AND WHEN WOULD THE CHANGE MENTALITY ASKING THAT A SINGLE FAMILY NO LONGER STAYS IN POWER FOR 50 YEARS OCCUR? ET LE CHANGEMENT DE MENTALITÉ VOULANT QU’UNE MÊME FAMILLE NE RESTE AU POUVOIR PENDANT 50 ANS, C’EST POUR QUAND?

Sylvia Bongo (photo: Le Gri-gri International)



English version


In an interview published in the Gabonese government daily L'Union, Sylvia Bongo, the wife without formal government assignment of Ali Bongo, gave her views on Gabon and her actions in what she sees as efforts to improve the lot of the Gabonese people. In this interview the content of which was altogether predictable, there is a sentence that caught our attention; it is the following:


"We must, however, never tire to educate, challenge, remind, to stand up for what is right and good for society"


When we read such things from Sylvia Bongo, it is reasonable to ask whether in Gabon things are not turned on their head! How can there be such hypocrisy as to believe that the problem in Gabon is that the people refuse to go in the direction of justice and equality as advocated by Sylvia Bongo, her family and relatives? How can a member of the Bongo family come, shamelessly, asking the Gabonese people to change their mentality without first making that vow in her own family which has been plundering Gabon for nearly 50 years now?


The change of mentality, what is it?


The word “mentality" is the summation of the mental abilities of a person , allowing them to think in general with defined characteristics in relation to their environment, education , geographical or historical space and time. There is an individual mentality and a group of individuals forming a society or a nation generates a collective mentality. Sociologists say that attitudes are changing (good or bad) and it is in this sense that the phrase change of mentality is often used. Change is the transition from one state to another. Generally, in popular speech, when talking about change of mentality, what is expressed is a positive development of a person or group of persons from one obtuse mentality towards a more open attitude to progress. But in the case of Gabon, is Sylvia Bongo in a position to demand a change of mentality in Gabon?


Dear readers, we will not push our opinion on the matter upon you, but we'll let you scrutinize the following facts by Sylvia Bongo and family, facts which are verifiable and verified, and these should lead you to the conclusion that imposes itself:


1. Can Sylvia Bongo talk about values and the need for a change of mentality in Gabon when we all know that not too long ago, it made headlines in the French press when using her American Express Centurion card for expenses amounting to a total of € 926,000, almost 700 million CFA francs, by buy luxury items from Hermès and Van Cleef & Arpels. This expense is only the tip of a huge financial iceberg. Who should change their mentality, Sylvia Bongo who spends on the Place Vendome, the Gabonese taxpayer money, or our poor mothers who are struggling in Gabon to make ends meet with meager revenues?


2. Can Sylvia Bongo talk about values and the need for a change of mentality in Gabon when we all know that her father has become the number one insurer in Gabon through his marital relationship with the daughter of Omar Bongo! The father married the daughter of Omar Bongo and the daughter married the son of Omar Bongo. It's a tight knit! The father insurer, following the accession of Ali Bongo to the Presidency is called in some French business circle, the President of Gabon, so we are told by La Lettre du Continent. This same father insurer is now a large trader of Gabonese oil. Who should change their mentality, Sylvia Bongo who bathes in a family environment where the looting of Gabon is the golden rule or our poor students and teachers who drag the devil by the tail?


3. Can Sylvia Bongo talk about values and the need for a change of mentality in Gabon when we all know that no long ago, she did everything in her power to get for the account of her husband and sponsors of ritual crimes, the citizen march planned by the Gabonese people. Meanwhile, scheduled to take place in parallel of that march for sponsors, the event hosted by free Gabonese citizens against ritual crimes was crushed by the repressive forces of the regime headed by none other than the husband of Sylvia Bongo. Who should change their mentality, Sylvia Bongo who is married to someone whose repressive forces prevent the free and democratic expression, or the free Gabonese people who are systematically placed under arrest at the slightest hint of expression on their freedom of conscience in the public square?


4. Can Sylvia Bongo talk about values and the need for a change of mentality in Gabon when we all know that her husband did access power in 2009 in absolutely corrupt and brutal conditions. Who should change their mentality, Sylvia Bongo who is married to a dictator whose repressive forces did not hesitate to shoot free Gabonese people in Port-Gentil, or the victims of these bullets?


Dear readers, who is the Gabonese person in full possession of their mental faculty who could say that Sylvia Bongo educates, challenges and takes a stand for what is right in the Gabonese society? She lives in an environment that until now has demonstrated one thing: its inability to modernize and move away from the enriching udder of the state, establishing a de facto kingdom. When would the arbitrary and dictatorial mentality of the Bongos change?



Version Française


Dans une interview parue le quotidien gouvernemental gabonais L’Union, Sylvia Bongo, l’épouse sans attribution officielle d’Ali Bongo, a livré ses opinions sur le Gabon et son action dans ce qu’elle considère être des efforts pour améliorer le sort des Gabonais. Dans cette interview au contenu somme toute prévisible, il y a une phrase qui a retenu notre attention; c’est la suivante:


«Il ne faut, en revanche, pas se lasser de sensibiliser, d’interpeller, de rappeler, de prendre position pour ce qui est juste et bénéfique pour la société»


Quand on lit des choses pareilles, venant de Sylvia Bongo, on est en droit de se demander si au Gabon on ne marche pas sur la tête! Comment peut-on pousser l’hypocrisie jusqu'à estimer que le problème au Gabon soit que les Gabonais refusent d’aller dans le sens de la justice et de l’égalité telle que prônées par Sylvia Bongo, sa famille et les leurs? Comment un membre de la famille Bongo peut-il venir, toute honte bue, demander aux Gabonais de changer de mentalité sans commencer par faire ce vœu au sein de sa propre famille qui pille le Gabon depuis bientôt 50 ans?


Le changement de mentalité, qu’est-ce que c’est ?


Le mot « mentalité » représente la sommation des capacités mentales d’une personne, lui permettant d’avoir une pensée globale ayant des caractéristiques définies par rapport à son environnement, son éducation, son espace géographique ou historique, et son temps. Il y a la mentalité individuelle et un ensemble d’individus formant une société ou un peuple génère une mentalité collective. Les sociologues disent que les mentalités évoluent (en bien ou en mal) ; c’est en ce sens qu’on parle souvent de changement de mentalité. Le changement état le passage d’un état à un autre. Généralement, dans l’élocution populaire, quand on parle de changement de mentalité, on veut exprimer une évolution positive d’une personne ou d’un groupe de personnes d’une mentalité obtuse vers une mentalité plus ouverte au progrès. Mais dans le cas du Gabon, Sylvia Bongo est-elle en position d’exiger un changement de mentalité aux Gabonais?


Chers lecteurs, nous n’allons pas vous imposer nos avis sur la question, mais nous vous laisserons scruter ces faits de Sylvia Bongo et famille, vérifiables et vérifiés, qui devraient vous conduire à la conclusion qui s’impose d’elle-même:


1. Sylvia Bongo peut-elle parler des valeurs et de la nécessité d’un changement de mentalité au Gabon quand nous savons tous qu’il n’y a pas longtemps, elle a défrayé la chronique de la presse française en utilisant sa carte American Express Centurion pour des dépenses s’élevant à un total de 926000 €, près de 700 millions de francs CFA, chez Hermès et Van Cleef & Arpels. Cette dépense n’est que la pointe d’un immense iceberg financier. Qui doit changer de mentalité, Sylvia Bongo qui va sur la Place Vendôme claquer l’argent du contribuable Gabonais ou nos pauvres mères qui se battent au Gabon pour joindre les deux bouts avec une maigre popote?


2. Sylvia Bongo peut-elle parler des valeurs et de la nécessité d’un changement de mentalité au Gabon quand nous savons tous que son père est devenu le numéro un des assureurs au Gabon par le truchement de sa relation matrimoniale avec la fille d’Omar Bongo ! Le père épouse la fille d’Omar Bongo et la fille épouse le fils d’Omar Bongo. Ça fait un tricotage bien serré! Ce père assureur, suite à l’accession d’Ali Bongo à la présidence est appelé dans certains milieux d’affaire français, M. le Président du Gabon, nous apprend la Lettre du continent. Ce même père assureur est désormais grand négociant en pétrole gabonais. Qui doit changer de mentalité, Sylvia Bongo qui baigne dans un environnement familiale où le pillage du Gabon est la règle d’or, ou nos pauvres étudiants et enseignants qui tirent le diable par la queue?


3. Sylvia Bongo peut-elle parler des valeurs et de la nécessité d’un changement de mentalité au Gabon quand nous savons tous qu’il n’y a pas longtemps, elle a fait des mains et des pieds pour récupérer au compte de son époux et des commanditaires des crimes rituels la marche citoyenne prévue par les Gabonais. Parallèlement prévue de se tenir en marge de sa marche des commanditaires, la manifestation des citoyens Gabonais libres contre les crimes rituels a été écrasée par les forces de répression du régime dont le chef n’est autre que l’époux de Sylvia Bongo. Qui doit changer de mentalité, Sylvia Bongo qui est mariée à quelqu’un dont les forces de répression empêchent l’expression libre et démocratique, ou les Gabonais qui sont systématiquement mis aux arrêts à la moindre velléité d’expression de leur liberté de conscience sur la place publique?


4. Sylvia Bongo peut-elle parler des valeurs et de la nécessité d’un changement de mentalité au Gabon quand nous savons tous que son époux accède au pouvoir en 2009 dans des conditions absolument frauduleuses et brutales. Qui doit changer de mentalité, Sylvia Bongo qui est mariée à un dictateur dont les forces de répression n’hésitent pas à tirer sur les Gabonais libres à Port Gentil, ou les victimes de ces balles ?


Chers lecteurs, quel est ce Gabonais en pleine possession de ces moyens mentaux qui pourrait nous affirmer que Sylvia Bongo sensibilise, interpelle et prend position pour ce qui est juste dans la société gabonaise? Elle qui vit dans un milieu qui jusqu’aujourd’hui n’a démontré qu’une chose: son incapacité à se moderniser et s’éloigner de la mamelle enrichissante de l’Etat, en instaurant une royauté de fait. La mentalité arbitraire et dictatoriale des Bongo, elle change quand?

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>