THE SPECIAL ECONOMIC ZONE OF NKOK; ANOTHER KIND OF DESERT. LA ZONE ÉCONOMIQUE SPÉCIALE DE NKOK; UN DÉSERT D’UN AUTRE GENRE


Images: Gabon Television


English Version


In a recent post, we told you that Ali Bongo had achieved the feat of erecting the first desert of central Africa, on the banks of the Komo in Libreville. But on the national one, the only road linking Libreville to the countryside, Ali Bongo has created a desert of a different kind, a desert area he calls the Economic Special Zone of Nkok.


The video above describes the promises made by Olam and Ali Bongo at the launch of the project of establishing the economic zone. To summarize, the master plan of the project promised:


1 The construction of a bustling industrial area covering 1126 hectares.
2 The construction of a modern access road with interchanges to enable traffic flow to and from Libreville.
3 The construction of a container terminal for the transfer of finished products manufactured in this zone to the world markets.
4 The construction of a railway that will go from Nkok to Owendo.
5 Building a fire brigade station, a police station, residential villas and apartment buildings.
6 The construction of a golf course.
7 The construction of a shopping center with major shopping malls and movie theaters
8 The construction of hotels of good standing.
9 The construction of a research center
10 The Construction of office buildings
11 The construction of a hospital.


Dear readers, this Wednesday, October 8, 2014, Ali Bongo’s Prime Minister, Daniel Ona Ondo, paid a visit to this site vaunted as the backbone of Ali Bongo’s economic policy. The least we can say is that even the most ardent Ali Bongo apologists will struggle to convince anyone that what is found on that site could be presented as the nucleus of a robust economic zone in the future. Yes dear readers, after five years in power, like other promises by Ali Bongo, that of establishing a vibrant economic zone in Nkok, appears vastly overstated.


Daniel Ona Ondo’s visit, which was for propaganda purposes, only succeeded in showing the delivery of a small administrative building comprising of the offices of Ecobank, but the rest of the occupants remain unclear; a boiler plant that specializes in the transformation of rebar; and a plant belonging to Gabon Wood Industry, specializing in wood processing, from logs to slats. Dear readers, this is as thin as progress after five years in power, while Ali Bongo promised that investors were fighting at the gate of Gabon for the privilege to settle in that area.


Dear readers, the reality is that these 1,126 acres that were promised as propellants of economic activity in Gabon, are still to this day 90% deserted. We challenge here before our readers, anyone to show us otherwise! In 2011, at the inauguration of that desert, Ali Bongo said that 62 companies had already confirmed their future presence at Nkok. Can we have the list of these companies and where did they go? He also promised to create 9,000 direct jobs; could we know by now how many Gabonese are employed in Nkok? Ali Bongo must explain why the Economic Zone of Nkok looks more like a desert than a zone of intense economic activity!




Version Française


Dans un billet récent, nous vous disions qu’Ali Bongo avait réalisé l’exploit d’ériger le premier désert d’Afrique centrale, sur les berges du Komo à Libreville. Mais sur la nationale 1, l’unique voie qui relie Libreville à l’intérieur du pays, Ali Bongo a créé un désert d’un tout autre genre, une zone économique désertique qu’il appelle la Zone Economique Spéciale de Nkok.


La vidéo ci-dessus, vous décrit les promesses faites par Olam et Ali Bongo, lors du lancement du projet de l’établissement de cette zone économique. Pour résumer, le plan directeur de ce projet promettait:


1. La construction d’une zone bouillonnante d’industries couvrant une surface de 1126 hectares.
2. La construction d’une voie d’accès moderne avec échangeurs pour permettre la fluidité de la circulation de et vers Libreville.
3. La construction d’un terminal à container pour l’évacuation des produits finis manufacturés dans cette zone, vers les marchés mondiaux.
4. La construction d’une voie ferrée qui partira de Nkok jusqu'à Owendo.
5. La construction d’une station de sapeur-pompiers, d’un poste de police, de villas résidentielles et d’immeubles à appartements.
6. La construction d’un terrain de golf.
7. La construction d’un centre commercial avec des grandes galeries marchandes et des salles de cinéma
8. La construction d’hôtels grand standing.
9. La construction d’un centre de recherche
10. La construction d’immeubles à bureaux
11. La construction d’un hôpital.


Chers lecteurs, ce Mercredi 8 Octobre 2014, le Premier Ministre d’Ali Bongo, Daniel Ona Ondo, a effectué une visite sur ce site tant vanté comme épine dorsale de la politique économique d’Ali Bongo. Le moins qu’on puisse en dire est que même les plus ardents apologistes d’Ali Bongo auront du mal à convaincre qui que ce soit, du fait que ce qui se trouve sur ce site constitue l’embryon d’une robuste zone économique en devenir. Oui chers lecteurs, après 5 ans de pouvoir, comme pour les autres promesses d’Ali Bongo, celles de l’établissement d’une vibrante zone économique à Nkok, laissent à désirer.


La visite de Daniel Ona Ondo, qui avait des visées propagandistes, n’a réussi qu’à démonter la livraison d’un modeste immeuble administratif abritant notamment les locaux d’Ecobank, mais dont le reste des occupants demeure mal défini; une usine de chaudronnerie qui se spécialise dans la transformation du fer à béton; et de l’usine appartenant à Gabon Wood Industrie, qui se spécialise dans la transformation du bois, de grumes en lattes. Chers lecteurs, c’est bien maigre comme bilan d’étape après 5 ans de pouvoir, alors qu’Ali Bongo promettait que les investisseurs se battaient au portillon Gabon pour avoir le privilège de s’installer dans cette zone.


Chers lecteurs, la réalité est que ces 1126 hectares qui ont été promis comme propulseurs de l’activité économique au Gabon, restent encore à ce jour à 90% désertiques. Nous défions ici devant notre lectorat, quiconque de nous démontrer le contraire! En 2011, lors de l'inauguration de ce désert, Ali Bongo affirmait que 62 entreprises avaient déjà confirmé leur présence future à Nkok. Peut-on avoir la liste de ces entreprises et savoir où sont-elles passées ? Il promettait aussi la création de 9000 emplois directs ; peut-on savoir à ce jour combien de Gabonais sont employés à Nkok ? Qu’Ali Bongo nous explique pourquoi la zone économique de Nkok ressemble plus à un désert qu’à une zone d’activité économique intense !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE