RAYMOND NDONG-SIMA DID NOT CONVINCE THE POPULATION OF MINVOUL. RAYMOND NDONG–SIMA N’A PAS CONVAINCU LES POPULATIONS DE MINVOUL





English version

The Olam project of converting 50000 ha of prime forest into a massive rubber plantation, in the north of Gabon, is more and more unpopular every day. Realizing that their loosing this battle, the two partners, Olam and the Gabonese government are now sending people they believe to be influential members of government who are from Woleu-Ntem province, into the region to try to convince the populations to back this insane project.

After Emmanuel Ondo-Methogo, a counsellor to Ali Bongo, attempted to persuade the populations into accepting Olam’s project, last week the Prime Minister Raymond Ndong-Sima met with some populations from Minvoul, the area where Olam would like to establish a massive rubber plantation; in Oyem the capital city of Wolen-Ntem province. From the information this blog has received from people who were present at the meeting, Raymond Ndong-Sima failed to persuade many people that this project was a good thing for them. We are not very surprised because it is hard to see how this project would in the end be beneficial for the populations. Here are a few reasons why Raymond Ndong-Sima’s visit did not have much of an impact:

1. The destruction of 50000 ha of primary forest is a tragedy

Dear readers let us be very clear; 50000 ha of forest are enormous. Just to give you an idea, the surface of an international football stadium is 0.82 ha. Therefore, 50000 ha is the equivalent in term of surface, of 41000 football stadiums. Imagine that the equivalent of 41000 football stadiums was going to be destroyed and the land given to foreign interests. For those who are still unclear of the scale of this destruction, 50000 ha is the equivalent of 500 square kilometres. The surface the government of Gabon is willing to give to Olam in the area of Minvoul would be the equivalent of 5 times the entire surface of the city of Paris; Paris is 100 ha. It is a forest 5 times the size of Paris that will be destroyed by Olam. Do you really think that such destruction is reasonable, knowing everything that is known about the environment and the needs of our populations?

2. Raymond Ndong-Sima analogy of Olam’s project with Hevegab is erroneous

In an attempt to show that he knew the topic of rubber cultivation, Raymond Ndong-Sima reminded the populations of Minvoul that he had been director of Hevegab, the Gabonese company that planted Rubber in Mitzic and Bitam, two other localities of Woleu-Ntem province. But what Raymond Ndong-Sima, neglected to say was that the project Hevegab in Mitzic is only of 2000 ha in Mitzic or 25 times smaller than what Olam is projected to do in Minvoul; and that of Bitam is of only about 5000 ha or 10 times smaller than what Olam is planning for Minvoul. Yet, the environmental effects of these Hevegab plantations are already visible both in Bitam and Mitzic. Therefore, has Raymond Ndong-Sima’s government clearly evaluated the consequences of a 50000 ha plantation on the ecosystems of Minvoul? Has Raymond Ndong-Sima evaluated the effect on the water quality of the streams in Minvoul? Has Raymond Ndong-Sima evaluated the tragedy of having to transfer so much of the people’s assets into the hand of foreigners? So Raymond Ndong-Sima’s experience at Hevegab is not really applicable to Olam because the scale of Olam’s plantation is so huge and its effect on the local population so unprecedented, that serious reconsideration of this project must be taken immediately.

3. Raymond Ndong-Sima said that during his time at Hevegab, he commissioned a study that proved that when rubber was planted alongside cassava, it was rubber trees that suffered

Maybe Raymond Ndong-Sima forgot to read his own study before talking to the populations of Woleu-Ntem, last week. In fact, this blog has obtained the study cited by Raymond Ndong-Sima and we will publish our analysis of that study in our next post. The study of T. Michels, conducted in Mitzic was examining the infection of rubber tree roots by a fungus called Armillaria. The study found that the soil-borne fungus infection spreads to rubber trees from rhizomorphs in the soil. Cassava roots were very susceptible to this infection and when cassava was planted near rubber trees, these trees were likely to be infected. This, dear reader was the extent of the study. At no point did the study say that cassava benefitted from the proximity of rubber trees or that cassava production was enhanced by rubber trees. As a matter of fact, a researcher by the name of Meas Meanith published a study entitled: “Effect of management system on soil fertility in rubber tree plantation”; in which he wrote the following: “The planting of cassava is not generally recommended in rubber plantations as it is believed that it will compete for nutrients and the rubber tree will suffer poorer development.” What this means is that rubber trees are so voracious that nothing should be planted near them because then competition occurs and the rubber trees can no longer get all the resources of the soil and end up being deficient. This does not mean that cassava is benefiting because in fact, the nutrient left for cassava are also insufficient.

Dear readers, this idea of planting rubber on 50000 ha is a suicide for Gabonese soil, for Gabonese environment and for Gabonese people.




Version française

Le projet de conversion par Olam de 50000 ha de forêt primaire en une massive plantation d’hévéa, dans le nord du Gabon, est chaque jour de plus en plus impopulaire. Réalisant qu’ils perdaient cette bataille, les deux partenaires, Olam et le gouvernement gabonais, ont désormais décidé d’envoyer des gens qu'ils pensent être des membres influents du gouvernement et issus de la province du Woleu-Ntem; dans la région pour tenter de convaincre les populations de soutenir ce projet insensé.

Après Emmanuel Ondo-Methogo, conseiller d'Ali Bongo, qui a tenté de persuader les populations à accepter le projet Olam ; la semaine dernière c’était au tour du Premier ministre Raymond Ndong-Sima de rencontrer certaines populations de Minvoul, la zone où Olam voudrait établir une plantation massive d’hévéa. La rencontre a eu lieu à Oyem, la capitale provinciale de Woleu-Ntem. A partir des informations que ce blog a reçu des gens présents lors de la réunion, Raymond Ndong-Sima n’a pas réussi à convaincre grand monde, que ce projet était une bonne chose. Nous ne sommes pas très surpris, car il est difficile de voir comment ce projet, à la fin, pourrait être bénéfique pour les populations. Voici quelques raisons pour lesquelles la visite de Raymond Ndong-Sima n'a pas eu beaucoup d'impact:

1. La destruction de 50000 ha de forêt primaire est une tragédie

Chers lecteurs, soyons très clair; 50000 ha de forêt, c’est énorme. Juste pour vous donner un ordre d’idée, la surface d'un stade de football aux dimensions internationales est de 0,82 ha. Par conséquent, 50000 ha sont l'équivalent en termes de superficie, de 61000 stades de football. Imaginez que l'équivalent de 61000 stades de football va être détruit et la terre donnée à des intérêts étrangers. Pour ceux qui ont encore du mal à visualiser l'ampleur de cette destruction, 50000 ha sont l'équivalent de 500 kilomètres carrés. La surface que le gouvernement gabonais est prêt à donner à Olam dans la région de Minvoul serait l'équivalent de 5 fois la surface entière de la ville de Paris ; Paris a une surface de 100 km2. C'est une forêt de 5 fois la taille de Paris qui sera détruite par Olam. Pensez-vous vraiment que cette destruction est raisonnable, sachant tout ce qui est connu sur l'environnement et les besoins de nos populations?

2. L’analogie de Raymond Ndong-Sima entre le projet Olam et celui d’Hévégab est erronée

Dans une tentative de montrer qu'il en savait sur le thème de la culture de l'hévéa, Raymond Ndong-Sima a rappelé aux populations de Minvoul qu'il avait été directeur d’Hévégab, la société gabonaise qui a planté l’hévéa à Mitzic et Bitam, deux autres localités de la province du Woleu-Ntem. Mais ce que Raymond Ndong-Sima a négligé de dire, est que le projet Hévégab de Mitzic concernait seulement 2000 ha ; ce qui est 25 fois plus petit que ce qu’Olam prévoit de faire à Minvoul, et celui de Bitam concernait seulement environ 5000 ha ou 10 fois moins que ce qu’Olam planifie à Minvoul. Pourtant, les effets environnementaux de ces plantations d’Hévégab sont déjà visibles à Bitam et Mitzic. Par conséquent, le gouvernement Raymond Ndong-Sima a-t-il évalué de manière claire les conséquences d'une plantation de 50000 ha sur les écosystèmes de Minvoul? Est-ce que Raymond Ndong-Sima a évalué l'effet sur la qualité de l'eau des ruisseaux et rivières de Minvoul? Est-ce que Raymond Ndong-Sima a évalué la tragédie d'avoir à transférer une grande partie de l'actif des populations, qu’est la terre, dans des mains étrangères? Donc, l'expérience de Raymond Ndong-Sima à Hévégab n'est pas vraiment applicable à Olam parce que l'échelle de plantation d’Olam est tellement énorme et ses effets sur la population locale seront sans précédents. Un sérieux réexamen de ce projet doit être effectué immédiatement.

4. Raymond Ndong-Sima a dit que durant son temps à Hévégab, il a commandé une étude qui a prouvé que lorsque l’hévéa était planté à côté du manioc, c’était au bénéfice du manioc

Peut-être que Raymond Ndong-Sima a oublié de relire sa propre étude avant de parler aux populations du Woleu-Ntem, la semaine dernière. En fait, ce blog a obtenu l'étude citée par Raymond Ndong-Sima et nous allons publier notre analyse de cette étude dans notre prochain billet. L’étude de T. Michels, réalisée à Mitzic consistait à l'examen de l'infection des racines des hévéas par un champignon appelé Armillaria. L'étude a révélé que l’infection du champignon était transmise aux hévéas à partir de rhizomorphes présent dans le sol. Les racines de manioc sont très sensibles à cette infection et quand le manioc était planté près des hévéas, ces arbres étaient susceptibles d'être infectés. Ce, cher lecteur était l'étendue de l'étude. À aucun moment, l'étude n’a dit que le manioc a bénéficié de la proximité des hévéas ou que la production de manioc a été renforcée par la présence des hévéas. En fait, un chercheur du nom de Meas Meanith a publié une étude intitulée: "Effect of management system on soil fertility in rubber tree plantation", dans laquelle il écrit ce qui suit: «La plantation de manioc n'est généralement pas recommandée dans les plantations d’hévéas car il y aura concurrence pour les nutriments et les hévéas vont moins se développer." Cela signifie que les hévéas sont si voraces que rien ne doit être planté près d'eux, car alors il y a concurrence et les hévéas ne pourront plus obtenir toutes les ressources du sol et finiront par être déficients. Cela ne signifie pas que le manioc en bénéficie, parce qu'en fait, les éléments nutritifs laissés pour le manioc sont également insuffisants.

Chers lecteurs, cette idée de planter l’hévéa sur 50000 ha est un suicide pour le sol gabonais, pour l'environnement gabonais et pour le peuple gabonais.

Comments

Popular posts from this blog

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)

FRANCE USES LA LETTRE DU CONTINENT TO PLAY THE CLOCK ABOUT ALI BONGO’S HEALTH. LA FRANCE SE SERT DE LA LETTRE DU CONTINENT POUR GAGNER DU TEMPS AU SUJET DE L’ÉTAT DE SANTÉ D’ALI BONGO

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL