THE JOURNALIST JONAS MOULENDA IS THREATENED; HIS TESTIMONY. LE JOURNALISTE JONAS MOULENDA EST MANACÉ; SON TÉMOIGNAGE

Jonas Moulenda (photo: Jonas Moulenda)





English version


Here is a testimony by Jonas Moulenda, a former journalist at the government newspaper "L’Union", who had to resign from that newspaper because his writings bothered some, and is currently in service to "Echos dui Nord", an independent newspaper in Gabon.


AFTER JOSEPH RENDJAMBE, MARTINE OULABOU, ME PROBABLY

I am informed that an evil plan of my killing was drafted Tuesday by undemocratic people embedded in the corridors of power. The information was given to me yesterday by a friend working for an intelligence service.

During our interview, he advised me to walk on eggs, my enemies seeking every opportunity to have me killed by death squads on the payroll of my detractors. This announcement was preceded on Monday afternoon by an anonymous phone call threatening me of death.

When I heard the news, I had an amused smile. "When cats begin to predict, rats begin to say," said my grandfather. Any serious politician would understand that in present day conditions of our country, murdering an opinion leader would be pouring oil into the fire.

Because our society has the seeds of a revolution such as those that did occur in Tunisia, Libya and Egypt. It is clear that the characters are like me are like Okoume trees, they never fall alone. Didn’t the murder of Joseph Rendjambe on May 23, 1990, unleash a storm that almost sweept Omar Bongo and all his regime apparatchiks?

The regime in power is vacillating. It would just take a storm for it to collapses like a house of cards. It therefore has an interest in not lengthen the list of its victims. Although African armies are still behind the regimes, defending their threatened interests, they are now learning to put themselves firmly behind the people determined to avenge their martyrs.

REVOLUTION IN GABON. The passivity demonstrated by the Gabonese people will reach its end one day. Who thought that one day that Tunisians, Egyptians and Libyans would take to the streets to oust their leaders who oppressed them for decades? It took a young man of 26 years old, Mohamed Bouaziz, to set himself on fire on December 17, 2010, to trigger the Arab Spring. Yet all came from very little.

The young unemployed survived by selling fruits and vegetables on the streets of Sidi Bouzid, in central Tunisia. However, even to be a peddler, a permit is required. He did not have one. The authorities seized his products. One of the officers who stopped him even slapped and spat on him.

After pleading his case in vain to the Governor, the young man decided to set himself on fire. His desperate act contributed to the uprising of the Tunisian people and his death set fire to the powder. Mohamed Bouazizi wanted to denounce injustice, it sparked a revolution. My family would be proud if my assassination became the spark for the much expected Gabonese revolution.

It is evident that by resigning from L’Union and joining Echos du Nord, which is far from being a newspaper that cater to the regime, I chose a more difficult path which leads to more risks and hardships rather than to be a slavish griot at the service of an egocentric power. I had to separate myself from people who are dear to me to live like an outcast in my own country.

I had to give up money and honor to live in poverty, as some patriots do. I stowed firmly on the side of the people to use my pen against the destroyers of the Republic, step by step, meter by meter, until we prevail.

We will only win by hardship, sacrifice and militant action. The struggle is my life. I will continue to fight for freedom until the end of my life, which some say is close. I will always be announced by the same consciousness.

Gabon belongs to all who live in it and no president can claim an authority that is not based on the will of the people. Our people have been deprived of freedom and interior peace by a form of government founded on injustice and inequality. Our country will never be either prosperous or free as long as all the people would not benefit from equal opportunities.

Only a democratic state based on the will of the people, can secure to all their natural rights regardless of ethnicity, gender, political party or religion. The lack of human dignity experienced by Gabonese people today is the direct result of the policies adopted by the Gabonese Democratic Party (PDG), in power since 1968.

Poverty and the destruction of family life have secondary effects. Children roam the streets of poor neighborhoods because their parents do not have the means to send them to school. This leads to a collapse of moral values, an exponential increase in juvenile delinquency and violence.

The Gabonese people want a fair share of Gabon, they want security and a landmark in the society. That is why I fight. My fight is really a national struggle. It is a struggle of the Gabonese people, inspired by their suffering and its own experience. It is a struggle for the right to live.

Power, which has become hereditary in our country, has made me a rebel, not because of what I do but because of what I stand for, what I think, because of my conscience. Can we wonder that such conditions make a journalist a freedom fighter, willing to take risks like the ones I have always taken?

MY IDEAL . There comes a time when, as in my life, existence is denied to a man, he is denied the right to live a normal life; a time where he can only lead a life of rebel because rulers have decided to use their power to impose this condition. I was led to this situation, and I do not regret the decisions I made.

Other youth will be led in this country, by the power of the rulers to follow the path that I took. I do not think my killing will divert conscious Gabonese youth from the path they think is right. History shows that political assassinations are not deterring people when their conscience is awakened.

I am willing to pay the highest price, even if I know the desperate situation of an orphaned Gabonese family. Freedom in my own country is the pinnacle of my ambitions. Nobody can turn me away from this belief. I am paying part of my tribute that I owe to our society.

Since the age of 15 years, I have dedicated myself to the struggle. I struggle against the domination of a clan that lingers in power. My greatest ideal is that of a free and democratic society in which all persons live in harmony with equal opportunities.

I hope to live long enough to reach it. But if necessary, it is an ideal for which I am prepared to die. After Joseph Rendjambe and Martine Oulabou, whom I salute the memory hereby; I may be the next victim on the list. I have no doubt that posterity will remember me as a man who has led a life worthy of his country.

Jonas Moulenda



Version Française


Voici un témoignage de Jonas Moulenda, ex journaliste du quotidien gouvernemental “L’Union”, qui dû démissionner de ce journal parce que ses écrits gênaient certains ; et actuellement en service à « Echos di Nord », un organe Gabonais indépendant.


APRES JOSEPH RENDJAMBE, MARTINE OULABOU, MOI PROBABLEMENT

JE suis informé qu’un plan machiavélique de ma mise à mort a été élaboré mardi par des antidémocrates tapis dans les arcanes du pouvoir. L’information m’a été donnée, hier, par un ami travaillant pour un service des renseignements.

Lors de notre entrevue, il m’a conseillé de marcher sur les œufs, mes ennemis cherchant la moindre occasion pour me faire assassiner par des escadrons de la mort à la solde de mes détracteurs. Cette annonce a été précédée, lundi après-midi, d’un coup de fil anonyme de menaces de mort.

A l’annonce de la nouvelle, j’ai esquissé un sourire amusé. « Quand les chats se mettent à prédire, les rats se mettent à dire », disait mon grand-père. Tout homme politique sérieux comprendrait que dans des conditions quotidiennes actuelles de notre pays, assassiner un leader d’opinion serait mettre de l’huile au feu.

Car, notre société comporte les germes d’une révolution comme celles enregistrées en Tunisie, en Lybie et en Egypte. Il est patent que des personnages de ma trempe sont comme des Okoumé; ils ne tombent jamais seuls. L’assassinat, le 23 Mai 1990, de Joseph Rendjambé n’avait-il pas déclenché une tempête qui a failli balayer Omar Bongo et tous les apparatchiks du régime ?

Le pouvoir en place est vacillant. Il suffit d’une tempête pour qu’il s’effondre, tel un château de cartes. Il a donc tout intérêt à ne pas rallonger la liste de ses victimes. Même si les armées africaines se sont toujours rangées derrière les dirigeants pour défendre leurs intérêts menacés, elles apprennent désormais à se mettre résolument derrière des peuples déterminés à venger ses martyrs.

REVOLUTION GABONAISE. La passivité dont fait montre le peuple gabonais atteindra son comble un jour. Qui a pensé un seul jour que les Tunisiens, les Egyptiens et les Libyens descendraient dans la rue pour chasser leurs dirigeants, qui les ont opprimés plusieurs décennies durant ? Il a fallu qu’un jeune homme de 26 ans, Mohamed Bouazizi, s’immole par le feu, le 17 décembre 2010, pour déclencher le printemps arabe. Pourtant, tout est parti de rien.

Le jeune chômeur survivait en vendant des fruits et légumes dans les rues de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie. Mais voilà, même pour être marchand ambulant, il faut une autorisation. Il n’en avait pas. Les autorités se sont donc emparées de ses produits. L’une des agents qui l’a interpellé l’a même giflé et lui a craché dessus.

Après avoir plaidé sa cause en vain auprès du gouverneur, le jeune homme s’est résolu à s’immoler par le feu. Son acte désespéré a contribué au soulèvement du peuple tunisien et sa mort a mis le feu aux poudres. Mohamed Bouazizi voulait dénoncer une injustice, il a déclenché une révolution. Ma famille serait fière que mon assassinat soit le déclic de la révolution gabonaise tant attendue.

Il est évident qu’en démissionnant de L’Union et en m’engageant à Echos du Nord, qui est un journal loin d’être tendre à l’égard du pouvoir, j’ai choisi une voie plus difficile et qui entraîne plus de risques et d’épreuves plutôt que d’être un griot servile au service d’un pouvoir égocentrique. J’ai dû me séparer des personnes qui me sont chères pour vivre comme un proscrit dans mon propre pays.

J’ai dû renoncer aux prébendes et aux honneurs pour vivre dans la pauvreté, comme le font certains patriotes. Je me suis rangé résolument du côté du peuple pour ferrailler de ma plume contre les fossoyeurs de la République, pas après pas, mètre après mètres jusqu’à ce que nous l’emportions.

Nous ne pourrons remporter la victoire que par les épreuves, le sacrifice et l’action militante. La lutte est ma vie. Je continuerai à combattre pour la liberté jusqu’à la fin de ma vie, que d’aucuns annoncent proche. Je serai toujours annoncé par la même conscience.

Le Gabon appartient à tous ceux qui vivent et aucun président ne peut revendiquer une autorité qui ne serait pas fondée sur la volonté du peuple. Notre peuple a été dépossédé de la liberté et de la paix intérieure par une forme de pouvoir fondé sur l’injustice et l’inégalité. Notre pays ne sera jamais ni prospère ni libre tant que tout le peuple ne bénéficiera pas d’une égalité de chances.

Seul un Etat démocratique, fondé sur la volonté du peuple, peut assurer à tous leurs droits naturels sans distinction d’ethnie, de sexe, de parti politique ou de religion. L’absence de dignité humaine que connaissent les Gabonais aujourd’hui est le résultat direct de la politique adoptée par le parti démocratique gabonais ( PDG), au pouvoir depuis 1968.

La pauvreté et la destruction de la vie familiale ont des effets secondaires. Les enfants errent dans les rues des quartiers défavorisés parce que leurs parents n’ont pas de moyens pour les envoyer à l’école. Cela conduit à un effondrement des valeurs morales, à une augmentation exponentielle de la délinquante juvénile et de la violence.

Les Gabonais veulent une part juste du Gabon; ils veulent la sécurité et un repère dans la société. C’est pour cela que je combats. Ma lutte est vraiment une lutte nationale. C’est une lutte du peuple gabonais, qu’inspirent ses souffrances et sa propre expérience. C’est une lutte pour le droit de vivre.

Le pouvoir, devenu héréditaire dans notre pays, a fait de moi un rebelle non pas à cause de ce que je fais mais à cause de ce que je défends, de ce que je pense, à cause de ma conscience. Peut-on s’étonner que de telles conditions fassent d’un journaliste un combattant pour la liberté, prêt à prendre des risques comme ceux que j’ai toujours pris ?

MON IDEAL. Il vient un moment où, comme dans ma vie, on nie l’existence à un homme le droit de mener une existence normale, où il ne peut mener qu’une existence de rebelle parce que les gouvernants ont décidé d’utiliser leur pouvoir pour lui imposer cet état. J’ai été conduit à cette situation, et je ne regrette pas les décisions que j’ai prises.

D’autres jeunes seront conduits dans ce pays, par le pouvoir des gouvernants, à suivre le chemin que j’ai pris. Je ne crois pas que ma mise à mort détournera la jeunesse consciente gabonaise de la voie qu’elle croit juste. L’histoire montre que les assassinats politiques ne dissuadent pas les gens quand leur conscience est éveillée.

Je suis prêt à payer le plus lourd tribut, même si je connais la situation désespérée d’une famille gabonaise orpheline. La liberté dans mon propre pays est le sommet de mes ambitions. Personne ne peut me détourner de cette conviction. Je paie une partie de mon tribut que je dois à notre société.

Depuis l’âge de 15 ans, je me suis consacré à la lutte. Je lutte contre la domination d’un clan qui s’éternise au pouvoir. Mon idéal le plus cher est celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie avec des chances égales.

J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. Après Joseph Rendjambé et Martine Oulabou dont je salue ici la mémoire, ce sera peut-être moi la prochaine victime sur la liste. Je ne doute pas que la postérité retiendra de moi l’image d’un homme qui aura mené une vie utile pour son pays.

Jonas Moulenda

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT