PRESS BRIEFING BY MISTER GERARD ELLA-NGUEMA. LE POINT DE PRESSE DE MONSIEUR GERARD ELLA-NGUEMA


Gerard Ella-Nguema (photo Gabonreview)




English version


Distinguished guests,
Ladies and gentlemen, journalists from the national and international press
Dear compatriots,

During the briefing I gave not too long ago at my home, I was mainly focused on the illegality of the Gabonese Democratic Party (PDG), the political formation to which belong the following people: Ali Bongo Ondimba, Guy Nzouba Ndama, Rose Francine Rogombé, Paul Biyoghe Mba, Guy Bertand Mapangou, Jean François Ntoutoume Emane, Raymond Ndong Sima et Jean François Ndongou, who are respectively, President of the Republic, President of the National Assembly, Senate President, President of the Economic and Social Council , President of the National Communication Council, Mayor of the Municipality of Libreville, Prime Minister and Minister of Interior.

On that occasion and in conclusion to my opening, I reported to have sent a correspondence on 12 June 2013 to the Minister of the Interior to report the illegal status of that party so he could decide immediately if its dissolution, at least its suspension of activities in the political life of our country.

Given the contemptuous silence observed by the latter, I had to, ladies and gentlemen, journalists from the national and international press, on August 14, 2013, through the office of Florentin Master Mba Menie, Bailiff of the courts of Libreville, ask him to answer via a summon, the following two questions:

1. Under which texts (provisional and final receipt) does the PDG continue to participate in the political life of the country, and what is the legal outlet in which any of these documents have been published?

2. In the likely event that these documents do not exist, why do you admit that this party continues to participate in national politics?

In response, ladies and gentlemen, journalists from the national and international press, Mr. Aimé Popa Nzoutsi Mouyama, Deputy Minister of the Interior, acting in place of the Minister of the Interior, curiously absent, expressed himself as follows:
"All this is only chat, it's crap, take us to court ..."
Then, in a threatening tone, he asked, without further ado, to this ministerial officer in the exercise of his functions, to vacate the premises.

Being convinced that this reaction is an implicit admission of the validity of our revelation, namely the illegality of the PDG, let me, ladies and gentlemen, journalists from the national and international press, to return briefly to that topic in order to explain it once and for all to those who, Gabonese and foreign citizens, would still arbor any doubt.

For this purpose, I would to remind all that it is Ordinance No. 13/68 of 13 March 1968, a legal document signed by Albert Bernard Bongo (the late Omar Bongo Ondimba) and published in the Official newspaper of the Republic of Gabon in June 1968, that the PDG was created, established as a single party system with the triptych motto "Dialogue, Tolerance, Peace."

Of lower legal value, this ordinancer violated the provisions of Article 4 of the Constitution in place since February 21, 1961, which enshrined the multiparty system, as well as those of Articles 4, 37 and 42 which, taken together, clearly indicated that political parties are formed freely and not by ordinance.

This violation of the Constitution thus made the PDG, ladies and gentlemen journalists from the national and international press, an anticonstitutional party and therefore simply illegal, illegal!

It was created by ordinance and not by an administrative declaration following the holding of a regular constituent assembly, as provided in Articles 8, 9 and 10 of Law No. 35/62 on associations, governing the matter of the constitution of political parties, this made it a party not legally constituted and therefore illegal.

Despite the manifest illegality, that party ruled Gabon with an iron fist from 1968 to 1990, while committing through its members, many economic and political crimes.

When our country returned to democracy, following the holding of the National Conference of March-April, 1990, Ordinance No. 13/68 became obsolete in principle and with it, the PDG its baby.

But curiously enough, ladies and gentlemen, journalists from the national and international press, although no longer existing legally, the single party PDG would continue with the same acronyms, logo and motto.

As such, the offending Ordinance No. 13/68 becomes doubly unconstitutional because not only violating the Constitution of 1961, but the current one of 1991 which enshrined the return to multiparty and pluralistic democracy.

From this undisputed and indisputable illegality of the PDG, come two major consequences:

The first is that all members of that party currently holding elective office on its behalf, in the Presidency of the Republic, in parliament and local councils, are in a position of political imposture and should not wait for the sovereign people to ask them, they should resign.

The second consequence, which is related to the first, is that for the upcoming elections, including the locals scheduled for November 2013, the PDG cannot and must not submit lists or candidates.

Similarly, the Minister of the Interior, moreover already disqualified to organize the election and members of the Constitutional Court cannot, without risking being brought before the High Court of Justice, receive these lists.

Ladies and gentlemen, journalists from the national and international press, as shown in these predictable consequences, because of acts by the current power holders, Gabon is on the verge of an unprecedented political earthquake. Aware of their responsibilities in relation to what will inevitably happen, the members of this party have decided to not raise this issue. Hence the embarrassed response of the Delegate Interior Minister recalled above and the suggestion he made to us to take them to court.

But this Minister should fist tell us where is the Council of State, institution and jurisdiction that should take on this case but its headquarters located in the City of Democracy have been closed by the executive branch which plans to build a golf course and a racing track budgeted up to 3 billion 750 million CFA francs in the Finance Act 2013 under the rubric "transversal projects of the Presidency of the Republic." This is emergence ...

In all, awaiting the hypothetical reopening of the State Council, we now bring this scandalous litigation on the international diplomatic and legal scene accredited in our country (Equatorial Guinea, Cameroon, Congo and organizations such as ECAC , African Union). Thereafter we will take it directly to the French and American authorities and to the Diaspora.

Ladies and gentlemen, journalists from the national and international press, thanks for your understanding and please forgive me for the length of this statement.



Version Française


Distingués invités,
Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale,
Chers compatriotes,

Au cours du point de presse que j’avais tenu il n’y a pas longtemps à mon domicile, je m’étais essentiellement appesanti sur l’illégalité du parti démocratique gabonais(PDG), formation politique dont sont issus Madame et Messieurs Ali Bongo Ondimba, Guy Nzouba Ndama, Rose Francine Rogombé, Paul Biyoghe Mba, Guy Bertand Mapangou, Jean François Ntoutoume Emane, Raymond Ndong Sima et Jean François Ndongou, respectivement Président de la République, Président de l’Assemblée Nationale, Président du Sénat, Président du Conseil Economique et Sociale, Président du Conseil National de la Communication, Maire de la Commune de Libreville, Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur.

A cette occasion et en conclusion de mon propos liminaire, j’avais indiqué avoir saisi par correspondance, le 12 juin 2013, le Ministre de l’Intérieur afin qu’il constate la situation d’illégalité de ce parti et prononce sans délai sinon sa dissolution, à tout le moins sa suspension d’activité de la vie politique de notre pays.

Compte tenu du silence méprisant observé par ce dernier, j’ai dû, Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale, en date du 14 Août 2013, par le truchement de l’étude de Maître Florentin Mba Menié, Huissier de justice près les juridictions de Libreville, lui demander de répondre par sommation interpellative aux deux questions suivantes :

1. En vertu de quels textes (récépissé provisoire et définitif) le PDG continue t-il de participer à la vie politique du pays, et dans quel journal d’annonces légales ces éventuels documents ont-ils été publiés ?

2. Dans l’hypothèse fort probable où ces documents n’existeraient pas, pourquoi admettez-vous que ce parti continue à prendre part à la vie politique nationale ?

En guise de réponse, Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale, Monsieur Aimé Popa Nzoutsi Mouyama, Ministre Délégué à l’Intérieur, agissant en lieu et place du Ministre de l’Intérieur, curieusement absent, s’est exprimé ainsi qu’il suit :
« Tout ceci n’est que de la tchatche, c’est du blabla ; emmenez-nous devant les tribunaux… »
Puis, sur un ton menaçant, il a demandé, sans autre forme de procès, à cet officier ministériel se trouvant dans l’exercice de ses fonctions, de vider les lieux.

Etant convaincu pour ma part que cette réaction constitue un aveu implicite de reconnaissance du bien fondé de notre révélation, à savoir l’illégalité du PDG, je me permets, Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale, d’y revenir succinctement afin de d’édifier une bonne fois pour toute ceux qui, Gabonais ou étrangers, auraient encore là-dessus le moindre doute.

A cet effet, je rappelle donc que c’est ordonnance n°13/ 68 du 13 Mars 1968, texte juridique signé par Albert Bernard Bongo (feu Omar Bongo Ondimba) et publié au journal officiel de la République gabonaise du mois de juin 1968, que le PDG a été créé, institué comme parti unique avec pour devise le triptyque « Dialogue, Tolérance, Paix ».

De valeur juridique inférieure, cette ordonnance contrevenait aux dispositions de l’article 4 de la Constitution alors en vigueur du 21 Février 1961, lequel consacrait le Multipartisme ; ainsi qu’à celles des articles 4, 37 et 42 qui, pris ensemble, indiquaient clairement que les partis politiques se forment librement et non par voie d’ordonnance.

Cette violation de la Constitution faisait de ce fait du PDG, Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale, un parti anticonstitutionnelle et donc tout simplement illégal, illégal !

Sa création par ordonnance et non par voie de déclaration administrative faisant suite à la tenue d’un congrès constitutif régulier, comme le prévoyaient les articles 8, 9 et 10 de la loi n°35/62 sur les associations régissant la matière de la constitution des partis politiques, en faisait par ailleurs un parti non légalement constitué et donc de surcroit illégal.

Malgré cette illégalité manifeste, ce parti a régné d’une main de fer sur le Gabon de 1968 à 1990, en commettant par ses membres interposés, maints crimes économiques et politiques.

Lorsque notre pays renoue avec la Démocratie, suite à la tenue de la Conférence Nationale de Mars-avril 1990, l’ordonnance n°13/68 devenait en principe caduque et avec elle, le PDG son bébé.

Mais fort curieusement, Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale, bien que n’existant plus juridiquement, le parti unique PDG va continuer avec les mêmes sigle, logo et devise.

Du coup, l’ordonnance n°13/68 incriminé devient doublement anticonstitutionnelle car violant non plus seulement la Constitution de 1961, mais aussi celle actuellement en vigueur de 1991 qui consacrait le retour à la Démocratie multipartite et pluraliste.

De cette illégalité incontestée et incontestable du PDG découle deux conséquences majeures :

La première est que, tous les militants de cette formation politique qui exercent actuellement des mandats électifs en son nom, à la Présidence de la république, au sein du parlement et des conseils locaux, sont en situation d’imposture politique et doivent sans attendre que le peuple souverain le leur demande, démissionner.

La seconde conséquence, qui est liée à la première, est que pour les élections à venir et notamment les locales programmées pour le mois de novembre 2013, le PDG ne peut ni ne doit présenter des listes ou des candidats.

De même, le Ministre de l’Intérieur, au demeurant déjà disqualifié pour organiser le scrutin et les membres de la Cour Constitutionnelle ne sauraient, sans risquer d’être traduits devant la Haute Cour de Justice, recevoir ces listes.

Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale, comme le montrent ces conséquences prévisibles, par le fait des tenants actuels du pouvoir, le Gabon est sur le point de vivre un séisme politique sans précédent. Conscients de leurs responsabilités par rapport à ce qui va inéluctablement arriver, les membres de ce parti se sont passés la consigne de ne point évoquer cette question. D’où la réponse embarrassée du Ministre Délégué à l’Intérieur ci-dessus rappelée et la suggestion qu’il nous a faite de saisir les tribunaux.

Mais ce Ministre aurait dû nous indiquer au préalable où se trouve le Conseil d’Etat, institution et juridiction compétente en l’espèce mais dont le siège sis à la cité de la démocratie a été fermé par l’exécutif qui a prévu y construire un terrain de golf et une piste de course automobile budgétisés à concurrence de 3 milliards 750 millions de francs CFA , la loi des Finances 2013 en fait foi dans la rubrique « projets transversaux de la Présidence de la République ». C’est ça l’émergence…

En tout, dans l’attente de l’hypothétique réouverture du Conseil d’Etat, nous portons désormais ce scandaleux contentieux sur la scène diplomatique et juridictionnelle internationale accréditée dans notre pays (Guinée Equatoriale, Cameroun, Congo ainsi que des organismes tels que la CEAC, Union Africaine). Par la suite nous saisirons directement les autorités politiques françaises, américaines ainsi que la diaspora.

Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale Merci pour votre compréhension et prière de m’excuser pour la longueur de ce propos liminaire.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI