DAYS OF REFLECTION OF UNION NATIONALE: ITS PRESIDENT’S CLOSING SPEECH. JOURNÉES DE REFLEXION DE L’UNION NATIONALE: DISCOURS DE CLOTURE DE SON PRÉSIDENT

Photo: Union Nationale



English version


Days of Reflection of the Union Nationale were held from 7 to 16 March 2014. For the closing ceremony, its President Zacharie Myboto, delivered the following speech:



Lady and Gentlemen of the National Bureau

Militants, My dear compatriots,

During three days, on the 14, 15 and 16 March 2014, were held the first days of reflection of our Party on the following three key themes: (1) The Union Nationale: Progress and Prospects, (2) The problem of alternation through the democratic process and (3) the equality of women, is the development of all.

These days that brought together activists from Libreville and those from other parts of the country have been very valuable in lessons as debates and exchanges, sometimes passionate, were constructive as evidenced by the recommendations that have come at the closure of our work. I congratulate you warmly on behalf of the National Office and in my own name.

Dear militants,

You had to reflect, among other things, on the situation of the Union Nationale, its functioning, its financing, rehabilitation, mobilization and remobilization of its militants. Your thinking has also focused on the elections with the firm determination to return to the two-round election for all uninominal elections, the need for limiting the number of terms of the President of the Republic, on the necessary cohesion of the opposition, on the living conditions in Gabon and the silencing of public service media. The under-representation of women, women's participation in elections, the establishment of a quota policy, maintaining a women's organization within the party, are all topics that were discussed at the workshop "Women and policy.”

At the end of these days of reflection, I want to thank you for your trust and for the work done. I appreciate at its fair value the determination and serenity that prevailed throughout the three (3) days. Yes you did shows an exemplary state of mind yours, mixed with going above and beyond, with loyalty to our commitments, with foolproof solidarity, with courage and dedication.

My special thanks go to Madame Paulette Missambo, Vice-President of the Union Nationale, who successfully assured the direction of the overall events. They go the militants who kindly agreed to participate in the preparations and have remained mobilized since 07 this March.

It is also and above all you militants of the Union Nationale, who came from all over the country, to whom I want to say thank you and bravo. Thank you and congratulations for affirming your determination and commitment to the "Gabon for all" that the Union National continues to call for.

On 30 December 2009, in announcing our decision to create a great political opposition party, we said:

"Who could still believe us if in wanting to change in our country, we ourselves do not change the way we practice politics to serve the interests of the many rather than those of our own homes, villages and ethnic groups? The realization of this imperative change necessarily involves the combined efforts and minds of all those who put Gabon over their own position of power. Their gathering is needed now."

What these days of reflection confirm, and I have never doubted, is the determination which inhabit, since its inception, all the militants of the Union Nationale. The Union Nationale, our political party, is an act of faith in our country, our response to the expectation of our citizens.

I know many questions haunt our militants, including among others, the following: What is the status of the Union Nationale today? What is its mobilization and implementation strategy? How the Union Nationale intends to position itself to face new dynamics such as, on the one hand the results of the recent local elections, and on the other hand the defections in the ranks of the PDG? How do we organize ourselves to face the partiality of the administration and institutions?

These question should therefore now be put to public debate. Everyone would have understood why the Union Nationale has requested since July 2012, the holding of a Sovereign National Conference to allow all the vital forces of the nation to develop a pertinent comprehensive consensus capable to help Gabon overcome the political, institutional, economic ,social, cultural and moral crisis that it is afflicted by since 2009.

As always when the situation is complex, we must keep in mind the principles. Our goal, our mission, our duty is to impose democratic change to State power through free, credible and transparent elections. I am convinced that the renewal of our battle is on, that the unity of all democrats is possible. Like you, I see the lines moving. I know that if we organize ourselves, the political changeover for which we fight will happen.

This is the place to welcome the arrival in the opposition of notable personalities such as Jean Ping and Jacques Adiahenot. Here I want to tell them all the support of the Union Nationale and assure them of our willingness to open ourselves to all energies and intelligences to build this great gathering which alone can lead us to change. Despite the campaign of abuse, calumny and vilification to which they are subjected by the regime and its hired gun, I encourage them not to give in and tell them, if need be, that the methods used against them are those of the weak. Yes, insults, slander and defamation are the weapon of the weak! And this is because the established regime feels shaken to its foundations that it is afraid and revels in lowering the democratic debate.

The relevant proposals that have been made will constitute the roadmap of our Party in the coming weeks and months. We consider these recommendations and proposals as a mandate given to the National Bureau for future stages. In the coming days, we will meet to take all initiatives and decisions for their implementation.

The National Bureau will be meeting our compatriots across the country to reaffirm our determination in the struggle for democratic change in Gabon.

Naturally, we will need everybody. Naturally, we ask you to be ready, to overcome fear. Yes, we must overcome fear! Yes, do not be afraid!

Ladies and Gentlemen,

I would earnestly and solemnly call upon the regime in power, the judiciary, all the institutions of the Gabonese Republic, the entire national community and the international community.

For 38 months, this regime has arbitrarily withheld the salaries of ten official members of the Union Nationale for the sole reason that they have expressed outside their work, their political views.

For 38 months, Raphael Bandega-Lendoye, John Nambo, Marie-Agnès Koumba, Francis Aubame, Fabien Mbeng ekorozock, Jean Grégoire Mapaga, Michel Delbrah, Alfred Memine Me Nzue, Thierry Nang and Paul-Marie Gondjout, have their salaries arbitrarily sequestered while they continue to go to work.

These civil servants were never brought to justice. They have never been brought to the Disciplinary Board. For over two years, these officials have called upon the Council of State to denounce the clear abuse of power that the regime is guilty of and that request has remained unanswered to this day. This is unacceptable. We take for witness the national and international public opinion on these violations of the fundamental rights of citizens.

The political struggle, our fight for our country is a personal responsibility and also collective which must challenge each and every Gabonese citizen. We ask that this situation of proven injustice be corrected quickly.

Ladies and Gentlemen,

The situation in the country every day becomes more and more critical. The established regime is increasingly helpless, overwhelmed by events, divided. Its incompetence and amateurism are no longer a secret to anyone. And the Gabonese all social classes can no longer take of this carefree, reckless regime.

Should we still say that Gabon is in trouble? Should we still say that the regime has failed miserably, that it has done nothing that reflects the deep and legitimate aspirations of the people of Gabon? Should we still say that the institutions of the Republic are on the daily basis losing their credibility, that Gabon is not led, that it is sliding down the slippery slope of chaos?

Communication, as ostentatious as it can be, cannot serve as economic and social policy for a country. For several weeks, the brutality of this regime, the amateurism of the women and men who have fraudulently installed themselves at the head of our country and that we have repeatedly denounced since 2009, have been joined by populism.

As always, the regime is trying to pit the Gabonese people against each other. Yesterday it was the provinces and ethnic groups that they tried to oppose. Today, it is categories of civil servants that are being presented as being responsible for poverty in Gabon. We strongly denounce this populist drift of the regime and note with sadness that the Government and Parliament are going along with servility with this drift.

This regime wants the Gabonese people to believe that it has just discovered, through a study carried out by a Consulting firm, that the Gabonese people live for many below the poverty line. But this fact is known to all, including the regime. As proof, the strategy document about growth and poverty reduction , produced by the Government and adopted by the Parliament of our country in 2005, had already reached the same conclusions.

Ladies and Gentlemen in power, it is no longer about discovering poverty in Gabon, it is about stopping it. But four years have passed and you have not done anything in that sense.

Poverty in Gabon is nothing other than the veil of smoke that the regime wants to put up in vain to conceal its failure. This is smokes screen and this must be said. This is populism and this is serious, irresponsible and dangerous. Instead of understanding that and acting accordingly, the regime is looking for scapegoats.

When a regime draws its country against its businesses, when a regime voluntarily pits its citizens against each others, it is called populism. And this populism must be exposed and denounced. And the Union Nationale strongly condemns this new form that the illegitimate power of Ali Bongo is taking.

What the Gabonese people burdened by poverty want, all Gabonese people, is to have for each and for all, a better life. A better life, is a job first. A better life is also a good health system, a successful education system, a pleasant life environment. This is possible for those who love their country. The Gabonese people do not want to share poverty. The Gabonese people want to share the wealth of their country. But the wealth of Gabon since 2009 unfortunately has been at the service of the regime and its cronies.

At this stage, we no longer dare ask where are the 5000 housing units per year. We have understood that the Gabonese people will now have to mourn that lie of Emergence. But this is not by going from one lie to another that the regime would manage to deceive the Gabonese people, nor to conceal its failure. Had it ever had any ambition for Gabon, could you ask Me?

Yes, the social situation of Gabon, the precarious situation in which the Gabonese people are is an aberration, an incongruity. The Union Nationale has been saying this for four years, emphatically and every day that passes proves it right.

The scandal of Gabon, the one against which we are fighting, is Libreville’s neighborhoods that do not have running water for four years now, because an incompetent regime is unable to provide the means to address this vital issue . The scandal of Gabon, it is the garbage piling up and stinking up our cities. The scandal of Gabon is a regime of garish social injustices.

Gabonese people,

Gabon is your country. Gabon is our country. It is the one that life gave us and it is the only legacy we will leave to our children, our grandchildren and future generations. We must fight for our country and not accept that anything and anyone tries to reduce it into being the cash cow of a kleptocratic and monarchic regime.

Gabonese people, we must stand up against the unacceptable and save our country from the dangerous actions of this regime with its party the PDG. Let us Unite! Unite our efforts and talents to rid our country of this danger.

Before concluding, I wish to reaffirm to the militants present here that your recommendation on the rehabilitation of the Union Nationale, I hear it as a resolution. The rehabilitation of the Union Nationale is our Fight, our priority. We will never give up the Union Nationale and the Union Nationale will triumph.

With that, I declare closed the days of reflection of the Union Nationale

Long live the Union Nationale, long live Gabon.

Thank you.



Version française


Les Journées de Réflexion de l’Union Nationale se sont tenues du 07 au 16 mars 2014. Pour la cérémonie de clôture, son président Zacharie Myboto, a prononcé l’allocution qui suit :



Madame et Messieurs les membres du Bureau National,

Militantes et militants, mes chers compatriotes,

Pendant trois jours, les 14, 15 et 16 mars 2014 se sont tenues les premières journées de réflexion de notre Parti sur les trois thèmes porteurs que sont : (1) L’Union Nationale : Bilan et perspectives, (2) La problématique de l’alternance par la voie démocratique et (3) l’égalité des femmes, c’est le développement de toutes et tous.

Ces journées qui ont réuni des militantes et militants de Libreville et ceux venus d’autres localités du pays ont été très riches d’enseignements tant les débats et les échanges, passionnés parfois, ont été constructifs comme en témoignent les recommandations qui viennent de sanctionner nos travaux. Je vous en félicite très chaleureusement au nom du Bureau National et au mien propre.

Chers militantes et militants,

Vous avez eu à réfléchir, entre autres, sur la situation de l’Union Nationale, son fonctionnement, son financement, sa réhabilitation, la mobilisation et la remobilisation de ses militants. Votre réflexion a également porté sur les élections avec la ferme détermination de revenir à l’élection à deux tours pour tout scrutin uninominal, sur la nécessité de la limitation du nombre de mandats du Président de la république, sur la nécessaire cohésion de l’opposition, sur la condition de vie du Gabonais et sur le musellement des médias de service public. La sous représentativité des femmes, la participation des femmes aux élections, l’instauration d’une politique de quotas, le maintien d’une organisation de femmes au sein du Parti sont autant de sujets qui ont été évoqués lors de l’atelier « Femmes et politique ».

Au terme de ces journées de réflexion, je voudrais vous remercier pour votre confiance et pour le travail abattu. J'apprécie à sa juste valeur la détermination et la sérénité qui ont prévalu tout au long de ces trois (3) jours. Oui vous avez fait montre d’un état d’esprit exemplaire, mélange de dépassement, de fidélité à nos engagements, de solidarité à toute épreuve, de courage et de dévouement.

Mes remerciements s’adressent particulièrement à Madame Paulette Missambo, Vice-président de l’Union Nationale, qui a assuré avec succès la direction de l’ensemble des travaux. Ils s’adressent ensuite aux militantes et militants qui ont bien voulu accepter de participer aux travaux préparatoires et sont restés mobilisés depuis le 07 ce mois de mars.

C’est aussi et surtout à vous tous, militantes et militants de l’Union Nationale, venus de tout le pays, que je voudrais dire merci et bravo. Merci et bravo pour l’affirmation de votre détermination et votre engagement pour ce « Gabon pour tous » que l’Union Nationale continue d’appeler de ses vœux.

Le 30 décembre 2009, en annonçant notre décision de créer un Grand parti politique de l’opposition, nous avions déclaré :

« Qui pourra nous croire encore si pour vouloir le changement dans notre pays, nous ne changeons pas nous-mêmes notre manière de faire la politique pour servir les intérêts du plus grand nombre et non plus ceux de nos seuls maisons, villages et ethnies ? La réalisation de cet impératif de changement passe nécessairement par la conjugaison des efforts et des intelligences de tous ceux qui placent le Gabon au-dessus de leur position personnelle de pouvoir. Leur rassemblement s'impose maintenant. »

Ce que ces journées de réflexion confirment, et dont je n’ai jamais douté, c’est la détermination qui habite depuis sa création l’ensemble des militantes et militants de l’Union Nationale. L’Union Nationale, notre Parti politique est un acte de foi en notre pays, notre réponse à l’espérance de nos concitoyens.

Je sais que de nombreuses questions hantent nos militants, dont entre autres, celles-ci : Quel est le statut de l’Union Nationale aujourd’hui ? Quelle est sa stratégie de mobilisation et d’implantation ? Comment l’Union Nationale entend-elle se positionner face aux dynamiques nouvelles nées, d’une part, des résultats des dernières élections locales, d’autre part, des défections enregistrées dans les rangs du PDG ? Comment comptons-nous nous organiser face à la partialité de l’administration et des institutions ?

Il convient, dès à présent, de mettre toutes ces questions en débat public. Chacun aura compris pourquoi l’Union Nationale a demandé depuis le mois de juillet 2012, la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine pour permettre à l’ensemble des forces vives de la Nation de formuler des mesures consensuelles, globales et pertinentes à même d’amener le Gabon à surmonter la crise morale, politique, institutionnelle, économique, sociale et culturelle qu’il traverse depuis 2009.

Comme toujours lorsque la situation est complexe, il faut garder en tête les principes. Notre objectif, notre mission, notre devoir est d’imposer l’alternance démocratique au pouvoir d’Etat grâce à des élections transparentes, libres et crédibles. Je suis convaincu que le renouveau de notre combat est en marche, que l’unité de tous les démocrates est possible. Comme vous, je vois les lignes bouger. Je sais que si nous nous organisons, le basculement politique pour lequel nous luttons va se produire.

C’est le lieu de saluer l’arrivée dans l’opposition de personnalités notables que sont Messieurs Jean Ping et Jacques Adiahénot. Je veux ici leur dire tout le soutien de l’Union Nationale et les assurer de notre disposition à nous ouvrir à toutes les énergies et toutes les intelligences afin de construire ce grand rassemblement qui seul peut nous mener vers l’alternance. En dépit de la campagne d’injures, de calomnie et de dénigrement dont ils font l’objet de la part du pouvoir établi et de ses sicaires, je les encourage à ne pas céder et leur dis, si besoin s’en trouve encore, que les méthodes utilisées à leur encontre sont celles des faibles. Oui, l’injure, la calomnie et le dénigrement sont l’arme des faibles ! Et c’est parce que le pouvoir établi se sent ébranlé dans ses fondements qu’il a peur et se complait dans l’abaissement du débat démocratique.

Les propositions pertinentes qui ont été formulées vont constituer la feuille de route de notre Parti pour les prochaines semaines et les prochains mois. Nous considérons ces recommandations et propositions comme un mandat confié au Bureau National en vue des échéances futures. Dans les prochains jours, nous nous réunirons pour prendre toutes les initiatives et toutes les décisions pour leur mise en œuvre.

Le Bureau National ira à la rencontre de nos compatriotes sur l’ensemble du territoire pour réaffirmer notre détermination dans la lutte pour l’alternance démocratique au Gabon.

Naturellement, nous aurons besoin de tous. Naturellement, nous vous demandons de vous tenir prêts, de dépasser la peur. Oui, il faut vaincre la peur ! Oui, n’ayez pas peur !

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais avec gravité et de manière solennelle interpeller le Pouvoir, l’autorité judiciaire, l’ensemble des Institutions de la République Gabonaise, l’ensemble de la communauté nationale et la Communauté internationale.

Depuis 38 mois, ce pouvoir a arbitrairement retenu les salaires d’une dizaine de fonctionnaires membres de l’Union Nationale au seul motif qu’ils ont exprimé, en dehors de leur cadre de travail, leurs opinions politiques.

Depuis 38 mois, Raphaël BANDEGA-LENDOYE, John NAMBO, Marie-Agnès KOUMBA, Francis AUBAME, Fabien MBENG EKOROZOCK, Jean Grégoire MAPAGA, Michel DELBRAH, Alfred MEMINE ME NZUE, Thierry NANG et Paul-Marie GONDJOUT ont leurs salaires arbitrairement séquestrés alors qu’ils continuent à se rendre à leur travail.

Ces fonctionnaires n’ont jamais été poursuivis par la justice. Ils n’ont jamais été traduits en Conseil de discipline. Depuis plus de deux ans, ces fonctionnaires ont saisi le Conseil d’Etat pour dénoncer l’abus de pouvoir manifeste dont est coupable le régime et cette requête est demeurée à ce jour sans réponse. Cela est inacceptable. Nous prenons à témoin l’opinion publique nationale et internationale sur cette violation des droits fondamentaux de ces concitoyens.

Le combat politique, notre combat pour notre pays est une responsabilité personnelle et aussi collective qui doit interpeller chaque Gabonaise et chaque Gabonais. Nous demandons que cette situation d’injustice avérée soit régularisée au plus vite.

Mesdames et Messieurs,

La situation du pays devient chaque jour de plus en plus critique. Le pouvoir établi est de plus en plus impuissant, dépassé par les événements, divisé. Son incompétence et son amateurisme ne sont plus un secret pour personne. Et, les Gabonais de toutes les classes sociales n’en peuvent plus de ce pouvoir insouciant, téméraire.

Faut-il encore dire que le Gabon se porte mal ? Faut-il encore dire que ce Pouvoir a lamentablement échoué, qu’il n’a rien entrepris qui tienne compte des aspirations profondes et légitimes du peuple gabonais ? Faut-il encore dire que les institutions de la République perdent chaque jour de leur crédibilité, que le Gabon n'est plus dirigé, qu'il glisse sur la pente dangereuse du chaos ?

La communication, aussi ostentatoire soit-elle ne peut servir de politique économique et sociale pour un pays. Depuis plusieurs semaines, à la brutalité de ce régime, à l’amateurisme de ces femmes et de ces hommes qui se sont frauduleusement installés à la tête de notre pays et que nous n’avons eu de cesse de dénoncer depuis 2009, vient de s’ajouter le populisme.

Comme toujours, le pouvoir tente de dresser les Gabonais les uns contre les autres. Hier c’étaient les provinces et les ethnies qu’on tentait d’opposer. Aujourd’hui, ce sont des catégories de fonctionnaires qu’on présente comme responsables de la pauvreté au Gabon. Nous dénonçons avec force cette dérive populiste du pouvoir et constatons avec tristesse que le Gouvernement et le Parlement l’accompagnent avec servilité dans cette dérive.

Ce pouvoir veut faire croire aux Gabonais qu’il découvre, grâce à une étude confiée à un certain Cabinet, que les Gabonais vivent, pour un grand nombre, en dessous du seuil de pauvreté. Mais cette réalité est connue de tous, y compris du pouvoir. Pour preuve, le document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté, produit par le Gouvernement, puis adopté par le Parlement de notre pays en 2005, était déjà parvenu aux mêmes conclusions.

Mesdames et Messieurs du pouvoir, il ne s’agit plus de découvrir la pauvreté au Gabon, il s’agit de l’endiguer. Or quatre années ont passé et vous n’avez rien fait dans ce sens.

La pauvreté des Gabonais n’est rien d’autre que le voile de fumée que le pouvoir veut vainement placer à ses fenêtres pour dissimuler son échec. C’est de l’enfumage et il faut le dire. C’est du populisme et cela est grave, irresponsable et dangereux. Au lieu de le comprendre et agir en conséquence, le pouvoir livre des boucs émissaires.

Lorsqu’un pouvoir dresse son pays contre ses entreprises, lorsque qu’un pouvoir dresse volontairement ses citoyens les uns contre les autres, cela s’appelle du populisme. Et ce populisme doit être dévoilé et dénoncé. Et l’Union Nationale condamne avec force, cette forme nouvelle que prend le pouvoir illégitime d’Ali Bongo.

Ce que veulent les Gabonais accablés par la pauvreté, tous les Gabonais, c’est avoir pour chacun et pour tous, une vie meilleure. Une vie meilleure, c’est d’abord un emploi. Une vie meilleure c’est aussi un bon système de santé, un système éducatif performant, un cadre de vie agréable. Cela est possible pour qui aime son pays. Les Gabonais ne veulent pas partager la pauvreté. Les Gabonais veulent partager la richesse de leur pays. Mais la richesse du Gabon est depuis 2009 malheureusement au service du pouvoir et ses affidés.

A ce stade, nous n’osons plus demander où sont passés les 5000 logements par an. Nous avons compris que les Gabonais devront désormais faire le deuil de ce mensonge de l’Emergence. Mais ce n’est pas en passant d’un mensonge à un autre que ce pouvoir parviendra à tromper le peuple Gabonais, ni à lui dissimuler son échec. A-t-il jamais eu la moindre ambition pour le Gabon me diriez-vous ?

Oui, la situation sociale du Gabon, la situation de précarité dans laquelle les Gabonais se trouvent est une aberration, une incongruité. L’Union Nationale le dit depuis quatre ans avec insistance et chaque jour qui passe lui donne raison.

Le scandale du Gabon, celui contre lequel nous nous battons, ce sont les quartiers de Libreville qui n’ont pas d’eau courante depuis quatre ans parce qu’un pouvoir incompétent se trouve en incapacité de se donner les moyens de résoudre cette question vitale. Le scandale du Gabon, ce sont les ordures qui s’amoncellent et empestent nos villes. Le scandale du Gabon c’est un pouvoir d’injustices sociales criardes.

Gabonaises, Gabonais,

Le Gabon est votre pays. Le Gabon est notre pays. C’est celui que la vie nous a offert et c’est le seul héritage que nous laisserons à nos enfants, à nos petits-enfants et aux générations futures. Nous devons nous battre pour notre pays et n’accepter que rien, ni personne ne le réduise à la vache à lait d’un pouvoir kleptocrate et monarchisant.

Gabonaises, Gabonais, nous devons nous dresser contre l’inacceptable et sauver notre pays des agissements dangereux de ce pouvoir avec son parti le PDG. Unissons-nous ! Unissons nos efforts et nos talents pour débarrasser notre pays de ce danger.

Avant de terminer, je voudrais réaffirmer aux militantes et militants ici présents que votre recommandation relative à la réhabilitation de l’Union Nationale, je l’entends comme une résolution. La réhabilitation de l’Union Nationale est notre Combat, notre priorité. Nous ne renoncerons jamais à l’Union Nationale et l’Union Nationale triomphera.

Sur ce, je déclare closes les journées de réflexion de l’Union Nationale.

Vive l’Union Nationale, vive le Gabon.

Je vous remercie.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE