THE LETTER OF GUY NANG BEKALE TO A FRIEND; A MUST READ! LA LETTRE DE GUY NANG BEKALE À UN AMI; À LIRE ABSOLUMENT !

Guy Nang Bekale (photo GNB)



English version


This is a letter to a friend, published by the Gabonese intellectual Guy Nang Bekale, which while very personal in nature, also instruct us on so many levels about the problems facing Gabon today. This letter was published on his blog “L’Autre Gabon”.



LETTER TO MY BROTHER AND FRIEND ... O JEAN MBINA CHRIST: FOR SO LITTLE!


BY GUY NANG-BEKALE, DOCTOR IN POLITICAL SCIENCE


Dear... You whose nickname is “Gabonese Patriot " I am writing to inform you of what we live in Gabon, in the province of Moyen-Ogooué, especially Lambaréné.


As you know, the province is at a kind of crossroads.


Travelers leaving from Libreville to go south, north and everywhere in the country go through the Moyen-Ogooué. Some fork by Bifoun toward Ndjolé and later in Woleu, Ogooué-Ivindo, Haut-Ogooué, Ogooué-Lolo ... Others continue by Lambaréné toward Nyanga and Ngounié.


For many years, Lambaréné suffers from all ailments common to all cities that have such a geographic position.


The population of the city is continuing to grow because of a strong influx of compatriots from other parts of the Republic. This phenomenon was accentuated and made chaotic by corrupt politicians who, to ensure their power and domination, favored that movement in order to form a captive electorate, instead of giving the newcomers a normal place in the city.


It is the politicization of the changing demographics of the city that perpetuates an abject system that makes electoral victories always in favor of the same community interest groups.


My dear Mbina, I am talking to you so you to make the people of Lambaréné and elsewhere understand that they need to change behavior and attitudes to restore Lambaréné’s normal multi-ethnic character, where all language communities must live in harmony freely participating in the progress of their place of living.


I write to you also because, as you are a journalist, the national political news is dominated, as you know, by the next local elections. And, of course, the powerful politicians of the city are preparing for this competition and already organizing for battle.


As you know, they all move in the same category as the rest of all the candidates of their political aisle in power for decades across the country and who do not want to let go and withdraw from local politics to make room for the young.


The making of a biometric electoral register will not change behaviors, habits and practices of these politicians who make every effort to continue to dominate, without sharing, the country social life.


Mbina, poverty is not a vice, but it is better to be poor than rich dishonestly, because, as someone said , " the money earned dishonestly is venom."


It is with this venom that the Gabonese people have been dominated for this long. Like other citizens, I went to register in Lambaréné last weekend. What I saw was appalling. There is something of a race, a competition around the operation known as enrollment between local politicians and their political affiliates who are future candidates for local councils.


The two districts of the city abound with voters , a new craze that surprises many locals and is due to a vast movement of transport of voters from Estuaire, Ogooué-Maritime and elsewhere.


I was surprised to see compatriots from other provinces enlist in Lambaréné. To the question "which neighborhood you live in? And in which precinct do you usually vote? "They were unable to respond due to their ignorance of the city.


Some confessed that they were transported by buses in anticipation of their voting in Lambaréné, in exchange for a sum of money.


To better enslave a people, they must first be impoverished!


Lambaréné is the place for all excesses: ritual crimes, fetish, Masonic cults, witchcraft and vampirism, betrayal, rape, theft and misuse of public funds, corruption, contempt and arrogance, abuse of power and position etc...


Obviously, a poor candidate can never put in place an operation of this type, only the holders of enormous financial resources can rent buses, bribe young girls and boys for electoral "loyalty" in order to win the election.


Dear Mbina, can you tell me the joy and pleasure a balanced Being can feel after winning an election with the help of people who are not their constituency?


How can victory be celebrated without glory?


A famous French author once said that to win without risk is to triumph without glory, and who can live in infamy is unworthy of life. What do you think of that brother?


Our party, the Gabonese Socialist Union (USG), which supports the work of the Head of State, does not have the means to participate in this election. This is no longer the time when its founder had the funds, but also a huge talent and intelligence, to conduct political actions that benefited the USG, the Omar regime and the country.


At that time, the USG of Dr. Serge Mba Bekale had "oil (funds) and ideas (knowledge)." Today, the USG has only patriotic ideas and strong convictions. It is not dead and it will always have a place in Gabon, however small it may be.


We owe the introduction of biometrics in the Gabonese electoral system to Pierre Mamboundou, the charismatic president of the UPG, rest his soul.


Currently , the application of this process shows that electoral transparency is remote. Biometrics will only have the effect of "legitimizing" electoral fraud. Those who move Gabonese citizens from a district to another state that it is legal for a citizen to vote wherever they want. This is true, and understandable for the presidential election. But my brother, local elections, which extend in senatorial elections, are elections of proximity. It is local residents who give power to some individuals to manage their common affairs. It has nothing to do with voters who have no ties to the community.


How can a person born in Lambaréné, in Mouila, in Makokou or anywhere else, where they have their house, their parents, the graves of their grandparents, their past and their moral and material interests, who must choose leaders of their common property, could be asked to enroll in another locality to vote those responsible people for that community?


Mbina, it must be asked to these citizen-voters who transported, to vote according to their conscience and their choice.


My dear friend, Gabon is done for because people of little conscience and of little value have taken it hostage with the help from abroad. These people are basically selfish and evil. They only care about their bank accounts and their personal interests. They would use all political ploys, they are lavish, impure and users of perjury.


Believing themselves to be immortal, they are only mortals with thirst for honors and wealth.


My brother, avoid them! Remain poor, worthy and honest. Never be a rich man infamous and diabolical!


Coaches have poured hundreds of people in Lambaréné for enrollment. It is very saddening that people assumed to have probity behave like asses.


People who cheat at 50-60 years old have been cheating since their youth. They did in their games, their education, their profession, their homes etc.


My brother, I 'm writing to strengthen you in the painful course of action and life we have chosen.


Do never change, remain a worthy man, hang on to your freedom, believe with all your heart, with all your soul, but without excess, to God: the Lord refuses any excess.


Love who loves you and forgive those who hate us, read Ecclesiastes, this wonderful and sublime text of King Solomon, Hiram’s friend, builder of the Temple, and remember that among the seven days of the week, each of us has his own: his last.


Avoid being a slave to money, honors, and sex. Look inward to reconcile with the divine who is living in your depths, despise the trappings of the world and remember that the future existence after life on earth is longer than our ephemeral way down here and that it is the only enrollment that lasts forever.


The enlisting in the halls of Lambaréné center and Isaac were under the remote control of gurus in the shadows. The mobile phones did greatly contribute to that.


Remember Mbina, together we have many times dreamed and wept over Gabon, Africa and black people.


After slavery of the West, here we are slaves to ourselves, slaves of us.


O Mbina God is wonderful! He made light and darkness, man and woman, life and death to educate and prepare us to the realities that will be after death.


For this reason, those who are still alive owe to those who are dead some recognition in paying to their good works a lasting tribute.


If one day, a pantheon, this monument reserved for great men of a nation, is created in Gabon, some names should be selected to be included.


After more than 50 years of independence, we are facing the same difficulties. Gabon is one of the countries in the world where the devil (evil) has decided to live.


The country suffers from lack of love and brotherhood between its people who behave as if they were waiting for aliens to come do what they themselves have to do.


Laziness, the festive, enjoyable and easy culture has replaced the rigor, discipline and hard work necessary to build a better collective future.


The free, fair and transparent elections have become, for the people, a distant dream, an unattainable luxury.


Democracy is foreign and does not hold in the Negro States. Democracy without democrats is merely the mortality of values and a slaughterhouse of men.


In the past, as now, all the progress made by humanity for freedom and democracy have crushed their authors. There was never any progress, democracy and freedom without bloodshed, which is the price and the exchange for these values. Liberty, Equality, Fraternity and Human Rights bequeathed to humanity by the French Revolution rolled down again and again with the blood of brave democrats republicans, among them Robespierre , Danton , Blanqui , Desmoulins and many others.


Mbina , we are custodians of values built and made up elsewhere, we do not understand their essence and therefore we are not able to conceptualize and apply them. This does not mean that we must die idiots, but it means that we must participate, without hatred and passion, along with serious and fellow Patriots, in the positive and gradual change in our country.


Bro, you and I are too old and tired after so much energy and effort wasted on poor results and progress.


It is our responsibility to tell the younger generation to participate in any project that would bring a minimum of hope...


Since these people of little anger merely content themselves with little.


At our age, Jean Christ Mbina, we have to wait for the precious and ultimate appointment with the great beyond, by educating our youth and in living in advance our future glory, acquired at the cost of knowledge of God, and the pain experienced.


"Man is an apprentice and pain is his master and no one knows onself if they have not suffered..."


Dearest brother and friend, if it is given to me, I'll write to you again to tell you what I have lived in our country: torture, humiliation, imprisonment, deprivations, contempt and insults ...


I await your return mail to my new email address (guynang.bekale @ gmail.com) and your phone call at the usual number.


Do not say anything precious on the telephone, because, as you know, our conversations could be heard by the people who watch day and night, on the security of the Republic and on miscreants like us.


Be well and may God keep you and bless you.


Although we seem to have lost everything, we still have Liberty and Love acquired in the suffering and deprivation wich are inaccessible sanctuaries.


Sincerely yours, fraternally.


See you soon.




Version Française


Voici une lettre à un ami, publié par l’intellectuel Gabonais Guy Nang Bekale, qui, bien que très personnelle de nature, nous instruit aussi à de nombreux niveaux sur les problèmes auxquels est confronté le Gabon aujourd'hui. Cette lettre a été publié sur son blog "L'Autre Gabon".




LETTRE A MON FRERE ET AMI...O JEAN CHRIST MBINA : POUR SI PEU !


PAR GUY NANG-BEKALE, DOCTEUR D'ETAT EN SCIENCES POLITIQUES


Très Cher...Toi dont le surnom est « Patriote Gabonais », je t’écris pour t’informer de ce que nous vivons au Gabon, dans la province du Moyen-Ogooué, en particulier à Lambaréné.


Comme tu le sais, la Province est située à une sorte de carrefour.


Les voyageurs qui partent de Libreville pour se rendre au Sud, au nord et un peu partout à l’intérieur du pays passent par le Moyen-Ogooué. Les uns bifurquent par Bifoun vers Ndjolé et plus loin dans le Woleu, l’Ogooué-Ivindo, le Haut-Ogooué, l’Ogooué-Lolo... Les autres continuent par Lambaréné pour la Nyanga et la Ngounié.


Depuis de nombreuses années, Lambaréné souffre de tous les maux communs à toutes les villes qui ont cette position géographique.


La population de la ville est en croissance continue par un fort afflux des compatriotes en provenance des autres parties de la République. Ce phénomène a été accentué et rendu anarchique par des politiciens véreux qui, pour assurer leur puissance et leur domination, ont favorisé ce mouvement pour constituer un électorat captif, au lieu de donner aux arrivants une place normal dans la ville.


C’est cette politisation de l’évolution démographique de la ville qui perpétue un système abject qui fait que les victoires électorales sont toujours en faveur des mêmes groupements d’intérêts communautaires.


Mon cher Mbina, je t’en parle pour que tu fasses comprendre aux gens de Lambaréné et d’ailleurs qu’il faut changer de comportement et de mentalité pour redonner à Lambaréné son caractère pluriethnique normal, où toutes les communautés linguistiques doivent vivre en harmonie en participant librement au progrès de leur lieu de vie.


Je t’écris aussi, toi qui es journaliste, par ce que l’actualité politique nationale est dominée, comme tu le sais, par les prochaines élections locales. Et, bien entendu, les puissants hommes et femmes politiques de la ville se préparent à cette compétition et fourbissent déjà leurs armes.


Comme tu le sais, ils évoluent tous dans la même catégorie, comme du reste tous les candidats de leur bord politique qui sont au pouvoir depuis des décennies à travers le pays et qui ne veulent pas lâcher prise et se retirer de la vie politique locale pour laisser la place aux jeunes.


La confection d’un fichier électoral biométrique ne changera rien aux comportements, aux habitudes et aux pratiques de ces politicards qui mettent tout en œuvre pour continuer à dominer, sans partage, la vie sociale du pays.


Mbina, pauvreté n’est pas vice, mais il est préférable d’être pauvre, que riche de façon malhonnête, parce que, comme disait quelqu’un, « l’argent gagné malhonnêtement est un venin ».


C’est avec ce venin que les gabonais sont dominés depuis longtemps. Comme les autres citoyens, je me suis fait enregistrer à Lambaréné le week-end dernier. Ce que j’y ai vu est effroyable. Il y a comme une course de vitesse, un concours autour de l’opération dite d’enrôlement, entre les politiciens locaux et leurs filleuls politiques, futurs candidats aux conseils locaux.


Les deux arrondissements de la ville, surabondent d’électeurs, un engouement inédit qui surprend plus d’un riverain et qui est dû à un vaste déplacement d’électeurs transportés de l’Estuaire, de l’Ogooué Maritime et d’ailleurs.


J’ai été surpris de voir des compatriotes des autres provinces se faire enrôler à Lambaréné. A la question « vous habitez quel quartier ? et à quel bureau avez-vous l’habitude de voter ? », ils étaient incapables de répondre par méconnaissance de la ville.


Certains avouaient qu’ils avaient été transportés par autocars en prévision de leur vote à Lambaréné moyennant une somme d’argent.


Pour mieux asservir un peuple, il faut d’abord l’appauvrir !


Lambaréné est le lieu de tous les excès : crimes rituels, fétichisme, sectes maçonniques, sorcellerie et vampirisme, délation, viols, vols et abus de biens sociaux, corruption, mépris et arrogance, excès de pouvoir et de position etc.


A l’évidence, un candidat pauvre ne peut jamais mettre en place une opération de ce type, seuls les détenteurs d’énormes moyens financiers peuvent louer des autobus, soudoyer les jeunes, filles et garçons, pour "fidéliser" un électorat en vue de gagner l’élection.


Cher Mbina, peux-tu me dire quelle joie et quel plaisir un Etre équilibré peut ressentir, après avoir gagné les élections avec le concours des personnes qui ne sont pas de sa circonscription ?


Comment peut-on fêter une victoire sans gloire ?


Un illustre auteur français avait dit qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire et, qui peut vivre infâme est indigne du jour. Qu’en penses-tu mon frère ?


Notre parti, l’Union Socialiste Gabonaise (USG) qui soutient l’action du chef de l’Etat n’a pas les moyens pour participer à cette élection. Ce n’est plus l’époque où son fondateur avait les fonds, mais surtout un talent et une intelligence immense, pour conduire des actions politiques qui ont profité à l’USG, au régime d’Omar et à tout le pays.


A l’époque, l’USG du Docteur Serge Mba Bekale avait « le pétrole (les fonds) et les idées (le savoir faire) ». Aujourd’hui, l’USG n’a plus que des idées et des convictions patriotiques fortes. Elle n’est pas morte et elle aura toujours une place au Gabon, si minime soit-elle.


Nous devons l’introduction de la biométrie dans le système électoral gabonais à Monsieur Pierre Mamboundou, charismatique président de l’UPG, paix à son âme.


Présentement, l’application de ce processus démontre que la transparence électorale est lointaine. La biométrie n’aura pour effet que de « légitimer » la fraude électorale. Ceux qui déplacent les gabonais d’une circonscription à une autre affirment qu’il est légal qu’un citoyen vote où il veut. Cela est vrai, et compréhensible pour l’élection présidentielle. Mais mon frère, les élections locales, qui se prolongent en sénatoriales, sont des élections de proximité. Ce sont les habitants de la localité qui donnent le pouvoir à certains riverains pour gérer leurs affaires communes. Ca n’a rien à voir avec les votants qui n’ont aucune attache à la localité.


Comment un individu né à Lambaréné, à Mouila, à Makokou où ailleurs, où il a sa maison, ses parents, les tombes de ses grands parents, son passé et ses intérêts matériels et moraux qui doit choisir les responsables de leur biens communs, peut-il être amené à s’inscrire dans une autre localité pour voter les responsables de cette dernière ?


Mbina, il faudrait demander à ces citoyens-électeurs transportés de voter selon leur conscience et leur choix.


Mon cher ami, le Gabon est foutu par ce que les gens de peu de conscience et de peu de valeur l’ont pris en otage avec la complicité de l’étranger. Ces gens sont foncièrement égoïstes et diaboliques. Ils ne se soucient que de leurs comptes bancaires et de leurs intérêts personnels. Ils sont rompus à tous les bas stratagèmes politiques, ils sont grandiloquents, impurs et parjures.


Se croyants immortels, ils ne sont que des mortels, assoiffés d’honneurs et de biens.


Mon frère, évite-les ! Reste pauvre, digne et honnête. Ne sois jamais un riche, infâme et diabolique !


Les autocars ont déversé des centaines de personnes à Lambaréné pour enrôlement. C’est très affligeant de constater que les personnes supposées valables se comportent comme des peignes culs.


Les personnes qui fraudent à 50-60 ans trichent depuis leur jeunesse. Ils l’ont fait dans leurs jeux, leurs études, leur profession, leur foyer etc.


Mon Frère, je t’écris pour te conforter dans la douloureuse ligne de conduite et de vie que nous avons choisie.


Ne change jamais, demeure un homme digne, accroche-toi à ta liberté, crois de tout ton cœur, de toute ton âme, mais sans excès, à Dieu : le seigneur refuse tout excès.


Aime qui t’aime et pardonne à ceux qui nous détestent, lis l’ecclésiaste, ce merveilleux et sublime texte du Roi Salomon, l’ami de Hiram, bâtisseurs du Temple et souviens-toi que parmi les 7 jours de la semaine, chacun de nous a le sien : son dernier.


Evite d’être esclave de l’argent, des honneurs et du sexe. Rentre en toi pour t’accorder avec le divin qui est vivant dans tes tréfonds, méprise les apparats du monde et retiens que l’existence à venir, après la vie sur terre, est plus longue que notre éphémère passage ici bas et que, c’est le seul enrôlement qui dure éternellement.


L’enrôlement aux mairies de Lambaréné centre et d’Isaac étaient sous contrôle à distance par des gourous tapis dans l’ombre. Les téléphones portables y ont largement participé.


Souviens-toi Mbina, qu’ensemble nous avons moult fois rêvé et pleuré sur le Gabon, l’Afrique et le noir.


Après l’esclavage de l’occident, nous voilà esclaves de nous-mêmes, esclaves des nôtres.


Ô Mbina, Dieu est merveilleux ! Il a fait la lumière et les ténèbres, l’homme et la Femme, la vie et la mort pour nous éduquer et nous préparer aux réalités qui seront après la mort.


Pour cette raison, ceux qui sont encore vivants doivent à ceux qui sont morts la reconnaissance en rendant à leurs bonnes œuvres un perpétuel hommage.


Si un jour, un Panthéon, ce monument réservé aux grands hommes d’une nation, est créé au Gabon, certains noms devraient être sélectionnés pour y figurer.


Après plus de 50 ans d’indépendance, nous sommes confrontés aux mêmes difficultés. Le Gabon est l’un des pays au monde où le diable (le mal) a élu domicile.


Le pays souffre par manque d’amour et de fraternité entre ses habitants qui se comportent comme s’ils attendaient que des extra terrestres viendront faire ce qu’ils ont à faire.


La paresse, la culture festive, jouissive et la facilité ont remplacé la rigueur, la discipline et l’ardeur au labeur indispensables à la construction d’un avenir collectif meilleur.


Les élections libres, propres et transparentes sont devenues, pour les populations, un rêve lointain, un luxe inaccessible.


La démocratie est étrangère et n’a aucune emprise dans les Etats nègres. Démocratie sans démocrates n’est que mortalité des valeurs et abattoir d’hommes.


Dans le passé comme aujourd’hui, tous les progrès faits par l’humanité en matière de liberté et de démocratie écrasent leurs auteurs. Il n’y a jamais eu de progrès, de démocratie et de Liberté sans effusion du sang, qui est le prix et la contre partie de ces valeurs. La Liberté, l’Egalité, la Fraternité et les Droits de l’homme légués à l’humanité par la Révolution française ruissèlent encore et toujours du sang des vaillants démocrates républicains, au rang desquels Robespierre, Danton, Blanqui, Desmoulins et de nombreux autres.


Mbina, nous sommes dépositaires des valeurs bâties et confectionnées ailleurs, nous n’en comprenons pas l’essence et par conséquent, nous ne sommes pas capables de les conceptualiser et de les appliquer. Cela ne signifie nullement que nous devons mourir idiots, mais cela signifie que nous devons participer, sans haine et passion, en compagnie des compatriotes sérieux et patriotes aux changements positifs et graduels de notre pays.


Frérot, toi et moi sommes trop vieux et las, après tant d’énergie et d’efforts gaspillés pour des résultats et des progrès médiocres.


Il nous revient à dire aux jeunes générations de prendre part à tout projet qui porterait un minimum d’espoir…


Puisque que ces gens de peu de colère se contentent de peu.


A notre âge, Jean Christ Mbina, il nous reste à attendre le précieux et ultime rendez-vous de l’au-delà, en éduquant notre jeunesse et en vivant par avance notre gloire avenir, acquise au prix de la connaissance de Dieu, et des peines vécues.


« L’homme est un apprenti et la douleur est son Maitre et nul ne se connait s’il n’a pas souffert…».


Mon très cher Frère et Ami, si cela m’est donné, je t’écrirais encore pour te raconter ce que j’ai vécu dans notre pays : torture, humiliations, emprisonnement, privations diverses, mépris et injures…


J’attends ton courrier retour à mon nouveau mail (guynang.bekale@gmail.com) et ton appel téléphonique au numéro habituel.


Ne dis rien de précieux au téléphone, par ce que, comme tu le sais, nos conversations pourraient être écoutées par les gens qui veillent, nuit et jour, sur la sécurité de la république et sur les écorchés vifs comme nous.


Porte-toi bien et que Dieu te garde et te bénisse.


Même si nous semblons avoir tout perdu, il nous reste la Liberté et l’Amour acquis dans la souffrance et les privations qui sont des sanctuaires inaccessibles.


Bien à toi fraternellement.


A bientôt.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR