BUT HIS FATHER SAID THAT MONEY DID NOT LIKE NOISE! SON PÈRE DISAIT POURTANT QUE L’ARGENT N’AIMAIT PAS LE BRUIT !




English version


It is the London Sunday Times which first publish a very strange business story having at its center a Gabonese citizen. It was a secret business deal between the government of Guinea (Conakry) and a multinational company called Palladino Capital 2. This deal was for that company to lend about $25 million to Guinea, to finance the start-up of Guinea’s state mining company called Heritage. But as is often the case unfortunately in Africa, the cash allegedly disappeared and the terms of the secret contract included a clause which gives the lender, Palladino Capital 2, a 30 percent stake of Guinea’s mining assets. This is significant, because, Guinea’s new mining code gives 15 percent of all mining assets to Heritage, which in terms means Palladino Capital 2 now owns 8 percent of all Guinea mining operation, not bad for a $25 million investment, or about 12.5 billion CFA francs. This of course does not sit well with Guinean public opinion and independent observers who see this deal as another case of African assets being looted for the benefit of the connected few. However, for the Gabonese people, the story gets juicer because at the center of this deal, is a Gabonese citizen: Samuel Mébiame.


The same international press tells us, with facsimiles of documents to support this, that it is Samuel Mebiame who signed with his hand on behalf of the multinational Palladino Capital 2, the contract of 12.5 billion CFA francs with the Republic of Guinea. It tells us that Samuel Mebiame is about 42 years old, is Franco-Gabonese in nationality, and especially that he is the son of Leon Mebiame, former Prime Minister of Omar Bongo in Gabon, from 1975 to 1990. He had settled in South Africa for business. It appears, from the same press, that he made contact with Guinean politics in 2010, during the elections in Guinea. He he said to be a friend of Mohammed Condé, son of Alpha Condé and it was with Condé father and son that Samuel Mebiame met South African President Jacob Zuma and members of the intelligence services of that country to their seek financial and logistical support for the election. And as in politics or in business, nothing is done for nothing, it is alleged that in return, South Africa obtained to have a major role in the mines of Guinea, mainly the iron ore deposit of Simetou. The press presents Samuel Mebiame as a lobbyist, a matchmaker, a writer of contracts for a network of African policymakers, South African President Zuma, the President of Niger, the one of Guinea, Equatorial Guinea, in the Central African Republic, in Chad and in Gabon.


But once again, another African particularism, since the signing of that deal between Palladino and the government of Guinea, Mahmoud Thiam, a former Guinean Mines Minister has declared to the press that the 12.5 billion CFA francs was a bribe to Guinea President Alpha Condé by the South African Company, via Samuel Mebiame. It must be said that Mahmoud Thiam is now a political opponent of President Alpha Condé, and also is now an advisor for Mines and Petroleum of Ali Bongo. Ironically, the press also says that Samuel Mebiame had previous good relations with Ali Bongo, but because he supported the candidacy of Andre Mba Obame in 2009, this resulted in a falling out with Ali Bongo.


But the nebula thickens a little more, when the French media, Mediapart, reveals that Mahmoud Thiam and Samuel Mebiame know each other very well and have met in Miami in the United States in December 2012 , in a luxurious property that the media attributed to the Gabonese citizen. The two men met because they now have problems with Alpha Condé and as the enemy of my enemy is my ... from the account in Mediapart, they discussed how to end Alpha Condé reign. But the curious thing is that this conversation was entirely recorded, by whom? Who knows! To get whom? Who knows! Mediapart got that tape and put it on its site, where it can be listened to by everyone. In that recording , Mahmoud Thiam said that he had been betrayed by Alpha Condé to whom he claims to have given between 1 and 2 billion CFA francs for his election.


This case is ongoing and our compatriot Samuel Mebiame appears to be living dangerously. We will continue to monitor it and inform you whenever the occasion requires it.



Version Française


C'est le Sunday Times de Londres qui en premier publie une rocambolesque affaire de business avec en son centre, un citoyen gabonais. Il s’agit d’une affaire secrète entre le gouvernement de la Guinée (Conakry) et une multinationale appelée Palladino Capital 2. Ce deal consistait en un prêt de cette société pour environ 25 millions de dollars à la Guinée, pour financer le démarrage de l'entreprise minière d'État de la Guinée, appelée Héritage. Mais comme c'est souvent le cas malheureusement en Afrique, l'argent aurait disparu et les termes du contrat comportaient une clause secrète qui donnerait au prêteur, Palladino Capital 2, une participation de 30 pour cent dans des actifs miniers de la Guinée. Ceci est important car, le nouveau code minier de la Guinée donne 15 pour cent de tous les actifs miniers du pays a Héritage, qui, en termes plus que clairs, signifie que Palladino Capital 2 détient désormais 8 pour cent de toutes les opérations d'exploitation minière en Guinée. Pas mal pour un investissement de 25 millions de dollars, soit environ 12,5 milliards de francs CFA francs. Bien sûr, cela ne passe pas bien dans l’opinion publique de Guinée et auprès des observateurs indépendants qui voient en cette affaire, un autre cas d'actifs africains pillés pour le profit de quelques privilégiés bien connectés. Cependant, pour le peuple gabonais, l'affaire devient intéressante car au centre de cette dernière, se trouve un citoyen gabonais: Samuel Mébiame.


Mais qui est Samuel Mébiame ?


La même presse internationale nous dit, avec fac-similés de documents à l’appui que c’est ce Samuel Mébiame qui a signé de sa main pour le compte de la multinationale Palladino Capital 2, le contrat de 12,5 milliard de francs CFA avec la République de Guinée. Elle nous dit que Samuel Mébiame est âgé d’environ 42 ans, qu’il est de nationalité franco-gabonaise, et surtout qu’il serait le fils de Léon Mébiame, l’ancien premier ministre du Gabon sous Omar Bongo de 1975 à 1990. Il se serait installé en Afrique du Sud pour affaires. Il apparaît, d’après la même presse, au contact de la sphère politique Guinéenne, en 2010, lors des élections en Guinée. On le dit ami de Mohammed Condé, le fils d’Alpha Condé et c’est en compagnie de Condé père et fils que Samuel Mébiame rencontre le Président Sud-africain Jacob Zuma et des membres des Services de renseignements de ce pays, afin de leur demander une aide financière et logistique pour ces élections. Et comme en politique ou en affaire, on ne fait rien pour rien, il est allégué qu’en retour, l’Afrique du Sud aurait obtenu un rôle prépondérant dans les mines de la Guinée, principalement le gisement de fer de Simetou. La presse présente Samuel Mébiame comme lobbyiste, entremetteur, monteur de contrats pour un réseau de décideurs africains, du président sud-africain Zuma, au président du Niger, en passant par la Guinée, la Guinée-Équatoriale, la Centrafrique, le Tchad et le Gabon.


Mais encore une fois, un autre particularisme africain, depuis la signature de cet accord entre Palladino et le gouvernement de la Guinée, Mahmoud Thiam, l’ancien Ministre des Mines Guinéen, a déclaré à la presse que les 12,5 milliards de francs CFA étaient un pot de vin au président Guinée Alpha Condé de la part de la société sud-africaine, par l'intermédiaire de Samuel Mébiame. Il faut dire que Mahmoud Thiam est maintenant un adversaire politique du président Alpha Condé, et aussi désormais conseiller en Mines et Pétrole d'Ali Bongo. Ironiquement, la presse dit aussi que jusqu’alors en bon rapport avec Ali Bongo, Samuel Mébiame aurait soutenu la candidature d’André Mba Obame en 2009, ce qui a résulté dans une brouille avec Ali Bongo.


Mais la nébuleuse s’épaissit un peu plus, quand le media français Mediapart nous révèle que Mahmoud Thiam et Samuel Mébiame se connaissent très bien et se seraient rencontrés à Miami aux USA en Décembre 2012, dans une luxueuse propriété que le media attribue au Gabonais. Les deux hommes se seraient rencontrés parce qu’ils auraient maintenant des problèmes avec Alpha Condé et comme l’ennemi de mon ennemi est mon…, d’après le rendu de Mediapart, ils discutaient de comment en finir avec Alpha Condé. Mais le plus curieux est que cette conversation est entièrement enregistrée ; par qui ? Qui sait ! Pour piéger qui ? Qui sait ! L’organe Mediapart a obtenu cet enregistrement et l’a mis sur son site, où il peut être écouté par tout le monde. Dans cet enregistrement, Mahmoud Thiam se dit trahit par Alpha Condé à qui il prétend avoir donné entre 1 et 2 milliards de francs CFA pour son élection.


Cette affaire suit son cours et notre compatriote Samuel Mébiame semble vivre bien dangereusement. Nous allons continuer à la suivre et vous informerons à chaque fois que l’information l’exigera.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE