THE FORGING AHEAD OF THE GABONESE REGIME BASED ON FALSE ECONOMIC DATA. LA FUITE EN AVANT DU REGIME GABONAIS EN SE BASANT SUR DES FAUSSES DONNÉES ÉCONOMIQUES

Documents Standard & Poors



English version


After nearly half a half century of rule, the Bongo regime is desperate. Years of promises of economic, political and social reforms, each time ensuring that this time it would be different, have not improved the situation. Corruption has overwhelmed the regime and the country. Numbers of officials have grown enormously wealthy through the state monopoly of virtually every activity. According to investigations, the Bongos and associated families would have monopolized the majority of the country's wealth. The Gabonese people often say their country has become a Bongo company.


While most oil-exporting countries, with the revenues derived from hydrocarbon exports at record prices, have made it possible to operate with virtually no debt (Equatorial Guinea) or to repay their debt (Russia 15 billion dollars; Mexico $ 7 billion, the Algeria $ 8 billion), the Bongo regime has failed to repay its debt and it is even more indebted now. Only for external debt, the latest figures from 31 December 2013 were estimated at $ 3433 billion CFA francs (source IMF). The figures on domestic debt are not always reliable. In view of the increasing impoverishment of the population, we can say that the Gabonese people do not benefit from the current explosion in oil prices.


Unemployment is rampant among young and old alike. In the absence of reliable statistics, many analysts believe the unemployment rate to reasonably be between 40 and 50% or even more. But officially, the regime puts it at 23%, although some official statistics place it at 30%. The unemployment problem is particularly acute among urban youth and young graduates are particularly sensitive to the absence of opportunities.


The situation of the country is, dear readers, very delicate. It is in this context that a U.S. economic outfit, Bloomberg, has releases Bloomberg recently published an article reporting on the situation of Gabon’s insolvency. This situation has also forced the state to suspend the payment of common funds in the financial administrations. Following that article published by Bloomberg, the Gabonese Minister of Economy and Forecasting, Christophe Akagha-Mba, has cracked a statement of a surreal denial of the agony of the financial situation of Gabon. Hoping to give a jovial air to the national economy, the Minister Christophe Akagha-Mba statement cited in a series of enviable economic performances that are supposed to demonstrate that Gabon is well and good. This blog has sought to assess the credibility we could give to these figures and we consulted with experts to find out where the economic statistics numbers advanced by Mr. Christophe Akagha-Mba came from. You know what, dear readers, all it took was for us to ask by email to Standard & Poors services to give us the origin of the statistics establishing that the Gabonese economy growth rate is of 6 %, for them to stun us with the incredible information we share with you in the image above: that data on the Gabonese economy taken into account by the major international organizations and rating agencies such as Standard & Poors, are transmitted by the General Directorate of Statistics of Gabon. When one knows the lack of seriousness with which statistics in general and in particular financial statistics, are collected in Gabon, we can only laugh at the figures brandished by Mr. Christophe Akagha-Mba wanting to be reassuring about the financial health of Gabon.


This blog persists in saying the following: despite the people and the form selected by the Bongos’ entourage to give a new face to their failed dictatorship, the facade is thin, their credibility is completely cracked and more than ever, their despotism and corruption remain visible...


Below the press release/denial of Mr. Christophe Akagha-Mba in its entirety.


PRESS RELEASE: MINISTRY OF ECONOMICS AND PROSPECTIVE

Libreville 27 February 2014.

In a dispatch from Bloomberg published yesterday 26 February 2014, some information indicate that the State coffers are empty and that Gabon will not honor its commitments due to lack of resources.

Additionally this information are supposed to come from Michel Meviane, a Financial Advisor to the Minister of Economy and Prospective. The Ministry of Economy and Prospective categorically rejects these assertions, moreover, coming from a person unknown to the Cabinet of Mr. Christophe Akagha-Mba, Minister of Economy and Prospective of Gabon.

The Ministry of Economy and Prospective also condemns the lack of rigor, the fact that the sources were not cross checked, finally the lightness characterized by the dispatch which does not honor the organization behind it. The Ministry reminds all that the Gabonese government is not facing a problem of availability of resources.

Is it worth pointing out that the public finances of Gabon are looking good in a country with a constant and sustained growth rate over the past 4 years, with fiscal cleaning up and improved governance. In addition, different economic institutions confirm the projections of robust and sustained growth of around 7% in 2014 and 8% in around 2018.

On the merits, the economic and financial news in the recent period has been marked by the social pact presented by the President of the Republic, Head of State, His Excellency Ali Bongo Ondimba. Following an analysis of poverty and inequality in Gabon, this social contract complements the scheme implemented since 2009 under the Strategic Plan Gabon Emergent (PSGE).

The government has received instructions to translate this commitment through specific measures, including the drafting of a law amending finances. Already, in the interests of greater equity, social justice and against the excesses found, the Head of State has decided to suspend payment to agents of the state, “common funds” which have resulted in discontent of a class of public officials.

At the same time that the suspension of "common funds" became effective, the Government has been asked to provide a fairer compensation system, extended to the whole of the public service based on performance. In parallel, other reforms continue in the area of the expense circuit to make it more efficient especially with the implementation of “payment for services rendered," which involves field verification.
Version française


Après bientôt un demi-siècle de règne, le régime Bongo est aux abois. Des années de promesses de réformes économiques, politiques et sociales, à chaque fois garantissant que cette fois ce serait différent, n'ont jamais amélioré la situation. La corruption a submergé et le régime, et le pays. Nombre d'officiels se sont immensément enrichis à travers le monopole étatique de pratiquement toute activité. Selon des enquêtes, les Bongo et famille se seraient accaparés de la majorité des richesses du pays. Les Gabonais disent souvent que leur pays est devenu une SARL Bongo.


Tandis que la plupart des pays exportateurs de pétrole, grâce à la manne tirée des exportations d'hydrocarbures à prix record, se permettent d’opérer pratiquement sans endettement (la Guinée Equatoriale), ou de rembourser par anticipation leurs dettes (la Russie 15 milliards de dollars; le Mexique 7 milliards de dollars; l'Algérie 8 milliards de dollars), le régime Bongo n'a pas réussi à rembourser sa dette et il s'est même surendetté. Rien que pour la dette extérieur, les derniers chiffres datant du 31 Décembre 2013 l’estime à $3433 milliards de francs CFA (source FMI); les chiffres relatifs à la dette intérieure ne sont pas toujours fiables. Au regard de la paupérisation accrue de la population, on peut affirmer que le peuple Gabonais n'a pas profité de l'explosion actuelle des cours du pétrole.


Le chômage fait rage parmi les jeunes et les moins jeunes. En absence de statistiques fiables, beaucoup d'analystes estiment le taux de chômage raisonnablement entre 40 et 50 %, voire plus. Mais officiellement, le régime le place à 23%, même si certaines statistiques officielles le placent à 30%. Le problème du chômage est particulièrement aigu parmi la jeunesse urbaine et les jeunes diplômés sont particulièrement sensibles à l'absence de débouchés.


La situation du pays est donc, chers lecteurs, très délicate. C’est dans ce contexte que l’organe de presse économique américain Bloomberg a récemment publié un article faisant état de la situation de cessation de paiement du Gabon. Une situation qui a d’ailleurs contraint l’Etat à suspendre le versement des fonds communs dans les régies financières. Suite à cet article publié par Bloomberg, le Ministre Gabonais de l’Economie et de Prospective, Christophe Akagha-Mba, s’est fendu d’un communiqué en guise de démenti surréaliste de l’agonie de la situation financière du Gabon. Pour espérer redonner un air jovial à l’économie nationale, le Ministre Christophe Akagha-Mba cite dans communiqué, une série de performances économiques enviables qui seraient sensées démontrer que le Gabon se porterait bien. Ce blog a voulu évaluer la crédibilité qu’on pouvait accorder à ces chiffres et nous avons consulté des spécialistes pour savoir d’où provenaient les chiffres et les statistiques économiques avancées par M. Christophe Akagha-Mba. Vous savez quoi, chers lecteurs, il nous a suffi de demander par email aux services de Standard & Poors de nous communiquer la provenance des statistiques établissant la croissance de l’économie Gabonaise à 6%, pour que ces derniers nous assomment avec une information incroyable que nous vous faisons partager sur l’image ci-dessus: les données sur l’économie gabonaise prises en compte par les grands organismes internationaux et agences de notation telles que Standard & Poors, sont transmises par la Direction Générale des Statistiques du Gabon. Quand on connait la légèreté avec laquelle les statistiques en général et en particulier les statistiques financières, sont collectées au Gabon, on ne peut que rigoler devant les chiffres brandis par M. Christophe Akagha-Mba se voulant rassurant de la bonne santé financière du Gabon.


Ce blog persiste et signe: en dépit des hommes et des formes choisis par l'entourage des Bongo pour donner un nouveau visage à l’échec qu’est leur dictature, la façade est mince, la crédibilité est complètement lézardée et plus que jamais, le despotisme et la corruption restent apparents…


Ci-dessous le communiqué/démenti de M. Christophe Akagha-Mba dans son intégralité.


COMMUNIQUÉ MINISTÈRE DE L’ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE

Libreville le 27 février 2014.

Dans une dépêche de Bloomberg parue hier 26 Février 2014, des informations indiqueraient que les caisses de l’Etat sont vides et que le Gabon n’honorera pas ses engagements faute de ressources.

Ces informations proviendraient par ailleurs de Monsieur Michel MEVIANE, Conseiller Financier du Ministre de l’Economie et de la Prospective. Le Ministère de l’Economie et de la Prospective réfute catégoriquement ces assertions qui au demeurant, provienne d’une personne inconnue du Cabinet de Monsieur Christophe AKAGHA-MBA, Ministre de l’Economie et de la Prospective du Gabon.

Le Ministère de l’Economie et de la Prospective condamne en outre le manque de rigueur, le fait que les sources ne soient pas recoupées, finalement la légèreté caractérisée par cette dépêche qui n’honore pas l’organe à l’origine de celle-ci. Le Ministère rappelle que l’Etat gabonais n’est nullement confronté à un problème de disponibilité de ressources.

Est-il bon de préciser que les finances publiques du Gabon sont au beau fixe, dans un pays qui connaît un taux de croissance constant et soutenu ces 4 dernières années, avec un assainissement des finances publiques et une gouvernance améliorée. De plus, les différentes institutions économiques confirment les projections de croissance robuste et soutenue de l’ordre de 7% dès 2014 et 8% à l’horizon 2018.

Sur le fond, l’actualité économique et financière au cours de la période récente a été marquée par le pacte social présenté par le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence ALI BONGO ONDIMBA. A l’issue d’une analyse de la pauvreté et des inégalités au Gabon, ce contrat social vient compléter le dispositif mis en œuvre depuis 2009 dans le cadre du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE).

Le gouvernement a donc reçu instructions de traduire cette volonté à travers certaines mesures spécifiques y compris la confection d’une loi des finances rectificatives. D’ores et déjà, dans le souci de plus d’équité, de justice sociale et face aux dérives constatées, le Chef de l’Etat a décidé de la suspension du versement aux agents de l’Etat, des « Fonds Communs », ce qui a entrainé le mécontentement d’une catégorie de fonctionnaires.

En même temps que la suspension des « Fonds Communs », le Gouvernement a été invité à proposer un système de rémunération plus juste, étendu à l’ensemble de la fonction publique basé sur la performance. Parallèlement d’autres réformes se poursuivent au niveau du circuit de la dépense afin de la rendre plus efficiente notamment avec la mise en œuvre du « paiement pour service fait » ce qui suppose des vérifications sur le terrain.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE