bolster the opposition’s chances in an election that experts expect to be close-fought and edgy. “After the questions over 2009, he hopes to be re-elected this year in a poll whose democratic legitimacy no one will question,” says Paul Melly of Chatham House, a London-based think-tank. Moreover, Mr Bongo knows that Gabonese citizens today are far less attached to France than previous generations once were, and less inclined to support a president backed by officials in Paris. His January 17th provocation was both a political gesture directed at the electorate and a swipe at an opposition that has long claimed France played a part in helping him succeed his father.

But Mr Bongo’s reaction was also in keeping with a pattern of behaviour since he took office in 2009. Like many of his fellow citizens—and unlike his father, who was every inch the Francophile—Mr Bongo has little attachment to the former colonial power. “Ali is simply not a prisoner of ‘la Francophonie’”, says Roland Marchal, a Gabon expert at Sciences-Po in Paris. He does not enjoy the close personal relationships with French politicians that his father cultivated. He declared in an Independence Day address in 2010 that France was no longer Gabon’s exclusive partner, as he announced big investment deals with India and Singapore. In 2012 he said Gabon would follow in Rwanda’s footsteps and replace French with English as its official language. Some experts expect the country to apply soon for membership of the Commonwealth.

Added to this are Mr Bongo’s long-standing frustrations with his French partners. He is irritated that French judges are investigating his family’s wealth and looking into assets it owns in France. He was furious when, in August last year, his chief-of-staff, Maixent Accrombessi, was briefly detained at a Paris airport on suspicion of corruption. In reply, Mr Bongo issued a statement saying France was trying to “attack” Gabon.

France’s fiercely independent judiciary has been a thorn in Mr Bongo’s side. But he is not alone: ruling dynasties in Congo-Brazzaville and Equatorial Guinea are also being pursued by French investigators. Ultimately, Mr Bongo’s difficult relationship with his French partners is indicative of the current state of “la Françafrique”—the web of close personal and political connections between French presidents and the leaders of allied former colonies. François Hollande, the French president, has none of the ties that his predecessors maintained with African leaders. He has taken French business into markets that were not originally part of French Africa. All this while Mr Bongo is himself trying to diversify his relationships away from France.

Nevertheless, both countries still have mutual interests, if not much mutual affection. Gabon is dependent upon French aid and investment. And France needs a reliable ally in the region: Gabon hosts a key French military base and has contributed troops to peacekeeping forces in the Central African Republic for many years. There is also a large French expatriate community in the country, with important French business interests, notably oil. France and Gabon will continue to argue. But they cannot afford to fall out.




French Version

Publié par The Economist le 26 Janvier 2016 (traduction de l’anglais au français par Gabon Enervant)

Les relations demeurent saines, se sont empressés de dire les fonctionnaires. Ça a été un «non-événement pour nous", ont insisté des diplomates français. La France continue d'être "très attachée" à sa relation avec le Gabon, dit le ministère des Affaires Etrangères pour être claire. Après des réunions rapides à Paris et Libreville le 18 Janvier, tout «malentendu» semble avoir été discrètement résolu. Néanmoins, la courte querelle entre cette nation d'Afrique Centrale et son ancien colonisateur a été révélatrice.

Tout a commencé par une remarque faite par le Premier ministre français, Manuel Valls, au cours d'une émission télévisée dans la soirée du 16 Janvier. Interrogé pour savoir si le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, avait été élu démocratiquement en 2009 quand il prit ses fonctions, M. Valls a répondu: «Non, pas comme on l’entend. "Le gouvernement gabonais, furieux que M. Valls semble remettre en question la légitimité du président, a réagi en annonçant que l'ambassadeur du pays à Paris, Germain Ngoyo Moussavou, serait immédiatement rappelé à Libreville, la capitale gabonaise.

A ce point, il doit avoir l’habitude. C’était la troisième fois que M. Moussavou était rappelé-avant d'être rapidement rétabli-depuis sa nomination par M. Bongo en 2011. Toutefois, lors de la réunion du 18 Janvier à l'Hôtel Matignon, la résidence officielle à Paris, du Premier ministre, M. Moussavou aurait tempéré la fougue de son patron, disant à M. Valls qu'il avait déjà été prévu qu’il retourne au Gabon de toute façon. Après le 18 Janvier l’affaire semblait avoir été déjà oubliée.

Pourquoi M. Bongo a-t-il réagi de la sorte? Les commentaires de M. Valls, même si diplomatiquement maladroits, ne semblaient guère valoir la peine de réponse. Ils furent, comme le suggère un diplomate français, faits de manière désinvolte et un peu comme une «blague». (M. Valls a été, après tout, accosté par un comédien français.) Et peu de Gabonais auraient de toute façon regardé l'émission, car elle passait à la télévision nationale française.

M. Bongo, cependant, est nerveux. Une élection présidentielle, en Août, approche rapidement. L'opposition politique gabonaise, avec en leader Jean Ping, ancien président de l'Union Africaine, s’est rapidement saisie des paroles du Premier Ministre Français, rappelant aux citoyens que la victoire électorale de M. Bongo en 2009, suite à laquelle il succéda à son père, Omar Bongo, président du Gabon depuis 1967, avait été controversée. Les organisations de droits de l'homme à l'époque déclarèrent que le scrutin avait été entaché de violence et d’allégations de fraudes électorales généralisées. M. Bongo, qui était le ministre de la Défense dans le cabinet de son père pendant dix ans, avait remporté moins de 42% des voix.

Cette fois, le président est sensible à tout ce qui pourrait renforcer les chances de l'opposition dans une élection que les experts prédisent disputée et serrée. "Après les questions par rapport à 2009, il espère être réélu cette année par un vote dont la légitimité démocratique ne sera d’aucun doute», dit Paul Melly de Chatham House, un think-tank basé à Londres. En outre, M. Bongo sait que les citoyens Gabonais sont aujourd'hui beaucoup moins attachés à la France, que les générations précédentes l’ont été jadis, et moins enclins à soutenir un président maintenu par des officiels à Paris. Sa provocation du 17 Janvier était à la fois un geste politique dirigé vers l'électorat et un coup vers une opposition qui a longtemps considéré que la France a joué un rôle en l’aidant à succéder à son père.

Mais la réaction de M. Bongo a été également conforme à un modèle de comportement depuis qu'il a pris ses fonctions en 2009. Comme beaucoup de ses concitoyens et contrairement à son père, qui était complètement francophile-M. Bongo a peu d'attachement à l'ancienne puissance coloniale. "Ali n’est tout simplement pas un prisonnier de «la Francophonie», explique Roland Marchal, un expert du Gabon de Sciences-Po à Paris. Il n’a pas les relations personnelles étroites avec des politiciens français que son père cultivait. Il a déclaré dans un discours le Jour de l'Indépendance en 2010, que la France n’était plus le partenaire exclusif du Gabon, pendant qu’il annonçait d’importants accords d'investissement avec l'Inde et Singapour. En 2012, il a déclaré que le Gabon suivrait les traces du Rwanda et remplacerait le français par l'anglais comme langue officielle. Certains experts prévoient que le pays devrait faire très prochainement sa demande l'adhésion à la Communauté du Commonwealth.

Ajouté à cela sont les frustrations de longue date de M. Bongo envers ses partenaires français. Il est irrité que les juges français enquêtent sur la richesse de sa famille et de la recherche des actifs qu'elle détient en France. Il fut furieux quand, en Août l'année dernier, son directeur de cabinet, Maixent Accrombessi, fut brièvement détenu à l'aéroport de Paris pour cause de soupçons de corruption. En guise de réponse, M. Bongo fit publier une déclaration disant que la France essayait d’"attaquer" le Gabon.

Le farouchement indépendant système judiciaire français reste une épine dans le pied de M. Bongo. Mais il n’est pas le seul: les dynasties régnantes du Congo-Brazzaville et la Guinée équatoriale sont également poursuivies par les enquêteurs français. En fin de compte, des relations difficiles de M. Bongo avec ses partenaires français sont révélatrices de l'état actuel de le "Françafrique"-le réseau de connexions personnelles et politiques étroites entre les présidents français et les dirigeants de ses anciennes colonies alliées. François Hollande, le président français, n'a aucun des liens que ses prédécesseurs ont maintenu avec les dirigeants africains. Il a porté des entreprises françaises sur des marchés qui ne faisaient pas partie à l'origine de l'Afrique française. Tout cela alors que M. Bongo est lui-même en train d’essayer de diversifier ses relations loin de la France.

Néanmoins, les deux pays ont encore des intérêts mutuels, sinon beaucoup d'affection mutuelle. Le Gabon dépend de l'aide et des investissements français. Et la France a besoin d'un allié fiable dans la région: le Gabon accueille une base militaire française clé et a contribué des troupes aux forces de maintien de la paix en République Centrafricaine depuis de nombreuses années. Il y a aussi une importante communauté d'expatriés français dans le pays, avec d'importants intérêts commerciaux français, notamment le pétrole. La France et le Gabon vont continuer à se quereller. Mais ils ne peuvent pas se permettre de se séparer.

Comments

  1. My name is Mrs Sharon Sim. I live in Singapore and i am a happy woman today? and i told my self that any lender that rescue my family from our poor situation, i will refer any person that is looking for loan to him, he gave me happiness to me and my family, i was in need of a loan of S$250,000.00 to start my life all over as i am a single mother with 3 kids I met this honest and GOD fearing man loan lender that help me with a loan of S$250,000.00 SG. Dollar, he is a GOD fearing man, if you are in need of loan and you will pay back the loan please contact him tell him that is Mrs Sharon, that refer you to him. contact Dr Purva Pius,via email:(urgentloan22@gmail.com)

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>