RICHARD MOULOMBA ASKS FOR ALI BONGO’S RESIGNATION. RICHARD MOULOMBA DEMANDE LA DÉMISSION D’ALI BONGO

Richard Moulomba (photo: Moulomba)




English version


This blog has received a condensed version of a communication made recently by Richard Moulomba, President of the political party ARENA, during a press conference. The interest we have in this statement comes from the fact, which is historical, that Richard Moulomba calls for the resignation of Ali Bongo. You will say that this is perhaps nothing more than a simple statement, but we would reply that it is already a lot, in a context where everyone puts his head in the sand like the proverbial ostrich. As a politician, Richard Moulomba like Jean Eyeghe Ndong, André Mba Obame, Jean Ping and the others, has taken his responsibilities clearly and hopefully he will be followed by others until a popular momentum happens to require the immediate departure of Ali Bongo. Here we say Congratulations to Richard Moulomba for this declaration!


Below is a summary of the statement by Richard Moulomba we have obtain from Ona Essangui whom we thank for having conveyed the information.



Mr. President of the Republic,

You deliberately chose to strip the Gabonese individual of their dignity by reducing them to factotum. The people in their inner beings, feel betrayed. Betrayed by ... the one that is supposed to galvanize them, betrayed by the person who took the oath to be fair to all Gabonese, betrayed by a man who is a prisoner of pseudo exorcists, betrayed by a man more concerned by the fate of his foreign friends than by that of his people, betrayed by a man who has broken his oath.

As if all this were not enough, the President of the Republic:
- Is Chairman of the Board of Directors of ANGT, in flagrant violation of Article 14 of the Constitution relating to the incompatibility of the office of President of the Republic with other public service;
- Refuses to appoint the Vice-President of the Republic, a position directly related to those of the President of the Republic, in accordance with Article 14a of the Constitution and the law in our country.

And by these facts, the President of the Republic infringes Article 12 of his oath of office: "I swear to devote all my strength to the good of the Gabonese people, to ensure their well-being and to preserve them of any harm, uphold and defend the Constitution and the rule of law, fulfill the duties of my office conscientiously and to be fair to all.” And he commits perjury.

Ladies and gentlemen, dear compatriots,

With all the above, the Alliance for Renaissance (ARENA), through me, calls for the resignation of the President of the Republic


Version française


Ce blog a reçu le condensé d’une communication faite récemment par Richard Moulomba, le Président du parti politique ARENA, à la faveur d’une conférence de presse. L’intérêt que nous portons à cette déclaration vient du fait, reconnaissons le historique, que Richard Moulomba appelle à la démission d’Ali Bongo. Vous direz que ce n’est peut-être pour l’instant qu’une simple déclaration, mais nous vous répondrons que c’est déjà beaucoup dans un contexte où tout le monde met sa tête sous le sable comme la proverbiale autruche. En homme politique, Richard Moulomba, comme Jean Eyeghe Ndong, André Mba Obame, Jean Ping et les autres, a pris ses responsabilités de manière claire; espérons qu’il soit suivi par d’autres pour que la dynamique populaire en arrive à exiger le départ immédiat d’Ali Bongo. Nous disons ici Bravo à Richard Moulomba pour cette sortie!


Ci-dessous, voici le condensé de cette déclaration de Richard Moulomba que nous tenons de Marc Ona Essangui que nous remercions au passage pour avoir véhiculé l’information.



Monsieur le Président de la République,

Vous avez délibérément choisi de dépouiller l’Homme gabonais de sa dignité en le réduisant en factotum. Le peuple, dans son être profond, se sent trahi. Trahi par... celui qui est censé le galvaniser; trahi par celui qui a prêté le serment d’être juste envers tous les gabonais; trahi par un homme qui s’est constitué prisonnier de pseudo exorcistes; trahi par un homme plus préoccupé par le sort de ses amis étrangers que par celui de son peuple; trahi par un homme qui a manqué à son serment.

Comme si tout cela ne suffisait pas, le Président de la République :
- préside le conseil d’administration de l’ANGT, en violation flagrante de l’article 14 de la Constitution relatif à l’incompatibilité de la fonction de président de la République avec toute autre fonction publique;
- refuse de nommer le vice-président de la République, poste lié directement à celui celles du président de la République, conformément à l’article 14a de la Constitution et à la jurisprudence en la matière dans notre pays.

Et par ces faits, le Président de la République viole l’article 12 relatif à son serment qui stipule : « Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du Peuple gabonais, en vue d’assurer son bien- être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et l’Etat de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge et d’être juste envers tous ». Il commet ainsi un parjure.

Mesdames et messieurs, chers compatriotes,

Fort de tout ce qui précède, l’Alliance pour la Renaissance (ARENA), par ma voix, demande la démission du Président de la République

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>