THE DETAILS OF POTASH EXPLOITATION IN NYANGA. LES DETAILS DE L’EXPLOITATION DE LA POTASSE DANS LA NYANGA



To read please click here
Pour lire cliquer ici


English version

This document contains the details of the operating license for potash in Nyanga. The most important point is the tax on these permits. Ali Bongo’s regime will impose an annual tax of 35% in this company and the Gabonese State will receive between 3 and 5% of the sales revenues of the exploited potash.

The corporate income tax is a tax that is paid to the Treasury, by the companies that make profits. It is the profit of the company that is taxable. So if Nyanga’s potash brings in one billion euro to this company a year and that production costs are 300 million euros, for example; the taxable amount will be 700 million euros, to which will be applied a 35% tax and the state would receive 245 million euros. In addition to that sum, for royalties, the Treasury will receive 3-5% of the entire billion euros, i.e. between 30 and 50 million euros.

So dear readers, in the example above, the Treasury would receive each year about 245 + 50 = 295 million euros (195 billion CFA francs).

Dear readers, take this example and apply to it the potash reserves in Nyanga which are estimated to be of 5.3 billion tons (with a content of 20%) and a ton of potash is sold at 273 euros. If these reserves are exploited for 25 years, with a content of 20%, this would come to 1.2 billion (the content is 20%) divided by 25, or 48 million tons per year. Per year, the company's revenues can be estimated at 48 million x 273 = 13.1 billion euros (8646 trillion CFA francs).

Just for royalties, the state will receive between 259 and 432 billion CFA francs. If profits are 70%, that is to say 6052.2 billion CFA francs, while the tax will 2118.3 billion CFA francs. In total, about 432 + 2118 = 2550 billion CFA francs that the state will receive annually. The question is how much Ali Bongo and Maixent Accrombessi will put in their pockets.



Version française

Ce document contient les détails des permis d’exploitation de la potasse dans la Nyanga. Le point le plus important est la fiscalité relative à ces permis. Le régime Ali Bongo imposera un impôt annuel de 35% à cette société et l’Etat Gabonais recevra entre 3 et 5% des recettes de la vente de la potasse exploitée.

L'impôt sur les sociétés est une taxe qui est payée au trésor public, par les sociétés qui réalisent des bénéfices. Ce sont donc les bénéfices de la société qui sont imposables. Donc, si la potasse de la Nyanga rapporte un milliard d’Euro à cette société par an, et que les coûts de production soient de 300 millions d’euros par exemple, la somme imposable sera de 700 millions d’euros, à laquelle sera appliquée une taxe de 35% et l’Etat recevrait 245 million d’euros. En plus de cette somme, pour les royalties, le trésor va recevoir 3-5% sur la totalité du milliard d’euro, soit entre 30 et 50 millions d’euros.

Donc chers lecteurs, dans l’exemple ci-dessus, le Trésor recevrait chaque année environ : 245 + 50 = 295 millions d’euros (soit 195 milliards de franc CFA).

Chers lecteurs, prenez cet exemple et appliquez le aux réserves de potasse dans la Nyanga qui sont estimées à 5,3 milliards de tonnes (avec une teneur de 20%) et la tonne de potasse se vend à 273 euro la tonne. Si ces réserves sont exploitées pendant 25 ans, avec une teneur de 20%, ce sera 1,2 milliards (la teneur est de 20%) divisés par 25 ans, soit 48 millions de tonnes par an. Par an, les revenus de l’entreprise peuvent être estimés à : 48 millions x 273 = 13,1 milliard d’euros (soit 8646 milliards de francs CFA).

Rien que pour les royalties, l’Etat va recevoir entre 259 et 432 milliards de francs CFA par an. Si les bénéfices sont de 70%, c'est-à-dire de 6052.2 milliards de francs CFA, alors l’impôt sera de 2118.3 milliards de francs CFA par an. Au total, c’est environ 432 + 2118 = 2550 milliards de francs CFA que l’Etat va recevoir par an. La question est de savoir ce qu’Ali Bongo et Maixent Accrombessi se mettront dans la poche.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE