MISS MBORANTSUO: RESPECT MUST BE DESERVED! MADEMOISELLE MBORANTSUO: LE RESPECT ÇA SE MÉRITE!

(Image: Africa 24)



English version

The recent sit-down organized by Miss Marie Madeleine Mborantsuo, President of the Constitutional Court of Gabon, with journalists from the state media, reflects for this blog the situation of metastatic panic beginning to gain the pillars of the Ali Bongo’s regime. Indeed, Miss Mborantsuo has descended from the top of her arrogance to want to convey to the rest of us poor mortals, that she is ultimately like us: a simple girl who Franceville who through many sacrifices, has been able to rise to the apex of the state. This new found humility by Mborantsuo certainly comes from the reaction of several courageous independent media who had informed her that her arrogance in the Jonas Moulenda’s case could not be tolerated. Among the brave journalists who held that direct and frank language toward her, we will name Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi, of the newspaper Ezombolo.

In her conversation with the state media, we noticed a typical strategy of communication operations, that is to say the travesty of truth seeking to present Miss Mborantsuo in a more flattering light than would a total reverence for only the truth, achieve. It must be said that the reputation of Mademoiselle Mborantsuo is one of the filthiest in Gabon and it would take more than a sit down with journalists from the state media to clean it up. In that exchange, Miss Mborantsuo wanted to present herself to the Gabonese people as someone respectable. But she forgot one important thing: that respect is given to those who deserve it and not to those who request it. Miss Mborantsuo’s trajectory is not likely to lead to respect from the people, to respect for the Gabonese masses.

In her presentation, Ms Mborantsuo purports to be a "parent" of Omar Bongo. An elegant euphemism to conceal the exact nature of the relationship between them. But it turns out that Miss Mborantsuo is a member of the legal profession and that the practice of the law is a discipline requiring precision in the use of language. Therefore, when one is in a discipline requiring precision in vocabulary, they cannot say one is a "parent" when they are in fact talking about their lover. If Mademoiselle Mborantsuo wants to be respected by the Gabonese people, she should start with respect them by talking to them using a precise language that is in sync with the facts. Omar Bongo was more than a parent to Mborantsuo; he was her lover and she owes him her career, her entire career. To obscure this is a travesty of history.

Miss Mborantsuo says that the Gabonese people should not have reasons to be angry with her because she has only been doing her job during elections. Once again, she is engaging in a travesty of history, because his fingerprints are found on all rigged elections since 1990. It is not only the opinion of this blog which some people may denounce as anti-Bongo, but it is the opinion of experts who are interested in the democratic process in Gabon. Here are some writings of these experts that we have found for you:

From page 98 of "L'Afrique des démocraties matrimoniales et des oligarchies rentières" by Patrice Moundounga Mouity, at Editions L'Harmattan "...Ali Bongo Ondimba is Gabon 's President and as we know, he is the son of Omar Bongo Ondimba, the former President of Gabon, because of this we find ourselves in a scenario where, again in Francophone Africa, we have a new President who comes from an ascendant, a parent who has been President of the Republic. The problem as such is not whether a son of President can access the highest office in an African country. It is the INSTITUTIONAL CONDITIONS and the procedures by which these sons of Presidents themselves who have become Presidents, came to power, that are in question. This shows that there is, in some countries, particularly the countries of Francophone Africa, a movement increasingly clear of deformation, not only monarchical but especially dynastic of the republics."

Is Miss Mborantsuo going to tell us that this fellow who wrote above is wrong and that she had played no role in the monarchization of Gabon? That she is just doing her job?

Excerpts from page 202 of “The Politics of Truth” by Joseph Wilson, the former US Ambassador to Gabon: “At 11:30 pm, late on election night, the Chief Justice of the Constitutional Court announced that 51.17 percent of the vote had been cast for Omar Bongo. The French and Bongo had decided to short circuit the process, and he had been reelected in the first round. It was clear to me that the French has decided they could not afford the cost of a second round, either politically or even financially, clearly not wanting to spend any more than necessary on a process the outcome of which had already been rigged. One way or another, Bongo was going to remain president, so why go to the additional expense of a second round if you could simply impose your will after the first? The cynicism was stunning.”

Could Miss Marie Madeleine Mborantsuo tell us that Joseph Wilson is wrong about what happened in the 1993 presidential election and the role she played in rigging the results in favor of Omar Bongo?

In light of these simple facts, how could Miss Marie Madeleine Mborantsuo expect respect from the Gabonese people? A people she has repeatedly stolen elections from? Sorry Miss Mborantsuo, you are the last person deserving to be respected in Gabon!


Version française

La récente rencontre organisée par Mademoiselle Marie Madeleine Mborantsuo, Présidente de la Cour Constitutionnelle du Gabon, avec des journalistes de la presse d’Etat, traduit pour ce blog la situation métastatique de la panique qui commence à gagner les piliers du régime Ali Bongo. En effet, Mademoiselle Mborantsuo est descendue du haut de sa toute arrogance pour vouloir transmettre, à nous autres pauvre mortels, qu’elle était en définitive comme nous: une simple petite fille de Franceville qui au prix de nombreux sacrifices, a réussi à se hausser à l’apex de l’Etat. Cette nouvelle humilité de Mborantsuo provient certainement de la réaction de plusieurs courageux organes de presse indépendants qui lui ont fait savoir que son arrogance dans l’affaire Jonas Moulenda ne saurait etre toleree. Parmi les journalistes courageux qui lui ont tenu ce langage direct et franc, nous citerons Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi, du journal Ezombolo.

Dans son entretient avec la presse d’Etat, nous avons remarqué une stratégie typique des opérations de communication, c'est-à-dire le travestissement de la vérité voulant présenter Mademoiselle Mborantsuo sous un jour plus flatteur que ne le ferait une révérence totale pour la seule vérité. Il faut dire que le blason de Mademoiselle Mborantsuo est l’un des plus souillé au Gabon et qu’il faut bien plus qu’un entretient avec des journalistes de la presse d’Etat pour le nettoyer. Dans cet échange, Mademoiselle Mborantsuo a voulu se présenter aux Gabonais comme étant quelqu’un de respectable. Mais elle a oublié une chose importante: que le respect se donne aux personnes qui le méritent et non à celles qui le demandent. Le parcours de Mademoiselle Mborantsuo n’est pas de nature à engendrer à son égard, le respect des masses au Gabon.

Dans son exposé, Mademoiselle Mborantsuo se présente comme étant une «parente» d’Omar Bongo. Un élégant euphémisme pour occulter l’exacte nature de la relation qui les unissait. Mais il se trouve que Mademoiselle Mborantsuo soit juriste et que la pratique du droit soit une discipline exigeant de la précision dans l’utilisation du langage. Par conséquent, quand on est dans une discipline exigeant de la précision dans le vocabulaire, on ne peut pas dire qu’on est «parent» quand on parle de son amant. Si Mademoiselle Mborantsuo veut se faire respecter par les gabonais, elle devrait commencer par les respecter en leur tenant un langage précis et en rapport avec les faits. Omar Bongo était bien plus qu’un parent pour Mborantsuo, ce fut son amant et elle lui doit sa carrière, toute sa carrière. Obscurcir cela est travestir l’histoire.

Mademoiselle Mborantsuo affirme que les Gabonais ne devraient pas avoir de raisons de lui en vouloir car elle n’a fait que faire son travail lors des échéances électorales. Encore une fois, elle est en train de travestir l’histoire, car ses empreintes digitales se trouvent sur toutes les élections truquées depuis 1990. Ce n’est pas seulement l’opinion de ce blog que certaines personnes dénonceront comme étant anti-Bongo; mais c’est l’opinion des experts qui se sont intéressés au processus démocratique au Gabon. Voici quelques écrits de ces experts que nous avons relevés pour vous:

Extrait de la page 98 de «L'Afrique des démocraties matrimoniales et des oligarchies rentières» de Patrice Moundounga Mouity, aux éditions L’Harmattan: «…Ali Bongo Ondimba est Président du Gabon, et comme on le sait, il est le fils d’Omar Bongo Ondimba, le précédent Président du Gabon; cela fait qu’on se retrouve dans un scenario où, une nouvelle fois en Afrique Francophone, on a un nouveau Président qui est issu d’un ascendant, d’un parent qui a été Président de la République. Le problème en tant que tel ce n’est pas qu’un fils de Président puisse accéder à la magistrature suprême dans un pays africain. Ce sont les CONDITIONS INSTITUTIONNELLES, procédurales par lesquelles ces fils de Présidents, eux-mêmes devenus Présidents, sont arrivés au pouvoir qui sont en question. Cela montre qu’il y a, dans certains pays et particulièrement les pays d’Afrique Francophone, un mouvement de plus en plus net de déformation, non seulement monarchique mais surtout dynastique des Républiques.»

Mademoiselle Mborantsuo va-t-elle nous dire que ce compatriote qui écrit ci-dessus se trompe et qu’elle n’a joué aucun rôle dans la monarchisation du Gabon? Qu’elle ne faisait que faire son travail?

Extraits de la page 202 de "The Politics of Truth" de Joseph Wilson, ancien Ambassadeur des États-Unis au Gabon: "A 23h30, vers la fin de la nuit électorale, la Présidente de la Cour constitutionnelle annonça que 51,17 pour cent des électeurs avaient voté pour Omar Bongo. Les Français et Bongo avaient décidé de court-circuiter le processus, et il fut réélu au premier tour. Il était clair pour moi que les français avaient décidé qu'ils ne pouvaient pas se permettre le risque d'un deuxième tour, ni politiquement, ni même financièrement; clairement ils ne voulaient pas s’éterniser plus que nécessaire dans un processus dont l'issue avait déjà été truquées. D'une façon ou d’une autre, Bongo allait demeurer Président, alors pourquoi aller se perdre dans un second tour supplémentaire s’ils pouvaient tout simplement imposer leur volonté sur le premier? Leur cynisme était incroyable."

Mlle Marie Madeleine Mborantsuo pourrait-elle nous dire que Joseph Wilson se trompe sur ce qui s'est passé pendant l'élection présidentielle de 1993 et sur le rôle qu'elle a joué dans le truquage des résultats en faveur d'Omar Bongo?

À la lumière de ces simples faits, comment pourrait Mlle Marie-Madeleine Mborantsuo s'attendre au respect du peuple gabonais? Un peuple à qui elle a maintes fois volé les suffrages? Désolé Mademoiselle Mborantsuo, vous êtes la dernière personne qui mérite d'être respectée au Gabon!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI