HOW IGNACIO LULA DA SILVA SUCCEEDED IN 8 YEARS IN TRANSFORMING BRAZIL ECONOMICALLY? LESSONS FOR GABON. COMMENT IGNACIO LULA DA SILVA A RÉUSSI EN 8 ANS Á TRANSFORMER ÉCONOMIQUEMENT LE BRÉSIL? LES LEÇONS POUR LE GABON

Ignacio Lula Da Silva (photo: The Morning Side Post)



English version

Dear readers, in the second part of our posts against the economic illiteracy of the Ali Bongo regime, we offer here a summary of the economic mechanisms which allowed Ignacio Lula Da Silva to transform Brazil into the 7th largest economy in the world, and this in 8 short years. You will see that Lula essentially adopted a policy of sustainable development that was very realistic, based on the fact that a healthy growing economy passed through the redistribution of the fruits of the economy to the poorest people, who in turn become consumers and it is this consumer base that can re-launch the economy, so establishing a kind of vicious circle. Therefore, Lula strategy was to invest in effective poverty eradication with the consequence of boosting the country's economy.

For decades, Brazil like many African states, was copiously exploited with the blessing of its leaders who enriched themselves through corruption. Indeed, for a long time the poorest people were simply forgotten, without schools, hospitals, roads or even electricity; in short, a bit like in Africa. When Lula was elected in 2002, he became the first Brazilian leader who would be concerned in practice, about disadvantaged classes, as opposed to former leaders who were dealing with it only in their campaign speeches (again, as in many countries African countries such as Gabon). To fight against poverty, instead of using the brute force method of redistribution that had failed elsewhere and impoverished many countries (the Communist model), Lula accepted the rules of the global market but instead of letting the riches of Brazil be concentrated in the hands of a few, he would redistribute its profits to the greatest number of Brazilians. Lula legally passed reforms smoothly without virulence or authority, using democratic institutions to achieve his purposes. He managed to impose social decrees expropriating large landowners in favor of the "landless”.

In 2002, the Lula government inherited a very fragile economy. Fernando Henrique Cardoso, the outgoing president, had left the economic indicators in a very worrying situation, with a huge domestic debt, an enormous debt to the World Bank and the IMF, a base interest rate of almost 20% a year, the Brazilian currency, the Real, devalued against the dollar, inflation was rampant, stagnant exports, an index of risk country totally alarming; in short, the country was in bad shape. But Lula, like any smart leader, surrounded himself not with sycophant, but with excellent economists who put together for him a solid recovery plan. Lula decided to implement a plan in two stages: first the stabilization of the economic situation with strong social actions, and then in a second step, use the fruits of the growth, once reached, to start on a sound basis and redistribute to all social classes the dividends if this accelerated growth . The bet was bold and it was a success beyond what was expected: in a few years, Lula reforms eviscerated Brazil's debt to the IMF and through control of public spending and record exports, the Real was strengthened, interest rates came down to a more reasonable level, annual inflation became only 3%, and mainly due to the redistribution of income, domestic consumption of households were steadily increasing. All this created within a few years more than eight million jobs. This consolidation of the economy made Brazil a major international economic partner and capital began to pour in.

The mission of the implemented social plans was to guarantee subsistence for the poorest of the Brazilian population classes. In particular, the "Fome Zer" or Zero Hunger program that benefited the poorest families, more than 44 million Brazilians, with a simple principle: if the children went to school, parents would receive the allowance. This redistribution did enable countless of families to finally eat decently while sending their children to school. This developed primary education in the poorest and most remote corners of Brazil as parents wanting to retain their benefits continued to send their children to school and to follow up on their education. Lula launched the" Brasil Sorridente" program or smiling Brazil, which gave access to free dental care to all. The drugs were subsidized to the extent that they only cost 10% of their original price in pharmacies. Many loans at preferential rates were made available to farmers. Ambulance services were established in all cities. All this created tens of millions of jobs which in turn continued to propel the Brazilian economy and made it the 7th largest economy in the world.

Lula had managed to transform Brazil from an economy favoring the ruling class to an economic development that benefited all social classes and redistributed income more smoothly in the logic of sustainable development. Very quickly, the poor in Brazil realized that Lula was their president and for his second term, he was re-elected with over twenty million votes ahead of his opponent, Geraldo Alckmin of the Social Democratic Party, a record in the modern democratic world.

When Ali Bongo speaks of making Gabon into an emerging country, please compare his jokes with Lula’s plans and you will understand that Ali Bongo is kidding himself.


Version française

Chers lecteurs, dans le deuxième volet de nos billets contre l’analphabétisme économique du régime Ali Bongo, nous vous proposons ici un condensé des mécanismes économiques qui ont permis à Ignacio Lula Da Silva de transformer le Brésil en la 7ième plus grande économie du monde, et ce en 8 petites années. Vous verrez que Lula a essentiellement adopté une politique de développement durable très réaliste, basée sur le fait qu’une économie saine en expansion passait par la redistribution des fruits de l’économie aux plus pauvres, qui deviennent à leur tour des consommateurs et c’est cette consommation qui relance l’économie, établissant donc une espèce de cercle vicieux. Donc la stratégie de Lula a été d’investir dans l’éradication efficace de la pauvreté avec la conséquence de dynamiser l’économie du pays.

Pendant des décennies, le Brésil comme bien des Etat africains, a été copieusement exploité avec la bénédiction de ses dirigeants qui s’enrichissaient grâce à la corruption. En effet, Pendant longtemps les plus pauvres ont été tout simplement oubliés, sans écoles, hôpitaux, routes ou même électricité, bref un peu comme en Afrique. Quand Lula est élu en 2002, il est le premier dirigeant brésilien qui se préoccupera dans la pratique, aux classes défavorisées, en opposition aux anciens dirigeants qui ne s’en occupaient que dans leurs discours électoraux (encore une fois, comme dans bien des pays Africains comme le Gabon). Pour lutter contre la pauvreté, au lieu d’utiliser la méthode brutale de redistribution qui a échoué ailleurs et a appauvri de nombreux pays (le modèle communiste), Lula accepte les règles du marché mondialisé mais au lieu de laisser les richesses du Brésil être concentrées entre les mains d’un petit nombre, il en redistribue les profits au plus grand nombre de brésiliens. Lula fait passer légalement ses réformes en douceur, sans virulence, ni autorité, en utilisant les institutions démocratiques pour arriver à ses fins. Il parviendra à imposer des décrets sociaux d’expropriation de grands propriétaires au profit des «sans terre».

En 2002, le gouvernement Lula avait hérité d’une économie très fragile. Fernando Henrique Cardoso, le président sortant, avait laissé les indicateurs économiques dans une situation assez inquiétante, avec une dette intérieure énorme, une gigantesque dette extérieure auprès de la Banque Mondiale et du FMI, un taux d’intérêt de base de presque 20% par an, la monnaie brésilienne, le Real, dévalorisée par rapport au dollar, l’inflation était galopante, les exportations stagnantes, un indice de pays à risque totalement alarmant; bref, le pays était sous perfusion. Mais Lula, comme tout leader intelligent, s’entoura, non pas de flatteurs, mais d’économistes de valeur qui lui mirent en place un plan de redressement en béton. Lula décida d’appliquer un plan en deux temps: d’abord la stabilisation de la situation économique avec des actions sociales fortes; puis dans un second temps, utiliser les fruits de la croissance, une fois atteinte, pour repartir sur une base saine en faisant profiter toutes les classes sociales des dividendes de cette accélération de la croissance. Le pari était audacieux et il fut une réussite au-delà de ce qui avait été espéré: en quelques années, les reformes de Lula ont éteint la dette du Brésil auprès du FMI et grâce au contrôle des dépenses publiques et des exportations record, le Real fut renforcé, les taux d’intérêt ramené à un pourcentage plus raisonnable, l’inflation annuelle devenue de seulement 3%, et surtout grâce à cette redistribution des revenus, les consommations internes des ménages furent en augmentation constante. Tout ceci créa en quelques années plus de huit millions d’emplois créés. Cet assainissement de l’économie fit du Brésil un partenaire économique international majeur et les capitaux commencèrent à y affluer.

Les plans sociaux mis en place avaient pour mission de garantir le minimum vital aux classes les plus défavorisées de la population Brésilienne. En particulier, le programme «Fome Zer» ou Faim Zéro, qui des allocations aux familles les plus pauvres, plus de 44 millions de Brésiliens, avec un principe simple: si les enfants vont à l’école, les parents recevront l’allocation. Cette redistribution a permis à d’innombrables familles d’enfin manger à leur faim, tout en envoyant leurs enfants à l’école. Cela a développé l’éducation primaire dans les coins les plus pauvres et les plus reculés du Brésil, car les parents devaient pour conserver leurs allocations, continuer d’envoyer leurs enfants à l’école et suivent leur scolarité. Lula a lancé le programme « Brasil Sorridente » ou le Brésil souriant, qui a donné accès à des soins dentaires gratuits pour tous. Les médicaments furent subventionnés à telle enseigne qu’ils ne coutaient plus que 10% de leur prix initial dans les pharmacies. De nombreux crédits à taux préférentiels furent débloqués pour les agriculteurs. Des services de SAMU furent créés dans toutes les métropoles. Tout ceci créa des dizaines de millions d’emplois qui continuèrent à propulser l’économie brésilienne et en firent la 7ième économie du monde.

Lula a réussi à transformer le Brésil en passant d’une économie privilégiant la classe dominante vers un développement économique qui bénéficiait à toutes les classes sociales, et redistribuait plus harmonieusement les revenus, dans la logique du développement durable. Très vite, les pauvres au Brésil comprirent que Lula était leur président et pour son second mandat, il fut réélu avec plus de vingt millions de votes d’avance sur son adversaire Geraldo Alckmin du Parti social-démocrate, un record dans le monde démocratique moderne.

Quand Ali Bongo parle de faire du Gabon un pays émergent, comparez s’il vous plait, ses faces avec le plan de Lula et vous comprendrez qu’Ali Bongo se moque de lui-même.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE