THE SPEECH OF PROFESSOR ALBERT ONDO OSSA, THE COORDINATOR OF THE SACRED UNION FOR THE HOMELAND. L’ALLOCUTION DU PROFESSEUR ALBERT ONDO OSSA, LE COORDONATEUR DE L’UNION SACRÉE POUR LA PATRIE







English version

Sacred Union for the Homeland: Press release


Ladies and Gentlemen Presidents and other party leaders, of the opposition and the majority,
Ladies and gentlemen, members of the Gabonese civil society,
Ladies and gentlemen, members of the Gabonese diaspora
Distinguished guests, to your titles, grades and qualities,
Gabonese of origin as well as adoption,
Ladies and gentlemen,

Since the 2009 presidential election, the traditional organizations surrounding society that are, firstly, labor, learned circles and other associations and secondly the political parties, have mostly lost credibility because they have not truly played their role. The first ones (unions, learned circles and other associations), mainly because of their lack of consistency and rigor, lack of foresight, their low spirituality, and their extreme politicization; the second ones (political parties) because gnawed by intrigues, parricide, counter nature alliances and other betrayals, have not always proved capable of conceiving great plans for the future, for a reassuring alternative, likely to fundamentally change the Gabonese society and improve the lives of our people.

Yet, it was not for the lack of successful attempts: the salutary idea of creating a united front of the opposition, as all past attempts, has not kept its promises. Fortunately, mindful of past failures and in view of the carelessness and arrogance of the system in place, the political class has turned the corner, responding positively to the calls of the free civil society on the one hand, and a population increasingly destitute, on the other hand.

Thus, it has responded overwhelmingly to the call made and supported by political parties, the free civil society and personalities from all sides.

At the basis of several motivations:
1) put aside the egos and other personal and partisan interests;
2) avoid subjects that are sensitive and divisive;
3) focus on the essential: the removal of President Ali Bongo Ondimba and block at any price his candidacy for the next presidential election.

This is what justifies the birth, not of an nth structure, but an ultimate structure, called: the Sacred Union for the Homeland, for a patriotic uprising.

Here it is not a question of opposition, majority, or organized civil society, but of all the forces of the nation, to straighten up Gabon, to lift it up and wash it from all the filth in which the Ali Bongo Ondimba has soiled it.

Your servant has modestly accepted the proposal that was made to him to chair the coordination of this prestigious and formidable structure.

In recent months, the cacophony of opposition leaders and the dissonances of the organized civil society messages left people thinking that there was nothing more to do and that Mr. Ali Bongo Ondimba was the only master of the game. The reply is here today: the birth of the Sacred Union for the Homeland.

Dear compatriots, no sacrifice is too great for a people to obtain its freedom. It is time that the people of Gabon stand up as one man, take their responsibility before imposture, neglect and dishonor. But this requires a method, rigor and group discipline.

Stand therefore ready, now, to respond to the patriotic rallying words issued by the Sacred Union.

Ali Bongo Ondimba in his eyes certainly still has three formidable weapons:
1) the decree of appointment, which wreaks havoc in an environment of poverty;
2) the army which he uses and abuses;
3) the resources of the country he plunders at will and are used to corrupt everybody along the way.
In addition, as elements of dialogue, he knows only of poison, the knife and the bullet.

In recent years, each of the entities of our country and / or each in their own name, has launched actions and individual or group attempts, which led to chip away, little by little, day after day, Mr. Ali Bongo Ondimba’s power. It only remains for the moment, it seems to me, a last root or a last bolt to be disassemble for everything to collapse.

But the final victory, for it to carry weight, to be of a promising future, should not be that of a person, a clan, a group, an association, a party, but of all the Gabonese people.

Therefore, it is necessary that all the people get their hands dirty for that victory to be the responsibility of all. Solidarity thus obtained will constitute an essential foundation for rebuilding our country, our nation, in its subjective sense, i.e. a community conscience and values. There is no victory more beautiful than that which is shared.

The first act of the Sacred Union is the resolution, the second will be organizing a meeting, a large meeting which elements will be communicated later.

The resolution adopted by the plenary assembly, proceeds from a principle: the presidential load carries an obligation for its holder to be exemplary vis-à-vis the Nation.

Ali Bongo Ondimba, who was elected in 2009 in disputed circumstances, and who must answer for his actions before two courts duly called upon, cannot be a candidate for the next presidential election in Gabon.

Indeed, to document his application for the election of the President of the Republic in 2009, Mr. Ali Bongo Ondimba, Minister of National Defense at the time, presented a birth certificate whose content is unreliable.

Considering that these facts were committed, which constitute prejudices of forgery, use of forgery and violation of oath, are to be taken before the jurisdiction of the High Court of Justice, in consideration of the status of their author.

Formally called upon, this court unfortunately cannot act on the ground that the appointing authorities have not made the appointment of its judges. From this obstruction of the action of the justice system, which interrupts the normal functioning of the constitutional public power of justice and adds to the perjury, the prevention of violation of oath, this causes an unexpected regime crisis, which reveals that Gabon operates under the rule of a rogue state, in which members of the ruling regime have planned their impunity.

At the same time, he produced a declaration of birth, established under the cover of the City of Brazzaville, to prove his parentage. The form of this document and the authority who signed it adds to the suspicion.

As a public act, that certificate normally presented in a typewritten form, is hand-written, established under the seal of Mr. NZALAKANDA, who was no longer in function at the Brazzaville’s city hall at the material time. In addition, this declaration of birth is curiously signed by Mr. Albert Bernard Bongo, who has never been an employee of the municipal administration of the city of Brazzaville.

To shed light on this statement and expose to the whole world the criminal network involved in the preparation and production of this second false public document, a complaint was filed before the Court of the city of Nantes.

The evocation of the candidacy of Mr. Ali Bongo Ondimba, who intervened in this particularly controversial area, justifies the two main reasons for the Resolution 1.

First reason: strict compliance with Article 10 of the Constitution

The Basic Law calls on all citizens to defend the nation whose will is reflected in the laws of the Republic.

To be eligible for the highest office, regarding Gabonese having acquired Gabonese nationality, the Constitution of the Republic of Gabon qualifies their descendants from the fourth generation.

This requirement, which is laid down in Article 10, is the result of the Constitutional Law No. 3/91 of 26 March 1991, after the National Conference. It was not developed for the opportunity to obstruct an individual. It is the result of a broad national consensus which is authoritative.

By calling for strict compliance with Article 10, the Plenary Assembly has exerted a citizen watch, while it sends a warning message.

Second reason: the destitution

The Minister of Defense, who became President of the Republic in favor of a false public documents he uses, committed perjury, and thereby incurs the sanction of dismissal.

This sanction to be pronounced by the competent court, which has not been established by the President of the Republic himself and by the National Assembly.

Justice is dispensed on behalf of the People by the judges. This means that the time has come for women and men of our people to rise up and succeed in demonstrating that, faced with corruption, lies and deceit of those in power, there are still those who are not willing to sell their souls to the devil and are firmly committed to a credible alternative to the current regime.

Long live the homeland


May God bless our dear Gabon!

Thank you !

Pr. Albert Ondo OSSA
President Coordinator of the Sacred UNION for the Homeland



Version française

Union sacrée pour la Patrie : Point de presse


Mesdames et messieurs les Présidents et autres responsables de Partis, de l’opposition comme de la majorité,
Mesdames et messieurs, les membres de la société civile gabonaise,
Mesdames et messieurs les membres de la diaspora gabonaise,
Honorables invités, en vos titres, grades et qualités,
Gabonaises et Gabonais de souche comme d’adoption,
Mesdames et Messieurs,

Depuis que l’élection présidentielle de 2009, les organisations traditionnelles d'encadrement de la société que sont, d’une part, les syndicats, cercles d’intelligence et autres associations et, d’autre part les partis politiques, ont pour la plupart perdu toute crédibilité parce que n’ayant véritablement pas joué leur rôle. Les premières (syndicats, cercles d’intelligence et autres associations), en raison notamment de leur manque de constance et de rigueur, leur manque de clairvoyance, leur faible spiritualité, ainsi que de leur politisation à outrance ; les secondes (les partis politiques), parce que rongées par des intrigues, des parricides, des alliances contre nature et autres trahisons, ne se sont pas toujours montrées capables de concevoir de grands projets d'avenir, en vue d’une alternance rassurante, susceptible de changer fondamentalement la société gabonaise et d’améliorer le sort de nos populations.

Pourtant, les tentatives heureuses n’ont pas manqué : l’idée salutaire de création d’un Front Uni de l’Opposition, comme toutes les tentatives passée, n’a pas tenu toutes ses promesses. Fort heureusement, conscient des manquements passés et au regard de l’incurie et de l’arrogance du système en place, la classe politique s’est ressaisie, en répondant favorablement aux interpellations de la société civile libre, d’une part, et d’une population de plus en plus miséreuse, d’autre part.

Aussi, a-t-elle massivement répondu à l’appel lancé et porté par les partis politiques, la société civile libre et les personnalités de tout bord.

A la base plusieurs motivations :
1°) laisser de côté les égos et autres intérêts personnels et partisans ;
2°) éviter les sujets qui fâchent et divisent ;
3°) se concentrer sur l’essentiel : la destitution du Président Ali BONGO ONDIMBA et faire à tout prix barrage à sa candidature à la prochaine élection présidentielle.

C’est cela qui justifie la naissance, non d’une nième structure, mais d’une structure ultime, dénommée : l’Union sacrée pour la Patrie, en vue d’un sursaut patriotique.

Il n’est pas ici question d’opposition, de majorité, ni de société civile organisée, mais de toutes les forces vives de la Nation, pour redresser le Gabon, le relever et le laver de toute la souillure dans laquelle Ali BONGO ONDIMBA l’a plongé.

Votre serviteur a accepté modestement la proposition qui lui a été faite d’assurer la présidence de la coordination de cette prestigieuse et redoutable structure.

Au cours des derniers mois, la cacophonie des leaders de l’opposition et les dissonances des messages de la société civile organisée ont laissé penser qu’il n’y avait plus rien à faire et que Monsieur Ali BONGO ONDIMBA était le seul maître du jeu. La réplique est là aujourd’hui : LA NAISSANCE De L’Union sacrée pour la patrie.

Chers compatriotes, aucun sacrifice n’est trop grand pour qu’un peuple se libère. Il est temps que le peuple gabonais se mette debout comme un seul homme, prenne ses responsabilités face à l’imposture, à l’incurie et au déshonneur. Mais cela exige, une méthode, de la rigueur et une discipline de groupe.

Tenez-vous donc prêts, dès à présent, à répondre aux mots d’ordre patriotiques lancés par l’Union sacrée.

Ali BONGO ONDIMBA dispose certes aujourd’hui de trois armes redoutables à ses yeux :
1°) le décret de nomination, qui fait ravage dans un environnement de pauvreté ;
2°) l’armée dont il use et abuse ;
3°) les ressources du pays qu’il pille à volonté et qui servent à corrompre tout au passage.
De plus, pour seuls éléments de dialogue, il ne connaît que le poison, le couteau et la balle.

Au cours des dernières années, chacune des entités de notre pays et/ou chacun en son nom propre, s’est lancé dans des actions et des tentatives individuelles ou de groupe, qui ont conduit à écorner un peu plus, jour après jour, le pouvoir de Monsieur Ali BONGO ONDIMBA. Il ne reste plus à l’instant, me semble-t-il, qu’une dernière racine ou un dernier boulon à démonter pour que tout s’écroule.

Or la victoire finale, pour qu’elle soit porteuse d’effets, porteuse d’avenir, ne doit nullement être celle d’une personne, d’un clan, d’un groupe, d’une association, d’un parti, mais celle de tout le peuple gabonais.

Aussi, faut-il que tout le peuple mette la main à la patte pour que la victoire incombe à tous. La solidarité ainsi obtenue constituera un socle essentiel pour la reconstruction de notre pays, de notre Nation, dans son acception subjective, à savoir une communauté de conscience et de valeurs. Il n’y a de victoire plus belle que celle qui est partagée.

Le premier acte posé par l’Union sacrée est la résolution, le deuxième sera l’organisation d’un meeting, un grand meeting dont les éléments vous seront communiqués plus tard.

La résolution adoptée par l’assemblée plénière, procède d’un principe : la charge présidentielle emporte une obligation d’exemplarité de son titulaire vis-à-vis de la Nation.

Ali BONGO ONDIMBA, qui a été élu en 2009 dans des conditions contestées, et qui doit répondre de ses actes devant deux juridictions dûment saisies, ne peut pas présenter de candidature à la prochaine élection présidentielle au Gabon.

En effet, pour documenter son dossier de candidature à l’élection du Président de la République de l’année 2009, Monsieur Ali BONGO ONDIMBA, Ministre de la Défense nationale au moment des faits, a présenté un acte de naissance dont les énonciations matérielles sont sujettes à caution.

Etablis qu’ils ont été commis ces faits, qui sont constitutifs des préventions de faux, usage de faux et violation de serment, sont justiciables de la Haute Cour de justice, en considération du statut de leur auteur.

Formellement saisie, cette juridiction ne peut malheureusement pas siéger, au motif que les autorités de nomination n’ont jamais procédé à la désignation des magistrats devant siéger en son sein. De cette entrave à l’action de la justice, qui interrompt le fonctionnement régulier du Pouvoir public constitutionnel de la justice et ajoute au parjure la prévention de violation de serment, il découle une crise de régime insoupçonnée, qui révèle que le Gabon fonctionne sous la férule d’un Etat hors la loi, au sein duquel les membres du régime au pouvoir ont planifié leur impunité.

Dans le même temps, il a produit une déclaration de naissance, établie sous le couvert de la Mairie de Brazzaville, pour attester sa filiation. La forme de cette déclaration et l’autorité l’ayant signée ajoutent à la suspicion.

En tant qu’acte public, ladite attestation normalement restituée dans un formulaire dactylographié est écrite à la main, établie sous le sceau de Monsieur NZALAKANDA, qui n’était plus en fonction à la Mairie de Brazzaville à la date des faits. De plus, cette déclaration de naissance est curieusement signée de Monsieur Albert Bernard BONGO, qui n’a jamais été un préposé de l’administration municipale de la ville de Brazzaville.

Pour faire la lumière sur cette déclaration et révéler à la face du monde le réseau criminel ayant participé à l’établissement et à la production de ce deuxième faux en écritures publiques, une plainte a été déposée devant le Tribunal de la ville de Nantes.

L’évocation de la candidature de Monsieur Ali BONGO ONDIMBA, qui est intervenue dans ce domaine particulièrement controversé, justifie les deux motifs principaux de la résolution n°1.

Premier motif : le strict respect de l’article 10 de la Constitution

La loi fondamentale qualifie tout citoyen à défendre la Nation dont la volonté est traduite dans les lois de la République.

Pour être éligible à la charge suprême, s’agissant des Gabonais ayant acquis la nationalité gabonaise, la Constitution de la République Gabonaise qualifie leurs descendants à partir de la quatrième génération.

Cette prescription, qui est prévue à l’article 10, résulte de la loi constitutionnelle n° 3/91 du 26 mars 1991, issue de la Conférence nationale. Elle n’a pas été élaborée à l’occasion pour faire entrave à un individu. Elle est le fruit d’un large consensus national qui fait autorité.

En appelant au strict respect de l’article 10, l’Assemblée plénière exerce une veille citoyenne, en même temps qu’elle envoie un message de mise en garde.

Deuxième motif : la destitution

Le ministre de la défense nationale, devenu Président de la République à la faveur d’un faux en écritures publiques dont il fait usage, a commis un parjure et, de ce fait, encourt la sanction de destitution.

Cette sanction qui doit être prononcée par la juridiction compétente, qui n’a pas été mise en place par le Président de la République lui-même et par l’Assemblée nationale.

La justice est rendue au nom du Peuple par les juges. C’est dire que le temps est venu pour que des femmes et des hommes de notre peuple se lèvent et parviennent à démontrer que, face à la corruption, au mensonge et l’imposture des tenants du pouvoir, il y a encore de ceux qui ne sont pas prêts à vendre leurs âmes au diable et sont fermement engagés pour une alternance crédible au pouvoir actuel.

Vive la Patrie,

Que Dieu bénisse notre cher Gabon !

Je vous remercie !

Pr. Albert ONDO OSSA
Président Coordonnateur de l’UNION Sacrée pour la Patrie

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>