THE LACK OF ACCESS TO CLEAN WATER: ONE OF THE MORE GLARING SYMBOLS OF ALI BONGO’S FAILURE. LE MANQUE D’ACCÈS À L’EAU POTABLE: UN DES PLUS ÉCLATANTS SYMBOLES DE L’ÉCHEC D’ALI BONGO

The staff of the University Hospital of Libreville getting water in the parking lot
Le personnel du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville s'approvisionnant en eau dans le parking
(photo: MOE)



English version


The picture above is a symbol of a failed state. It shows the medical personnel of a major hospital in the country, The University Hospital Center of Libreville, having to clean themselves in the parking lot using water of unknown origin and cleanliness, delivered on the back of an undescriptive truck. These are not ideal hygienic conditions for these professionals who have direct contacts with patients. This is inadmissible in the country that has been producing oil for 50 years. It is understandable that there is a growing sense of frustration among ordinary Gabonese people with a dictatorship that asks them to sacrifice, but expends considerable resources in the far flung reaches of the world, buying luxury homes and cars, while the conditions in the country continue to deteriorate.


This picture above is symptomatic of the numerous issues plaguing Gabon. An essentially lawless country that is run by plutocrats. For any honest observer, Gabon has all the makings of a failed state: The World Health Organization and UNICEF's Joint Monitoring Program for Water Supply and Sanitation, have reported that less than half of the Gabonese population has access to running water. Similarly access to electricity is epileptic, as its supply suffers from chronic and frequent seizures. At this very moment, there are rolling blackouts ongoing in the capital city, Libreville. The education system is frequently beset by strikes because teachers and students needs are often neglected. The roads are poorly built and maintained, often unpaved and unpassable. Crime is the order of the day, with the people in power engaging in ritual crime with impunity. The Gabonese police officers do not protect and serve; their uniforms allow them to exploit, extort and oppress.


For those of you, dear readers, who would like to learn more about the history of energy in Gabon, we recommend the following book by a compatriot, published by L'Harmattan "Electrification in Africa: the case of Gabon (1935-1985) " by Rodrigue Lekoulekissa. This book gives you the history of the electrification of Gabon and explains a bit about how we got where we are today. But this blog has spoken for this post, to Gabonese who were already adults in the 60-70s years and they told us unequivocally that never, ever, were major hospitals of the country such as the General Hospital of Libreville since the 60s, Jeanne Ebori hospital and Owendo Pediatric hospital (from the 70s), unable to supply clean water. They say that this phenomenon is relatively recent and reflects the decay in which the Gabonese health system fell has fallen. They also tell us that carefully following the urbanization plan of Libreville, the authorities of the time, that is to say the executives who came out of the colonial school and really wanted the country's development, systematically placed a huge public water supply unit in all major urban hubs to provide drinking water round the clock to people who did not yet have running water at home. One of these elders gives us the following testimony: "I came from the village, near Koulamoutou, during the holidays of 1972, to join my uncle in Libreville who was Brigadier-Chef in what was called at the time the Municipal police. This unit no longer exists. I had been admitted to the entry exam in the 6th grade of the Modern High school of Akébé, which no longer exists also. So I came to live with my uncle in Akébé-Belle-vue. Our home made of wooden board was comfortable but we did not have running water. However it was not a problem because the pump, that's how they called the public water unit, was only about 200 meters from the house. We went every night, all the children of the house, with water buckets, bottles, collect tap water we brought home and put some in the shower, to take our baths and then some in the kitchen for my uncle’s wives to cook with, he was a polygamist.


I lived from the 6th grade to the end of high school in these conditions and I do not remember not having drinking water once. One of my uncle’s wives was a midwife at the Peyrie and when we were sick, she brought us to the General Hospital where we were treated without paying anything and hold on tight, you will not believe this my children, this hospital had a pharmacy where you went for free medicine with the order of the Doctor or Nurse Practitioner. I would never have imagined that I would see with my own eyes, this uncle who raised me and allowed me to study and have a good career, die in the same General Hospital of Libreville, without running water or medicine to treat him. This is one of the saddest memories of my life. If I had enough money, I would pay from my own pocket for a solution to this problem to be found. My children, Gabon was good, some of us were lucky enough to know that time when I can truthfully say that corruption did not exist, at all levels Gabonese people had integrity, we could walk around at night without worry of being robbed or killed, even if you did not have water at home, you always had drinking water through public water fountains; schools were very good with dedicated teachers; hospitals were performing. But when I look at this country, I have just gone into retirement, I cry because I sincerely say that we have receded instead of going forward and I pity your generation because for me you do not have good models".


Dear readers, with our interlocutors, we have extensively discussed the incongruity of seeing a hospital being delivered for use, while as we have shown in the photo above, it does not yet have a reliable supply of clean water. When we know the importance of hygiene in the medical world, should we tolerate in 2014 which was not tolerable in large hospitals in Libreville in 1970, that is to say the absence of clean drinking? Are Ali Bongo and his team in possession of all their mental faculties?



Version française


La photo ci-dessus est le symbole d'un État défaillant. Elle montre le personnel médical d'un hôpital majeur du pays, le Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, en train de se nettoyer dans le parking, en utilisant de l'eau d'une origine et de propreté inconnues, livrées à l'arrière d'un camion banalisé. Ce ne sont pas des conditions d'hygiène idéales pour ces professionnels qui ont des contacts directs avec les patients. Cela est inadmissible dans un pays qui produit du pétrole depuis 50 ans. Il est donc compréhensible qu'il y ait un sentiment croissant de frustration chez les Gabonais ordinaires auxquels la dictature demande des sacrifices, mais consacre des ressources considérables dans les quatre coins du monde, à l'achat de propriétés et véhicules de luxe, alors que les conditions dans le pays continuent à se détériorer.


Cette image ci-dessus est symptomatique des nombreux problèmes qui se posent Gabon. Un pays essentiellement «anarchique» qui est géré par des ploutocrates. Pour tout observateur de bonne foi, le Gabon présente tous les ingrédients d'un Etat en faillite: Le Programme de suivi conjoint de l’Organisation Mondiale de la Santé et l'UNICEF sur l'approvisionnement en eau et l'assainissement, rapporte que moins de la moitié de la population gabonaise a accès à l'eau courante. De même, l’accès à l'électricité est «épileptique», en ce sens que son offre souffre de crises chroniques et fréquentes. En ce moment même, il y a des interruptions d'électricité à intervalles réguliers, en cours dans la capitale, Libreville. Le système éducatif est souvent en proie à des grèves parce que les revendications des enseignants et des élèves sont continuellement négligés. Les routes sont mal construites et entretenues, souvent elles sont non goudronnées et impraticables. La criminalité est à son apex, avec les gens de pouvoir s'engageant dans les crimes rituels en toute impunité. Les policiers gabonais ne protègent et ne servent personnes; leurs uniformes leur permettent d'exploiter, d’extorquer et d’opprimer le peuple.


Pour ceux d’entre vous, chers lecteurs, qui aimeraient en savoir plus sur l’histoire de l’énergie au Gabon, nous vous conseillons le livre suivant, d’un compatriote, paru aux éditions L'Harmattan: «Electrification en Afrique: Le cas du Gabon (1935-1985)» de Rodrigue Lekoulekissa. Ce livre vous donne l’historique de l’électrification du Gabon et vous expliquera un peu comment nous en sommes arrivés là où nous nous trouvons aujourd’hui. Mais ce blog a interrogé pour ce billet, des Gabonais qui étaient déjà adultes dans les années 60-70 et ils nous ont affirmé sans ambiguïté que jamais, au grand jamais, les grands centres hospitaliers du pays que furent l’hôpital General de Libreville depuis les années 60, l’hôpital Jeanne Ebori et l’hôpital Pédiatrique d’Owendo (depuis les années 70), n’ont manqué de fourniture d’eau potable. Ils disent que ce phénomène est relativement récent et témoigne de la déliquescence dans laquelle est tombé le système de santé gabonais. Ils nous disent aussi que suivant scrupuleusement le plan d’urbanisation de Libreville, les autorités de l’époque, c'est-à-dire les cadres qui sortaient de l’école coloniale et qui voulaient véritablement le développement du pays, plaçaient systématiquement une énorme borne fontaine dans tous les grands carrefours urbains de manière à fournir l’eau potable 24 heures sur 24 à la population qui n’avait pas encore l’eau courante à domicile. Un de ces anciens nous donne le témoignage suivant: «Je suis venu du village, près de Koulamoutou, pendant les vacances de 1972, pour aller rejoindre mon oncle à Libreville qui était Brigadier-Chef dans ce qu’on appelait à l’époque la Police Municipale. Cette unité n’existe plus aujourd’hui. Je venais d’être admis au concours d’entrée en 6ieme au Collège Moderne d’Akébé, qui n’existe plus lui aussi. J’étais donc venu habiter chez mon oncle à Akébé-Belle-vue. Notre maison en planche était confortable mais nous n’avions pas encore l’eau courante. Mais ce n’était pas un problème car la pompe, c’est comme ça qu’on appelait la borne fontaine, n’était qu’à environ 200 mètres de la maison. Nous allions tous les soirs, tous les enfants de la maison, avec des seaux d’eau, des bouteilles, puiser l’eau qu’on ramenait à la maison et on mettait une partie dans la douche, pour prendre nos bains; puis une partie dans la cuisine pour que les femmes de mon oncle fassent la cuisine; il était polygame. J’ai fait de la 6ième en terminale dans ces conditions et je ne me souviens pas que nous ayons manqué d’eau potable une seule fois. L’une des femmes de mon oncle était sage-femme à la Peyrie et quand nous étions malades, elle nous amenait à l’hôpital général où nous étions soignés sans débourser un franc et tenez-vous bien, vous ne me croirez pas mes enfants, cet hôpital avait une pharmacie où vous alliez chercher gratuitement les médicaments en présentant l’ordonnance du Médecin ou de l’Infirmier d’Etat. Je n’aurais jamais pu m’imaginer que verrais de mes propres yeux, cet oncle qui m’a élevé et m’a permis de faire des études et d’avoir une bonne carrière, allait mourir dans ce même hôpital général de Libreville, sans eau courante et sans médicaments pour le soigner. C’est l’un des souvenir les plus tristes de ma vie. Si j’avais les moyens, je paierais de ma propre poche pour qu’une solution à ce problème soit trouvée. Mes petits, le Gabon était bien ; nous autres avons eu la chance de connaitre cette époque où je peux vous dire sincèrement que la corruption n’existait pas, à tous les niveaux le gabonais était intègre, on pouvait se promener la nuit sans soucis d’être braqué ou tué, même si vous n’aviez pas l’eau à la maison, vous aviez toujours l’eau potable grâce aux bornes fontaines; les écoles étaient très bonnes avec des enseignants dévoués; les hôpitaux étaient performants. Mais quand je regarde ce pays, moi qui vient d’aller à la retraite, je pleure car je me dis que sincèrement nous avons reculé au lieu d’avancer et je plains votre génération car pour moi vous n’avez pas les bons repères».


Chers lecteurs, avec nos interlocuteurs, nous avons longuement discuté de l’incongruité de voir un hôpital livré alors que comme nous le montre la photo ci-dessus, il ne dispose pas encore d’une fourniture fiable en eau potable. Quand on connait l’importance de l’hygiène dans le monde médical, doit-on tolérer en 2014 ce qui n’était pas tolérable dans un grand hôpital de Libreville en 1970, c'est-à-dire l’absence d’eau potable. Ali Bongo et son équipe sont-ils en possession de toutes leurs facultés mentales?

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI