MBORANTSUO, WHAT DO WE DO NOW? MBORANTSUO, ON FAIT COMMENT MAINTENANT?

Marie Madeleine Mborantsuo (photo: Gabonreview)








English Version

Marie Madeleine Mborantsuo is President of the Constitutional Court of Gabon. She is also the mother of two children whose father is Omar Bongo; himself the adoptive father of one called Ali Bongo, a child collected from Biafra during the bloody Civil War between that Igbo province led by Colonel Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu, and the central government of Nigeria led by General Yakubu Gowon. Ali Bongo and Marie Madeleine Mborantsuo therefore have undeniable family ties and it is she who validated the usurpation of power by Ali Bongo in 2009, succeeding his adoptive father after 42 years of unchallenged rule; and guaranteeing to Mborantsuo the continuation of juicy plums.

More formally, it turns out that Marie Madeleine Mborantsuo happens to be the guardian of laws in Gabon. It is she who should ensure that the constitution is followed. But why do we need a constitution?

A constitution is the fundamental law of a State. It is a body of law defining the rights and freedoms of citizens, as well as the functioning of a State, the organization and separation of political powers between the legislative, executive, and judicial branch. It articulates the functioning of the different institutions of the State. The constitution is placed on top of the judicial system of the State in the sense that all laws, decrees, orders and treaties must be in accordance with the rules it sets. It is also in accordance with this constitution that leaders of the State’s institutions are elected, the first of which is the institution of the Presidency of the Republic.

The Constitutional Court of a State is the legal body atop the judicial hierarchy whose role is to assess that the functioning of the State takes place in accordance with provisions of the Constitution of that State. This court is foremost responsible for ensuring compliance with the Constitution. It is this court that is the guardian of the regular national consultations that are the presidential elections, referendums, legislative and senatorial elections. Every citizen should expect this court to be in full compliance with the Constitution. But what about the court of Mborantsuo?

The Constitution of Gabon in its revised version of 2011, explicitly states the following concerning the candidacy for the presidential election:


-Article 10 (new): "To be eligible for the Presidency of the Republic, all Gabonese women and men enjoying their Civil and Political Rights, being of at least forty (40) years of age and residing in Gabon at least in the preceding 12 months. 


Any Gabonese enjoying another nationality for which he has served political or administrative responsibilities in another country, cannot be a candidate. 

Any person who has acquired the Gabonese nationality cannot be a candidate for the Presidency of the Republic. Only his descendants having remained without interruption in Gabon can do so, from the fourth generation."


In 2009, all the evidence lead to the conclusion that Ali Bongo usurped power by ignoring the above provision of the Constitution that was already in place well before that date, and this with the help of the President of the Constitutional Court, who as a member of the Bongo family, could not ignore the origins of Ali Bongo which disqualified him from the Presidency. In a book to be published this Wednesday, 29 Oct. 2014, French journalist Pierre Péan for the first time officially confirmes what has always been an open secret in Gabon; that not only is Ali Bongo the adopted son of Omar Bongo, but more importantly for the constitution of Gabon, that he was adopted from the defunct secessionist nation of Biafra, which had tried to severe itself from the Federal Republic of Nigeria.

The Biafran war began in May 1967 and ended in 1970, when the State of Biafra was reabsorbed by Nigeria. It is in this period that Ali Bongo arrived in Gabon, with thousands of others Biafran children who were gathered by Father Pinus of the Sainte Marie’s Mission and many were adopted within Gabonese families. To work around this, not having an authentic birth certificate which would place his birth in the lineage of the Bongo family, Ali Bongo included in its application for candidacy in 2009, an incredibly fake birth certificate having him born in Brazzaville in 1959, from Josephine Nkama, then 14 years old (officially). This document is so poorly forged that its falsity is not even subject to doubt; but Marie Madeleine Mborantsuo, the President of the Constitutional Court did consider it authentic and acceptable for the 2009 presidential election. The Gabonese citizen Luc Bengone Nsi filed an appeal with the Constitutional Court regarding the eligibility of Ali Bongo and the falsity of his birth certificate; but that appeal was dismissed by Marie Madeleine Mborantsuo.

Some fools, defenders of the indefensible and of imposture, dare argue that since African states were not generally independent before 1960, anyone born in Africa before independence could take any nationality; this is simply false.

These defenders of the indefensible and of forgery must understand that the introduction of false documents in a constitutional process such as the presidential election is a highly criminal act. On this point, Ali Bongo has been caught red-handed, so his ineligibility is already proven. The second consideration is that Gabon, as a legal territorial entity existed before independence. The proof is that Andre Raponda Walker publishes "The Tribes of Gabon" in 1924 and "Tales of Gabon" in 1953; therefore Gabon existed before independence and it is not Guy Rossatanga-Rignault who will contradict us on this point (he is legal adviser to Ali Bongo). But we can be more precise legally, by reminding the intellectual crooks that the AEF or French Equatorial Africa was the name given to the ensemble created in 1910 as a federation comprising of four French territories of equatorial Africa that were separate between them (according to the divisions drawn by colonial powers): Gabon, Middle Congo (now Congo-Brazzaville), Ubangi-Shari (now Central African Republic) and Chad. In 1946, the status of these colonies still separate among them, was changed to French Territories grouped into the French Union. Under French rule in 1945, after the defeat of Germany, Cameroon joined the constituent States of French Equatorial Africa. This federation, whose capital was Brazzaville, gave way in 1958 to four states that would achieve independence in 1960. Indeed, the French Constitution of 1958 regrouped all French colonies and possessions under the name of French Community and each of them obtained a status of "autonomous republic".

Dear readers, what does all this mean? Simply that a child born in the area of Enugu or Onisha in 1959 to Nigerian parents from that region, cannot not fulfill the eligibility conditions as stipulated by the Constitution of Gabon because even if he was adopted in 1968, his status of Gabonese citizen is acquired and is neither in accordance with the letter nor the spirit of the constitution. In 1959, full Gabonese citizens were already in existence and people should stop twisting their history to legitimize impostors.

When the President of the Constitutional Court violates knowingly the Gabonese constitution and puts an impostor into the presidency, what do we do? When the fundamental law of the country is used as toilet paper by the very people supposed to preserve it, what do we do?

Marie Madeleine Mborantsuo must be asked to account!


Quand la Présidente de la Cour Constitutionnelle viole en toute connaissance de cause, la constitution et impose aux Gabonais, un président imposteur, on fait comment? Quand le texte fondamental du pays est utilisé comme papier toilette par les gens supposés le préserver, on fait comment?

Madame Marie Madeleine Mborantsuo doit passer à la barre!




Version Française

Marie Madeleine Mborantsuo est Présidente de la Cour Constitutionnelle au Gabon. Elle est aussi la mère de deux enfants dont le père est Omar Bongo; lui-même le père adoptif de celui qu’on appelle Ali Bongo, enfant recueilli du Biafra suite à la sanglante guerre de sécession entre cette province Ibo dirigée par le Colonel Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu, et le gouvernement central du Nigeria dirigé par le General Yakubu Gowon. Ali Bongo et Marie Madeleine Mborantsuo ont donc des antécédents familiaux indéniables et c’est cette dernière qui a validé l’usurpation du pouvoir par Ali Bongo en 2009, succédant ainsi à son père adoptif, après 42 ans de règne sans partage; et garantissant à Mborantsuo, la continuation de bien juteuses prébendes.

Mais officiellement, il se trouve que Marie Madeleine Mborantsuo soit la gardienne des lois au Gabon. C’est elle qui devrait veiller à l’application de la constitution. Mais pourquoi donc a-t-on besoin d’une constitution?

Une constitution est la loi fondamentale d'un Etat. C’est un ensemble de textes juridiques définissant les droits et les libertés des citoyens, ainsi que le fonctionnement d’un Etat, l'organisation et les séparations du pouvoir politique entre le législatif, l’exécutif, et le judiciaire. Elle articule le fonctionnement des différentes institutions composant l'Etat. Cette constitution est placée au sommet du système judiciaire de l'Etat en ce sens que toutes les lois, décrets, arrêtés et traités doivent être conformes aux règles qu'elle définit. C’est aussi conformément à cette constitution que sont élus les dirigeants des institutions de l’Etat, la première d’entre elles étant l’institution de la Présidence de la République.

La Cour Constitutionnel d’un Etat est l’organe juridique au sommet de la hiérarchie judiciaire dont le rôle est de juger que le fonctionnement de l’Etat se déroule en conformité avec les textes de la Constitution dudit Etat. Cette cour est avant tout chargée d’assurer le respect de la Constitution. C’est cette cour qui est donc gardienne de la régularité des consultations nationales que sont l’élection présidentielle, les référendums, les élections législatives et sénatoriales. Tout citoyen devrait s’attendre à ce que cette cour observe scrupuleusement les dispositions de la Constitution. Mais qu’en est-il de la cour de Mborantsuo?

La Constitution du Gabon dans sa version révisée de 2011, dit explicitement ce qui suit, concernant la candidature à l’élection présidentielle:


-Article 10 (nouveau) : «Sont éligibles à la Présidence de la République, tous les Gabonais des deux sexes jouissant de leurs droits civils et politiques, âgés de quarante(40) ans au moins et résidant au Gabon depuis 12 mois au moins.


Tout Gabonais bénéficiant d’une autre nationalité au titre de laquelle il a exercé des responsabilités politiques ou administratives dans un autre pays, ne peut se porter candidat.

Toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la Présidence de la République. Seule sa descendance ayant demeuré sans discontinuité au Gabon le peut, à partir de la quatrième génération.»


En 2009, toutes les preuves sont réunis pour conclure qu’Ali Bongo ait usurpé du pouvoir en faisant fi de la disposition ci-dessus de la Constitution qui était déjà en place bien avant cette date, et ceci avec la complicité de la Présidente de la Cour Constitutionnelle, qui en tant que membre de la famille Bongo, ne pouvait ignorer que les origines d’Ali Bongo le disqualifiaient de la Présidence. Dans un livre à paraitre ce mercredi 29 Octobre 2014, Le journaliste Français Pierre Péan, pour la première fois, confirme officiellement ce qui a toujours été un secret de polichinelle au Gabon; c'est-à-dire que non seulement qu’Ali Bongo soit le fils adoptif d’Omar Bongo, mais plus important pour la constitution du Gabon, qu’il ait été adopté de la défunte nation sécessionniste du Biafra, qui avait tenté de s’autonomiser de l’Etat Fédéral du Nigeria.

La guerre du Biafra commença en Mai 1967 et s’acheva en 1970, quand l’Etat du Biafra fut réabsorbé par le Nigeria. C’est donc dans cette période qu’Ali Bongo est arrivé au Gabon, avec de milliers d’autres enfants Biafrais qui furent eux recueillis par le Père Pinus de la mission Sainte Marie et pour beaucoup, adoptés dans des familles gabonaises. Pour contourner ce fait, n’ayant pas un acte de naissance authentique qui situerait sa venue au monde de manière lignagère dans la famille Bongo, Ali Bongo a introduit dans son dossier de candidature en 2009, un rocambolesque faux acte de naissance situant sa naissance à Brazzaville en 1959, du ventre de Joséphine Nkama, alors âgée de 14 ans (officiellement). Ce document est si mal ficelé que sa fausseté ne fait l’objet d’aucun doute; mais Marie Madeleine Mborantsuo, la Présidente de la Cour Constitutionnelle, l’a considéré comme authentique et acceptable pour la présidentielle de 2009. Le citoyen Gabonais, Luc Bengone Nsi, déposa un recours devant la Cour Constitutionnelle, relatif à l’éligibilité d’Ali Bongo et à la fausseté de son acte de naissance; mais ce recours fut rejeté par Marie Madeleine Mborantsuo.

Certains plaisantins, défenseurs de l’indéfendable et de l’imposture, osent argumenter que les Etats africains n’étant pas indépendants généralement avant 1960, toute personne née en Afrique avant les indépendances pourrait se prévaloir de n’importe quelle nationalité; ce qui est purement et simplement faux.

Ces défenseurs de l’indéfendable et du faux et usage de faux, doivent comprendre que l’introduction de faux documents dans une procédure constitutionnelle comme l’élection présidentielle, est un acte hautement criminel. Sur ce point, Ali Bongo a déjà été pris la main dans le sac, donc son inéligibilité est déjà prouvée. La deuxième considération est que le Gabon, en tant qu’entité territoriale juridique, existait déjà avant les indépendances. La preuve est qu’André Raponda Walker publie «Les Tribus du Gabon» en 1924, et «Contes gabonais» en 1953; donc le Gabon existe bel et bien avant les indépendances et ce n’est pas Guy Rossatanga-Rignault qui va nous contredire sur ce point (il est conseiller juridique d’Ali Bongo). Mais on peut être encore plus précis juridiquement, en rappelant aux escrocs intellectuels que l’AEF ou l’Afrique Equatoriale Française fut le nom donné à l’ensemble créé en 1910 regroupant en une fédération les quatre territoires français de l'Afrique équatoriale qui étaient distincts entre eux (d’après les découpages entre puissances coloniales): le Gabon, le Moyen-Congo (aujourd'hui Congo-Brazzaville), l’Oubangui-Chari (aujourd'hui Centrafrique) et le Tchad. En 1946, le statut de ces colonies toujours distinctes entre elles, fut changé en Territoires Français groupés dans l’Union Française. Placée sous tutelle française en 1945, après la défaite de l’Allemagne, le Cameroun rejoignit les États constituant l'Afrique Equatoriale Française. Cette fédération, dont la capitale était Brazzaville, fit place en 1958 à quatre États qui allaient obtenir leur indépendance en 1960. En effet, la Constitution française de 1958 regroupa toutes les colonies et possessions françaises sous l'appellation de Communauté Française et chacune d'elles obtint un statut de "République autonome".

Chers lecteurs, que veut dire tout ceci? Simplement qu’un enfant né dans les environs d’Enugu ou d’Onisha, en 1959, de parents originaires de cette région nigériane, ne puisse pas remplir les conditions d’éligibilité telles que stipulées par la Constitution gabonaise car même s’il a été adopté en 1968, son statut de Gabonais est acquis et ne correspond ni à la lettre, ni à l’esprit de cette constitution. En 1959, des Gabonais à part entière existaient déjà et il faut arrêter de trafiquer leur histoire pour légitimer des imposteurs.

Quand la Présidente de la Cour Constitutionnelle viole en toute connaissance de cause, la constitution et impose aux Gabonais, un président imposteur, on fait comment? Quand le texte fondamental du pays est utilisé comme papier toilette par les gens supposés le préserver, on fait comment?

Madame Marie Madeleine Mborantsuo doit passer à la barre!

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>