STATEMENT BY THE UNION NATIONALE PARTY ON THE INTERNATIONAL DAY FOR PEACE IN THE WORLD. DÉCLARATION DE L’UNION NATIONALE SUR LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR LA PAIX DANS LE MONDE

M.Raphael Bandega-Lendoye, Vice-President of the Union Nationale
M.Raphael Bandega-Lendoye, Vice-président de l'Union Nationale
(Photo: Union Nationale)



English Version

September 21 marking the International Day of Peace in the world established by the United Nations, is almost ignored in our country. This is abnormal for whoever is engaged in politics or is interested in how the world works. The need for peace is the basis of the normal functioning of any society and the condition of its development because discord and conflict, which are manifestations of power and the law of the strongest, can never provide the base necessary for any construction effort. This is therefore why the United Nations born after the two world wars that brought to a new level the degree of destruction by men, instituted this day in order to give to everyone the opportunity to stop and think about this notion, bringing ingredients of its sustainability in our world today. It is for this reason that the Union Nationale is seeking your attention today.

Indeed, peace in the world first evokes the absence of war. Today, conventional wars between states have become rarer. This is the main conquest of the United Nations and the most remarkable achievement of this organization for world peace. However, the disappearance of conventional wars between States has not completely eradicated the use of weapons by a State against another State, a group in a liberation struggle, or to preserve its security. The continued existence of such conflicts shows that the institutionalization of a global and permanent framework for peaceful coexistence between states has not eradicated the temptation for them to impose themselves by force of arms. It shows that the fight against the scourge of war, the main obstacle to peace, has not yet been completed.

The search for peace must also concern the ban of forms of violence impeding the free development of societies and individuals within States. From this perspective, the main obstacle is found in the armed groups for religious or political purpose that are often in the news. These new forms of action are favored by weak States within which they grow and by the proliferation of weapons of war. Here, peace can be found only in better treatment of demands made by the whole society that requires States to give free expression to groups with the legitimacy of their membership and to seek answers that could eradicate the requests they formulate.

However, this orientation of State action is lacking in our country. The established authorities there, are less concerned to recognize the legitimate interlocutor, but try to create their own interlocutor or to obstruct the influence of those who may be the carrier of such legitimacy. This has the effect of distorting the requests expressed by society and make inappropriate the responses applied to them. The result is a travesty of the elements of debate within society that might generate disproportionate reactions born of frustration.

Such a feeling may also arise from more subtle forms of violence emanating from the State. It is the result of poor organization of the State, of the democratic deficit, injustice or other social condition affecting the individual. This breach of the peace that is personal is one that makes man and seems the most daunting for any society. It is the one that blows back through social reactions that produce effects more or less important depending on the resentment of those who express them. Now in our country the accumulation of this feeling has been exacerbated since the establishment of the so called “emergent” authorities. The conditions of their rise to power by electoral coup, the use of an irregular birth certificate, the poor organization of the polls, a Justice and Administration that rubber stamps what there are told, the manipulation of defense and security forces, the diversion of public funds, the plunder of resources, the muzzling of the press, the unrestrained squandering of public funds for unnecessary or personal expenses, the dissolution of the Union Nationale, the brutality against demonstrators, the harassment against political opponents, the organizing of their financial strangulation, the monopolization of state media, the constitutional amendment aimed at monarchizing the political system, the violations of civil and civic liberties, the layoffs and the dismantling of entire sectors of the economy, the sequestration of salaries of active staff, the dismantling of billboards, the scourge of unpunished crimes, the manipulation of judicial procedures and their sloppy treatment, the headache of high prices and poor housing, of unemployment , of illness, etc. This list is not exhaustive, but shows the scale of attacks suffered by the Gabonese people and proves that while we are at peace, because we are not at war, we do not live in peace because we are victims of continuing violence caused by the State.

So we need to appreciate the degree of self-control and maturity that the Gabonese people have demonstrated for our country to be at peace. Thus, the peace being touted by the PDG is not the fact of the regime; it is the result of a legacy of our ancestors and of the effort of each Gabonese to live in peace. It is a conquest of the Gabonese people that all of us must preserve. Nevertheless, we must not forget that all societies are unpredictable and must be wary of the rising tide. Gabonese who are a people of peace must not be ruled by violence, or exposed continuously to sustained violence, because it is not in anyone's interest to change their nature

Thank you.



Version française

Le 21 septembre marquant la journée internationale de la paix dans le monde instituée par l’Organisation des Nations Unies est presque passé sous silence dans notre pays. Cela est anormal pour qui fait de la politique ou qui s’intéresse à la marche du monde. L’exigence de la paix est à la base du fonctionnement normal de toute société et la condition de son développement car la discorde et le conflit, qui sont des manifestations de la puissance et de la loi du plus fort, ne peuvent jamais offrir le socle nécessaire à tout effort de construction. C’est d’ailleurs pour cela que l’Organisation des Nations Unies, née après les deux guerres mondiales qui ont porté à un niveau inégalé le degré de destruction des hommes a institué ce moment dans le but de donner à chacun l’occasion de s’arrêter sur cette notion pour offrir les ingrédients de sa pérennité dans notre monde actuel. C’est dans ce but que l’Union Nationale sollicite votre attention aujourd’hui.

En effet, la paix dans le monde évoque d’abord l’absence de guerre. Aujourd’hui, les guerres classiques entre Etats se sont raréfiées. C’est la conquête principale des Nations Unies et le résultat le plus remarquable atteint par cette organisation en faveur de la paix dans le monde. Cependant, la raréfaction des guerres classiques entre Etats n’a pas éradiqué totalement le recours aux armes par un Etat contre un autre Etat, un groupement en lutte de libération ou pour préserver sa sécurité. La survivance de tels conflits montre que l’institutionnalisation d’un cadre mondial et permanent de coexistence pacifique entre Etats n’a pas éradiqué la tentation pour ceux-ci de s’imposer par la voie des armes. Elle montre que le combat contre le fléau de la guerre, obstacle principal à la paix, n’est pas achevé.

La recherche de la paix doit aussi invoquer le bannissement des formes de violence entravant le libre développement des sociétés et des individus au sein des Etats. Sous cet angle, le principal obstacle se retrouve dans les groupes armés à but religieux ou politique que l’actualité impose aux yeux du monde. Ces formes nouvelles d’action sont favorisées par la faiblesse des Etats au sein desquels elles se développent et par la prolifération d’armes de guerre. Ici, la paix ne peut être retrouvée que dans un meilleur traitement des exigences exprimées par le corps social qui oblige les Etats à laisser s’exprimer les groupes ayant la légitimité de leurs membres et de rechercher les réponses qui éradiqueront les demandes qu’ils formulent.

Or, cette orientation de l’action étatique fait défaut dans nos pays. Les autorités qui y sont établies se préoccupent moins de reconnaître l’interlocuteur légitime mais s’efforcent de fabriquer leur interlocuteur ou de contrarier le poids de celui qui s’impose ou pourrait s’imposer comme porteur d’une telle légitimité. Cela a pour effet de dénaturer les exigences exprimées par le corps social et de rendre inadaptées les réponses qui leur sont appliquées. Il en résulte un travestissement des éléments du débat au sein de la société qui pourra susciter des réactions disproportionnées nées du sentiment de frustration causé.

Un tel sentiment peut aussi naître de formes plus pernicieuses de violence d’origine étatique. Il est la conséquence de la mauvaise organisation de l’Etat, du déficit démocratique, de l’injustice ou de tout autre trouble social atteignant l’individu. Cette atteinte à la paix qui est personnelle est celle qui fabrique l’homme et paraît la plus redoutable pour toute société. C’est elle qui reflue sur celle-ci par des actes de réaction sociale qui produisent des effets plus ou moins importants en fonction du ressentiment de ceux qui les expriment. Or notre pays accumule ce ressenti lequel est exacerbé depuis la mise en place des autorités du Gabon dit émergent. Les conditions de leur arrivée au pouvoir par un coup d’état électoral, l’utilisation d’un acte de naissance irrégulier, la mauvaise organisation des scrutins, la mise aux ordres de la justice et de l’administration, l’instrumentalisation des forces de défense et de sécurité, le détournement des fonds publics, le pillage des ressources, le musellement de la presse, la dilapidation effrénée des deniers publics pour des dépenses inutiles ou personnelles, la dissolution de l’Union Nationale, l’embastillement des manifestants, les tracasseries contre les opposants politiques, l’organisation de leur asphyxie financière, la monopolisation des médias d’Etat, la modification constitutionnelle tendant à la monarchisation du régime politique, les atteintes aux libertés publiques et civiques, les licenciements et le démantèlement de secteurs entiers de l’économie, les séquestrations des salaires des fonctionnaires en activité, le démantèlement des panneaux publicitaires, le fléau des crimes impunis, l’instrumentalisation des procédures judiciaires et leur traitement bâclé, les affres de la vie chère et du mal logement, du chômage, de la maladie, etc. Cette liste, non exhaustive, montre l’ampleur des agressions subies par les Gabonais et prouve que si nous sommes en paix, parce que l’on n'est pas en guerre, nous ne vivons pas en paix parce que nous sommes victimes d’une violence continue du fait de l’Etat.

Il nous faut donc louer le degré de maîtrise et de maturité que les Gabonais ont fait preuve pour que notre pays soit en paix. Ainsi, la paix dont se gargarise le PDG n’est pas le fait du pouvoir ; elle résulte d’un legs de nos ancêtres et de l’effort de chacun des Gabonais de demeurer paix. C’est une conquête du peuple gabonais qu’il nous appartient tous de préserver. Néanmoins, il ne nous faut pas oublier que toutes les sociétés sont imprévisibles et qu’il faut nous méfier de l’eau qui dort. Les Gabonais qui sont un peuple de paix ne doivent pas être gouvernés par la violence, ni être exposé continument à une violence larvée, car il n’est de l’intérêt de personne de changer leur nature

Je vous remercie.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT