BECHTEL MISLEADING PROPAGANDA ABOUT GABON. LA PROPAGANDE MENSONGÈRE DE BECHTEL À PROPOS DU GABON

To read the original article in english, click here
Pour lire l’article original en anglais, cliquer ici


Bechtel a tellement bien réussi au Gabon que cette entreprise se sert de son expérience gabonaise pour donner des leçons à Londres.


Version française de l’article


Infrastructure, intégration, et ce que le Gabon peut apprendre aux villes sur la planification d'avenir

Par Rachel Holdsworth


Lorsque vous demandez aux gens quelle amélioration ils feraient dans une ville, très souvent ils pointent vers un projet d'infrastructure spécifique. Construire ici une ligne de chemin de fer, ils vont dire. Construire ce pont.

Sauf Ailie MacAdam, directeur régional pour les infrastructures pour l’Europe et l’Afrique, au sein de l’entreprise d'ingénierie Bechtel. Elle préfère que les gens se contentent de se parler un peu plus les uns les autres.

«Si j'avais une baguette magique, ce que je ferais est d'obtenir que les bonnes personnes se parlent entre eux sur les bons sujets, et obtenir une vue collaborative et intégrée de quelles sont les priorités et ensuite aller les faire exécuter», dit-elle. «Nous ne voulons pas construire le mauvais édifice, et nous ne savons pas ce qui est le bon projet tant que nous n’en parlons pas."

C’est lors d'une interview à propos du futur de Londres que ce sujet a été abordé: tout à coup, MacAdam a pris une tangente et a commencé à parler d'un projet que Bechtel a récemment réalisé au Gabon : la création d'un plan directeur d'infrastructure pour l'ensemble du pays. Avec l'aide de cette entreprise, le gouvernement a créé une nouvelle agence chargée de concevoir, d’établir une chaîne d'approvisionnement, puis de gérer les entrepreneurs qui construisent les routes, les écoles, les hôpitaux, les universités, les maisons et ainsi de suite.

Mais travailler sur ce qu'il faut construire signifiait que «nous passions beaucoup de temps avec les partenaires afin d'identifier ce qui est important», continua MacAdam. "Et puis il vous faut décider de choses comme: l’électricité est-elle plus importante que le transport et pourquoi? Et pour prendre ce genre de décisions, vous devez savoir combien coûtent les différents projets et combien de temps vont-ils prendre".

C’est ça, ajouta-t-elle, exactement le genre de questions que les villes doivent se poser lorsqu’elle elaborent leurs propres plans d'infrastructure. "Quel serait le résultat le plus positif? A quel degré améliorer le transport de l'intérieur vers l’extérieur, aide Londres? Les hôpitaux doivent-ils être en dehors de Londres? Tout cela nécessitera une certaine capacité en electricite ; alors comment obtiendrez-vous cette électricité?

"Tout cela est tellement intégré. Vous avez besoin d'une vraie conversation décloisonnée afin de construire correctement ces villes ".

On pourrait penser que ceci relève du bon sens. Pourtant, à Londres, les autorités municipales ont dépensé de l'argent public sur l’inexplicable funiculaire, qui ne sert à rien de bien évident. Plus encore est affecté pour le Garden Bridge, dont la principale justification semble être "mais regardez comme c’est jolie". Cependant, Crossrail, verra 15milliards de livres investi dans le réseau ferroviaire de la capitale, sans aucune réflexion apparente sur la manière dont ceci pourrait aider à la crise du logement dans la capitale.

Heureusement, l'approche plus intégrée decrite par MacAdam est celle qui a récemment gagnée le plus de traction. Une grande partie des avantages de Crossrail et la rénovation de la gare de St Pancras - le logement, les affaires et les loisirs – n’ont pas été pleinement pris en compte avant le démarrage de ces projets. MacAdam pense que ces leçons seront mieux appliquées pour Crossrail 2. En effet, dans les efforts de TfL pour promouvoir les avantages de ce projet, l'effet qu'il aura sur l'offre de logements dans la vallée de Lea a tendance à être de plus en plus pris en compte.

De la même manière, l'extension de la London Overground jusqu’à Barking Riverside est maintenant définie comme la clé pour débloquer de nouveaux logements dans l'est de Londres; tandis que l'ordre du jour du Northern Powerhouse est en grande partie de penser au transport, au logement et au développement économique comme étant un ensemble intégré.

Bien sûr, la pensée intégrée est plus facile quand il s’agit de la planification de nouveaux projets à partir de zéro, ou lorsque vous travaillez dans un pays qui ne dispose pas déjà de plusieurs centaines d'années d'histoire d’infrastructure établi. Mais il est néanmoins important de faire en sorte que nous obtenions le bon projet, et le plus de valeur de ce projet, en traitant d’un pays déjà bondé, et fortement développé comme la Grande-Bretagne.

MacAdam suggère que ce type de conversations soit géré par les maires et les autorités locales, et que, s’il voudrait être pris au sérieux, la décentralisation de la levée des fonds et le pouvoir de planification doivent jouer un rôle. J'ajouterais la communauté locale dans les discussions, et MacAdam, et cela est compréhensible, veut aussi des gens comme elle dans le mélange.

« Converser avec la chaîne d'approvisionnement est une partie importante de la collaboration», dit-elle. "Cela rend le plan robuste et livrable, si vous vous engagez avec les gens qui vont construire, dès la conception. Cela nous aide aussi à comprendre ce que nous devons faire pour nos entreprises d'un point de vue de l'innovation, de quels types de compétences avons-nous besoin.

«Plus la ligne de mire nous est perceptible,» ajoute-elle, "le plus de chance nous avons d'adapter nos entreprises à être en mesure de répondre à ce plan." Peut-être en va de même pour les mairies aussi.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE