THE REGIME FEARS A SOVEREIGN NATIONAL CONFERENCE, REVEALING ITS FRAGILITY AND NERVOUSNESS. LE RÉGIME CRAINT UNE CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE, DÉVOILANT AINSI SA FRAGILITÉ ET FRILOSITÉ





English version


The spokesperson of the Gabonese presidency, the man we like to call the little catechist of "emergence", Alain-Claude Bilié-Bi-Nze, during his weekly press briefing, declared the following:

"Gabon is a not a country in crisis, Gabon knows no social crisis, no political crisis, no institutional crisis. A national conference is not justified"

This statement was in response to document from the Gabonese opposition, asking for a sovereign national conference that would reexamine the power structure in the country, its institutions and also prepare the new presidential election. However, this response by Bilié-Bi-Nze shows that while the regime is belatedly trying to deliver a message of stability and confidence, it can no longer, without choosing to appear ridiculous, deny the chronic absence of freedom and independent institutions in Gabon. Bilié-Bi-Nze and his bosses have clearly failed and will continue to fail, to convince the average Gabonese person and even the casual observer, that all is well in Gabon. On the contrary, in the eyes of most Gabonese citizen, Ali Bongo may be the president, but he is certainly not welcome as the "our President of the Republic." What is already clear, but that the regime still chooses to ignore, is that through this sovereign national conference, the Gabonese people are not calling for a change of government only, but wholesale regime change. A change of political system.

In saying no to sovereign national conference, the regime is afraid to have the people finally lift the cover on the Bongo dynasty. The regime would hope that the Gabonese people would still be complacent because they have become accustomed to autocracies, dictatorships and dynasties; but it must realize that among the population, there is increasingly a new sense of openness that in turn is fostering a new wave of critical reflection. The regime is underestimating the thirst of the Gabonese people for modernity. The regime continues to unfortunately think that it could indefinitely continue to chill Gabonese change-makers and delay any response to calls for genuine reforms. The regime perceives that just because it has suffocated the Gabonese people for 45 years, it has made it possible for their aspirations for democracy to be jaded, deferred and diminished. The regime thinks that it could maintain this equilibrium, this status quo.

But the regime is deeply fragilized by the fact that in Gabon, 70% of the people are under the age of 40; that means that the majority of the population had only known one regime and all the corruption, antipathy, and suffocation that could be associated with that. With unemployment hovering officially around 25%, but likely to be higher and even reported to be near 60% for young people, this is a fire ready to burn. All that is needed is a match. This is why the regime is afraid that organizing a sovereign national conference might become a match that could light the fire. It must therefore pretend that all is well in Gabon. By acting in an obtuse manner, the regime continues to weaken itself. For example, the parliamentary elections in 2011 where the ruling PDG received 95% of the total seats, was boycotted by 90% of the population and was therefore a joke. How can a regime say that all is well in the country when 90% of the population refuses to vote?

The international landscape is also changing. Even in Africa, more and more, there are demonstrations that moderate democratic forces practicing good governance and free and fair electoral processes can take root and be successful. The media landscape is also changing demonstrated by the popularity and real power of new tools such as social networking that are helping to mobilize crowds and spread messages throughout the Gabonese diaspora and the broader world, about Gabon. The official version of events is no longer the only voice. The people's voice is being heard. The model of a dictator ruling with an iron fist, which has been the Bongo's way, is against the current flow of events. It is no longer enough for the regime to appear to be conciliatory and tell the Gabonese people that he understands them and would respond to their concerns. It is time for the regime to do what the people say; and if the people are saying Ali Bongo must go, it is only a matter of time before this wish becomes a reality.

Even if the regime does not which to admit it, everybody knows that something has already changed in Gabon. It is just a matter of time before what is a change in attitude and in people heads, becomes a change on the street. At the moment, the regime is thinking that the grumblings of the opposition and the free civil society, would not amount to much. They think that they do not have to concede anything as long as they have the security forces with them. Yes, we know, the regime is thinking that what happened in Tunisia and Egypt could not happened in Gabon. It thinks that it is not a key interest of France to have regime change in Gabon. It thinks that the Gabonese population is relatively apathetic. But the regime also know that the Gabonese people have tangible examples proving that in Africa, it is now possible to change a country, to protest the ruler, to force a regime change from the street. This was done recently in Senegal.

The regime is badly mistaken if it ignores the fact that the Gabonese people have woken up; if it believes that they will be lulled back to sleep. It does not mean that the regime will be toppled tomorrow. It does mean, however, that the old social contract between dictatorial rulers and their captive population is being torn to shreds. Economically, socially, and politically, the people of Gabon want leaders who can provide a new direction. More of the same with the current regime will not placate this new desire for effective and open governance. Ali Bongo is now seen as a lynch-pin for stagnation in Gabon; therefore, if the country must make process, he should be removed!




Version française


Le porte-parole de la présidence gabonaise, l'homme que nous aimons appeler le petit catéchiste de "l'émergence", Alain-Claude Bilié-Bi-Nze, lors de son point de presse hebdomadaire, a déclaré ce qui suit:

"Le Gabon n'est pas un pays en crise, le Gabon ne connaît aucune crise sociale, aucune crise politique, aucune crise institutionnelle. Une conférence nationale ne se justifie pas."

Cette déclaration a été prononcée en réponse au document de l'opposition gabonaise, demandant une conférence nationale souveraine qui remettrait de l'ordre dans les structures de pouvoir du pays et préparerait aussi une nouvelle élection présidentielle. Cependant, cette réponse par Bilié-Bi-Nze montre que, si le régime essai laborieusement de livrer un message de stabilité et de confiance; il ne peut plus, sans vouloir paraître ridicule, nier l'absence chronique de liberté et d'institutions indépendantes au Gabon. Bilié-Bi-Nze et ses patrons ont clairement échoué et continueront d'échouer, de convaincre le gabonais moyen et même l'observateur occasionnel, que le pays se porte bien. Au contraire, aux yeux de la plupart des citoyens, Ali Bongo est peut-être président, mais il n'est certainement pas considéré comme «notre Président de la République." Ce qui est déjà clair, mais que le régime choisit encore d'ignorer, est que via cette conférence nationale souveraine, les gabonais ne demandent pas seulement un changement de gouvernement, mais un changement total de régime. Un changement de système politique.

En disant non à la conférence nationale souveraine, le régime a peur de voir le peuple enfin lever le couvercle sur la dynastie Bongo. Le régime espère que le peuple gabonais continuerait encore à faire preuve de complaisance, car il est habitué à l'autocratie, à la dictature et maintenant à la dynastie; mais il doit se rendre compte que parmi la population, il y a de plus en plus un nouveau sens d'ouverture qui à son tour favorise une nouvelle attitude de réflexion critique. Le régime sous-estime la soif du peuple gabonais pour la modernité. Le régime continue de penser malheureusement qu'il pourrait continuer indéfiniment à empêcher les gabonais de changer leurs décideurs et à retarder toute réponse aux appels de véritables réformes. La perception du régime est que juste parce qu'il a étouffé le peuple gabonais depuis 45 ans, il a significativement réduit ses aspirations à la démocratie et en a fait un peuple blasé, qui ne pourrait pas menacer le statu quo.

Mais le régime est profondément fragilisé par le fait qu'au Gabon, 70% de la population est âgée de moins de 40 ans; ce qui signifie que la majorité de la population n'a connu qu'un seul régime et toute la corruption, l'antipathie, et la suffocation qui lui sont associées. Avec un chômage planant officiellement autour de 30%, mais susceptible d'être plus élevé et qui a même été rapporté être de près de 60% pour les jeunes, le pays est une poudrière prête à exploser. Tout ce qui manque, c'est juste des allumettes. C'est pourquoi le régime a peur que l'organisation d'une conférence nationale souveraine soit cet agent qui pourrait allumer le feu. Il doit donc prétendre contre toutes évidences, que tout va bien au Gabon. En agissant de cette manière obtuse, le régime continue à s'affaiblir. Par exemple, les élections législatives de 2011 ont vu le PDG au pouvoir recevoir 95% du total des sièges, mais ont été boycottés par 90% de la population et furent donc une farce. Comment un régime peut-il dire que tout va bien dans un pays où 90% de la population refuse de voter?

Le panorama international est aussi en train de changer. Même en Afrique, il y a de plus en plus la démonstration que les forces modérées démocratiques qui pratiquent la bonne gouvernance et les processus électoraux libres et équitables, peuvent prendre racine et réussir à s'implanter. Le paysage médiatique est en train de changer aussi, comme le démontre la popularité et le pouvoir réel de nouveaux outils tels que les réseaux sociaux qui aident à mobiliser les foules et à la propagation de messages dans toute la diaspora gabonaise et le reste du monde. La version officielle des événements n'est plus la seule voix. La voix du peuple se fait désormais entendre. Le modèle du dictateur dirigeant avec une poigne de fer, qui a été la méthode Bongo, est à contre le courant des événements. Il ne suffit plus pour le régime de paraître conciliant et de dire au peuple gabonais qu'il les comprenne et qu'il répondrait à leurs préoccupations. Il est temps pour le régime de faire ce que les gens veulent, et si les gens disent qu'Ali Bongo doit partir, ce n'est qu'une question de temps avant ce souhait devienne réalité.

Même si le régime ne veut toujours pas l'admettre, tout le monde sait que quelque chose a déjà changé au Gabon. C'est juste une question de temps avant ce qui n'est encore qu'un changement d'attitude et dans les têtes des gens, ne devienne le changement dans la rue. À l'heure actuelle, le régime pense encore que les récriminations de l'opposition et de la société civile libre, n'aboutiront pas à grand-chose. Ils pensent qu'ils n'ont pas à concéder quoi que ce soit tant qu'ils ont les forces de sécurité avec eux. Oui, nous savons que le régime pense que ce qui s'est passé en Tunisie et en Egypte ne peut se produire au Gabon. Il pense qu'il n'est pas dans l'intérêt de la France d'avoir un changement de régime au Gabon. Il pense que la population gabonaise est relativement apathique. Mais le régime sait aussi que le peuple gabonais a des exemples concrets prouvant qu'en Afrique, il est maintenant possible de changer un pays, de contester des dirigeants, de forcer un changement de régime, par la rue. Cela s'est produit récemment au Sénégal.

Le régime se trompe s'il ignore le fait que le peuple gabonais se réveille, s'il estime qu'il peut les rendormir. Cela ne signifie pas que le régime sera renversé demain. Mais ce qui est sûr, cependant, est que le vieux contrat social entre les dirigeants dictatoriaux et leurs populations captives n'a plus effet. Économiquement, socialement, et politiquement, les gabonais veulent des dirigeants qui peuvent les mener vers une nouvelle direction. Les méthodes du régime actuel n'atténueront pas ce nouveau désir pour une gouvernance efficace et ouverte. Ali Bongo est aujourd'hui considéré comme la cheville ouvrière de la stagnation du Gabon; par conséquent, si le pays doit changer, il doit être déposé!

Comments

Popular posts from this blog

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL

THE PARIS CLUB IS PURPORTED TO HAVE ISSUED A PAYMENT ULTIMATUM TO ALI BONGO, THUS THE IMF RECENT VISIT TO GABON. LE CLUB DE PARIS AURAIT LANCÉ UN ULTIMATUM DE PAIEMENT À ALI BONGO, D’OÙ LA RÉCENTE VISITE DU FMI AU GABON

AN INTERESTING ARTICLE ABOUR WHAT IS GOING ON IN GABON. UN ARTICLE INTERESSANT SUR CE QUI SE PASSE AU GABON