FOR AN ACCESSIBLE AND PERFORMING PUBLIC EDUCATION IN GABON. POUR UNE ÉDUCATION PUBLIQUE ACCESSIBLE ET PERFORMANTE AU GABON

Ali Bongo disguised as soldier
Ali Bongo déguisé en soldat
(Image: Gabon Télévision)



English Version

There was a time when the whole education system in Gabon was free, open access to all and very efficient. In those times, there were three types of schools: public schools, depending entirely on the Gabonese State; private institutions that were Catholics and Protestants and followed the same curriculum as public institutions, with their direction and management under their religious order; and Convention institutions that were dependent of the French cooperation.

A child who started their primary school at St. Anne Gare in Routière, St Michel of Nkembo or St. Joseph in Mimbang Mintangane (Cocotiers), if promising, was oriented either to Bessieux College or CEG Montfort, these institutions were the incubators of the finest Gabonese elite. In the countryside the Saint Gabriel College of Mouila was the crucible of the same elite.

A child learning at the Akébé public school or the Batavéa public school was directed to the Lycee Leon Mba, the Modern College of Akébé or the Technical High School.

Girls from Catholic schools like St. Mary were oriented toward Immaculée Conception or Val Marie of Mouila.

The pathways were clear for everyone. Parents knew where to enroll their children from kindergarten and the rest flowed naturally. It is through this simple educational system, organized by a Ministry in which educators abounded, that a boom in the Gabonese education was made possible between 1960 and 1980. There were children of illiterate farmers without their parents having to pay even one symbolic franc, go from elementary school in the small villages of the provinces, to the doctorate in France, having no academic trouble.

It is through this well-organized system that we saw children from small schools in the provinces such as Woleu-Ntem, Ngounié or Ogooué-Ivindo, once arriving in 6th grade at Bessieux or Léon Mba, best the privileged children who had been enrolled in Convention schools like the Ecole Mixte of the time. Dear readers, remember also that Gabon had relatively little money at that time. Indeed, from 1960 to 1973, the GDP of the country was less than 100 billion CFA francs.

Regarding higher education, the National University of Gabon was created in 1970 (it will be renamed in 1978, Omar Bongo University). In 1987, the science and technology department of this university will be transferred to Franceville in Haut Ogooué and called University of Science and Technology of Masuku (USTM). In 2002 the University of Health Sciences was declared, replacing the former Faculty of Medicine of UOB

A UNESCO study that documents education in Gabon, show that in 1960, the illiteracy rate was 80%. A table of this study gives all results of BEPC in Gabon since 1960. So in that year, the success rate was 20%; in 1963 it increased to 40%; in 1972 it rose to 70% and will be capped there until 1980; when it declined inexorably to be in 2003 at 30%, less than the rate of 1963. This rate has never recovered its past successes since. Dear readers, in terms of education, Gabon has declined by 40 years! The UNESCO report says that from 1962 to 1973, the success rate at the BEPC remained high enough, nearing the average of 60%. After 1980, the success rate has not exceeded the limit of 50% and more importantly, it has initiated a continuous downward trend. What has happened?

Logic would want that baccalaureate results reflect the cumulative quality of learning in primary and secondary schools; it is not surprising to see the same schematic when these baccalaureate results are analyzed. The UNESCO figures show that the average success rate at the baccalaureate in Gabon in the 60s and 70s was precisely 80.9% for all series. It will fall to 40% in 1975, before collapsing in the 80s to 30%, abyss in which it is still found today and has all the trouble to get out.

For this blog, this fall that began in the 70s, but was clearly observable only from the 80s, is only the result of an undermining and a political will to destroy education in Gabon in order to dumb down the population and justify the proliferation of impostors at the head of the State. Now we are told that the Gabonese are not capable; but this is wrong because the results of 60 years show that Gabonese students have had the best results of all of Francophone Africa at the baccalaureate and the BEPC. A Gabonese child out of Bessieux or Léon Mba rarely failed their exams. Education was very well organized with well-trained teachers and a well-run department. Policymakers resolved, it seems, to weaken our education by politicizing it to the extreme and orchestrating the establishment of a system that neglected public schools in favor of private ones that were confusing and did not truly educate the country's youth. We saw suspect teachers enter the profession, often unskilled foreign teachers; salaries were often not paid, etc. And this undermining gave what see today: an education system that has been run to the ground and the proliferation of private institutions funded by regime’s members in order to better format the young Gabonese and make them accept the established order.

We must ask for the restoration of our efficient and transparent strong public education system! This system which saw the best succeed in a context where Gabon did not have the means it has today! Let us reject this path that wants to stifle the best and encourage cronyism and favoritism! Do not let those who killed our education, organize its funeral by offering us an inadequate model of education in their schools of supposed luxury, the content of which should not seduce us!

Dear readers, despite the commitments of the regime pretending to favor a quality education for all, the only constant of the Bongo regime is the continued degradation of our education over the 47 years of its reign, in terms of access, quality and equity. In this context, one can clearly conclude that the killing of our educational system is a planned and premeditated act.



Version Française

Il fut un temps où la totalité de l’enseignement au Gabon était gratis, d’accès libre à tous et surtout très performant. En ces temps, il y avait trois types d’établissements scolaires : les établissements publiques, dépendant entièrement de l’Etat Gabonais ; les établissements privés catholiques ou protestants qui suivaient les mêmes programmes que les établissements publiques, mais dont la direction et le management était confessionnels ; et les établissements conventionnés qui eux dépendaient de la coopération française.

Un enfant qui commençait son école primaire à l’école Saint-Anne de la Gare Routière, Saint Michel de Nkembo, ou Saint-Joseph de Mimbang-Mintangane (Cocotiers), s’il était prometteur, était orienté soit au collège Bessieux, soit au CEG Montfort, ces établissements qui étaient les incubateurs de la fine élite gabonaise. A l’intérieur du pays le collège Saint Gabriel de Mouila servait de creuset à la même élite.

Un enfant qui apprenait à l’école publique d’Akébé, ou à l’école publique de Batavéa, lui était orienté au Lycée Léon Mba, au collège Moderne d’Akébé, ou au Lycée Technique.

Les jeunes filles des écoles catholiques comme Sainte-Marie, étaient orientées vers les institutions Immaculée Conception ou le Val Marie de Mouila.

Les voies de parcours étaient claires pour tout le monde. Les parents savaient où aller inscrire leurs enfants dès la maternelle, et le reste coulait de source. C’est grâce à ce système éducatif simple, bien organisé par un Ministère au sein duquel se retrouvaient des pédagogues, qu’on a assisté à un boom de l’éducation gabonaise entre 1960 et 1980. On a alors vu des enfants de cultivateurs illettrés, sans que leurs parents aient à débourser un franc même symbolique, partir du cours élémentaire dans les petits villages de provinces, jusqu'à l’agrégation en France, en faisant des sans fautes académiques.

C’est grâce à ce système bien organisé qu’on a vu des enfants venant des petites écoles de provinces dans le Woleu-Ntem, la Ngounié ou l’Ogooué-Ivindo, une fois arrivés en 6ieme à Bessieux ou à Léon Mba, damer le pion aux enfants privilégiés qui avaient été scolarisés dans les écoles conventionnées comme l’Ecole Mixte de l’époque. Chers lecteurs, souvenez-vous aussi que le Gabon avait relativement peu de moyens à cette époque. En effet, de 1960 à 1973, le PIB du pays était inférieur à 100 milliards de FCFA.

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, l’Université Nationale du Gabon fut créée en 1970 (elle sera rebaptisée, en 1978, Université Omar Bongo). En 1987, la partie scientifique et technologique de cette université sera transférée à Franceville dans le Haut Ogooué et appelée Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM). En 2002 l’université des sciences de la santé a été déclarée, en lieu et place de l’ancienne faculté de médicine de l’U.O.B.

Une étude de l’UNESCO qui répertorie l’éducation au Gabon, nous dit qu’en 1960, le taux d’analphabétisme était de 80%. Une table de cette étude donne tous les résultats au BEPC au Gabon depuis 1960. C’est ainsi qu’en cette année, le taux de réussite était de 20%; en 1963 il passe à 40%; en 1972 il passe à 70% et va y plafonner jusqu’en 1980; quand il décline inexorablement pour se retrouver en 2003 à 30%, moins du taux de 1963. Ce taux n’a jamais retrouvé depuis, ses succès d’entant. Chers lecteurs, en termes d’éducation, le Gabon a reculé de 40 ans! Le rapport de l’UNESCO nous dit que de 1962 à 1973, le taux de réussite au BEPC resta assez élevé, avoisinant la moyenne de 60%. Après 1980, ce taux de réussite n’a plus franchi la limite des 50 % et encore plus grave, il a amorcé une tendance continue à la baisse. Que s’est-il passé?

La logique voulant que les résultats au baccalauréat ne soient que le reflet de la qualité cumulée des enseignements acquis au primaire et au secondaire, il n’est donc pas étonnant de constater la même schématique quand on analyse ces résultats du baccalauréat. Les chiffres de l’UNESCO nous démontrent que le taux moyen de réussite au baccalauréat au Gabon dans les années 60 et 70 étaient précisément de 80,9% toutes séries confondues. Il va chuter à 40% en 1975, avant de s’effondrer dans les années 80 à 30%, abime dans lequel il se trouve encore aujourd’hui et a toutes les peines à en sortir.

Pour ce blog, cette chute qui a commencé dans les années 70, mais n’a été observable clairement qu’à partir des années 80, n’est que la résultante d’un travail de sape et d’une volonté politique de détruire l’éducation au Gabon de manière à niveler par le bas et justifier la prolifération d’imposteurs à la tête de l’Etat. Aujourd’hui, on dit que les Gabonais ne sont pas au niveau; mais c’est faux car les résultats des années 60 montrent que les élèves Gabonais ont eu les meilleurs résultats de toute l’Afrique francophone, au baccalauréat et au BEPC. Un enfant Gabonais sorti de Bessieux ou de Léon Mba ne ratait que très rarement son examen. L’éducation était très bien organisée avec des instituteurs bien formés et un ministère bien géré. Les décideurs politiques ont résolu, il semble, d’affaiblir notre éducation en la politisant à outrance et en orchestrant la mise en place d’un système qui négligeait l’école publique au profit d’écoles privés qui semaient la confusion et ne formaient pas véritablement la jeunesse du pays. On a vu des instituteurs suspects intégrer la profession, des professeurs étrangers souvent non qualifiés, des salaires pas souvent payés, etc. Et ce travail de sape a donné ce que constatons aujourd’hui: un système éducatif par terre et la prolifération d’institutions privées financées par les membres du régime, pour mieux formater les jeunes Gabonais et leur faire accepter l’ordre établi.

Il faut demander qu’on nous restituât notre système d’éducation publique fort, performant et transparent! Ce système qui voyait les meilleurs réussir dans un contexte où le Gabon n’avait pas les moyens qu’il a aujourd’hui! Refusons cette voie qui veut étouffer les meilleurs et favoriser les copinages et passe-droits! Ne laissons pas ceux qui ont tué notre éducation, organiser ses funérailles en nous proposant un modèle éducatif inadapté dans leurs supposées écoles de luxe, dont les contenus ne devraient pas nous séduire!

Chers lecteurs, malgré les engagements du régime se disant en faveur d’une éducation de qualité pour tous, la seule constante du pouvoir Bongo est la dégradation continue de notre éducation au cours des 47 ans de ce pouvoir, en termes d’accès, de qualité et d’équité. Dans ce contexte, on peut clairement conclure que la mise à mort de notre système éducatif est un acte programmé et prémédité.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE